Les éléphants domestiqués de l’Inde vus des Pays Bas

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Histoire de la navigation de Jean Hugues de Linschot, Hollandais, aux Indes Orientales, contenant diverses descriptions des lieux jusques à présent découverts par les Portugais. Observations des coutumes et singularités de delà, et autres déclarations. 3e édition augmentée, Amsterdam, 1638, chapitre 46, p. 87-89.

 

On trouve des éléphants en divers endroits des Indes, mais le plus grand nombre est en Éthiopie par delà Mozambique au dedans du pays où les Caffres Nègres habitent, qui les tuent pour les manger et vendent leurs dents aux Portugais. Il y en a aussi grande quantité es pays de Bengala et Pegu, lesquels on prend à la chasse avec grande troupe de gens et d’autres éléphants apprivoisés. On en enferme quelquefois bien deux mille dans une enclosture, desquels on se contente de retenir cent ou deux cents, laissant aller les autres pour les multiplier. Ceux qu’on retient s’apprivoisent et adoucissent avec le temps, par menaces par faim et soif et autres manières, les accoutumant à reconnaître la voix de l’homme ; finalement, on les oing d’huile et les lave fort soigneusement. Par ce moyen étant domts ils se laissent gouverner à leurs maîtres ; et approchent fort du naturel de l’homme et n’en diffèrent que quant à la forme et la parole. Il s’en trouve aussi une grande multitude au Royaume de Sian, là où le peuple adore solennellement un éléphant blanc, comme le tenant pour le roi des autres. Mais ceux de l’Isle de Seylan surpassent en esprit et en entendement. Car au dire des Indiens, ils sont honorés des autres, comme s’ils les reconnaissaient pour leur princes, et par eux sont adorés en signe de soumission.

Calicut_1572

On se sert des éléphants es Inde pour porter balles, tonneaux et autres fardeaux ; ils sont nourris aux dépens du roi et si on a affaire, il se faut adresser au maître qui en a le gouvernement, et faire marché avec lui de prix de la voiture. Le maître s’assied sur leur col et étend ses pieds sur leurs oreilles, tenant en sa main un aiguillon duquel il poinct leurs testicules, qui est la manière de les dompter. On serre bien fermement le fardeau dont on les charge de peur qu’il ne penche plus d’un côté que de l’autre. Cela fait, le maître leur fait prendre la bride avec leur trompe et la mettre autour de leurs dents, et en cette manière on leur fait porter le fardeau où on veut. Si l’on veut décharger sur quelque navire, on fait approcher le navire du bord, et l’éléphant entrant dedans, lui-même l’y décharge, et met des pierre dessus pour l’assurer et de ses dents essaye s’il tient fermement et si n’y a point danger qu’il roule. Ils traînent aussi sans grande difficulté des pièces de canon tant de fer que de fonte ; et tirent à terre, des barques et caravelles forts à leur aise ; et en somme font tous les services, à porter et traîner que font par deçà les chevaux. Ils sont nourris de riz et d’eau. Ils prennent leur repos comme les autres animaux à quatre pieds, ploient les genoux et retirent les jambes pour dormir.

En temps d’hiver, lorsqu’il fait de grandes pluies, ils deviennent ordinairement furieux, indomptables et comme enragés ; et lors on les mène hors de la ville, en certain lieu on les lie de chaîne de fer à quelques gros arbres, et là sont nourris à l’air, tant que cette fureur se passe, qui dure ordinairement tout le long de l’hiver, à savoir depuis avril jusques en septembre. Après cela ils reviennent à leur première douceur, et se rendent traitables à ceux qui ne leur font aucun mal, mais si on les irrite avec insolence, ils n’épargneront pas ceux qui les auront offensés, et l’oublieront jamais de s’en venger. 640px-The_King_of_Cochin_riding_on_an_Elephant,_attended_by_his_NairsLeurs dents sont en grande estime par toute l’Inde, principalement en Cambaia, là où l’on en fait divers ouvrages d’ivoire, et les femmes en portent des bracelets de huit ou neuf tours. On en transporte du pays d’Éthiopie et de Mozambique.

Les insulaires de Seylan et les habitants de Pegu s’en servent ordinairement en guerre, leur attachent des épées aux dents, et dressant sur leur dos des tourelles, du haut desquelles cinq ou six hommes armés combattent, avec arbalètes, arquebuses et pots à feu, qu’ils jettent sur les ennemis, qui en sont épouvantés, et les rangs desquels sont rompus et mis en déroute par ses éléphants. Mais si l’un d’eux vient à tourner, les autres aussi prenant l’épouvante font de même, et renversent et foulent leurs propres gens. Ils ont en horreur les souris, les loirs et les fourmis, craignant qu’elles n’entrent en leur trompe. Ils redoutent aussi le bruit et la flamme des canons, s’ils n’y sont accoutumés à la longue. Quand ils s’accouplent, le mâle cherche quelque lieu élevé, la femelle se tenant plus bas. Avant que voir ils donnent à connaître leur venue par le battement de leurs pieds, et secouement continuel de leur grandes oreilles. Tout gros qu’ils sont, ils ont telle agilité, qu’en vitesse de course, il ne cèdent guère à de chevaux. Ils sont extrêmement fiers et ambitieux. Les jours de fête et de procession, ils s’y trouvent aussi, en tel ordre que les plus jeunes vont devant, et les plus vieux les suivent, portant chacun sur leur dos cinq ou six joueurs de trompette pour donner passe-temps à la troupe, laquelle ses animaux suivent d’un port grave et démarche autant magnifique que nuls hommes sauraient faire.
(…) Il advint aussi au temps que je devais partir de Cochin pour retourner au Portugal, comme le timon de notre vaisseau ayant besoin de réparation eut été lié à un esquif afin d’être tiré au bord, pour de là être traîné sur des rouleau qu’à cet effet un éléphant fut amené. Le timon était grand et pesant, car le navire était de 800 lasts, et l’éléphant était jeune. Dont le sentant peu bâtant à tel œuvre, étant tombé sur ses genoux de devant, se prit à crier d’une voix lamentable avec larmes pour le regret et ennui qu’il avait de sa faiblesse. D’autre part le maître tançait en présence de la compagnie comme pour lui faire honte. Mais ne pouvant pour cela faire davantage, un autre éléphant fut amené à l’aide duquel le timon était sur le point d’être tiré dehors ; ce que le premier ne voulant endurer comme s’il eût été mu de jalousie le repoussa de la tête et des dents, et paracheva tout seul ce qui restait. Dont un chacun peut remarquer l’esprit de cet animal non moins ambitieux que l’homme.

710px-Portugues_map_of_India,_1630

Ils sont aussi fort reconnaissants et bien recors des bénéfices qu’on leur a fait. Au nouvel an les maîtres qui en ont la conduite ont accoutumé de s’adresser au vice-roi, à l’archevêque et autres gens de marque pour avoir leurs étrennes. Lors ces animaux approchant de la porte, s’abaissent et ayant reçu le don ploient le genou, comme remerciant au nom de leur maître, réputant le bien qui lui a été fait fait comme leur propre. Et quand ils passent devant les maisons où on leur a donné quelque chose, comme en signe de souvenance, font la révérence à l’huis en baissant la tête. Ils ont appris de leurs maîtres d’en faire autant aux portes des temples et à l’image de la croix. Ils sont accoutumés d’aller d’eux-mêmes au marché aux herbes, là où chacun leur présente quelque chose.

Crédits photos:  Calicut (Georg Braun and Franz Hogenbergs, Atlas Civitates orbis terrarum, 1572; Wikimedia Commons) ; le roi de Cochin sur un éléphants avec ses soldats (gravure de Jan Huyghen van Linschoten – Wikimedia Commons) ; l’Inde sur une carte portugaise ( Taboas geraes de toda a navegação, divididas e emendadas por Dom Ieronimo de Attayde com todos os portos principaes das conquistas de Portugal delineadas por Ioão Teixeira cosmographo de Sua Magestade, anno de 1630 – Wikimedia Commons; cliché: Jeronimo de Ataide, João Teixeira)

 


Une réflexion au sujet de « Les éléphants domestiqués de l’Inde vus des Pays Bas »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Les commentaires sont fermés.