La pêche des perles en mer Rouge et à Bahrein

Pêcheurs de perles fut à l’origine une série d’articles pour « Le petit Parisien »,  parus entre le 19 octobre 1930 et le 16 novembre 1930. Ils furent rassemblé dans un livre dont le titre originellement prévu était A ce prix, Mesdames. Le livre numérique  complet est disponible dans la bibliothèque Gallica.

p.51-52
Lou-lou veut dire perle en arabe. Dans les souks, à Djeddah, les marchands de lou-lou se distinguent entre tous, tranchant crûment sur le fond bédouin et le reste de la racaille. On les prendrait, en allant vite, pour des courtisans d’antichambre royale (…) groupés devant deux ou trois boutiques qui ne sont pas les leurs, ils semblent réunis là plutôt pour causer des affaires du royaume que pour attendre une vile clientèle

p.52-55
Abdallah Kafir ben Ibrahim, en dépit de son nom sans fin, n’est qu’un pêcheur de perles. Il guette sans fin notre arrivée au milieu des marchands. C’est un homme petit et chétif , pas encore aveugle, et qui entend suffisamment d’une oreille. Il est venu de Rouyéïs, son village, pour nous prendre et nous y conduire. (…) tout près de Djeddah, sur la mer Rouge, est un village qui existe à peine : quelques demeures bâties en pierre de corail et protégées du vent de sable par de bas murs de mêmes pierres. C’est si pauvre à la vue que les bras vous en tomberaient (…) C’est là Rouyéïs. (…)le pêcheur de perles nous pria d’avancer. Il fallut nous baisser pour entrer dans son refuge (…) ce n’était pas une tannerie, mais une tanière : plafond bas, natte usée, quatre hommes au torse nu y racommodant une voile. Une inscription arabe était charbonnée sur le mur.
Ya-Mal, proclamait-elle. Et Ya-Mal veut dire : « Fortune. O Fortune!». (…)


Les hommes qui piquaient la voile et Abdallah Kafir le plongeur reprirent à la fois : « Ya-Mal ! Ya-mal ! » et, nous regardant, ils chantèrent. C’était une chanson au ton bouleversant, contenant à la fois de la prière, de la souffrance, de l’espoir, de la ténacité (…) :
Hamed, donne-moi la grâce
Ta grâce, ô Mohammed !
Je vais plonger.
La veille je n’ai pas
Je n’ai pas fermé l’œil
J’ai dormi, Mohammed, debout comme les moutons.
Je vais plonger.
Puisse mon amour convenir à Dieu.
Mon amour qui est marqué
Comme est zébré le rabibi .
Je vais plonger.
O dieu, je te prie et je te salue !
Donne-moi la fortune
Dieu ! Dieu !
La fortune ! La fortune !
Ainsi voilà le secret de la vie des pêcheurs de perles. Les plus misérables ne considèrent pas leur métier comme un gagne-pain, mais comme une aventure ! ils marchent sur la trace des fées et ne courent ni après un bol de riz ni après un quart de poisson fumé ni après ces poulets nourris de tiques de pieds de chameau. A d’autres les régals de cette sorte. A eux les trésors !
Jusqu’ici Ya-Mal s’était tenue éloignée de Abdallah Kafir ben Ibrahim. La chance n’avait pas été sa marraine. Il avait fait partie de grandes équipes de la côte de l’Erythrée, après, il avait pêché aux îles Farsans. C’est là, au cours d’une plongée, que son tympan droit avait cédé. Devenu « nakuda », chef de sambouk, on avait pu voir sa voile, pendant toute une saison, le long de la Somalie italienne. Il avait jeté l’ancre sur les bancs de Gardafui. Rien que des petites perles qui se vendent aux Indes et dont le prix était loin de ses rêves. L’année dernière, il était allé entre Zanzibar et Madagascar (…) Pourquoi n’était-il pas allé dans le golfe Persique ? (…) Il me fit répondre que là-bas, c’était un royaume. Quinze mille Arabes plongeurs, ses frères fortunés, en défendaient les approches. Lui était le fils de la mer Rouge. Le destin n’avait pas voulu qu’il fouillât des bancs riches. Et bien, si ingrate que fût sa part, il l’aimait. Dans le golfe, ils étaient soixante, et souvent cent sur les boom . Que restait-il dans la main de chacun après le partage ? il préférait pour lui tout seul une perle grosse comme l’œil d’un petit lézard que pour cent homme une perle grosse comme l’œil d’un gros poulet.
p. 68-71
Ya Mal ! voguons vers les îles Farsans. (…) La saison de la pêche aux perles va du signe du Taureau à la moitié du signe de la Balance, c’est-à-dire de mars à septembre. Mais les signes du cancer, du Lion et de la Vierge : juin, juillet et août, sont les seuls qui payent : plus de coups de vent, mer étale. (…) Ils n’étaient point quatre mais onze, retour de la mer des villes (la Mecque) et tous du village de Séguid, dans les Farsans. Cinq autres étaient venus sur ce sambouk pour les ramener dans leur pays (…) un sambouk est un bateau pansu, poids lourd, spécialement construit pour glisser sur les parties de la mer non encore bitumées… on y est donc assez cahoté. (…) L’un des cinq était un Somali français, enfant de Djibouti. Il vint s’asseoir sur la partie pontée où nous étions assis et nous dit sans aucune préparation : « Je leur vends du vermicelle. »
– Ils mangent donc du bouillon ?
– Quand ils pêchent, ils ne se nourrissent que de vermicelle (…)
– Pourquoi es-tu tombé dans le vermicelle ?
– A cause du dôl, et il montra la trace d’une brûlure sur sa jambe droite.
Le dôl est un poisson-torpille plus large que la main qui fonce sur le plongeur et, au contact de la peau humaine, lâche une décharge électrique. Il brûle comme un fer rouge (…).
– Il y a le loéthi aussi, dit-il. Il est rouge, ne brûle pas, mais fait des cloques. L’endroit qu’il a touché enfle ainsi que sous un coup de courbache.
– Et les requins ?
– Quand on les voit venir, on crie : hou ! hou ! hou ! Ils ont peur et s’en vont. (…)
L’agent général de vermicelle pour les îles Farsans appela l’un des passagers, un jeune Arabe. Le garçon s’approcha ; son père n’avait su faire hou ! hou ! Un requin lui avait pris une jambe. Quand les tireurs le remontèrent, un second requin suivait, accroché à l’autre pied. C’était du côté Afrique, entre Massaouah et Port-Soudan.
Le fils était plongeur aussi. Il l’était même d’autorité. Son père, déjà sourd, pouvait plonger à vingt brasses et demeurer deux minutes et demie sous l’eau. Il avait la résistance d’un copie-lettre. C’était donc un plongeur renommé et, à ce titre, il devait beaucoup d’argent à son nakuda (propriétaire du bateau). Plonge bien et tu auras du crédit ! telle est la loi sur les bancs.
Pour s’attacher les hommes à vie – à vie… ce qui ne sera pas très long – le nakuda leur fait des avances d’argent et même de vermicelle.
Et le plongeur plonge avec les dettes. Et son fils plonge pour les payer (…)
– Il dit qu’il s’entraîne, et que lorsque ses tympans seront crevés, il sera un plongeur aussi bon que son père !
p. 28-29
Et, parlant à mon double, je lui dis : « Tu vas t’en aller, vieille carcasse, par petites étapes, à travers la mer Rouge, où l’on pêche aussi. Te voilà à Suez déjà. Tu louvoieras le long de la côte du Hedjaz, tu jetteras un œil sur les îles Farsans. De là tu gagneras l’Erythrée où les plongeurs de Massaouah sont, prétend-on, fameux encore. De Massaouah, d’une voile assurée, tu tomberas sur Djibouti. Là, tu verras ce que l’initiative des gouverneurs a fait d’un marché que l’on disait prospère. D’un saut, tu seras en Somalie anglaise, c’est-à-dire aux pêcheries de Zeila ! Ensuite, tu feras une grande enjambée d’Afrique en Asie ; Aden te recevra. Et la grande fête commencera. Tu t’en iras à travers les petits sultanats de la côte arabique. Du cheikh de Haora, tu passeras chez le sultan de Makalla. Peu après, sur la rive d’Oman, le sultan de Mascate te recevra et, un jour, sur je ne sais quel bateau, tu te présenteras à la porte du golfe Persique. Ce sera un beau jour ! Toutes les fées de Perse et d’Arabie t’ouvriront leur royaume. Elles te conduiront elles-mêmes sur les bancs de Linga, où si blanches sont les perles ; puis à Doubai, sur la côte des pirates, où les perles sont si chaudes. Enfin, porté par une galère capitane, voiles rouges gonflées et galériens aux rames par une aurore aux doigts de rose, à Bahrein tu aborderas.

p. 71-73
Enfin nous sommes à Seguid (…). Cet aveugle était un ancien plongeur. Demandez-lui, Chérif, depuis quand il est aveugle.
Réponse : depuis cinq ans mais il n’a cessé de plonger que depuis trois ans.
– Je ne comprends pas, il est aveugle, dites-vous, depuis cinq ans ?
Réponse : la cécité n’est pas un empêchement au métier de plongeur.
– alors pourquoi ne plonge-t-il plus ?
Réponse : ce n’est pas à cause de ses yeux mais de son souffle. Il ne pouvait plus emmagasiner assez d’air en une seule lampée.
– Ne pouvait-il rester moins longtemps dans l’eau ?
Réponse : il était un bon plongeur, tenant jusqu’à deux minutes. A la fin, il se faisait remonter après trente cinq ou quarante secondes, le nakuda ne le considérait plus et, lui, avait honte devant ses camarades.
– N’a-t-il pas gagné d’argent ?
Réponse : dans le bon temps, il eut jusqu’à mille Marie-Thérèse d’avance (les Marie-Thérèse sont des écus de cinq francs à l’effigie de l’ancienne impératrice d’Autriche, seule monnaie connue dans ces parages).
-Et maintenant ?
Réponse : un homme qui n’a que trente secondes dans ses poumons n’a droit à rien.
– N’a-t-il pas gardé quelques perles ?
Réponse : où les aurait-il prises ? Il n’a jamais été nakuda, toutes les huîtres qu’il a pêchées allait sur le tas commun.
Nous lui dîmes au revoir (…) Il avait trente cinq ans au plus.

p.88
le Grec était le patron. Il allait à Dahlak. Dahlak ? Nous avions entendu ce nom.
– L’île aux perles, dit le Grec, tout près de Massaouah.
(…) Le lendemain, à onze heures, nous embarquions (…).
La nuit venue, le grec nous apporta une lanterne et s’assit près de nous. Il nous demanda pourquoi nous étions dans ce pays. Dès qu’il sut que les perles nous intéressaient, sa figure s’anima. Et il nous dit exactement : « Combien donneriez-vous d’une lou-lou qui vaut trois cents livres ? –montre-la. – Demain. – Montre-la tout de suite. –Je ne l’ai pas. –Tu es nakuda ? – Non, mais c’est pour elle que je fais le voyage. (…).
Le Grec approcha son petit doigt de la lanterne et dit : « la lou-lou est grosse comme mon ongle, elle est blanche et de cette année. Le Juif d’Hodeidah en offre cent livres. Jusqu’ici c’est la meilleure perle de la pêche de Dahlak. Vendue dans le mystère, elle vaut trois cents livres, vendue sur la place à Massaouah, son rpix dépasserait quatre cents. (…)
Le lendemain, à la fin de l’après-midi, les premières îles du groupe apparurent. Nous piquâmes sur Dahlak et mîmes pied à terre. (…)
On s’installe dans une cour, derrière la haie, devant la case. Un négrillon pose deux lanternes sur le sol. Assis près de l’Arabe, le Grec l’entretient à voix basse. L’Arabe sort un calicot rouge de sa poche et le donne au Grec. Le Grec dénoue le calicot, y prend une perle et la met dans sa main. (…)
– Trois cents livres ! fait le Grec.
– Très belle perle !
– Mords-la ! N’aie pas peur, fais l’épreuve de la dent.
– Je mords la perle. Le Grec soulève la lanterne. Aucune trace. (…)
Et nous apprîmes ceci : tous les deux ans, les pêcheurs du groupe de Massaouah, msytérieusement unis, dérobent une, deux ou trois perles de valeur. Les sambouks qui doivent opérer ne sont pas désignés d’avance. On ne sait jamais ce que l’on remontera du fond de la mer. Mais l’on connaît vite, à tous les bords, le sambouk qui vient de faire une trouvaille et qui décide, les circonstances lui étant favorables, de porter la perle au compte de Ya-mal ! les armateurs sont, bien entendu, en dehors de ce complot. (…) Vous avez appris en même temps que nous à qui ces perles étaient destinées : à l’équipage, aux vendeurs, aux aveugles. Quels aveugles ? Ceux qui ont perdu la vue à chercher sous les eaux la main de la Fortune. Peut-on envisager sans un certain éblouissement ces dupes du sort secourues par la voie de la duperie ?

p.74
Nous partons. Le sambouk qui nous parte va jeter l’ancre sur un banc. C’est le plus grand sambouk des îles Farsans : quarante hommes d’équipage, tous dopés, du moins en ayant l’air. Ils gambadent comme des démons. Chacun à la fois prononce sa formule magique. Chérif essaie d’en traduire quelques-unes. Il saisit : « Que la voile devienne noire si mes huîtres sont vides. », « Que le soleil entre ma tête pour faire fondre le dôl (le poisson électrique). », « qu’importe d’être sourd puisque l’huître ne parle pas. », « La plus belle sera pour Mahomet. », « J’ai pêché à Bahr-Agiam. » Au-dessus de tout cela deux mots : Ya mal ! Ô Fortune !

p.77-79 (Farasan)
A l’aube le nègre sonna le réveil (…) les dormeurs nus se levèrent. Et voici comment, dans la mer Rouge, pour la première fois de ma vie, je vis pêcher les huîtres sous le signe du Cancer.
Les hommes saisirent les rames et les fixèrent parallèlement à la mer. A chacune des rames deux longues cordes, l’une mince et l’autre grosse. La corde mince soutient un poids, un plomb de quatre à cinq kilos. La grosse corde est destinée à remonter le plongeur. L’équipage comptait dix-huit plongeurs formant deux équipes : une équipe pour laisser respirer l’autre. Ces hommes sont habillés d’un cache-sexe, d’un doigt de cuir à l’index pour décoller l’huître du rocher, et d’une ficelle qu’il portent au cou. A cette ficelle pend un pince-nez en corne, pince à linge perfectionnée. Autant on entend crier, chanter, geindre pour les manœuvres du sambouk, autant le silence enrobe les plongées. Arabes, Soudanais se mirent à cheval sur les rames : quatre à babord, cinq à tribord. Ils empoignèrent la grosse corde et se laissèrent glisser dans l’eau. A ce moment, on lança un panier tenu du bord par une troisième corde. Comment attachent-ils le plomb à leur pied ? difficile à voir malgré la transparence de l’eau. Alors ils aspirèrent fortement.les yeux fermés ils burent l’air comme avec désespoir puis ils se pincèrent le nez. L’homme les submergea. Les cinq hommes de tribord avaient disparu.
Le sambouk était à peu près huit mètres au-dessus du banc.j’avais une montre, je veux dire que le nakuda m’avait prêté la sienne et j’entendais contrôler le temps des plongées. Mon émotion fut plus forte que mon devoir…je demeurais stupide à regarder l’endroit où cinq têtes fleurissaient. Evidemment elles n’y étaient plus ; aucun remous. Quelques secondes avaient tout effacé. Les cordes ne remuaient même pas (…)
Soudain, dans la position de nageurs qui ne nageraient pas, de nageurs exténués, tirés par des sauveteurs, les hommes surgirent. (…) Ayant laissé le plomb au bout de la corde mince, cramponnés à la grosse corde, ils revinrent à la lumière du jour. Leur tête seule reflotta comme une bouée. Mais ce n’étaient pas les mêmes têtes. Un voile de souffrance recouvrait chaque visage. Les plongeurs arrachèrent la pince, ouvrirent la bouche, appelèrent au secours, appelèrent un peu d’air au secours de leur dernier souffle (…)
Ils tenaient à la main la troisième petite corde, la corde du panier. Du sambouk, les tireurs la tirèrent. Dans un panier, une huître, trois dans un autre, deux dans un troisème, aucune dans le quatrième. Vidée à bord en seul petit tas, les paniers furent aussitôt renvoyés. Et, de nouveau, une par une, les têtes disparurent (…) la plongée la plus longue ne dépassa pas une minute quarante cinq secondes.
Passons à babôrd. Parmi les cinq plongeurs, l’aveugle qui reprenait du souffle (…) les autres plongeurs voyaient les huîtres avant de les décoller, l’aveugle, lui, devait tatônner en ce moment, à huit mètres de fond.
Le temps coula , un long temps : une minute cinquante. L’aveugle revint, secoua sa tête, ouvrit les yeux, aspira fortement et tira sur les joues comme pour en effacer les plis de la douleur. Quatre huîtres étaient dans son panier (…) c’était vrai : la cécité n’était pas un empêchement au métier de plongeur. (…) Cette équipe tint une heure.

p.79-80 (Farasan)
l’après-midi, le nakuda s’assit près du tas d’huîtres. Un nègre s’accroupit, un couteau à la main. Ya-mal ! Ya-mal ! crièrent les plongeurs, crièrent les tireurs, crièrent les simples samboukiers.
Le nègre ouvrit la première coquille. Rien ne roula sous le couteau. La perle, la vraie perle, la lou-lou est dans la chair de l’huître, libre de toute attache, comme on la voit aux vitrines des joailliers. L’autre perle, celle enkystée dans la nacre, ne vaut rien. Il faut qu’elle soit très grosse pour qu’on ne rejette pas la coquille, ce sera une perle baroque, sans valeur marchande. Les têtes étaient penchées au-dessus du couteau du nègre. Les huîtres perlières sont de toutes sortes, ressemblant tantôt à des portugaises, tantôt à des claires, tantôt à des marennes. Il en est d’autres très grandes et très plates, peu riches, et que l’on pêche surtout pour la nacre. Cela dépend des bancs. Les huîtres, aujourd’hui, étaient comme des portugaises.
Le nègre, d’une habileté qui lui vaudrait grande renommée chez un marchand de coquillages, ne s’y reprenait jamais à deux fois : le premier coup était le bon. De la pointe du couteau, il tâtait le ventre du mollusque, puis rapidement décollait la chair, la retournait, tâtait le dos. Rien. Il passait à une autre. Rien. Rien. C’était émouvant. Le nakuda disait : « ce n’est pas comme dans le golfe Persique. » Rien à la quinzième. Rien à la trentième. Le temps ne me paraissait pas long. (…)
A la cinquante-deuxième huître une perle roula. Oublierai-je ce moment ? je ne sentais plus ni la chaleur épouvantable ni la soif (…) Vous décrire la physionomie des autres témoins ? j’étais trop occupé par mon propre émerveillement.
Le nakuda prit la lou-lou. Elle était terne, marqué comme d’une cicatrice.
Qu’importait. C’était ma première perle. Et je criai : Ya-mal !
Le nakuda me regarda avec pitié. Elle ne valait rien !

p. 129
Bahrein n’existe que par les lou-lou. On construit de bateaux, on ne coud de voiles, on n’ouvre de boutiques, on ne s’agite, on ne part en mer, on ne revient à terre, on ne met ses mains dans les poches, on ne les sort, on ne les remet que pour la perle.
C’est la reine :chacun la sert.
Le cheikh en vit. Sans la perle, pas d’argent, pas d’importations, pas de droits de douane, seule ressource du trésor. Sans elle, pas de commerce, pas de spéculation, pas d’usure…pas de riz pour les pêcheurs, pas de sacs de roupies pour les effendis, ps de lévriers bleus pour le sultan. Cinq cent bateaux immatriculés… quinze mille plongeurs numérotés. Tous les mâles du pays ont la pince au nez ou le petit nœud de calicot rouge à la main (…)
Venant d’Arabie, de Perse, des Indes, voici les acheteurs : les towasha, chacun revêtu de son costume national (…) ils palpent les perles, en mordent quelques-unes, les contemplent dans le creux de leur main, les font sauter, les déposent sur la table, se lèvent pour regarder de loin, les reprennent, mettent le nez dessus (…)
Ils vont aussi en mer prendre la marchandise au nid, sur les booms pêcheurs. Dans ce cas, la concurrence à l’achat n’est pas admise.lorsqu’un towasha se trouve à bord d’un boom aucun autre towasha ne doit y monter. Les derniers attendent à distance décente que le collègue ait terminé son affaire.
Les ventes importantes se font à terre.

p.132-133 (Bahrein)
Pauvres pêcheurs ! (…) Leur vie est celle des esclaves.
Un plongeur ne reçoit jamais, au cours d’une année, à titre de gain, une somme lui permettant d’éteindre sa dette.
Le mauvais plongeur a une petite dette, le plongeur moyen a une dette moyenne, le bon plongeur a une grosse dette.
Aucun compte régulier n’étant tenu, aucun plongeur ne sait ce qu’il doit.
Non seulement la dette ne s’éteint pas mais les intérêts s’accumulant, la dette grossit. (…)
Les plongeurs ne touchent pas de salaire. Ils sont supposés participer aux bénéfices.
Le système s’appelle salafiat.
Voici son fonctionnement.
Le nakuda (patron de bateau) reçoit des fonds d’un négociant. Le négociant prête à intérêts : 20% pour la morte-saison (sept mois d’hiver) ; 10% pour les cinq mois de plongée. Le nakuda équipe le bateau, achète les provisions, fait les avances aux plongeurs.
Le prêt à intérêt étant interdit par le Coran, le prêteur, au lieu de sac de roupies, donne des sacs de riz. Le nakuda négocie le riz. L’argent, paraît-il, est ainsi purifié.
Le nakuda ne perd pas au marché. Il applique aux plongeurs le taux d’intérêt que le négociant exige de lui. Supposons qu’un boom de cinquante pêcheurs rapporte 500 000 francs de perles. Sur ces 500 000 francs le nakuda retire ses dépenses : amortissement du bateau, frais de nourriture etc. : 50 000 francs. Le bénéfice : 450 000 francs. Le nakuda prend un dixième, soit 45 000 francs. Les hommes du bateau un cinquième, soit 90 000 francs. Le reste va aux affréteurs. Les voilà donc cinquante à se partager 90 000 francs. Le jeudi (patron en second) a trois parts, soit 5400 francs. Au total, 84 600 francs vont aux plongeurs, aux hisseurs, aux radifs (apprentis). Les plongeurs touchent plus que les hisseurs, les hisseurs plus que les radifs. 2500, 3000 francs au plus pour les plongeurs.
Encore s’ils les encaissaient ! ils doivent 3, 4, 5000 francs au nakuda. Leur dette diminuera d’autant.
p. 133-135 (Bahrein)
la saison de pêche va de la moitié de mai à la moitié d’octobre.
Elle se divise en cinq périodes :
Amieneh : sortie quotidienne des pêcheurs, sans plongée, de l’eau à mic-corps ; petite affaire ;
Rhanchiyah : équipage volontaire. Les booms vont au petit bonheur ; bénéfices partagés entre participants ;
Rôss (grande saison) : juin, juillet, août. Tous les bancs suivant le système salafita et le règlement du pays ;
Radda, comme rhanchiyah ;
R’deidah : fiche de consolation, dix journées de pêche libre en fin de saison, dernier coup de dés en faveur des joueurs malheureux.
Pour le rôss, le cheikh de Bahrein lance un appel : manchour, fixant date d’ouverture et date de fermeture, ordonnant à tous les plongeurs de se présenter à leur nakudas. C’est la mobilisation.
A la fin de la saison les esclaves rentrent à leur gourbi.
On leur prêtera du riz à 10% d’intérêt, pour subsister jusqu’à la pêche prochaine.
Mais 380 millions courront par le monde.

p. 134-136
les plongeurs ont à lutter :
contre la scie : abou seyaf. C’est un poisson menuisier qui porte au bout du museau une double scie de quinze à vingt dents. Blessures béantes. Trois bras coupés en 1930.
Contre la raie : lor-ma. La lor-ma a le dos hérissé d’une épine venimeuse. Les plongeurs mettent parfois le pied dessus, ou la main. Le membre piqué enfle sans mesure. Il faut l’amputer. Cette année, le plongeur Fakro a refusé l’opération. Il voulait conserver sa main, la droite, celle qui décolle les huîtres. Il est mort.
Contre les poissons électriques, les mêmes que ceux de la mer Rouge, le dol et le loethi. Leur décharge, au contact de la chair, produit une brûlure profonde.
Contre le requin : your-your. Sur les bancs où les requins sont signalés, les hommes plongent revêtus d’une longue chemise noire : la descente aux enfers.
La profondeur moyenne des plongées est de huit mètres. Selon les circonstances, les nécessités et la valeur animal du sujet, certaines plongées atteignent jusqu’à vingt-cinq et trente mètres (…) le temps de la plongée tourne autour d’une minute et demie. Quelques-unes durent deux minutes et demie.
Aucun engin mécanique.
Les Persans, voilà quelques années, ont tenté d’utiliser des scaphandres. L’esprit des quinze mille pêcheurs de Bahrein n’a fait qu’un tour. Le spectre de la ruine leur est apparu. Ils se sont levés au nom de leur femme, de leurs enfants et de la tradition.
En voulant les sauver de la mort, on leur prenait la vie. Pas de pitié, mais du riz ! le cheikh interdit les scaphandres.
Le métier de plongeur détruit l’homme. Les mieux faits ne vivent pas longtemps.
Entassés sur des booms toujours trop petits, ils dorment côte à côte pendant trois mois, ne tenant pas plus de place qu’un mort. Ils mangent des dattes, du vermicelle, du poisson.
Ils ont la teigne.
Tous souffrent de maux d’oreilles. La perforation du tympan est générale, presque générale. D’ailleurs, ils attendent l’accident avec impatience. Tant que les plongeurs ne sont pas sourds, on ne les considère pas comme étant de classe.
Sous la pression de l’eau, les vaisseaux de leurs poumons se rompent. Beaucoup remontent, du sang leur sortant par le nez, par les oreilles. La bronchite aiguë est leur lot commun. Les troubles cardiaques sont nombreux.
Les aveugles… vous savez déjà ! il est vrai que la cécité n’est pas un empêchement au métier de plongeur.
Leur santé, leur avenir, leur malheur n’intéressent personne. Les nakudas sont indifférents à l’hécatombe. Pendant le rôss, les hommes qui saignent n’ont pas droit au repos.

 

Crédits : Shell and pearls. Photo: Mauro Cateb(Wikimedia Commons).