De Bassora à Mascate

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

V. Fontanier, Voyage dans l’Inde et dans le golfe Persique, par l’Egypte et la mer Rouge (seconde partie, tome 1), Paris, 1844, p. 15-19

Nous descendîmes le courant du fleuve en nous réglant sur la marée, et le schemal nous favorisant, nous naviguâmes bientôt en pleine mer. Notre route fut celle de tous les navires arabes ; quoique mon nacoda m’eût promis de relâcher à Bouchir, son intention n’était nullement de le faire ; il s’approcha cependant assez du littoral, puis il se tint toujours en vue, mais à bonne distance de la côte de Perse, pour éviter les récifs qui la bordent, jusqu’à notre arrivée devant les rochers de Cangoun. Là commence un groupe d’île dont Kechem est la plus considérable, et là aussi finissent les récifs. Nous fîmes route entre les îles et le continent et eûmes une mer calme, quoique le vent fût très fort. Comme je désirais savoir si les habitants de la côte étaient des Arabes, le nacoda jeta l’ancre un soir devant une bourgade, et on envoya à terre pour faire de l’eau dont on remplissait les outres, et pour acheter quelques provisions. J’eus pour cinquante sous une belle chèvre et son chevreau, et n’entendis parler que le persan, quoique les habitants portassent à la tête le mouchoir arabe au lieu du bonnet ordinaire en peau de mouton.800px-Castle_Portuguese,_Qeshm_1390_(4)

Je soupçonne par là, et par les informations que je pris, que l’établissement des Arabes sur la côte orientale n’est pas général, comme on l’a supposé, et qu’il reste peu de traces des anciennes invasions. Meilleurs navigateurs que les Persans, établis dans une péninsule qui a une plus vaste étendue de côtes, les Arabes auront eu de plus grandes relations commerciales et se seront fixés progressivement dans les ports principaux, à Bouchir, à Bender-Abbaz et sur les côtes du Belouchistan. C’est de cette manière que je m’explique leur présence sur ces divers points et la possession où ils sont du gouvernement.

Nous longeâmes les îles d’assez près pour que je pusse voir qu’elles sont fort misérables. Notre nacoda, qui avait une grande pratique de ces parages, m’exliquait tout ce qui n’était d’aucun intérêt, et ne pouvait me donner de renseignements sur ce que j’aurais désiré connaître. Ainsi, je sais que chaque île est gouvernée par un cheik, mais j’ignore jusqu’à quel point il dépend de ses voisins ou du gouvernement persan. J’ignore aussi s’il paie quelque redevance et à combien elle s’élève. Enfin, je n’ai pu savoir su ces insulaires étaient de paisibles cultivateurs que le tumulte du monde peut difficilement atteindre, ou de hardis pirates. A en juger par l’apparence du pays, je doute qu’il puisse nourrir ses habitants ; je n’ai vu en effet qu’une culture assez pauvre et quelques bouquets de dattiers croissant misérablement sur un sol ingrat. Ces îles m’ont paru fort sablonneuses et formées d’un terrain d’alluvion semblable à celui du littoral de la Perse.

Quand nous découvrîmes la pointe septentrionale de Kechem, nous changeâmes de direction et courûmes vers le détroit où commence le golfe. Ce trajet, que l’on ne peut faire qu’en un jour, est le plus dangereux de la navigation et j’en ai déjà expliqué la raison. Nous eûmes un vent très fort qui, ayant suivi la mer dans toute sa longueur, nous amenait d’énormes vagues. Elles vinrent se briser contre la marée montante qui s’opposait à notre marche, et nous souffrîmes horriblement jusqu’à ce que le courant se fît en notre faveur ; c’était pendant la nuit, et comme nous n’étions pas loin de terre, nous courions grand risque de nous jeter sur la côte. Mais la nature a doué les Arabes de tels organes visuels que notre nacoda aperçut à grande distance, et par une obscurité profonde pour nous, les rochers de Selamet. Nous les atteignîmes au point du jour , et aussi tôt que nous les eûmes dépassés, l’agitation des flots cessa comme par enchantement, quoique le vent n’eût pas diminué d’intensité et que nous vissions s’élever de fortes vagues dans le golfe de Bender-Abbaz.Hormuz_Island

C’est au phénomène que je cherche à expliquer que sont dus la plus grande partie des naufrages dans le golfe, car presque tous ont lieu dans ces parages. C’est peut-être pour cette raison aussi que les premiers rochers que l’on voit apparaître à la surface de l’eau sont nommés selamet, ou du salut, tandis que la pointe qui s’avance plus au sud et sur la côte opposée se nomme moubarek, ou bienheureuse, parce que après l’avoir doublée on entre dans la mer des Indes où les coups de vent sont inconnus.

Comme nous fûmes surpris par le calme dans le détroit, et que le vent était contraire, j’eus tout le loisir pour observer les deux côtes entre lesquelles nous louvoyions. Elles étaient stériles toutes deux, mais on remarquait cependant un peu plus de cultures du côté de l’Arabie. On apercevait même un village et quelques dattiers au fond d’une vallée. Mon nacoda me dit que là commençaient les tribus alliées des Abou-Ali, contre lesquels les Anglais avaient fait une expédition désastreuse. Ces Arabes possédaient, au pied de la montagne que l’on nomme Raz-Kaima, un port où ils armaient des pirates qui infestaient le golfe. Ils pillèrent un jour un navire anglais et il fallut faire contre eux une expédition. (…)

Pendant que nous courrions des bordées, j’eus l’occasion de reconnaître combien la mer est poissonneuse dans cet endroit. Notre nacoda monta dans le canot et alla pêcher. En moins d’une heure, il prit une trentaine de dorades, dont il sala la plus grande partie. Nous avions égorgé ce jour là un mouton, et nous eûmes un grand festin pour nous reposer des fatigues de la nuit.

800px-Musandam_fjord

Quand ils ont dépassé le cap Moubarek, les Arabes ne se dirigent pas droit sur Mascate. Ils vont au sud-est jusqu’à ce que le cap Yechem, que les Anglais, qui défigurent tous les noms, nomment dans leurs cartes Jason, reste droit au nord. Alors leur course est vers le sud. Ils prennent cette précaution pour que les courants ne les poussent pas vers les dangers situés au nord-ouest de Mascate. Nous arrivâmes pendant la nuit dans le port, qui se trouve dans les anfractuosités de montagnes. Il se divise en deux bassins, celui de Matra, qui est près de l’embouchure, et celui de Mascate, qui est plus vaste et plus profond.

 

Crédits : Portuguese castle in the Qeshm town, Qeshm , Iran (Alborz Fallah – Wikimedia Commons); Hormoz Island, Persian Gulf, Iran (Ninara – Wikimedia Commons); The village Bukha on the Musandam peninsula (Eckhard Pecher – Wikimedia Commons)