Ex oriente luxuria (2) – première étude de cas :perles et écailles de tortues

Programme détaillé: Ex oriente luxuria (2)

La première journée d’études (« Ex Oriente luxuria 1 ») s’était donné pour thème de réflexion l’objet de luxe en général. Notre objectif était d’éclaircir une notion destinée à se trouver constamment en arrière-plan des journées d’études suivantes. En effet, la plupart des produits « érythréens » – i. e. importés des contrées de l’océan Indien – sont presque automatiquement classés dans la catégorie « objet de luxe ». Or ce concept – ou cette catégorie – ne va pas de soi. Cette journée a été l’occasion de dresser l’état de la recherche académique sur ce sujet et de faire un premier état de la question. Ce faisant, nous avons voulu contribuer à replacer l’Antiquité au cœur des recherches sur le luxe et l’objet de luxe – un domaine bien exploré par nos collègues d’histoire moderne et contemporaine –.

Cette deuxième journée d’étude s’inscrit dans la continuité de la première, tout en prenant une autre orientation – qui sera aussi celles des suivantes – : nous passons aux études de cas, à savoir l’examen de certains objets et matières produits dans les mondes de l’océan Indien et consommés par les Méditerranéens. Ce faisant, ces études de cas mettent à l’épreuve les idées générales et, par induction, permettent d’affiner les concepts. Autrement dit, notre réflexion générale ne s’est pas arrêtée à la première journée, mais continue de se construire au moyen de ces corpus de documents spécifiques.

Strabon admettait que l’Europe produisait tout, sauf les aromates et les pierres précieuses de l’Asie. Il manquait à son énumération les précieuses ressources de la mer Érythrée, au premier rang desquelles les perles que désirait la luxuria des contemporains de Pline l’Ancien : quanta luxuriae materia mari sit (Pline, 1, 9a, 91). C’est à une autre matière précieuse que sera également consacrée cette journée d’études : l’écaille de tortue, prélevée sur les tortues marines de l’océan Indien. Perles et écaille font partie des produits de luxe dont la consommation a augmenté de façon très importante du fait de la demande romaine – demande de toute évidence satisfaite par l’usage devenu plus facile des routes de l’océan Indien – .
Dans le prolongement des discussions de la première journée, trois sujets ont été privilégiés pour cette étude de cas : 1) la relation entre l’objet de luxe (ici, perles et écaille) et ses qualités intrinsèques (beauté, prestige de l’origine) ; 2) la diffusion, ou « démocratisation » de l’objet de luxe; 3) l’objet de luxe comme signe social. Cette rencontre étant aussi un atelier de travail, nous accorderons une large place à l’échange d’idées et de points de vue.

 

Ex oriente luxuria (II) Première étude de cas : perles et écaille de tortue

Mardi 1er décembre – mercredi 2 décembre 2015

Maison de l’Orient et de la Méditerranée – 5/7  rue Raulin – Lyon

Salle Reinach

 

 

I – La splendeur des perles et de l’écaille – Thème de réflexion :  la beauté de l’objet de luxe

1er décembre – 14 h. – 17 h.

 

 

Introduction au thème d’étude : Françoise Gury & Jean Trinquier  (E.n.s. Paris) ; Pierre Schneider (M.O.M / université d’Artois)

 

Interventions de :

  • Jean Trinquier
  • Corinne Besson et Cyril Thiaudière (experts en bijouterie antique, cabinet Aurum Antiquum)
  • Florence Gombert-Meurice (Musée du Louvre, département des Antiquités égyptiennes)

 

 

II – Variété des perles et des écailles – thème de réflexion :  diversification des objets et « démocratisation » de l’objet de luxe

2 décembre – 9 h. – 12 h.

 

Introduction au thème d’étude : Françoise Gury, Jean Trinquier, Pierre Schneider

 

Interventions de :

  • Corinne Besson et Cyril Thiaudière (experts en bijouterie antique, cabinet Aurum Antiquum)
  • Natacha Coquery (Lyon II)
  • Jérôme Maucourant (Université Jean Monnet, Saint-Etienne)

 

 

III – Perles et écailles sous le regard de la  société – thème de réflexion : un signe social polysémique

2 décembre – 13 h. 30 – 16 h. 30

 

Introduction au thème d’étude : Françoise Gury,  Jean Trinquier, Pierre Schneider

 

Interventions de :

  • Federico de Romanis (université Tor Vergata, Rome)
  • Pierre Descotes (E.n.s. Paris)
  • Françoise Gury (E.n.s. Paris)