Henry Salt à Aksum (1805)

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Voyage en Abyssinie par Mr Salt, traduit de l’anglais et extrait des voyages de Lord Valentia, Paris et Genève, 1812, tome 1, p. 237-249

16 septembre [1805]
La première impression que me fit l’église d’Axoum fut de me rappeler les manoirs gothiques de la noblesse en Angleterre, avec lesquels elle a une ressemblance frappante. En nous approchant, nous passâmes devant les ruines d’un grand nombre d’obélisques renversés, dont quelques-uns n’offrent rien qui indique qu’autrefois ils aient été embellis d’aucun ornement de sculpture, et dont d’autres au contraire semblent avoir été fort soignés sous ce rapport. À la fin, après avoir passé un grand réservoir sur notre gauche, nous eûmes beaucoup de plaisir à voir un obélisque encore dressé sur sa base, que nous avait caché jusque-là le feuillage d’un grand darou. C’est sans aucun doute celui dont parle Poncet, et que Bruce a décrit et dessiné depuis. Il a environ quatre-vingts pieds de haut ; il est fait d’un seul bloc de granit, sculpté avec soin, et les proportions en sont très belles. Mon attention demeura longtemps fixée sur ce monument aussi beau qu’extraordinaire, dont le dessin, tel que l’a donné le dernier des deux voyageurs que je viens de citer, ne peut donner aucune idée. 1280px-Stelenpark_in_Axum_2010Il est difficile d’imaginer quels moyens durent être mis en œuvre pour dresser cette lourde masse de granit. L’étonnement, produit par un ouvrage de cette nature, est accru par le souvenir de l’état auquel l’Abyssinie se trouve réduite.

Un peu au dessous de cet obélisque, qui seul a bravé les injures du temps, et qui paraît si parfait qu’on le croirait élevé tout récemment, nous nous trouvâmes en face de l’église, que Bruce a mal à propos dépréciée. Si on la compare aux autres églises du Tigré, on trouve qu’il n’y en a aucune qui la vaille, pour la grandeur, la richesse et la sainteté, à l’exception de celle de Chélicut. Les prêtres eurent d’abord beaucoup de répugnance à nous en accorder l’entrée. Mais enfin le nom et l’autorité du Ras les y détermina. Nous sûmes ensuite que l’unique motif de leur résistance était qu’ils n’avaient pu préparer pour notre réception toutes les belles choses qu’ils possèdent. Ce qui frappe d’abord à l’extérieur, est la hauteur de l’église, qui ne peut être moindre de quarante pieds. La colonnade de la face est soutenue par quatre piliers massifs, de forme carrée et d’environ cinq pieds de côté, composés de petites pierres et recouverts de plâtre. Quand nous demandâmes à voir l’intérieur de l’édifice, la porte du fond s’ouvrit, et nous entendîmes chanter dans un appartement éloigné de nous ; ensuite quelques prêtres s’avancèrent en récitant des prières et brûlant de l’encens. Tous les livres, tous les trésors de l’église furent mis sous nos yeux. Les livres sont d’un très grand format, et couverts de dorures et de figures en relief. Quant aux trésors, ils ressemblent tellement à ceux de Chélicut, que ce n’est pas la peine de les décrire. J’appris par les livres, que la première église chrétienne fut fondée à Axoum, il y a onze cent quarante ans, à la même époque où fut fondée celle d’Abrahasuba ; et qu’elle fut détruite par Mahomet Cragné en 1526. L’église actuelle a été bâtie par le Sultan Ayto Fasil, fils d’Ayto Socinios, en 1657.Stela_aksum

Le soir, j’eus la visite du chef des prêtres, ainsi que des autres, qui vinrent avec leurs livres, pour s’assurer de mes connaissances relatives à l’écriture. Quoiqu’elles ne fussent pas fort grandes, elles suffirent heureusement pour me mettre en état de répondre à leurs questions, ou de les éluder, en sorte que je m’attirai de leur part beaucoup d’estime. Le grand prêtre me baisa la main avec transport, à cause de la grande connaissance que j’avais des livres sacrés ; je saisis l’occasion de lui présenter, avant la fin de sa visite, une pièce de satin rouge pour son église, voyant bien que, pour obtenir quelques informations, il fallait employer des moyens de ce genre. Les prêtres furent fort satisfaits de ce présent, mais ils me demandèrent d’attendre au lendemain matin, afin de le faire en public à l’église. L’établissement du clergé en ce lieu me semble beaucoup plus considérable que je ne l’ai vu ailleurs en Abyssinie, excepté à Chélicut. Cette dernière église étant celle que le Ras favorise le plus, et se trouvant située tout près de sa résidence, ne peut manquer d’être, en conséquence, plus soignée et plus enrichie, aussi longtemps qu’il aura en main le pouvoir. Axoum toutefois est fort respecté, comme ayant été pendant tant de siècles le siège de l’empire ; et le chef des prêtres s’y envisage comme ayant un rang fort supérieur à celui de toutes les églises situées à l’est du Tacazza. Même, actuellement, dans les grandes occasions, comme après une victoire, le Ras juge nécessaire de venir y faire ses dévotions, pour se rendre favorable le clergé, dont l’influence continue d’être très grande. L’habillement des prêtres diffère, à quelques égards, de celui de tous les autres ordres de personnes ; ils portent sur la peau une chemise de toile blanche, qui leur couvre tout le corps jusqu’aux genoux, outre le large manteau, et les pantalons serrés, qui constituent l’habillement ordinaire des Abyssins. Ils s’entourent la tête avec grâce d’un fin châle de coton, en laissant le haut de la tête découvert ; cette différence dans leur habillement leur donne un air fort respectable ; et autant que j’ai pu le savoir, leur conduite et leurs mœurs le sont également.  (…)

18 septembre

Je me levai de bon matin, et je me hâtai de retourner à l’inscription.
Quand j’eus complété et corrigé avec la plus grande attention la copie de chaque lettre visible, nous commençâmes à creuser la terre, pour découvrir la partie qu’elle recouvrait. Nous fûmes assez heureux pour en enlever environ un pied et demi, sans faire tomber la pierre sur notre tête ; et nous nous trouvâmes enfin parvenus, à ce qu’il me parut, à la fin de l’inscription. Cela fait, j’allai travailler au dessin de l’obélisque qui est encore sur pied (voyez L dans le plan). Je le trouvai fort différent de la figurer que Bruce en a donnée. Les ornements, qu’il a bien voulu appeler des triglyphes, des métopes, des gouttes (guttae) ne sont point irrégulièrement disposés, mais au contraire de la manière la plus régulière comme on le voit dans la figure, Planche VI. Je suis actuellement convaincu que toute la prétendue habileté de Bruce dans le dessin ne mérite aucune confiance. L’exemple actuel est une preuve de son peu de véracité et de sa rare assurance ; puisqu’il a donné comme une élévation géométrique, et dans le but de rectifier d’autres descriptions, un dessin aussi faux de ce monument. Les plus larges faces de l’obélisque sont tournées au nord et au sud. Celle du sud est la seule qui offre des sculptures. Parmi les obélisques renversés, il y en a un plus grand que celui-là, dont les ornements ne sont pas les mêmes, et qui en diffère en outre, en ce qu’il a dû être sculpté des deux côtés, ou du moins du côté opposé à celui de l’obélisque qui est actuellement debout. C’est sans doute un monument fort respectable ; mais qui peut juger de son antiquité ? La théorie de Bruce à ce sujet est si peu appuyée sur les faits, qu’elle mérite peu de confiance. Après avoir achevé mon dessin, j’allai au sommet de la colline à l’est, dans l’espérance de trouver encore quelques ruines. Il y a une espèce de double entrée, creusée dans le roc sur le côté occidental de cette colline ; et, sur le côté septentrional, sont des marches qui mènent au sommet : mais au sommet même, il n’y a pas la moindre apparence d’aucun ouvrage de l’antiquité. Toutefois ma peine ne fut pas tout à fait perdue ; car je pris des points de vue des objets principaux, et je complétai ainsi l’idée que je cherchais à me faire de la situation d’Axoum.

250px-EzanaGreekTablet

Crédits:  1) Stelen Park (Wikimedia Commons – photo : JensiS65) ; 2) King Ezana’s Obelisk at Aksum (Wikimedia Commons – photo : Pzbinden7) ; 3) Ezana stone (Wikimedia Commons ; photo: risinghabout – Rajesh Singh).