Les Indes de Marco Polo

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Maurice Turpaud, Les merveilleux voyages de Marco Polo dans l’Asie du XIIIe siècle,  Paris, 1929, p. 184-210 (cette version, libre de droits, doit être confrontée à une édition scientifique du texte).

Chapitre 52. Les perles de Maabar

La province de Maabar, qui est appelée l’Inde mineure, est gouvernée par cinq rois qui sont frères et indépendants. Celui qui règne dans la capitale s’appelle Sonder bandi davar. On trouve dans son royaume de très belles perles et voici la manière dont on se les procure. L’île de Ceylan est séparée de la terre ferme par un détroit qui n’a que dix à douze pas de profondeur, parfois deux pas seulement. Les marchands de perles vont avec leurs navires dans ce détroit depuis le commencement d’avril jusqu’au milieu de mai. Ils jettent l’ancre en mer à soixante milles d’un endroit appelé Betelar. Ils passent alors de leurs grands navires dans, des barques à fond plat. Plusieurs marchands s’associent et engagent des pêcheurs qu’ils paient d’avril jusqu’à la mi-mai. Ils versent au roi la dixième partie de leur butin. Ils en donnent, en outre, un vingtième à des enchanteurs afin que, par leurs sortilèges, ceux-ci empêchent de grands poissons de dévorer les hommes qui plongent pour trouver les perles. On appelle les enchanteurs abrivaman; l’effet de leurs enchantements ne dure qu’un jour. Leur puissance s’exerce sur les bêtes, les oiseaux et tous les êtres vivants. Les pêcheurs s’élancent des barques et plongent jusqu’au fond de l’eau, à dix ou douze pas de profondeur ; ils y restent aussi longtemps que cela leur est possible. Là se trouvent des coquillages semblables aux huîtres et qui contiennent les perles. Celles-ci, grosses et menues, sont enfoncées dans la chair des coquillages. C’est ainsi qu’on pêche les perles en très grande quantité, car toutes celles qui circulent dans le monde viennent de là. Chapitre 53. Coutumes et superstitions
A Maabar, les indigènes ont pour tout vêtement un lambeau d’étoffe. Le roi n’est pas plus vêtu que ses sujets; mais il porte un collier de rubis, de saphirs, d’émeraudes et d’autres pierres précieuses. Sur sa poitrine pend un chapelet de cent quatre grosses perles attachées à un mince fil de soie. Chaque jour, en effet, il doit réciter cent quatre prières à ses dieux. Il a, en outre, aux bras, aux jambes et aux pieds des bracelets d’or enrichis de perles et de pierres précieuses. Il porte ainsi sur sa personne la valeur d’une ville entière et ce n’est pas étonnant, puisqu’il tire toutes ces richesses de son royaume. Quand le roi meurt, on fait brûler son corps. Ses fidèles se jettent dans le bûcher, où ils sont consumés avec lui. Ils disent qu’ayant été ses compagnons ici- bas, ils doivent le suivre dans l’autre monde. Aucun des enfants du roi défunt ne touche au trésor qu’il laisse. « Notre père, disent-ils, a amassé un trésor ; il nous faut, nous aussi, en amasser un. » Aussi existe-t-il dans le royaume beaucoup de trésors. Dans cette contrée, quand un criminel est condamné à mort, il déclare souvent qu’il veut se tuer en l’honneur d’une divinité. Le juge y consent. Alors les parents et les amis du condamné le placent sur un char, lui mettent en main douze poignards et le promènent par la ville en criant : « Ce héros veut se sacrifier en l’honneur de tel dieu. » Arrivé au lieu du supplice, l’homme saisit un poignard et s’en traverse le bras : « Je me tue, s’écrie-t-il, pour l’amour de tel dieu. » Il prend ensuite un second poignard et se transperce l’autre bras, puis un troisième, qu’il s’enfonce dans la poitrine. Il fait tant qu’il expire. Alors les parents prennent le corps et le brûlent en grande cérémonie avec des démonstrations de joie. Beaucoup de femmes, si leur mari vient à mourir, se précipitent dans son bûcher. Et leur conduite est louée par tout le monde. De nombreux habitants adorent le bœuf ; ils disent que c’est un excellent animal et pour rien au monde ne voudraient ni en tuer un ni manger de sa chair. Il y a une espèce d’hommes que l’on appelle Govy ; ils refusent, eux aussi, de tuer un bœuf, mais si un de ces animaux périt, ils en consomment la chair. Le roi, ses courtisans et tous ses sujets, grands et petits, ne s’assoient que sur la terre nue. Il est très honorable, expliquent-ils, de s’asseoir sur la terre, puisque nous en sommes tous sortis et que nous devons tous y retourner. Ainsi ne saurait-on trop la respecter et nul n’a le droit d’en faire mépris. Les indigènes vont au combat sans lance ni bouclier. Ce sont de très mauvais soldats. Ils ne tuent ni bête, ni oiseau, ni aucun être vivant ; les animaux dont ils consomment la chair, ils les font tuer par les Musulmans. Ils procèdent à des ablutions complètes deux fois par jour. Ils s’abstiennent de vin. Dans leur pays, la chaleur est prodigieuse. Il ne tombe de pluie que pendant trois mois, juin, juillet et août. Sans ces pluies qui rafraîchissent l’air et humectent la terre, la sécheresse serait si grande que personne ne pourrait vivre.

(…)

Chapitre 55. Les diamants de Muftili

A mille milles au nord de Maabar, dans le royaume de Mutfili, on trouve des diamants. Voici comment on se les procure. Le pays est couvert de très hautes montagnes ; en hiver, il y a de grandes pluies et l’eau se précipite des sommets en torrents. Quand les pluies ont cessé et que l’eau s’est écoulée, on cherche dans le lit desséché des ruisseaux et on trouve des diamants en quantité. Pendant l’été, le soleil est si ardent et la chaleur si grande que l’escalade de ces montagnes où l’eau fait entièrement défaut est très pénible. En outre, la contrée est pleine d’énormes serpents et de bêtes malfaisantes. Les hommes qui s’y risquent trouvent des diamants, mais au prix de grands périls. Souvent ils sont dévorés par les bêtes. Dans ces montagnes existent des vallées si profondes qu’il est impossible d’y descendre. Les chercheurs de diamants prennent des lambeaux de viande qu’ils jettent au fond de ces vallées. Elles sont peuplées d’aigles blancs qui dévorent les serpents qu’ils peuvent attraper. Dès qu’ils aperçoivent cette viande, ils s’en emparent et la transportent dans leurs serres sur un rocher pour pouvoir la manger à leur aise. Les hommes qui se tiennent aux aguets accourent et chassent les aigles. Ils ramassent, alors la viande et la trouvent pleine de diamants qui s’y sont attachés, tant ces vallées en sont pleines., Mais celui qui y descendrait serait dévoré par les serpents qui y foisonnent. Les chasseurs de diamants recourent encore à un autre procédé pour s’en procurer. Ils en ramassent mêlés aux excréments dans les nids des aigles blancs qui les ont avalés avec la viande. Quand ils tuent quelqu’un de ces oiseaux, ils trouvent encore; des diamants dans son estomac. Par tous ces moyens, ils arrivent à posséder une quantité d’énormes diamants. Ceux que nous voyons dans nos pays ne sont que le rebut. Car les diamants de choix, les grosses pierres, les grosses perles sont tous portés au grand Khan ou aux princes de ces contrées. Dans, le monde entier, il n’y a que le royaume de Mutfili où l’on trouve des diamants.

Chapitre 56. Les Brahmanes
Dans la province de Lar vivent les Abramains. Ce sont les plus, honnêtes commerçants du monde et les plus véridiques, jamais ils ne mentent. Ils ne mangent pas de viande, ne boivent pas de vin et mènent une vie très droite. Leur loi leur, interdit de causer le moindre tort à qui que ce soit. Pour se reconnaître ils portent un fil de coton sur la poitrine et sur les épaules. Ils sont idolâtres et très attentifs aux augures et aux sorts. Ils ont dans, la semaine un jour fatidique. Ce jour-là, en s’habillant au. matin, ils regardent leur ombre: dans le soleil; si elle est aussi grande qu’eux- mêmes, ils vont à leurs affaires, mais, si elle est plus courte, ils s’abstiennent de tout marché. Quand ils sont sur le point de conclure une affaire chez eux, il arrive qu’une araignée marche sur le mur, car ces animaux sont très nombreux dans le pays. Si l’araignée vient du bon côté, ils concluent l’affaire aussitôt ; mais si elle vient du mauvais côté, rien ne les déciderait à traiter.. Entendent-ils dehors quelqu’un éternuer, s’ils jugent le présage bon, ils poursuivent leur chemin; mais s’ils le jugent mauvais, ils s’assoient par terre en quelqu’endroit qu’ils se trouvent. Quand ils rencontrent une hirondelle, si elle vole du bon côté, ils continuent ; si non, ils s’en retournent. Ainsi leur crédulité est sans égale. Ils ne consentent pas non plus à se laisser soigner. Il existe une autre secte d’hommes appelés Cay- gui qui descendent de ces Abramains. Ils pratiquent la même religion et adorent les mêmes dieux. Ils vivent jusqu’à cent cinquante ou deux cents ans. Ils mangent très peu, mais des viandes choisies et surtout du riz et du lait. Ils boivent en outre une boisson singulière faite de soufre et de vif argent qui, disent-ils, prolonge leur vie. Ils en boivent deux fois par mois depuis leur enfance. Quelques membres de cette secte mènent une vie très austère. Ils ont sur le front un petit bœuf  d’airain, de laiton ou d’or. Ils prennent des ossements de bœuf, les font calciner et en tirent une poudre dont ils s’enduisent tout le corps. Ils ne se servent ni de plats ni d’écuelles. Ils placent leurs aliments sur de larges feuilles d’arbre; ils les choisissent sèches, car ils disent que les feuilles vertes ont une âme et que ce serait pécher. Or ils mourraient plutôt que de commettre une action qui soit un péché selon leur loi. Ils ne tuent aucun animal, ni puce, ni mouche, ni rien de vivant. « Ce serait pécher, disent-ils, car tous les êtres vivants ont une âme. »Ils attendent même que les végétaux aient séché pour s’en nourrir. Ils dorment nus sur la terre nue. C’est un prodige qu’ils ne meurent pas. Ils jeûnent tous les jours de l’année et ne boivent que de l’eau.

Chapitre 57. Le royaume de Coilun.

Le royaume de Coilun produit du gingembre, du poivre et de l’indigo. Le soleil y est si chaud qu’à peine on peut le supporter. Un œuf qu’on mettrait dans l’eau au soleil serait bientôt cuit. Les marchands du Manzi, du Levant et de l’Arabie viennent dans ces contrées avec leurs navires et y font un commerce très lucratif. On y trouve toutes sortes d’animaux, des lions noirs, des perroquets aux couleurs variées, des blancs, des rouges, des bleus, des verts, il y en a une petite espèce qui est très belle. Les paons y sont plus gros qu’en Europe, les poules y diffèrent aussi des nôtres, elles sont plus belles et de taille plus forte. On y trouve des fruits étranges. Les habitants fabriquent un vin de sucre qui enivre aisément. Ils ont en abondance tout ce qui se mange. Ils sont noirs et ont des médecins et des astrologues.

Chapitre 58.  Les pirates

Avec le royaume d’Ely, nous entrons, dans des contrées plus fréquentées. Les habitants sont idolâtres et leur roi est indépendant. Dans ce pays, il n’y a point de ports, mais des fleuves vastes et profonds offrent des abris. Lorsque quelque navire y entre, les indigènes accourent et s’enquièrent du but du voyage. Si le navire se dirige ailleurs, ils s’en emparent : « Ce sont, disent-ils aux navigateurs, nos dieux qui vous ont envoyés vers nous, il est juste que ce qui est à vous soit notre butin. » Mais si le navire est destiné à leur contrée, ils font bon accueil à l’équipage. Cet usage est répandu dans toutes les Indes. Quand un navire est détourné de son chemin par la tempête, il est pillé là où il se réfugie. Le royaume de Melibar est indépendant et peuplé d’idolâtres. On y voit l’étoile polaire à. deux coudées au-dessus de l’horizon. Chaque, année, plus de cent navires de corsaires en sortent. Ils passent tout l’été au large. Ils forment des escadres de vingt à trente navires, séparés chacun par un intervalle de cinq ou six milles. Ils couvrent de la sorte une vaste étendue de mer et tous les navires marchands qui passent, ils s’en emparent. Sur le rivage, dès qu’une voile est signalée en mer, ils allument des feux pour lui faire signe d’aborder. Ils rançonnent les marchands puis ils leur disent : — Allez gagner d’autre argent, nous en profiterons encore un jour ou l’autre. Mais les marchands se tiennent sur leurs gardes ; ils arment de grands navires qui ne craignent pas les pirates, sauf accident. Dans l’île de Scoira, les habitants sont tous chrétiens baptisés et soumis à un archevêque. Celui-ci ne dépend pas du pape, mais du patriarche qui habite Bagdad. Dans l’île viennent des corsaires, qui y tiennent marché de ce qu’ils ont pillé. Les chrétiens n’hésitent pas à acheter leur butin, sachant bien qu’il a été ravi à des musulmans ou à des idolâtres. On trouve dans ce pays les plus puissants enchanteurs qui soient au monde. L’archevêque interdit bien aux fidèles de pratiquer l’art magique, mais ils lui répondent qu’ils ne font qu’imiter leurs ancêtres. Telle est la vertu de leurs sortilèges que, si un navire est poussé par un bon vent, ils rendent le vent contraire et forcent le navire à rebrousser chemin. Ils soulèvent à leur gré des tempêtes et accomplissent des prodiges encore plus étonnants sur lesquels il vaut mieux se taire.

Chapitre 60. La côte orientale de l’Afrique

L’île de Zanquibar s’étend sur deux mille milles. Les habitants en sont indépendants et adorent les idoles. Ils sont grands et gros. Ce sont de véritables géants, chacun d’eux porte la charge de quatre hommes ordinaires et mange comme cinq. Ils sont tout noirs et vont nus. Ils ont les cheveux crépus et noirs, le nez épaté, la bouche large, les lèvres grosses, les yeux grands et rouges; ils sont semblables à des démons. Leurs femmes sont les plus laides du monde. Dans leur pays on trouve une quantité prodigieuse d’éléphants, des lions noirs différents de ceux que nous connaissons, des ours, des léopards, des moutons blancs avec une tête noire et des girafes en grand nombre. Ces peuples se nourrissent de riz, de viande, de lait et de dattes. Ils fabriquent un vin de dattes, de riz, de sucre et d’épices. Dans leur pays se fait un trafic considérable. Des marchands y viennent avec de grands navires. Le commerce principal est celui des dents d’éléphants et de l’ambre. Les hommes sont vaillants à la guerre et ne craignent pas la mort. Ils n’ont pas de chevaux, mais combattent, montés sur des chameaux et des éléphants. Ils sont armés de boucliers de cuir, de lances et d’épées. Quand ils veulent mener leurs éléphants au combat, ils leur font boire du vin. Les éléphants, à moitié ivres, en deviennent plus ardents. De l’Inde continentale et des îles indiennes, je ne vous ai rapporté que les traits essentiels. Personne ne pourrait décrire toutes ces îles. On en connaît 12.700, et il en existe beaucoup d’autres dans les endroits où l’on ne peut atteindre. Ces 12.700 îles sont toutes habitées.

Chapitre 61. La province d’Aden

La province d’Aden est soumise à un sultan qui adore Mahomet et déteste les chrétiens. C’est là que les marchands de l’Inde arrivent avec leurs navires. Ils transportent leur marchandise sur des barques qui remontent le fleuve pendant sept jours. Ensuite ils la placent à dos de chameaux et cheminent par terre pendant trente jours. Alors ils atteignent le fleuve d’Alexandrie  qu’ils descendent jusqu’à cette ville. C’est par Aden que les Sarrasins d’Egypte reçoivent épices et poivre. Aucune autre route n’est aussi bonne ni aussi sûre. Le sultan d’Aden perçoit de très fortes taxes sur les marchandises qui traversent son royaume, aussi est-il un des plus riches souverains du monde. Il envoya au sultan d’Egypte, quand celui-ci s’empara de Saint-Jean d’Acre, un secours de trente mille cavaliers et de quarante mille chameaux. Il fit cela plus par haine des chrétiens que par attachement au sultan d’Egypte, car les deux princes se détestent.