De Djeddah à Kilwa

Ibn Batoutah, Voyages, texte arabe, accompagné d’une traduction par C. Defremery et le Dr B. R. Sanguinetti, Volume 2, Paris, 1874.

Je quittai la Mecque à cette époque-là, me dirigeant vers le Yémen, et j’arrivai à Haddah, qui est à moitié chemin entre la Mecque et Djouddah. Puis j’atteignis cette dernière ville, qui est ancienne, et située sur le bord de la mer; l’on dit que Djouddah a été fondée par les Persans. A l’extérieur de cette cité il y a des citernes antiques, et dans la ville même des puits pour l’eau, creusés dans la pierre dure. Ils sont très rapprochés l’un de l’autre, et l’on ne peut pas les compter, tant leur nombre est considérable. L’année dont il s’agit manqua de pluie, et l’on transportait l’eau à Djouddah, de la distance d’une journée. Les pèlerins en demandaient aux habitants des maisons. (…)

Nous nous embarquâmes dans cette ville sur un bâtiment appelé djalbah qui appartenait à Rachid eddîn Alalfy alyamany, originaire de l’Abyssinie. Le chérif Mansour, fils d’Abou Nemy, monta sur un autre bâtiment de ce genre, et me pria d’aller avec lui. Je ne le fis pas, car il avait embarqué des chameaux sur son navire, et je fus effrayé de cela, vu que je n’avais point, jusqu’à ce moment, traversé la mer. Il y avait alors à Djouddah une troupe d’habitants du Yémen qui avaient déjà déposé leurs provisions de route et leurs effets dans les navires, et qui étaient prêts pour le voyage.
Lorsque nous prîmes la mer, le chérif Mansour ordonna à un de ses esclaves de lui apporter une ‘adîlah de farine, c’est-à-dire la moitié d’une charge, ainsi qu’un pot de beurre, à enlever l’un et l’autre des navires des gens du Yémen. Il le fit, et apporta ces objets au chérif; Les marchands vinrent à moi tout en pleurs; ils me dirent que dans le milieu de l’adîlah il y avait dix mille dirhems en argent, et me prièrent de demander à Mansour sa restitution, et qu’il en prit une autre en échange. J’allai le trouver et lui parlai à ce sujet, en lui disant que, dans le centre de cette ‘adîlah, il y avait quelque chose appartenant aux marchands. Il répondit : « Si c’est du vin (sacar), je ne le leur rendrai pas; mais si c’est autre chose, ce sera pour eux. » On rouvrit, et l’on trouva les pièces d’argent, que Mansour leur rendit. Il me dit alors : « Si c’eût été ‘Adjlân, il ne les aurait point rendues. » Celui-ci est le fils de son frère Romaïthah; il était entré peu de jours auparavant dans la maison d’un marchand de Damas, qui se rendait dans le Yémen, et il avait enlevé la majeure partie de ce qui s’y trouvait. ‘Adjlân est maintenant émir de la Mecque ; il a redressé sa conduite, et a fait paraître de l’équité et de la vertu.

Nous voyageâmes sur cette mer pendant deux jours avec un vent favorable; puis il changea, et nous détourna de la route que nous suivions. Les vagues de la mer entrèrent au milieu de nous dans le navire; l’agitation fut grande parmi les passagers, et nos frayeurs ne cessèrent que quand nous abordâmes à un port appelé Ras Dawâïr (cap des Tourbillons), entre ‘Aïdhâb et Sawâkin. Nous descendîmes à terre, et trouvâmes sur le rivage une cabane de roseaux, ayant la forme d’une mosquée. Il y avait à l’intérieur une quantité considérable de coquilles d’œufs d’autruches, remplies d’eau. Nous en bûmes, et nous nous en servîmes pour cuisiner.

Je vis dans ce port une chose étonnante : c’est un golfe, à l’instar d’un torrent, formé par la mer. Les gens prenaient leur vêtement, qu’ils tenaient par les extrémités, et ils le retiraient de cet endroit rempli de poissons. Chacun de ceux-ci était de la longueur d’une coudée ; et ils les nomment alboûry. Ils en font bouillir une grande quantité, et rôtissent le reste. Une troupe de Bodjâh vint à nous; ce sont les habitants de cette contrée; ils ont le teint noir, sont vêtus de couvertures jaunes, et ceignent leur tête de bandeaux rouges de la largeur d’un doigt. Ils sont forts et braves ; leurs armes sont la lance et le sabre; ils ont des chameaux qu’ils nomment sohb, et qu’ils montent avec des selles. Nous leur louâmes des chameaux, et partîmes avec eux par une plaine abondante en gazelles. Les Bodjâh ne les mangent point, de sorte qu’elles s’apprivoisent avec l’homme et ne s’enfuient point à son approche. Après deux jours de marche, nous arrivâmes à un campement d’Arabes appelés les Fils de Câhil ; ils sont mélangés avec les Bodjâh, et connaissent leur langue. Ce jour même nous atteignîmes l’île de Sawâkin.
Elle est à environ six milles du continent, et n’a point d’eau potable, ni de grains, ni d’arbres. On y apporte l’eau dans des bateaux, et il y a des citernes pour recueillir l’eau de pluie. C’est une île vaste, où l’on trouve de la viande d’autruche, de gazelle et d’onagre; elle a beaucoup de chèvres, ainsi que du laitage et du beurre, dont on exporte une partie à la Mecque. La seule céréale qu’on y récolte, c’est le djordjoûr, c’est-à-dire une sorte de millet, dont le grain est très gros ; on en exporte aussi à la Mecque.
C’était, au temps de mon arrivée dans cette île, le chérif Zeïd, fils d’Abou Nemy. Son père a été émir de la Mecque, ainsi que ses deux frères, après ce dernier. Ce sont ‘Athîfah et Romaïthah, que nous avons mentionnés plus haut. La domination de cette île lui appartient, comme préposé des Bodjâh, qui sont ses alliés par sa mère. Il a avec lui une troupe formée de Bodjâh, de fils de Câhil, et d’Arabes Djohaïnah.

Nous nous embarquâmes à l’île de Sawâkin pour le pays du Yémen. L’on ne voyage pas la nuit sur cette mer, à cause de la quantité de ses écueils, mais seulement depuis le lever du soleil jusqu’au soir; alors on jette l’ancre, l’on descend à terre, et le lendemain matin on remonte sur le bâtiment. Ces gens appellent robbân le chef du navire, qui se tient toujours à la proue de celui-ci pour avertir l’homme du gouvernail de l’approche des écueils; ils nomment ces derniers annabât. Six jours après notre départ de l’Ile de Sawâkin, nous arrivâmes à la ville de Hali.

Elle est connue sous le nom de Hali d’Ibn Yakoub : c’était un des sultans du Yémen, et il demeura anciennement dans cette ville. Elle est vaste, d’une belle construction, et habitée par deux peuplades d’Arabes, qui sont les Bènou Hamm et les Bènou Kinânah. La mosquée principale de cette ville est une des plus jolies mosquées, et l’on y trouve une multitude de fakirs entièrement livrés au culte de Dieu. Son sultan est Amir, fils de Dhouwaïb, un des Bènou Kinânah. Il est au nombre des hommes de mérite, lettrés et poètes. Je voyageai en sa compagnie depuis la Mecque jusqu’à Djouddah, et il avait fait le pèlerinage l’an trente. Quand je fus arrivé dans sa capitale, il me donna l’hospitalité, me traita honorablement, et je fus son hôte pendant plusieurs jours ; puis je pris la mer sur un navire qui lui appartenait, et arrivai à la ville de Sardjah.

C’est une petite ville habitée par une troupe des fils d’Allahba, qui sont une peuplade de négociants du Yémen, dont la plupart habitent Sa’dâ (Sa’dah). Ils sont remplis de mérite et de générosité; ils donnent à manger aux voyageurs, assistent les pèlerins, les embarquent sur leurs bâtiments, et les approvisionnent pour la route avec leur argent. Ils sont connus sous ce rapport, et sont célèbres pour cela. Que Dieu augmente leurs richesses, qu’il multiplie ses faveurs envers eux, et les aide à faire le bien ! Il n’y a point dans aucun pays de personnage qui les égale en cela, excepté le cheikh Bedr eddîn Annakkâs, demeurant dans la ville de Kahmah (petite cité dans le Yémen). Il accomplit de pareilles actions mémorables et de semblables bienfaits. Nous restâmes une seule nuit à Sardjah, jouissant de l’hospitalité des gens susmentionnés. Puis nous nous rendîmes au Port-Neuf, sans y mettre pied à terre, ensuite au Havre des Portes, et enfin à la ville de Zebîd.

C’est une grande cité du Yémen, à quarante parasanges de Sanaa, et la plus considérable du pays, après celle-ci, tant pour son étendue que pour la richesse de ses habitants. Elle possède de vastes jardins, beaucoup d’eau et de fruits, tels que bananes et autres. Zebîd n’est point situé sur le littoral, mais dans l’intérieur des terres. C’est une des capitales du pays de Yémen; elle est grande, très peuplée, et pourvue de palmiers, de vergers et d’eau. Zebîd est la plus belle ville du Yémen et la plus jolie ; ses habitants se distinguent par leur naturel affable, la bonté de leur caractère, l’élégance de leurs formes, et les femmes y sont douées d’une beauté très éclatante. Cette ville est située dans la vallée d’Alhossaîb, au sujet de laquelle on raconte, dans quelques traditions, que le Prophète avait dit à Mo’âdh (fils de Djabal), dans ses recommandations : « O Mo’âdh, quand tu seras arrivé à la vallée du Hossaïb, hâte ta marche ».

Les habitants de cette ville célèbrent les samedis des palmiers, lesquels sont bien connus. Ils sortent, en effet chaque samedi, à l’époque du commencement de la maturité, et lors de la complète maturité des dattes, et se rendent dans les enclos de palmiers. Il ne reste dans la ville aucun de ses habitants ni des étrangers. Les musiciens sortent aussi, et il en est de même des marchands, qui vont débiter les fruits et les sucreries. Les femmes quittent la ville, portées par des chameaux dans des litières. Outre la beauté parfaite que nous avons mentionnée, elles possèdent de belles qualités et des vertus. Elles honorent l’étranger, et ne refusent point de se marier avec lui, comme le font les femmes de notre pays. Quand ce dernier veut partir, sa femme sort avec lui, et lui dit adieu. S’ils ont un enfant, elle en prend soin, et fournit à ses besoins, jusqu’au retour de son père. Elle ne lui réclame rien, ni pour sa dépense journalière, ni pour ses vêtements, ni pour autre chose, pendant le temps de son absence. Lorsqu’il réside dans le pays, elle se contente de bien peu de chose pour les frais de nourriture et d’habillement. Mais les femmes de cette contrée ne quittent jamais leur patrie. Si l’on donnait à l’une d’elles ce qu’il y a de plus précieux pour la déterminer à quitter son pays, elle ne le ferait sans doute pas.

Les savants de cette contrée et ses légistes sont des gens probes, religieux, sûrs, vertueux, et d’un excellent naturel. J’ai vu dans la ville de Zebîd le savant et pieux cheikh Abou Mohammed assan’âny; le fakîh, le soufi contemplatif, Abou’l’abbâs alabïâny, et le jurisconsulte traditionnaire Abou ‘Aly azzebîdy. Je me mis sous leur protection : ils m’honorèrent, me donnèrent l’hospitalité, et j’entrai dans leurs vergers. Je fis connaissance chez l’un d’eux avec le légiste, le juge et savant Abou Zeïd ‘Abd er-Rahman assoûfy, un des hommes distingués du Yémen. On mentionna devant lui le serviteur de Dieu, l’ascète et l’humble Ahmed, fils d’Al’odjaïl alyamany, qui était du nombre des grands personnages, et de ceux qui font des prodiges. (…)

Puis nous partîmes, mais Abou’ Haçan envoya avec nous un fakir, et nous nous dirigeâmes vers la ville de Ta’izz, résidence du roi du Yémen. C’est une des plus belles et des plus grandes villes du pays; et ses habitants sont orgueilleux, insolents et durs, comme cela a lieu, le plus souvent, dans les villes où demeurent les rois. Ta’izz a trois quartiers; l’un est occupé par le sultan, ses mamlouks, ses domestiques, et par les grands de l’Etat. Je ne me souviens pas maintenant de son nom. Le second est habité par les commandants et les troupes, et il s’appelle ‘Odaïnah. Dans le troisième réside la généralité du peuple; l’on y voit le grand marché, et il se nomme Almohâleb. (…) Je restai plusieurs jours l’hôte du sultan du Yémen, qui me combla de bienfaits et me pourvut d’une monture ; puis je partis, me dirigeant vers la ville de Sanaa.

C’est l’ancienne capitale du pays de Yémen, grande cité, d’une belle construction, bâtie de briques et de plâtre ; elle est abondamment pourvue d’arbres, de fruits et de grains; son climat est tempéré et son eau excellente. Une chose étonnante, c’est que la pluie, dans les pays de l’Inde, du Yémen et de l’Abyssinie, ne tombe que dans le temps des grandes chaleurs, et que, le plus souvent, elle tombe dans cette saison tous les jours après midi. C’est pour cela que les voyageurs se hâtent, vers ce moment, d’arriver à la station, afin de ne pas être atteints par la pluie. Les habitants des villes se retirent dans leurs demeures, car les pluies, dans ces contrées, sont des ondées très copieuses. Sanaa est entièrement pavée, et, lorsqu’il pleut, l’eau lave et nettoie toutes ses rues. La mosquée djâmi de cette ville est au nombre des plus belles mosquées et elle contient la tombe d’un des prophètes, sur qui soit le salut!

Je partis pour la ville d’Aden, le port du pays de Yémen, situé au bord du grand Océan; les montagnes l’environnent, et l’on n’y peut entrer que par un seul côté. C’est une grande ville, mais elle ne possède ni grains, ni arbres, ni eau douce. Elle a seulement des citernes pour recevoir l’eau de pluie, car l’eau potable se trouve loin de la ville. Souvent les Arabes défendent d’en puiser, et se mettent entre les eaux et les habitants de la ville, jusqu’à ce que ceux-ci se soient accommodés avec eux, au moyen d’argent et d’étoffes. La chaleur est grande à Aden. Cette ville est le port où abordent les Indiens; de gros vaisseaux y arrivent de Cambaie, Tânah (Tanna), Cawlem (Coulam), Kâlikoûth (Calicut), Fandarâïnah, Châliyât, Mandjaroûr (Mangalore), Fâkanwar, Hinaour (actuellement Onor), Sindâbour, etc. Des négociants de l’Inde demeurent dans cette ville, ainsi que des négociants égyptiens. Les habitants d’Aden se partagent en marchands, portefaix et pécheurs. Parmi les premiers, il y en a qui possèdent de grandes richesses, et quelquefois un seul négociant est propriétaire d’un grand navire avec tout ce qu’il contient, sans qu’aucune autre personne soit associée avec lui, tant il est riche par lui-même. L’on remarque à ce sujet, chez ces négociants, de l’ostentation et de l’orgueil.

L’on m’a raconté qu’un de ces négociants envoya un de ses esclaves pour lui acheter un bélier, et qu’un autre négociant expédia aussi un esclave à lui pour le même objet; or il arriva, par hasard, qu’il n’y avait dans le marché, ce jour-là, qu’un seul bélier. Les deux esclaves enchérirent pour l’avoir, en sorte que son prix se monta à quatre cents dinars; et l’un d’eux l’acheta en disant : « Certes, le capital que je possède est de quatre cents dinars ; si mon maître me rembourse la dépense faite pour le bélier, tant mieux; sinon je le payerai de mon argent, je me serai défendu et je l’aurai emporté sur mon compétiteur. » Il s’en alla chez son maître avec le bélier, et, quand le négociant fut informé de l’événement, il donna la liberté à l’esclave et lui fit cadeau de mille dinars. L’autre esclave retourna frustré chez son maître ; celui-ci le battit, lui prit tout son pécule et le chassa de sa présence.

Je logeai à Aden chez un négociant appelé Nacir eddîn Alfary. Environ vingt négociants assistaient tous les soirs à son repas, et le nombre de ses esclaves et de ses domestiques était encore plus considérable que celui des convives. Malgré tout ce que nous venons de dire, les habitants d’Aden sont des gens religieux, humbles, probes et doués de qualités généreuses. Ils sont favorables aux étrangers, font du bien aux pauvres et payent ce qu’on doit à Dieu, c’est-à-dire la dîme aumônière, ainsi qu’il est ordonné. Je vis dans cette ville son kadi, le pieux Salim, fils d’Abd Allah Albindy, dont le père avait été un esclave portefaix. Quant à Salim, il s’adonna à la science, il y acquit le rang de chef et de maître, et c’est un des meilleurs kadis et des plus distingués. Je fus son hôte pendant plusieurs jours.

Après être parti d’Aden, je voyageai par mer durant quatre jours et j’arrivai à la ville de Zeïla’. C’est la capitale des Berberah, peuplade de noirs qui suit la doctrine de Châfi’y. Leur pays forme un désert, qui s’étend l’espace de deux mois de marche, à commencer de Zeïla’ et en finissant par Makdachaou. Leurs bêtes de somme sont des chameaux, et ils possèdent aussi des moutons, célèbres par leur graisse. Les habitants de Zeïla’ ont le teint noir, et la plupart sont hérétiques. Zeïla’ est une grande cité, qui possède un marché considérable; mais c’est la ville la plus sale qui existe, la plus triste et la plus puante. Le motif de cette infection, c’est la grande quantité de poisson que l’on y apporte, ainsi que le sang des chameaux que l’on égorge dans les rues. A notre arrivée à Zeïla’, nous préférâmes passer la nuit en mer, quoiqu’elle fût très agitée, plutôt que dans la ville, à cause de la malpropreté de celle-ci.

Après être partis de Zeïla’, nous voyageâmes sur mer pendant quinze jours, et arrivâmes à Makdachaou, ville extrêmement vaste. Les habitants ont un grand nombre de chameaux, et ils en égorgent plusieurs centaines chaque jour. Ils ont aussi beaucoup de moutons, et sont de riches marchands. C’est à Makdachaou que l’on fabrique les étoffes qui tirent leur nom de celui de cette ville, et qui n’ont pas leurs pareilles. De Makdachaou on les exporte en Egypte et ailleurs. Parmi les coutumes des habitants de cette ville est la suivante : lorsqu’un vaisseau arrive dans le port, il est abordé par des sonboûks, c’est-à-dire de petits bateaux. Chaque sonboûk renferme plusieurs jeunes habitants de Makdachaou, dont chacun apporte un plat couvert, contenant de la nourriture. Il le présente à un des marchands du vaisseau, en s’écriant : « Cet homme est mon hôte »; et tous agissent de la même manière. Aucun trafiquant ne descend du vaisseau, que pour se rendre à la maison de son hôte d’entre ces jeunes gens, sauf toutefois le marchand qui est déjà venu fréquemment dans la ville, et en connaît bien les habitants. Dans ce cas, il descend où il lui plaît. Lorsqu’un commerçant est arrivé chez son hôte, celui-ci vend pour lui ce qu’il a apporté et lui fait ses achats. Si l’on achète de ce marchand quelque objet pour un prix au-dessous de sa valeur, ou qu’on lui vende autre chose hors de la présence de son hôte, un pareil marché est frappé de réprobation aux yeux des habitants de Makdachaou. Ceux-ci trouvent de l’avantage à se conduire ainsi.

Lorsque les jeunes gens furent montés à bord du vaisseau où je me trouvais, un d’entre eux s’approcha de moi. Mes compagnons lui dirent : « Cet individu n’est pas un marchand, mais un jurisconsulte. » Alors le jeune homme appela ses compagnons et leur dit : « Ce personnage est l’hôte du kadi. » Parmi eux se trouvait un des employés du kadi, qui lui fit connaître cela. Le magistrat se rendit sur le rivage de la mer, accompagné d’un certain nombre de thâlibs (étudiants); il me dépêcha un de ceux-ci. Je descendis à terre avec mes camarades, et saluai le kadi et son cortège. Il me dit : « Au nom de Dieu, allons saluer le cheikh. » — « Quel est donc ce cheikh, répondis-je ? » — « C’est le sultan, répliqua-t-il. » Car ce peuple a l’habitude d’appeler le sultan, cheikh. Je répondis au kadi : « Lorsque j’aurai pris mon logement, j’irai trouver le cheikh. » Mais il répartit : « C’est la coutume, quand il arrive un légiste, ou un chérif, ou un homme pieux, qu’il ne se repose qu’après avoir vu le sultan ». Je me conformai donc à leur demande, en allant avec eux trouver le souverain. (…)

Telle est la coutume que ces peuples observent continuellement. Je m’embarquai sur la mer dans la ville de Makdachaou, me dirigeant vers le pays des Saouâhil (les rivages) et la ville de Couloua, dans le pays des Zendjs. Nous arrivâmes à Manbaça, grande île, à une distance de deux journées de navigation de la terre des Saouâhil. Cette île ne possède aucune dépendance sur le continent, et ses arbres sont des bananiers, des limoniers et des citronniers. Ses habitants recueillent aussi un fruit qu’ils appellent djammoûn, et qui ressemble à l’olive; il a un noyau pareil à celui de l’olive, mais le goût de ce fruit est d’une extrême douceur. Ils ne se livrent pas à la culture, et on leur apporte des grains des Saouâhil. La majeure partie de leur nourriture consiste en bananes et en poisson. Ils professent la doctrine de Chàfi’y, sont pieux, chastes et vertueux; leurs mosquées sont construites très solidement en bois. Près de chaque porte de ces mosquées se trouvent un ou deux puits, de la profondeur d’une ou deux coudées; on y puise l’eau avec une écuelle de bois, à laquelle est fixé un bâton mince, de la longueur d’une coudée. La terre, à l’entour de la mosquée et du puits, est tout unie. Quiconque veut entrer dans la mosquée, commence par se laver les pieds ; il y a près de la porte un morceau de natte très grossier, avec lequel il les essuie. Celui qui désire faire les lotions, tient la coupe entre ses cuisses, verse l’eau sur ses mains, et fait son ablution. Tout le monde ici marche nu-pieds.

Nous passâmes une nuit dans cette île; après quoi nous reprîmes la mer pour nous rendre à Couloua, grande ville située sur le littoral, et dont les habitants sont pour la plupart des Zendjs, d’un teint extrêmement noir. Ils ont à la figure des incisions, semblables à celles qu’ont les Lîmiîn de Djenâdah. Un marchand m’a dit que la ville de Sofàlah est située à la distance d’un demi-mois de marche de Couloua, et qu’entre Sofâlah et Yoûfi (Noua), dans le pays des Lîmiîn,[28] il y a un mois de marche. De Yoûfi, on apporte à Sofâlah de la poudre d’or. Couloua est au nombre des villes les plus belles et les mieux construites; elle est entièrement bâtie en bois; la toiture de ses maisons est en dîs , et les pluies y sont abondantes. Ses habitants sont adonnés au djihâd (la guerre sainte), car ils occupent un pays contigu à celui des Zendjs infidèles. Leurs qualités dominantes sont la piété et la dévotion, et ils professent la doctrine de Châfi’y.