Sur la côte occidentale de Socotra, en 1847

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Charles Guillain, Relation d’un voyage d’exploration à la côte orientale de l’Afrique, réalisé pendant les années 1846, 1847 et 1848 par le brick Le Ducouëdic, tome 1, p. 349-353

J’avais l’intention d’aller mouiller dans la baie de Galan’sié, située dans l’est de Ras Bedou, pour y prendre de l’eau. J’espérais aussi y trouver quelque bateau destiné pour la côte d’Afrique, et auquel je pourrais demander un pilote. Un instant, je crus même que mon espoir allait se réaliser plus tôt : un point blanc, de forme triangulaire et ressemblant à un bateau sous voiles, venait d’être signalé par la vigie ; plus il se dégageait des vapeurs qui couvraient en ce moment l’horizon, plus l’illusion augmentait ; mais notre erreur ne fut pas de longue durée : ce que nous avions pris pour une voile n’était autre chose que la roche Saboyna, qui nous restait alors dans l’ouest, à environ cinq milles. La coupe triangulaire de cet îlot, la couleur blanchâtre du calcaire dont il est formé, rendue plus éclatante par les reflets de lumière qui l’inondaient alors, ce qu’il y a d’étrange dans la saillie abrupte de cette aiguille rocheuse à une assez grande distance de terre, tout, en un mot, rendait possible une méprise. Après midi, nous louvoyâmes avec une brise fraîche et donnant de fortes rafales, pour doubler Ras Bedou et atteindre le mouillage de Galan’sié ; mais, à minuit, nous étions encore sous le vent de ce dernier. Nous continuâmes donc à louvoyer pour gagner dans l’est. (…)

Socotra_76

Le 16 [janvier 1847], de minuit à cinq heures, nous manoeuvrâmes pour nous tenir à petite distance et au vent de la baie ; au point du jour, nous nous dirigeâmes sous toutes voiles vers Ras Galan’sié. Un banc de sable partant d’une petite baie comprise entre ce cap et Ras Sommari s’avance dans le nord-est à environ un mille au large de la ligne qui joint ces deux caps ; il assèche à basse mer, et, de haute mer, ses limites doivent toujours être, je crois, suffisamment indiquées par la couleur de l’eau qui le recouvre ; en tout cas, on aura, pour l’éviter, qu’à tenir Ras Bedou à l’ouest 26° sud du compas. Vers neuf heures, nous jetions l’ancre dans la baie par onze mètres fond de sable (…)

640px-Socotra_dragon_tree

Les terres qui entourent cette baie, sans être meublées d’une riche végétation, ont un riant aspect comparativement à l’affreuse stérilité de celles du sud et de l’ouest. A peu de distance des sommets rocailleux de Ras Bedou, les flancs du plateau auquel il se lie, bien que conservant des pentes roides et escarpées, sont du moins égayés par la verdure d’arbustes et d’arbrisseaux qui deviennent plus nombreux et plus serrés vers le pied des montagnes. Entre celles-ci et la mer, le terrain, uni et peu élevé au-dessus de la plage, forme une plaine assez étendue, couverte, dans toute sa partie ouest d’arbustes d’une hauteur uniforme qui lui donnent l’air d’une plantation. A l’angle sud-est de la baie, à une centaine de pas du bord de la mer, est le village, dont on aperçoit çà et là des cases entremêlées de dattiers. Au milieu de ces bouquets d’arbres s’arrondit le dôme de la mosquée blanchie à la chaux ; sa couleur tranche sur le vert sombre des palmiers et en fait l’objet le plus remarquable de la baie. Un petit dâo et plusieurs embarcations gisaient à sec devant le village. (…)

En arrivant à la plage, nous fûmes accueillis par un groupe d’hommes qui nous saluèrent en arabe (…). Celui de nos interlocuteurs qui paraissait être le plus ancien de la bande nous mena à l’une des cases, où nous suivirent les autres indigènes (…) Parmi eux se trouvaient le nakodah (patron) et les matelots du dâo échoué à la plage ; ils étaient venus de M’Kellé à Galan’sié pour y faire du poisson salé. Je les questionnai sur divers points de la côte d’Afrique que plusieurs d’entre eux prétendaient avoir parcourue et ils me donnèrent à ce sujet des renseignements qui s’accordaient à peu près avec ceux que j’avais déjà recueillis (…)

J’appris d’eux que la période la plus favorable, pour la cabotage, depuis Gardafui jusqu’au Djoub, est comprise entre la mi-février et la fin d’avril ou la mi-mai. Dans les premiers jours de janvier, les bateaux de l’Omân, qui sont destinés pour la côte orientale de l’Afrique, quittent les ports de Mascate et de Tsour en groupes de quatre ou cinq et se dirigent vers Socotra ; ils y renouvellent leurs provisions et traitent du semen, de l’aloès, un peu d’encens et des vivres frais, pour lesquels ils donnent des dattes et du riz. Ils s’avancent de là au sud de Gardafui et passent ordinairement à Hhafoun, où relâchent aussi, au commencement de février, le bateaux de la côte sud d’Arabie, de M’Kellé et Chehheur. Quelques-uns de ces bateaux s’arrêtent de préférence à Ras Mâabeur, s’ils ont besoin d’eau, parce qu’elle est bien meilleure et plus abondante qu’à Hhafoun ; puis tous descendent la côte, faisant escale où ils espèrent trouver des échanges. L’existence de la rivière Douara, que d’anciennes cartes géographiques représentent comme débouchant à la mer à cinquante lieues environs dans le nord d’Ourcheikh était un des faits dont il m’importait l’exactitude. Malheureusement mes interlocuteurs ne connaissaient pas même le nom de Douara. Ils m’affirmèrent, d’ailleurs, qu’il n’y avait aucun cours d’eau coulant régulièrement sur toute l’étendue de côte comprise entre Hhafoun et Ouarcheikh ; que seulement, dans la saison des pluies, il s’y formait des ruisseaux ou des ravines dont les eaux arrivaient à la mer. Ils mentionnèrent plus particulièrement au sud de Hhafoun un de ces ruisseaux, le désignant sous le nom de Ouadi Nougal.

suqutra océan indien

Crédits:

Carte « Socotra and neighboring islands » – Carte reproduite avec l’aimable autorisation de University of Texas Libraries (Perry Castañeda Library Map Collection) .

Dracaena cinnabari (Dragon’s Blood Tree)- Wikimedia Commons (author: Boris Khvostichenko).

Carte générale: « Indian Ocean relief location map » – Wikimedia Commons.