Aden dans les années 1880

Alfred Bardey, Barr-Adjam. Souvenirs d’Afrique orientale (1880-1887), éditions du C.N.R.S., Paris, 1981, p. 28-32.

Le lendemain nous quittons l’hôtel pour nous rendre à la ville d’Aden (Aden town ou Aden camp), située dans le cratère même de l’ancien volcan qui a formé la presqu’île, et à cinq milles ou huit kilomètres de Steamer Point. M. Suel veut bien nous renseigner afin de nous donner tous les renseignements que nous désirerons. Montés dans une américaine brinquebalante attelée de deux petits chevaux étiques et conduite par un gari walla nous longeons la mer à quelque distance et dépassons les grands dépôts de charbon qui livrent en moyenne 1000 tonnes par jour aux paquebots et aux autres navires de passage. A côté sont des quais primitifs où les balles de café, de gommes, de peaux etc. s’accumulent sans abri, car il ne pleut qu’une fois tous les cinq ans.

La route que nous suivons traverse une plaine pierreuse, au bout de laquelle s’étale un important village de paillotes somalies du nom de Maalah. En face, et tout au fond de la rade, se trouve un port du même nom, réservé aux sambouks arabes et somalis, voiliers de 40 à 100 tonnes. La forme de ces bateaux, qui n’ont qu’un mât et qu’une voile, est très ancienne. Non pontés et bas de l’avant, ils ont un arrière élevé et en plate-forme. Ceux qui appartiennent aux indigènes de la côte d’Afrique sont faits de planches cousues sur les bords au moyen de cordelettes et enduits d’une couche de madrépores pilés mélangés d’huile de poisson.

Passant entre le village et le port, nous croisons des files de chameaux chargés allant aux quais ou en revenant. En avant de notre chemin, la plaine est barrée par une barrière de roches rousses devant laquelle défilent sans interruption des chameaux venant de l’intérieur de l’Arabie. Il en arrive chaque jour deux mille dont la moitié apporte du fourrage, du bois et de l’eau. Celle-ci n’est employée qu’aux usages domestiques. L’eau potable est produite par des condenseurs qui distillent l’eau de mer. (…)

Arrivés à la plaine, la ville d’Aden apparaît soudain à notre droite. Ses maisons d’un rez-de-chaussée surmonté d’une terrasse et séparées par des rues à angle droit forment un grand damier éclatant de blancheur sous le soleil implacable. Nous dépassons l’entrée d’un étroit tunnel d’où sortent, un à un, mais continuellement, des chameaux. Notre équipage franchit, sur un pont, un lit de rivière à sec par où s’écoulent tous les quatre ou cinq ans des pluies qui ne durent que quelques heures, mais sont diluviennes au point de ronger, par leurs cascades, la montagne dont elles effritent les sommets. Ce lit d’une rivière absente est le marché aux moutons, aux chèvres et aux chameaux dont le nombre paraît plus grand que celui des habitants du pays.

Un peu plus loin nous descendons de voiture pour visiter le bazar. Les Arabes disent aussi le souk. Une population des divers races de l’Asie méridionale et de l’Afrique orientale y fourmille. Elle trouve là son alimentation, ses vêtements, toujours écourtés pour les hommes qui circulent à peu près nus. (…)

Dans le voisinage de ces bonnes maisons et du bazar est le quartier où s’exercent quantité de petits métiers en plein air. Des tisseurs se bornent à faire sur une chaîne de coton, tendue à ras de terre, des bordures de couleur qui s’adapteront, au gré des acquéreurs, aux foutahs des hommes et aux voiles des femmes. A côté, des joailliers juifs et hindous travaillent l’or et l’argent, principalement en filigrane. Ils fabriquent des bagues, aussi bien pour les doigts de pied que de la main, des bracelets de poignet et de bras, des cercles pour les chevilles, des anneaux pour les cartilages du nez et les ourlets des oreilles préalablement percés, et surtout d’énormes colliers d’argent pour les riches Somalies. Autour du bazar, des hammals (portefaix) circulent sous leurs fardeaux par des chemins d’où s’élève la poussière. D’autres, porteurs de guerbés (outres faites d’une peau de bœuf) pleines d’eau de mer, arrosent de temps en temps la place.

Il se fait à Aden un important commerce du café de l’Yemen bien connu sous le nom de Moka, de riz des Indes, de dourah (sorgho) et d’autres graines d’Arabie, de gomme, d’encens, de myrrhe, de plumes d’autruche, d’ivoire, d’or d’Afrique, de nacre et de perles de la mer Rouge et du golfe d’Aden, de peaux de bœufs, de chèvres et de moutons etc. Ce commerce est entre les mains de marchands de toutes sortes : israélites, parsis adorateurs du feu, banians (hindous végétariens), bouris (hindous musulmans) et Arabes de l’Yemen. (…)
Nous allons jusqu’à l’ancien port du cratère. Trop petit et insuffisamment abrité du Nord-Est, il est abandonné. Des pêcheurs habitent la pointe rocheuse, nommée Syrah, qui le borde d’un côté. Des ailerons et de queues de gros requins y sèchent au soleil. Dès qu’ils ont l’aspect de gélatine durcie on les expédie en Chine où ils sont un mets de luxe. Des chats étiques, à tête énorme et garnie de grandes oreilles, circulent dans le voisinage avec des allures de fauves. Ils se nourrissent des poissons et détritus abandonnés par les pêcheurs. (…)

Un peu à l’écart de notre chemin de retour, M. Suel nous fait visiter les tanks (citernes) qui sont la principale curiosité du pays. Elles sont très anciennes. Les Perses, les Romains et les Portugais les ont tour à tour réparées. Elles sont formées d’excavations naturelles situées au bas de la ligne d’écoulement des eaux du cratère. D’épais barrages en ont fait des réservoirs superposés qui se remplissent successivement pour déverser enfin leur trop-plein dans le lit de la rivière qui est, en temps ordinaire, le marché des chameaux. Remplies une fois tous les quatre ou cinq ans, l’eau de ces citernes est mises en adjudication et vendues en moyenne 30 000 roupies.

 

Crédits: Port of Aden, Yemen from ISS (Wikimedia Commons).