Parution : Philippe Beaujard, Les mondes de l’océan Indien, Armand Colin, 2012

8 décembre 2012
Par

 

Philippe Beaujard, directeur de recherche émérite au CNRS (CEMAf), ethnologue et historien spécialiste de Madagascar et participant au programme MEDIAN, vient de publier une importante somme sur l’histoire des “mondes de l’océan Indien” aux éditions Armand Colin.

Elle se présente en deux volumes :

Volume 1. De la formation de l’Etat au premier système-monde afro-eurasien

Présentation de l’éditeur : La naissance de l’État et des cités, en Mésopotamie et en Égypte, puis dans la vallée de l’Indus et en Chine, induit les premières « globalisations », impulsées par l’essor des échanges, et des innovations techniques ou institutionnelles. La « Révolution urbaine » est aussi le temps d’une révolution idéologique et cognitive, marquée par l’invention de l’écriture. Ces processus conduisent à l’intégration croissante de régions interconnectées au sein d’économies-mondes qui se succèdent, dans les périodes de l’Âge du Bronze puis du Fer. Des empires se forment, tandis qu’un secteur privé émerge, articulé à l’État.
Au début de l’ère chrétienne, les échanges constituent l’océan Indien en un espace unifié et hiérarchisé, au centre d’un « système-monde » afro-eurasien unique qui montre une première division interrégionale du travail.
Mettant en œuvre une approche transdisciplinaire, cet ouvrage montre ici la fécondité d’une Histoire Globale renouvelée, prenant en compte l’ensemble de l’Ancien Monde et les périodes anciennes de son histoire.

Volume 2. L’océan Indien, au cœur des globalisations de l’Ancien Monde (7e-15e siècles)

Présentation de l’éditeur : L’océan Indien s’est peu à peu construit comme l’espace central d’un système-monde afro-eurasien, par le biais d’échanges sur les routes maritimes « des épices », elles-mêmes articulées aux « routes de la soie ». Ce système, dans lequel les échanges stimulent l’innovation et où la Chine joue un rôle moteur, se développe jusqu’au 16e siècle au fil de quatre cycles économiques. Ces derniers, qui s’accompagnent d’une croissance générale de la population, coïncident avec des évolutions politiques, sociales, religieuses, et semblent souvent refléter des transformations du climat.

Si l’émergence de l’Europe au 15e siècle débouche sur l’irruption portugaise dans l’océan Indien en 1498, les économies de l’Asie surpassent encore largement – et pour longtemps – les économies européennes.
Cette histoire de l’océan Indien replacé dans un cadre global conduit à une remise en cause de l’eurocentrisme de certaines recherches. Elle éclaire en outre la période ultérieure du système-monde capitaliste moderne, et invite à une réflexion sur les futurs possibles de ce système.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Actualités de la recherche, Publications de l'équipe

Les commentaires sont fermés.

A propos de ce carnet

Ce carnet est la plate-forme de débat et l'outil de communication du programme MeDIan (ANR 09-SSOC-050-01). Celui-ci consiste à envisager l'océan Indien comme objet d'étude et de connaissance dans les sociétés méditerranéennes, de ses premières mentions dans les sources grecques sous le nom de mer Érythrée, jusqu'à la fin du XVIe s.

Carnets de recherche