Présentation du programme MeDIan (2010-2013)

PRÉSENTATION DU PROGRAMMEprojet MeDIan

Le programme MeDIan envisage l’océan Indien comme objet d’étude et de connaissance dans les sociétés méditerranéennes, de ses premières mentions dans les sources grecques sous le nom de mer Érythrée, jusqu’à la fin du XVIe s. On entendra ici par « méditerranéennes » l’ensemble des cultures qui se sont épanouies autour de la Méditerranée et qui ont entretenu entre elles des rapports souvent étroits, par des processus ininterrompus de transmission, d’échanges, de relectures ou de redécouvertes de leurs modèles communs.

Des périples grecs aux descriptions minutieuses de la « mer des Indes » par les Portugais au XVIe siècle, un véritable savoir s’est en effet constitué et transmis sur ce que nous appelons aujourd’hui l’océan Indien. Ces connaissances sur l’océan, sans cesse recopiées, revues et enrichies, ont circulé dans les sociétés du monde méditerranéen pré-moderne, qu’elles soient de culture et de langue grecque, latine, syriaque, arabe, persane, italienne, turque ou portugaise, sous des formes diverses (descriptions géographiques ou ethnographiques, cartes, itinéraires de marins ou guides de la pratique marchande, récits de voyage). Le projet MeDIan a pour objet d’étudier la constitution du savoir sur l’océan Indien dans l’ensemble de ces aires linguistiques, sur le temps long, de l’Antiquité aux débuts de la période moderne (1580). Il tentera ainsi d’éclairer sous un jour nouveau les connaissances produites lors de la première mondialisation opérée par les Portugais, en les replaçant dans le contexte plus large des interactions établies de longue date, dès l’Antiquité et au cours du moyen âge, entre la Méditerranée et l’océan Indien, et dans une perspective d’histoire des sciences, des savoirs et des techniques d’un monde méditerranéen pluri-culturel.porte sur l’invention scientifique de l’océan Indien dans les sociétés méditerranéennes, processus dont il s’agit de retracer les étapes et de comprendre la dynamique, de la royauté perse à la formation de la monarchie ibérique, au milieu du XVIe siècle, quand la vision ibérique de l’espace, liée à celle de territoire, s’impose à la conception portugaise de l’empire comme réseau.

Le programme portera plus particulièrement sur l’évolution de la représentation de l’espace physique et humain que constitue l’océan Indien, appellation qui apparaît tardivement dans les cultures européennes en tant que telle, mais qui renvoie à un espace perçu de longue date comme différent et complémentaire du Bassin méditerranéen. Avec la formation d’un monde globalisé à date portugaise, les rapports entre le monde méditerranéen et le monde de l’océan Indien sont progressivement renouvelés, voire transformés au cours du xvie siècle. On prendra ainsi pour terme de ce programme de trois années la formation de la monarchie ibérique, quand Philippe II prend la couronne du Portugal et que la vision ibérique de l’espace, liée à celle de territoire, s’impose à la conception portugaise de l’empire comme réseau.

Le projet est parti du constat que la mer Érythrée, l’océan Indien des Anciens, a été tôt perçue comme présentant une unité climatique (au sens grec du terme) et que, des géographes grecs aux cosmographes arabes et de ceux-ci aux Portugais, on peut reconnaître un continuum dans sa représentation. À partir de ce constat, trois thèmes de recherche ont été définis : la constitution et la tradition d’un patrimoine textuel commun, des premiers témoins grecs aux sources portugaises ; le processus de la formation d’un discours sur l’océan et ses confins, ses peuples riverains, les sagesses qui s’y perpétuent; la caractérisation des acteurs et des outils de ce discours et de ce savoir sur l’océan. Il s’agit notamment de mettre en lumière les rôles respectifs des géographes, des voyageurs, des marins, des marchands dans la connaissance de l’océan Indien et dans sa représentation, et d’évaluer quel enjeu le savoir sur l’océan a pu représenter pour les sociétés méditerranéennes. On attachera une importance particulière au savoir globalisé et à l’instrument de pouvoir qu’est la science des cartes, en isolant les moments de la transformation de l’image ptoléméenne du sud-est de l’œkoumène par l’expérience de l’océan et de ses golfes dans la science arabe, ottomane et portugaise.

ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

Le programme MeDIan est financé depuis décembre 2009 par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). Piloté par l’Université de Reims Champagne Ardenne (coord. D. Marcotte), il a pour partenaires la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (dir. R. Boucharlat ; resp. scientifique J.-B. Yon), le laboratoire Islam médiéval de l’UMR 8167 Orient & Méditerranée (dir. F. Micheau ; resp. scientifique E. Vallet) et la Bibliothèque Nationale de France (Département de Cartes et Plans, resp. scientifique C. Hofmann).

Il se développe en partenariat avec de nombreuses institutions internationales : le Deutsches Archäologisches Intitut (Berlin, présid. H. J. Gehrke), l’Institut d’archéologie de l’Université de Bergen (dir. C. J. Meyer), l’Institut d’Histoire de l’Universidade Nova de Lisbonne, le Centre Français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa (dir. M. Tuscherer), l’Archaeological Survey of India (dir. G. Sengupta) ; le Centre for Archaeological Studies and Training, Eastern India (Kolkata), le Department of Archaeology, Bangladesh, le Zanzibar Indian Ocean Research Institute (dir. A. Sheriff).