Du cap Gardafui au détroit de Bab el-Mandeb avec Jerónimo Lobo

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Voyage historique d’Abyssinie du R. P. Jérôme Lobo, de la compagnie de Jésus, traduit du portugais par M. Le Grand, tome 1, Amsterdam, 1728, p. 39-43.

Le matin, nous courûmes le long de l’île (i. e. Suquṭra) et nous ne voyions que montagnes, que rochers qui semblaient être prêts à tomber dans la mer. Il n’y a rien de considérable dans cette île, que quelques gommes précieuses ; parce que comme il y a beaucoup d’herbes bulbeuses et que la chaleur y est excessive, il coule de ces herbes un suc, ou une liqueur qui sont les plus excellentes gommes du monde. On y pêche quantité de baleines et de dauphins, dont on extrait une graisse qui, mêlée avec le chanambo, est merveilleuse pour caréner les navires et vaut beaucoup mieux que le goudron et le suif dont nous nous servons en Europe, parce que le bois qui est enduit de cette graisse et de ce chanambo ne se pourrit pas facilement et n’est pas sujet aux vers.
Nous abordâmes un peu après midi à un des meilleurs ports de cette île, ce qui alarma considérablement les habitants qui n’étaient pas accoutumés à voir des navires portugais sur leur côtes ; mais quand ils surent qui nous étions, ils vinrent nous visiter comme les souverains du roi de Caxem leur seigneur. Ils nous apportèrent es poules, des moutons, du poisson et nous leur donnâmes en échange quelques toiles peintes des Indes, qu’ils prisent beaucoup. Nous ne fûmes qu’une nuit dans ce port. Nous repartîmes le lendemain de grand matin et allâmes chercher le cap de Gardafui, qui n’est qu’à quarante lieues de Socotora.

457px-internal_waves_off_somalia_nasa

Avant que de pouvoir le reconnaître, nous passâmes à la vue de deux îles désertes que l’on appelle les deux Sœurs, parce qu’elles sont l’une près de l’autre et d’une même grandeur. Dès que nous les eûmes passées, nous vîmes le cap de Gardafui, autrefois si fameux et si connu sous le nom de cap des Aromates, ou parce qu’il en croissait beaucoup, ou parce qu’il était proche de l’Arabie Heureuse où il y en a encore tant aujourd’hui, ou parce que les navires des Indes qui entraient dans la mer Rouge et qui sont ordinairement chargés de beaucoup de drogues et de parfums vont le reconnaître. Ce cap est la partie la plus orientale de l’Afrique et avant que d’y arriver, environ dix lieues au sud-ouest, on trouve le cap de Fû, qui est plus petit et moins considérable. L’océan commence à se beaucoup resserrer entre le cap de Gardafui et celui de Fartaqui, qui en est à quarante lieues sur les côtes de l’Arabie. C’est proprement à ces deux caps ou promontoires que commence le golfe Arabique, qui s’étend jusqu’à  Babelmandel par l’espace de cent cinquante lieues. Il perd son nom à Babelmandel et prend celui de mer Rouge ou de mer de la Mecque. Je décrirai dans la suite cette mer plus particulièrement et je marquerai la longueur et la largeur.
Je trouvai la mer fort grosse près du cap Gardafui, quoi qu’il fit peu de vent. Je ne sais se cela venait ou de ce qu’il y avait eu une tempête auparavant, ou de ce que la mer était plus resserrée ; et d’ailleurs, entrant et sortant dans le détroit de Babelmandel, elle y est ordinairement plus agitée ; mais notre navire fut beaucoup tourmenté pendant deux nuits, et je ne pense pas que nous eussions plus souffert si nous avions eu une grosse tempête. Nous continuâmes notre route vers les portes de la mer Rouge sans rencontrer autre chose qu’une gelve. Dès qu’elle nous aperçut, elle fit force de rames et de voiles ; nous lui donnâmes la chasse. Ces gelves sont des espèces de nacelles ou gondoles faites de planches fort minces et cousues avec du funil. Elle n’ont pour toute voiles qu’une espèce de natte. Nous croyions que celle-ci sortait du port de Zeila et que ceux qui la conduisaient pourraient nous dire s’il y avait des vaisseaux arabes à l’entrée du détroit, ce qui nous obligeait à la chasser ; mais comme les Mores ont une peur incroyables des Francs, et que cette gelve était près de terre, elle s’échoua. Tous ceux qui étaient dedans gagnèrent la montagne. On leur tira un coup de mousquet, ce qui les fit courir encore plus fort. Nous prîmes la gelve et partageâmes entre nos vaisseaux le mil dont elle était chargée. (…)
Nous continuâmes notre route le long des côtes d’Ethiopie, de sorte que le lendemain sur les quatre heures, nous découvrîmes l’île de Babelmandel, et nous n’en étions qu’à une lieue à soleil couchant. Cette île a deux canaux : celui qui est du côté de l’Arabie n’a pas un quart de lieue de largeur, et c’est par là que passent les navires qui vont dans la mer Rouge ou qui en sortent ; l’autre, qui est du côté d’Ethiopie, est beaucoup plus large, mais il est plein de bancs et difficilement un navire un peu considérable y peut passer ; même lorsque l’on y va avec de médiocres, il faut ranger l’île de fort près, le fond étant meilleur que le long de le côte d’Ethiopie, mais l’on ne va par ce canal que lorsque l’on appréhende de rencontrer les navires turcs qui se tiennent d’ordinaire sur les côtes d’Arabie afin d’obliger les navires à décharger à Moca. Ce fut pour cette raison que nous passâmes par le canal d’Ethiopie, et que nous le passâmes même de nuit. Abreu avait eu soin d’amener des pilotes ; autrement il aurait fallu aller en prendre à la côte d’Arabie, où l’on en trouve toujours dans un village que l’on appelle le village des pilotes, étant impossible de naviguer dans la mer Rouge si on n’a des pilotes qui la connaissent particulièrement.

cape_guardafui_c-_1900-1910

Crédits: Satellite picture showing internal waves off Somalia; The northeasten part of Somalia and Suqutra island are visible (auteur: Nasa satellite – Wikimedia Commons); View of Cape Guardafui at the tip of the Horn of Africa with its distinctive « sleeping lion » shape. Postcard issued c. 1900-1910 (auteur: delcampe.net – Wikimedia Commons)