Le pays des Zendj

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Al-Mas’ûdî, Chaîne des chroniques (Reinaud, Relation des voyages faits par les Arabes et les Persans dans l’Inde et à la Chine dans le IXe siècle de l’ère chrétienne. Texte arabe imprimé en 1811 par les soins de feu Langlès, pub. avec de corrections et additions et accompagné d’une traduction française et d’éclaircissements par M. Reinaud , tome 1, Paris, 1845, p. 137-148)

 

Le pays des Zendj ; l’île de Socotra ; la mer de Colzom (mer Rouge) ; l’ambre et la perle

Le pays des Zendj est vaste. Les plantes qui y croissent, telles que le dorra, qui est la base de leur nourriture, la canne à sucre et les autres plantes, y sont d’une couleur noire. Les Zendj ont plusieurs rois en guerre les uns avec les autres; les rois ont à leur service des hommes connus sous le titre de almokhazzamonn (ceux qui ont la narine percée), parce qu’on leur a percé le nez. Un anneau a été passé dans leur narine, et à l’anneau sont attachées des chaînes. En temps de guerre, ces hommes marchent à la tête des combattants; il y a pour chacun d’eux quelqu’un qui prend le bout de la chaîne et qui la tire, en empêchant l’homme d’aller en avant. Des négociateurs s’entremettent auprès des deux partis ; si l’on s’accorde pour un arrangement, on se retire; sinon, la chaîne est roulée autour du cou du guerrier ; le guerrier est laissé à lui-même ; personne ne quitte sa place, tous se font tuer à leur poste. Les Arabes exercent un grand ascendant sur ce peuple; quand un homme de cette nation aperçoit un Arabe, il se prosterne devant lui et dit : « Voilà un homme du pays qui produit la datte ; » tant cette nation aime la datte, et tant les cœurs sont frappés.

Des discours religieux sont prononcés devant ce peuple; on ne trouverait chez aucune nation des prédicateurs aussi constants que le sont ceux de ce peuple dans sa langue. Dans ce pays, il y a des hommes, adonnés à la vie dévote, qui se couvrent de peaux de panthères ou de peaux de singes; ils ont un bâton à la main, et s’avancent vers les habitations; les habitants se réunissent aussitôt; le dévot reste quelquefois tout un jour jusqu’au soir, sur ses jambes, occupé à les prêcher et à les rappeler au souvenir de Dieu, qu’il soit exalté! Il leur expose le sort qui a été éprouvé par ceux de leur nation qui sont morts. On exporte de ce pays les panthères zendjyennes, dont la peau, mêlée de rouge et de blanc, est très grande et très large.

La même mer renferme l’île de Socothora, où pousse l’aloès socothorien. La situation de cette île est près du pays des Zendj et de celui des Arabes. La plupart de ses habitants sont chrétiens; cette circonstance vient de ce que, lorsque Alexandre fit la conquête de la Perse, il était en correspondance avec son maître, Aristote, et lui rendait compte des pays qu’il parcourait successivement. Aristote engagea Alexandre à soumettre une île nommée Socothora, qui produit le sabr, nom d’une drogue du premier ordre, sans laquelle un médicament ne pourrait pas être complet. Aristote conseilla de faire évacuer l’île par les indigènes, et d’y établir des Grecs, qui seraient chargés de la garder, et qui enverraient la drogue en Syrie, dans la Grèce et en Egypte. Alexandre fit évacuer l’île et y envoya une colonie de Grecs. En même temps, il ordonna aux gouverneurs de provinces, qui, depuis la mort de Darius, obéissaient à lui seul, de veiller à la garde de cette île. Les habitants se trouvèrent donc en sûreté, jusqu’à l’avènement du Messie. Les Grecs de l’île entendirent parler de Jésus, et, à l’exemple des Romains, ils embrassèrent la religion chrétienne. Les restes de ces Grecs se sont maintenus jusqu’aujourd’hui, bien que, dans l’île, il se soit conservé des hommes d’une autre race.Il n’a pas été parlé, dans le livre premier, du côté de la mer qui est à droite du navire, lorsqu’on sort des côtes de l’Oman et du pays des Arabes pour entrer dans la grande mer. Le livre premier ne traite que du côté de la mer qui est à gauche, et qui renferme les mers de l’Inde et de la Chine; en effet, l’Inde et la Chine étaient l’objet spécial de la personne d’après laquelle ce livre a été rédigé.

La mer qui sort de l’Oman et qui est à la droite de l’Inde, baigne (sur la côte méridionale de l’Arabie), le pays du Schehr où croît l’encens, ainsi qu’une portion du territoire des peuples de Ad, de Himyar, de Djorhom et des Tobbas. Ces peuples parlent des dialectes arabes mêlés d’expressions adyennes et fort anciennes, dont la plus grande partie est ignorée des Arabes. Ils n’habitent pas de bourgs, et mènent une vie grossière et misérable. Leur pays s’étend jusqu’au territoire d’Aden, sur les côtes du Yémen. La mer s’avance ensuite vers Djidda, et de Djidda vers Aldjar, jusqu’aux côtes de Syrie. Elle se termine à Colzom, à l’endroit où il est dit dans l’Alcoran que Dieu a posé une barrière entre les deux mers. La mer, en cet endroit, change de direction, et baigne la terre des Berbères. Le côté vers lequel se porte la mer, et qui est situé à l’occident, fait face au Yémen et la mer va baigner le pays des Abyssins, d’où on exporte les peaux des panthères berbériennes ; ce sont les peaux les plus belles et les plus propres. La mer baigne aussi Zeyla, territoire où l’on recueille l’ambre ainsi que le dzabal, qui est le dos de la tortue. Les navires de Syraf, lorsqu’ils se dirigent du côté qui est situé à droite de la mer de l’Inde, et qu’ils entrent dans la mer de Colzom, s’arrêtent à Djidda. Les marchandises qui sont destinées pour l’Égypte sont transportées de Djidda dans des navires particuliers à la mer de Colzom. Les navires de Syraf n’osent pas s’avancer sur cette mer, à cause des difficultés de la navigation et du grand nombre de rochers qui sortent de l’eau. Ajoutes à cela que, sur les côtes, il n’y a ni gouverneurs, ni lieux habités. Un navire qui vogue sur cette mer a besoin de chercher, pour chaque nuit, un lieu de refuge, de peur d’être brisé contre les rochers; il marche le jour, mais il s’arrête la nuit. Cette mer, en effet, est brumeuse et sujette à des exhalaisons désagréables. On ne trouve rien de bon au fond de l’eau ni à la surface. Cette mer est loin de ressembler aux mers de l’Inde et de la Chine. Les mers de ces pays recèlent dans leur sein la perle et l’ambre, et leurs montagnes fournissent des pierreries et des mines d’or; les animaux portent à leur bouche de l’ivoire ; la terre produit l’ébène, le bois de brésil (baccam), le bambou (khayzoran), l’aloès, le camphre, la muscade (djouzboua), le girofle, le sandal, et les autres substances parfumées, ou d’une odeur saisissante. Les oiseaux sont le perroquet et le paon ; les bêtes qu’on y chasse sont la civette et la chèvre produisant le musc. On ne finirait pas, si on voulait énumérer tous les avantages qui distinguent ces contrées.

L’ambre est une substance que la mer rejette sur ses rives. Elle commence à se montrer dans la mer de l’Inde, sans qu’on sache quel est son véritable point de départ. L’ambre de première qualité est celui qui est jeté sur les côtes de Barbera et du pays des Zendj, ainsi que sur les côtes du Schehr et de la portion de l’Arabie qui l’avoisine. C’est l’ambre en forme d’un œuf rond et bleuâtre. Les habitants de ces contrées vont la nuit sur leurs côtes, lorsque la lune jette ses lueurs; ils ont des chameaux qui connaissent l’ambre, et qui sont dressés à la recherche de cette substance. Ils montent sur leurs chameaux, et, quand le chameau aperçoit un morceau d’ambre, il s’accroupit, aussitôt le cavalier descend et ramasse le morceau. On trouve aussi à la surface de la mer des morceaux d’ambre d’un poids considérable. Ces morceaux sont presque aussi gros qu’un taureau. Quand le poisson appelé tâl aperçoit cet ambre, il l’avale ; mais cet ambre, une fois arrivé dans son estomac, le tue, et l’animal flotte au-dessus de l’eau. Il y a des gens qui savent à quelle époque viennent les poissons qui avalent l’ambre ; ils se tiennent aux aguets dans leur barque; et, quand ils aperçoivent un poisson qui surnage, ils le tirent à terre avec des crochets de fer qu’on a enfoncés dans le dos de l’animal, et auxquels tiennent de fortes cordes; ils ouvrent le ventre de l’animal et en retirent l’ambre. La partie qui se trouve près du ventre de l’animal, et qui porte le nom de mand, répand une odeur infecte. Les vertèbres qui la surmontent se trouvent exposées chez les droguistes à Bagdad et à Bassora; mais la partie qui ne donne pas de mauvaise odeur est très propre.Avec les vertèbres du dos du poisson nommé tâl, on fait quelquefois des sièges sur lesquels l’homme peut s’asseoir à son aise. On dit que, dans un bourg situé à dix parasanges de Syraf et appelé Altâyn, il y a des maisons d’une construction extrêmement ancienne; la toiture de ces maisons, qui sont légères, est faite avec les côtes de ce poisson. J’ai entendu dire à quelqu’un que jadis, tandis qu’il se trouvait auprès de Syraf, un de ces poissons vint échouer sur la côte. Il alla voir l’animal et trouva des personnes qui étaient montées sur son dos à l’aide d’une échelle légère. Les pêcheurs, quand ils prennent un de ces poissons, l’exposent au soleil, et le coupent par morceaux. A côté est une fosse où se ramasse la graisse; quand la chaleur du soleil a fait fondre la graisse, on puise dans la fosse; on met la graisse dans des vases et on la vend aux maîtres de navires. Cette graisse est mêlée avec d’autres matières, et on en frotte les vaisseaux qui vont sur la mer; elle sert à couvrir les traces des sutures et à boucher les trous. La graisse de ce poisson se vend fort cher.

La formation de la perle est un ouvrage de la sagesse de Dieu, dont le nom soit béni. Le Dieu très haut dit dans l’Alcoran : « Louanges à celui qui a créé tous les êtres par paires, tant ceux qui germent dans le sein de la terre, que ceux qui appartiennent à l’espèce humaine, sans compter ceux que l’homme ne connaît pas. » La perle se présente d’abord sous la forme de la graine de l’aser; elle en a la couleur, la forme, la petitesse, la légèreté, la finesse et la faiblesse; elle voltige faiblement sur la surface de l’eau, et elle tombe sur les flancs des barques des plongeurs. Peu à peu elle se fortifie, elle grossit et prend la dureté de la pierre. Quand elle a acquis du poids, elle s’attache au fond de la mer, et elle se nourrit de ce que Dieu seul connaît. Dans le principe, on ne trouve dans la perle qu’un morceau de viande rouge, qui ressemble à la langue à sa racine, n’ayant pas d’os, ni de nerfs, ni de veines. Du reste on ne s’accorde pas sur la formation de la perle. Quelques auteurs ont dit que le coquillage, lorsqu’il pleut, monte jusqu’à la surface de l’eau, et ouvre la bouche pour recueillir les gouttes de la pluie; ces gouttes se transforment en graines. D’autres auteurs soutiennent que la perle est engendrée par la coquille même ; c’est l’opinion la plus vraisemblable des deux; en effet on trouve quelquefois la perle dans la coquille, sous forme d’un végétal qui tient à la coquille même; on peut l’en séparer, et c’est ce que les marchands qui voyagent sur mer nomment la perle cala. Dieu seul sait ce qui en est.