Sur un boutre en mer Rouge, au large du Hedjaz

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Abd el-Hamid Bey (Louis Ducouret [1812-1867?]), Journal d’un voyage en Arabie, rédigé par Alexandre Dumas, Bruxelles, 1856, p. 177-191.

D’autres [matelots] se baignaient au milieu des requins. La première fois que j’avais vu cet effrayant spectacle, j’avais eu la bonhomie de leur crier de prendre garde. Le capitaine me rassura : « Bon ! me dit-il, soyez tranquille. Ils mangeront le requin avant que le requin ne les mange ! »
Le fait est que, dans les traversées de la mer Rouge et de la mer des Indes, les nègres m’ont toujours paru plus friands de requins que les requins friands de nègres. J’ai vu, au reste, plus d’un duel de ce genre, d’où l’homme ne manquait jamais de sortir vainqueur. Ainsi le nègre porte constamment au bras gauche une espèce de bracelet en cuir auquel il suspend un large couteau recourbé. Quand il se sent flairer de trop près par le requin, il tire son couteau et passe comme un éclair sous le ventre du squale. Bien entendu, en passant, il lui a ouvert le ventre dans une longueur de trois ou quatre pieds, plus ou moins (…)


Les requins blessés à mort ainsi plongent et disparaissent comme la baleine, mais tout blessés qu’ils sont, ils suivent sous l’eau le navire et, une, deux, trois heures après, ils remontent à la surface, épuisés, ayant perdu tout leur sang. Alors on leur passe autour du corps un nœud coulant, on les laisse suspendus jusqu’à ce qu’ils soient bien morts, puis on les amène sur le pont, où on les dépèce, et où chacun tire au plus gros morceau. Les uns font bouillir, les autres font frire, les autres enfin font sécher au soleil leur part de pêche. La meilleure de ces trois préparations est exécrable. Et cependant, le requin forme la nourriture habituelle des marins de ces côtes, pour lesquels c’est un morceau des plus délicats.

Narration de la capture d’un requin

Le requin y passa tout entier, à l’exception du foie, qu’ils conservèrent pour faire de l’huile : un foie de requin donne de vingt-cinq à trente livres d’huile. Cette huile leur servit à peindre le boutre et, tout en peignant le navire, à se frictionner eux-mêmes ; grâce à ces frictions, ils infectent, mais peuvent rester nus au soleil. C’est aussi grâce à ces frictions qu’ils doivent de pouvoir demeurer à l’eau pendant des heures entières.

(…)
Il est rare de voir des baleines dans la mer Rouge ; aussi, comme je l’ai dit, tout le boutre était-il fort en émoi. S’il l’on pouvait joindre et harponner la baleine, c’était la fortune de l’équipage ; la capitaine aurait pris une part, un quart peut-être ; le reste serait revenu aux matelots ; et ce n’eût plus été vingt-cinq ou trente litres d’huile, comme on avait fait fait avec le foie du requin, mais bien de deux mille à deux mille cinq cents livres !

La baleine en question était une petite baleine, mais, telle qu’elle était, on s’en fût contenté. On gouverna pour s’en rapprocher d’elle. En même temps, on mettait les deux canots à la mer. Quatre hommes et un harponneur, dépouillés de tout vêtement, descendirent dans le canot. Malheureusement, nous n’étions guère organisés pour cette pêche et je compris bientôt que nos hommes étaient plus inquiets que joyeux de leur bonne fortune (…)

Nous nous trouvions par le travers d’un des derniers mouillages de la province de Hedjaz ; nous étions assez près de terre pour distinguer les maisons comme des points blancs surmontés de panaches verts, qui n’étaient autres que des palmiers. J’eus l’idée de profiter de l’heure que nos marins emploieraient à chasser la baleine pour chasser, moi, les gazelles dans les îles qui nous entouraient.