Colloque à Saint-Denis de la Réunion, 17-18 novembre 2014

Océan Indien ancien, Méditerranée médiévale : deux mers intérieures avant le XVe siècle ? Réalités des échanges et représentations. 17-18 novembre 2014. Ancien Hôtel de Ville de Saint-Denis, île de la Réunion.Le Centre de Recherche sur les Sociétés de l’Océan Indien (CRESOI), Université de Saint-Denis de la Réunion offre une série de colloques sur l’océan Indien dans le cadre de la « semaine de l’histoire 2014 ». L’un d’eux est plus particulièrement consacré à une histoire comparée de la Méditerranée et de l’océan Indien avant la Renaissance. Lien et programme : semaine_histoire_2014.8-1

Ce colloque vise à offrir au grand public des interventions scientifiques sur l’histoire de l’océan Indien avant que ce dernier ne soit connu des Européens. Ces travaux permettront de proposer un regard historique construit à partir de l’océan Indien et non exclusivement fondé sur les représentations occidentales dominantes. Ce thème s’insère en outre dans les problématiques récentes de la World History.
La réflexion est d’abord axée sur les sociétés et leurs échanges à travers l’océan Indien et la mer Méditerranée, afin de faire ressortir les caractéristiques des deux espaces. Sont présentés la part du commerce arabe et l’insertion de l’océan Indien dans le commerce occidental. Les liens avec l’Asie sont également précisés, notamment l’ancienneté et l’importance des échanges avec la Chine.
Le regard est ensuite porté sur les représentations de l’espace avant l’arrivée des navigateurs portugais dans l’océan Indien. Les communications se focaliseront sur les « regards des origines » par les premières représentations, les premières cartographies. Elles s’ouvriront également à l’analyse de la reconstruction du passé, dans les récits mythiques et dans les travaux scientifiques.
L’objectif est de préciser les caractères particuliers de chacune de ces mers comme espaces de vie et d’échanges. Il s’agira aussi de déterminer les différents regards portés sur ces espaces avant qu’ils ne soient intégrés dans un espace mondial ou supplantés par celui-ci avec la mise en place des grandes routes de circumnavigation à partir de la fin du XVe siècle.