Dans les parages du Bab al-Mandab

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

H. de Monfreid, Lettres de la mer Rouge (Aventures extraordinaires  [1911-1921]), Paris,  2007, p. 576-579.

13 juillet 1915

A 4 heures, nous sommes en vue des terres plates de la côte arabe. Le phare de Moka ne fonctionnant plus depuis la guerre avec les Turcs, je ne puis reconnaître de nuit notre position. Nous virons de bord par temps calme.
A 6 heures, une petite brise se lève du sud et nous mettons cap au nord-nord-ouest. Le temps est magnifique, mais un peu trop calme car nous faisons peu de route. Dans la matinée, nous prenons des bonites: je n’affirmerai pas que c’est bien ce poisson; c’est un grand maquereau de 80 cm de long et sa chair ressemble à celle du thon. C’est un mets exquis. le vent tombe est ce n’est plus qu’une petite brise qui moire à peine la mer immobile.

A 14 heures, la brise se lève du nord et nous faisons route nord-nord-ouest.

A 16 heures, aperçu les montagnes de l’île de Grande Hanish.

A 18 heures, nous doublons par sa pointe sud le récif de Parkin: ce récif ressemble comme à un dépôt de charbon, car il est formé de roches noires comme du jais. il est couvert d’oiseaux. D’ailleurs, ces volatiles sont très familiers: ils viennent au-dessus du bateau et y planent à portée de la main, dans les remous de vent formés par la voile. C’est très curieux de voir ces animaux suspendus dans les airs, les ailes absolument immobiles; leur tête seule va et vient, et leurs yeux vifs semblent regarder avec intérêt. On peut causer, crier, aller et venir, cela ne les inquiète point. Nous approchons de la Grande Hanish, laissant par tribord des petites îles bizarrement découpées qui se dressent hors de la mer, comme de colossales ruines.

Le soleil se couche derrière la Grande Hanish, le temps est un peu brumeux et le ciel est rouge-orange. Les montagnes de l’île semblent être de velours noir et grenat foncé. De grandes coulées de sable blanc dévalement sur leur flanc sombre et en quelques endroits des mamelons de terre rouge émergent au milieu de la lave noire.
J’approche à quelques encablures du rivage, à l’embouchure d’une de ces rivières de sable blanc. J’ai la vision d’un monde mort; la plage est hérissée de récifs noirs qui semblent de vieilles épaves mangées par la mer. Le crépuscule, le ciel rouge, le vent qui souffle, brûlant, achèvent de rendre dramatique l’aspect de cette grande île morte.
Nous virons de bord; je veux doubler au nord les deux îles « Coin ». La nuit est noire et sans étoiles, le vent fraîchit de plus en plus. Je ne distingue plus rien; dans le noir opaque, la crête des lames qui déferlent jettent des phophorescences qui semblent être les yeux méchants d’une multitude d’animaux bizarres.

Je suis pris brusquement de la crainte d’être drossé par un courant et de manquer de doubler les îles Coin. Je fais deux bordées pour monter dans le vent. Tout cela dans les ténèbres les plus opaques et avec des îles et des récifs de tous les côtés. Enfin, par bâbord, je vois une ligne brillante à un demi-mille. C’est la pointe de l’île où la mer se brise avec phosphorescence. C’est fini, nous avons la route libre. Le vent tourne au nord-ouest et nous pouvons alors faire route nord.
A 1 heure du matin, un choc violent sur l’arrière nous met tous debout. l’homme de barre crie: « C’est un requin! ». et en effet un sillon de feu marque la fuite du squale énorme. C’est lui qui a heurté le gouvernail. Nous avons eu de la chance d’en être quitte sans avarie.

14 juillet
Au lever du jour, calme. Nous avons le Djebel Zukur par ouest. En attendant la brise, je fais une réparation à la drisse de grand-voile qui me donnait des inquiétudes.

A 7 heures, le vent se lève sud-est. Nous faisons route grand largue nord-ouest. J’ai l’intention de toucher Massawa, où j’ai l’espoir d’avoir des renseignements sur Farsan (…).

A midi le calme est absolu. La chaleur est terrible et je subis une réelle torture. Je suis obligé de faire arroser le pont, sur lequel il est impossible de marcher. Même à l’ombre, tous les objets sont brûlants au toucher. Le thermomètre marque 49, 5° à l’ombre la plus fraîche. L’air est humide et le corps ne cesse de ruisseler de sueur. Je n’ai jamais éprouvé une telle angoisse à Djibouti, où l’air est plus sec. Cela dure jusqu’à 16 heures. Alors seulement une petite brise se lève. A 16 heures, elle souffle frais et nous marchons nord-nord-ouest, toutes voiles pleines.