Un voyageur moderne le long de l’ancienne Troglodytique

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Edm. Combes, Voyage en Egypte, en Nubie, par les déserts de Beyouda, des Bicharys, et sur les côtes de la mer rouge, Paris, 1846, p. 349-359

Les Bédouins qui fréquentent le littoral communiquent par terre avec Cosseïr et Massaouah, mais principalement avec ce dernier port. Voici le nom des stations ordinaires comprises entre Saouakim et Massaouah :

De Saouakim on se rend à Barrâ-bab, de Barrâ-bab à El-Mactah, de El-Mactah à Aghig Kebir, de  Aghig Kebir à Hasséri, de Hasséri  à Gueurgueur, de Gueurgueur à Hadouména, de Hadouména à Haïddo, de Haïddo à El-Hasséma Add-Hégalal, de El-Hasséma Add-Hégalal à Add-Hégalal, de Add-Hégalal à Dar-Gaïa, de Dar-Gaïa à El-Hasséma, de El-Hasséma à Massaouah.

On trouve de l’eau dans toutes ces stations. Deux chefs indigènes, dont l’un s’appelle Heidad et l’autre Mohamed-Hasséri gouvernent cet espace, occupé par une peuplade nommée Abab. Cette peuplade est musulmane et parle la langue des habitants de Massaouah. Elle reconnaissait à cette époque l’autorité du pacha d’Égypte et vivait en paix avec ses voisins.

J’avais un grand désir de visiter l’Abyssinie et pendant mon séjour à Souakim, j’eus un moment la pensée de me diriger vers Massaouah pour me rendre de là dans l’intérieur du pays chrétien ; mais on m’assura qu’il me serait impossible de pénétrer dans ce royaume sans l’agrément du naïb d’Arkéko et l’on ajouta que  l’on obtenait cet agrément qu’à prix d’or. Je n’étais pas en mesure de satisfaire aux exigences de ce chef et je dus ajourner l’exécution de ce voyage. Une barque arabe se disposait à mettre à la voile pour Djeddah, j’en revins à mon premier projet et me décidai à partir pour cette ville.  (…)

Le 19 juin, nous quittâmes Saouakim. Le temps était calme au moment de notre départ, mais notre bateau était petit et nous nous éloignâmes du port à force de rames. Dès que le vent se leva et que les flots agités secouèrent notre barque, je fus saisi de ce mal affreux qui m’avait presque découragé en traversant la Méditerranée, et je compris alors que la mer ne serait jamais mon élément (…). Notre bateau côtoyait le rivage et ne devait s’aventurer dans la haute mer que lorsqu’il se trouverait en face de Djeddah, selon l’usage des marins qui ne sortent pas du golfe Arabique. Tous les soirs, avant le coucher du soleil, nous jetions l’ancre dans un de ces mille refuges que la mer Rouge offre aux petites barques, et nous passions surtout la nuit au mouillage. Cette mer est semée d’écueils surtout dans le voisinage de la terre et, quoique les pilotes soient assez bien fixés sur leur position, il serait imprudent, à ne pas vouloir prendre le large, de naviguer pendant l’obscurité. Lorsque les Bédouins du littoral nous voyaient arrêtés, ils apportaient sur le rivage le lait de leurs troupeaux et le vendaient aux matelots et aux passagers. Dès que nous étions à l’ancre, je me hâtais d’abandonner la barque pour aller me reposer à terre ; les bords de la mer étaient recouverts de coquillages que les flots avaient jeté sur la grève. Les matelots ont très mauvaise opinion des habitants de la côte. Ils ne se hasarderaient pas à passer la nuit le rivage, et ils ne voulurent jamais consentir à m’y laisser seul. (…)

J’ai déjà fait connaître les marins du Nil, je parlerai maintenant de ceux de la mer Rouge. Les matelots employés dans les barques arabes se composent en grande partie de nègres esclaves que leurs patrons louent aux capitaines marchands : les maîtres s’emparent du salaire de ces esclaves en ne leur abandonnant qu’une très faible part. Ces matelots sont en général très agiles et très forts. La plupart des réïs et des officiers de l’équipage sont des Arabes des villes maritimes ou des Bédouins de l’intérieur. Originaires du territoire sacré et naviguant dans les eaux de la mer Rouge qui baignent les eaux de cette contrée privilégiée, ces marins étaient exemptés par ce fait de la terrible conscription qui dépeuplait les États du pacha d’Égypte et ils n’étaient pas obligés de se mutiler, comme les mariniers du Nil, pour échapper aux recruteurs du vice-roi. Ils aiment leur état et travaillent avec ardeur. Mais chaque fois qu’il faut effectuer une manœuvre un peu difficile, ils ne se tirent pas toujours à leur honneur de ces difficultés passagères : lorsque le vent est vif et contraire, par exemple, on est exposé à voir chavirer le bâtiment chaque fois qu’on vire de bord. (…)

Le riz est la principale nourriture de ces marins. Ils pêchent beaucoup et, lorsqu’ils prennent du poisson, ils le mangent rôti sur la braise. Ils ont toujours à bord une espèce de four dans lequel ils font cuire quelquefois de très mauvais pain sans levain. Leur eau est enfermée dans d’énormes caisses de bois de forme carrée, qu’ils appellent fantass, mais il est rare qu’elle s’y conserve bien, ce qui, joint à la mauvaise qualité ordinaire des eaux du littoral de la mer Rouge, la rend souvent impotable. (…)

Les deux premières nuits nous jetâmes l’ancre près du rivage africain, nous passâmes la troisième en pleine mer, et le soir du quatrième nous étions au mouillage en vue de Djeddah ; le lendemain matin, 23 juin, nous entrions dans le premier port de l’Hedjaz.