Navigation dans le golfe Arabo-Persique (1863)

W. G. Palgrave, Une année dans l’Arabie centrale (1862-1863), traduction d’Émile Jonveaux, abrégée par J. Belin-De Launay, Paris, 1869, p. 244-259

Ménama, comme la plupart des villes orientales, n’a pas d’hôtels pour recevoir les étrangers. Pendant plusieurs heures, nous errâmes sur les places, regrettant vivement de n’apercevoir aux murailles des maisons aucune de ces affiches hospitalières qui en Europe sollicitent le voyageur. Enfin nous entrâmes dans un élégant petit café situé près de la plage. Le propriétaire, Arabe fort poli, eut compassion de notre embarras et, emmenant avec lui Ba-racat, tandis que je restais à examiner un télescope qui passait pour un objet de grande curiosité, il s’occupa de nous chercher un logement. Tous deux revinrent au coucher du soleil, apportant la bonne nouvelle qu’ils avaient trouvé un appartement convenable pour notre court séjour. Un grand enclos, formé par une palissade haute d’environ deux mètres quarante, renfermait deux longues cases en feuilles de palmier, l’une pour nous, l’autre habitée par un marin et sa famille. Notre demeure avait environ neuf mètres de long sur trois de large et autant de hauteur ; une cloison clayonnée partageait l’intérieur en deux compartiments inégaux ; le plus petit servait de réserve et le plus grand d’habitation. Le plancher était couvert, suivant l’usage, d’une épaisse couche de menus coquillages presque tous du genre des hélices, et dont chacun est long de deux millimètres et demi. Les enfants vont chercher sur le rivage cette sorte de poudre qui entretient la propreté et la sécheresse ; par-dessus on avait étendu une grande natte rouge. A peine avions nous pris quelques dispositions pour embellir et meubler l’appartement, que nous reçûmes la visite du propriétaire lui-même. Sortant de la jolie maison en briques qu’il occupait dans le voisinage, il vint voir notre commencement d’installation ; ses serviteurs apportèrent bientôt pour les nouveaux hôtes un repas composé de riz, de poissons, de crevettes et de légumes. Nous invitâmes les amis, dont l’obligeance nous avait procuré cet asile, à partager notre souper, et nous passâmes tous ensemble une soirée fort agréable, rendue plus douce encore par le sentiment de calme et de sécurité, qui remplissait nos âmes et que nous n’avions pas souvent éprouvé depuis notre départ de Jaffa.

C’est à Bahraïn que commencent véritablement les pêcheries de perles ; elles s’étendent sur le rivage oriental de l’île et sur les côtes du Golfe Persique, depuis le promontoire de Catar jusqu’aux frontières du Chardja dans l’Oman. On trouve bien quelques huîtres perlières le long des plages du Catif, mais elles ne donnent lieu qu’à une exploitation insignifiante.

Le temps que nous ne passions pas au café se partageait entre les consultations médicales, les visites et les excursions dans la campagne ; nous parcourûmes plusieurs villages, dans l’un desquels se tenait une foire hebdomadaire absolument semblable à celles de Hofhouf et de Mebarraz.

Le soir (du 26 janvier), nous arrivions en vue de la pointe occidentale du Catar, et le lendemain, exposés à toutes les insultes de la pluie et des flots, nous essuyions un assez bon nombre de bourrasques ; ce qui ne nous empêcha pas de doubler le Ras-Rekan, cap qui forme la pointe la plus septentrionale du Catar et dont le front orgueilleux est couronné de rochers. Je remarquai sur les hauteurs une forteresse qui protège, me dit-on, un village caché dans une gorge voisine.

Poussés par une brise favorable, nous arrivâmes le 28 devant la ville principale du Catar, devant Bedaa. Dès que nous eûmes jeté l’ancre, Ebn-Khamis se rendit à terre, afin d’offrir ses hommages au gouverneur et de s’assurer un logement ; pour moi, en raison de l’heure avancée, je préférai passer la nuit sur le navire. Le lendemain matin, non compagnon étant venu me prendre, nous traversâmes tous deux l’espace liquide qui nous séparait de la ville.

Bedaa est la pauvre capitale d’une pauvre province ; mais, quelle qu’en soit la stérilité, ce pays est voisin d’une région plus aride encore, dont les habitants s’efforcent souvent d’acquérir par la violence ce que leur refuse un sol ingrat. Aussi les villages sont-ils entourés de solides murailles et même gardés par des forteresses, qui semblent au premier abord n’avoir pas plus de raison d’être que n’en a la Tour de Londres en plein XIXe siècle. Cependant le Catar possède des trésors qu’il faut dérober à l’avidité des pillards.

D’où peut venir cette opulence dans un pays i pauvre, et en quoi consiste-t-elle ? Cette plage fangeuse, ces habitations malpropres ne sont pour ainsi dire que les monceaux de scories accumulés auprès d’une mine ; le gisement lui-même, riche et inépuisable, s’étend non loin de là : c’est l’océan, voisin aussi généreux que la terre se montre avare. Les plus belles pêcheries de perles du Golfe Persique se trouvent sur les côtes du Catar, et l’abondance de leurs produits paraît presque incroyable. C’est donc de la mer que les habitants tirent leur subsistance ; c’est sur la mer qu’ils habitent, passant une moitié de l’année à recueillir les perles, l’autre à les vendre. Leurs véritables demeures sont les innombrables barques qui garnissent la côte ; quant aux huttes construites sur le rivage, elles servent à cacher leurs trésors ; tout au plus sont-elles habitées par les femmes et les enfants. « Depuis le premier d’entre nous jusqu’au dernier, me disait un soir Mohammed-ebn-Thani, nous sommes les esclaves d’une seule maîtresse : la perle. » En effet, toutes les pensées, toutes les conversations, toute l’activité des habitants se concentrent sur cet unique objet : le reste est regardé comme un passe-temps qui ne mérite pas de fixer l’attention.

Le Catar jouit au dedans d’une paix qui n’est jamais troublée ; mais il doit se défendre contre les incursions des bédouins Menasirs et Al-Morras, tribus voisines de ses frontières, et dont les déprédations s’étendent depuis le Haça jusqu’à l’Oman proprement dit. Peu de nomades se sont rendus aussi redoutables à la population sédentaire que ces clans de voleurs.

Nous trouvâmes, dans le gouverneur Mohammed-ebn-Thani, un vieillard âpre au gain, habile et rusé, mais renommé pour sa prudence autant que pour la bienveillante familiarité de ses manières. Assis sur des nattes dans la cour de la forteresse, il ressemblait plutôt à un avare marchand de perles qu’à un chef arabe. Autour de lui étaient groupés plusieurs individus dont la peau attestait les fréquents plongeons qu’ils faisaient dans la mer, tandis que l’habitude de calculer et les soucis du négoce avaient sillonné leur front de rides nombreuses. Ebn-Thani nous témoigna ses regrets de ne pouvoir, faute de place, nous loger convenablement dans le palais. Après avoir jeté à la dérobée un regard sur les étroites dimensions de l’édifice et sur les murs percés de meurtrières, j’admis pleinement son excuse.

La ville de Bedaa n’est pas longue à explorer. Elle possède un étroit et sale marché, où des boutiquiers et des artisans de Bahraïn exercent leur modeste trafic ; les maisons, petites et sombres, sont séparées les unes des autres par des ruelles irrégulières. Le nombre de ses habitants s’élève à environ six mille : ils sont bons et hospitaliers ; mais l’excès du travail les accable.

En raison de la concavité du golfe, la route de terre pour aller à l’Oman nous aurait pris au moins une quinzaine, et nous résolûmes de nous y rendre par mer.

Ainsi, le 6 février, par une douce soirée qui promettait un magnifique lendemain, nous primes congé du gouverneur, fîmes nos adieux à trois ou quatre amis que nous avions déjà dans la ville, puis nous montâmes sur un petit canot dans lequel Faris, notre capitaine, nous attendait avec deux hommes pour nous conduire au vaisseau. A notre arrivée sur le pont, nous fûmes cordialement accueillis par les hommes de l’équipage, qui tous étaient parents de Faris à un degré quelconque. Un usage généralement suivi dans le Golfe Persique veut que le capitaine d’un navire considère comme ses hôtes les passagers admis sur son bord, et qu’il les reçoive à sa table, sans demander aucune rétribution supplémentaire. Le lecteur a dû remarquer déjà qu’en Orient les étrangers ont avec leurs guides des relations étroites et amicales ; il en est de même sur mer tant que dure la traversée, marins et voyageurs semblent former une seule famille.

(…)

Le 16 février, nous étions en vue de la côte de l’Oman proprement dit. Elle est en cet endroit basse et sablonneuse, mais couverte de riants villages qu’abritent des bois de palmiers. Les montagnes de Bereyma se dessinaient au loin comme un nuage léger sur l’azur du ciel ; vers le nord, nous distinguions les contours vagues du cap Mesandum et les pics des monts Rous. Nous nous proposions d’aborder à Chardjâ ; et, après quelques manœuvres, notre petit navire entra dans le port de cette ville, crique étroite ouvrant à angles droits sur l’océan ; à quarante mètres plus loin, s’enfonçant par un brusque détour dans l’intérieur des terres, elle suit une direction parallèle à la mer pendant plus d’une lieue, à peu près comme l’Yare, de Gorleston à Yatmouth. L’entrée du port est fermée par une barre, qui exige de la part des marins beaucoup d’adresse et d’expérience ; au-delà, l’eau est parfaitement calme et n’a pas une grande profondeur ; les croiseurs et les bateaux de pêche peuvent fréquenter ces parages, mais un grand vaisseau ne saurait y naviguer.

Chardjâ, ou plutôt Charkâ, c’est-à-dire l’Orientale, s’étend tout le long de la crique et compte environ vingt à trente mille habitants, répandus sur une superficie presque double de celle de Lindja.

Quand nous eûmes traversé la barre écumeuse, nous entrâmes dans un petit canot, envoyé par un ami de notre capitaine pour nous conduire au rivage. En ce moment, j’aperçus à l’entrée du port un yacht anglais qui se balançait légèrement au souffle de la brise. Sur le pont était assis un homme vigoureux, assez avancé en âge, revêtu du costume des habitants de Bagdad et dont les traits annonçaient l’origine arménienne. Curieux de savoir quel était ce personnage, si différent des Arabes qui l’entouraient, j’interrogeai Abbas et j’appris que l’inconnu se nommait Yacoub et qu’il remplissait à Chardjâ les fonctions d’agent britannique pour la répression de la traite des nègres.

« Réellement, mes compatriotes pourraient faire de leur argent un emploi meilleur que d’en remplir les poches de ce gentleman, » pensai-je d’abord. J’appris ensuite que, tout en recevant l’or de la philanthropique Angleterre, ce vagabond trouvait sage de rester en bons termes avec chacune des parties adverses. Il disait donc aux trafiquants de chair humaine que, si leur commerce s’exerçait en public, il se verrait obligé d’intervenir dans leurs affaires, sans quoi les consuls interviendraient dans les siennes ; mais que, si leurs nègres étaient vendus dans l’intérieur des maisons ou dans quelque village qui ne fût pas sous sa surveillance spéciale, il fermerait les yeux et prendrait soin de ne pas les troubler. Une conduite aussi obligeante était naturellement récompensée par de riches présents, en sorte qu’Yacoub réalisait un double profit, et que le trafic des esclaves se continuait activement à Chardjâ, malgré la présence de l’agent de la Grande-Bretagne.

Dès que je fus descendu à terre, je fus frappé de la ressemblance du paysage avec celui de l’Inde. Un marchand de bestiaux, nommé Abbas, qui avait été notre compagnon de voyage, s’étant constitué notre hôte, nous prîmes, à travers un labyrinthe de ruelles, le chemin de sa maison. Elle était construite simplement en bois et en chaume ; mais l’intérieur était gai, meublé avec goût et, bien que différentes choses y manquassent, la générosité presque prodigue du maître du logis empêchait de s’en apercevoir.

Chardjâ est pour la côte occidentale de l’Oman ce que Lindja est devenue, depuis quelques années, pour la côte acquise sur la Perse, le centre d’un vaste commerce d’importation et d’exportation, le point où convergent les différentes routes de terre et de mer.

Les habitants en sont hospitaliers, honnêtes et industrieux, La dague qui, dans l’Oman, orne la ceinture de tout homme libre, sert ici de parure plutôt que de défense. Je vis à Chardjâ pour la première fois les délicats filigranes d’or et d’argent qui décorent les armes, les coupes, les pipes et autres objets ; ils attestent un goût et une habileté auxquels atteignent rarement les ouvriers des autres pays. Pour nous, les heures s’écoulèrent à Chardjâ en visites, en dîners et en soupers, car les habitants paraissaient désireux de justifier les qualités sociables que je leur avais entendu souvent attribuer. Ici, comme dans le reste de l’Oman, on ne fait pas d’invitations spéciales : la salle à manger est toujours ouverte ; une rencontre ou une information sur le chemin à suivre suffit pour introduire à la table un nouveau convive, en l’honneur duquel on déploie une hospitalité proportionnée à l’heure de la journée.

Dans cette ville, les rues sont propres, mais sans la moindre symétrie ; des allées étroites et tortueuses séparent les habitations, construites presque toutes en feuilles de palmier. Il va sans dire que l’espace laissé pour le quai entre les maisons et la crique est rempli de petits bâtiments et de bateaux. Quelques-uns de ces derniers, qui portent sur leurs côtés des sillons creusés par les cordes des plongeurs, appartiennent à la pêcherie des perles. En effet, ce point forme la limite extrême de la côte perlière ; mais la pêche y est beaucoup moins productive qu’à Bahraïn et sur le rivage du Catar.

Chardjâ possède une multitude d’ânes, inférieurs peut-être à la race égyptienne, mais d’une ardeur remarquable, et par cela même très-propres à de petits voyages. Yousef et moi, nous en louâmes deux pour aller explorer les environs ; puis, comme il était plus de midi, nous dirigeâmes nos montures du côté de la mer et nous arrivâmes à Dobey un peu avant le coucher du soleil.

De même que Chardjâ, cette bourgade longe une crique très-vaste, qui ressemble à un lac intérieur et qu’un large lit de sable blanc sépare de la mer. Elle est populeuse, bien que dépourvue de fortifications et construite d’une manière fort irrégulière ; ses jardins sont riches, ses puits nombreux, et elle a toute une flottille de bateaux employés à la pêche des perles, non sur cette côte, mais dans la baie sud-ouest, au-delà d’Abou-Debi. Nous mîmes pied à terre sous un bouquet de palmiers qui ombrageait quelques maisons près de l’entrée du village et nous prîmes un peu de repos, tandis que les habitants nous racontaient diverses histoires sur les Benou-Yass, ces impitoyables ennemis des vouahabites .

Après nous être reposés quelques instants sur la plage, nous nous remîmes en marche pour arriver à Chardjâ avant la tombée de la nuit. Un capitaine de marine de la ville de Soweyk, dans le Batina, nous attendait en causant avec notre hôte Abbas. Il devait mettre à la voile le lendemain ; nous convînmes donc de prendre place à bord de son navire, pour nous rendre dans cette province.

Nous nous embarquâmes le lendemain matin après avoir dit adieu à notre hôte et à quelques Arabes qui nous avaient conduits jusqu’au port. L’heure du départ dépend ici de la marée, car, au moment du reflux, la plus petite embarcation arabe ne pourrait passer la barre qui terme l’embouchure de la crique. Il était midi, et un vent léger gonflait nos voiles, lorsque, le 20 février, nous gagnâmes la pleine mer.

Des pêcheries considérables ont été établies le long de la côte ; elles tirent leur principale ressource de la vente d’un poisson appelé metout, assez semblable pour la forme et la grandeur à un petit anchois, mais d’une saveur beaucoup moins délicate. On le sale, on le fait sécher au soleil, et on le mange sans aucune autre préparation. Notre capitaine, qui se proposait d’en prendre une cargaison au petit port de Khabb, ne put s’entendre pour le prix avec les pêcheurs ; nous remontâmes donc à bord du navire. Quelques heures après, nous atteignîmes l’étroit passage qui sépare de la côte les rochers les plus avancés de Mesandum. Ce canal, appelé par les Arabes « Bab » ou Porte, présente un aspect redoutable avec ses eaux noires et profondes, ses terribles écueils contre lesquels viennent se briser les vaisseaux poussés par la tempête. Le bruit incessant des sombres vagues, pareil à celui d’un lourd marteau, a fait donner au cap le nom de Mesandum (Enclume). En outre, une masse énorme de rocs basaltiques, hauts d’une centaine de pieds, s’élève à quelque distance dans la mer ; on l’appelle Salama, c’est-à-dire Lieu, de paix et de sécurité, probablement par la même raison qui avait engagé les Grecs à nommer euménides, ou bonnes déesses, les trois sombres divinités des enfers. En réalité, ces écueils ont causé de si nombreux naufrages que les marins arabes les croient placés en cet endroit par le démon lui-même. Plusieurs pics aigus, à demi cachés au milieu des vagues, se groupent autour du rocher principal ; ce sont les benat-salama ou Fils du Salama. Au résumé, le canal étroit compris entre les hautes falaises du cap du sinistre Mesandum, et le terrible Salama environné de son effrayante famille, tout cet ensemble est loin d’être sans péril, particulièrement pour des navigateurs arabes.

Aussi, comme une tempête s’élevait et qu’aucun ancrage sûr ne s’offrait à nous, le capitaine manœuvra de façon à gagner Ormouz, que nous apercevions à quelque distance.

Je n’étais pas fâché de visiter une île autrefois si renommée pour son commerce, et dont les Portugais avaient coutume de dire que « si le monde était un anneau d’or, Ormouz en serait le diamant. » Entourée d’une ceinture de rochers escarpés, elle offre au centre des terrains fertiles, couverts de pâturages et de buissons ; en beaucoup d’endroits, les masses basaltiques qui l’enserrent baignent leur base dans l’océan, ou s’élèvent comme de fantastiques tourelles dont les couleurs variées rappellent les teintes que les laves prennent parfois. L’île me parait être un volcan éteint.

La plus grande partie du cap est couverte de ruines, qui ont pris la place d’une ville autrefois prospère ; an milieu de la masse confuse des décombres, on distingue encore les débris de plusieurs belles habitations, d’une grande église et de bains. Une centaine de huttes habitées par des pêcheurs on des bergers dont les troupeaux paissent dans le cratère ; un seul hangar, où des dattes sèches, des racines et du tabac sont exposés pour la vente : voilà ce qui reste du commerce d’Ormouz.

J’ai vu les ruines de Tyr et de Surate, ainsi que la dégradation de Goa ; mais, dans aucun de ces ports, je n’ai trouvé de désolation pareille à celle d’Ormouz.

Sur la côte septentrionale de cette île existent encore les ruines de petites forteresses bâties par les Portugais aux jours de leur puissance. De telles précautions étaient inutiles au midi, la nature s’étant chargée de fortifier la côte mieux qu’elle n’eût pu l’être par Vauban lui-même. J’examinais le cratère éteint, je me promenais tristement au milieu des bastions démantelés, et je cherchais, peine inutile, à me faire comprendre des habitants. Fatigué du peu de succès de mes efforts, j’attendais avec impatience qu’une brise favorable nous permît de reprendre la mer.

Enfin le vent souffla du nord, et le 27 février nous quittâmes l’ancienne colonie portugaise ; nous passâmes, sans éprouver cette fois aucune crainte, devant le Salama et ses Fils, puis, avec lenteur, sous les rochers du cap Mesandum, qui me rappelaient les colonnades de la grotte de Fingal.

Le lendemain, l’aube nous montrait un des paysages les plus pittoresques que j’eusse jamais vus. Derrière la plage couverte de galets s’étendait une longue vallée boisée, qui se perdait dans les gorges profondes des montagnes ; à droite, le village de Leyma étageait ses longues rangées de maisons sur le revers de la montagne, comme maint hameau que j’avais parcouru, pendant les jours heureux de mon enfance, dans le canton du Tessin ou, plus tard, sur les pentes du Liban. Les habitations de Leyma, construites en pierre, surmontées par des terrasses et entourées de jardins enclos de murs, ont presque toutes un aspect riant et confortable. Des piles entières de metouts frais brillaient sur les galets, tandis que plus loin ces poissons étaient étalés sur les rochers pour sécher au soleil.

Nous descendîmes tous sur la plage, et nos matelots entamèrent un marché pour les anchois d’Orient, tandis que Yousef et moi nous parcourions la vallée, où une abondante végétation contrastait avec la nudité d’Ormouz. Les habitants que nous rencontrions, bergers ou pécheurs, avaient une physionomie franche et cordiale. J’engageai avec quelques-uns d’entre eux la conversation sur les Anglais, dont ils pouvaient apercevoir au loin les navires et les bateaux à vapeur ; mais il arrive souvent que les questionneurs, comme les écouteurs, n’entendent pas dire de bien d’eux-mêmes ; c’est ce qui eut lieu. Les avantages du commerce, les bienfaits de la civilisation ni même une protection puissante ne sauraient faire contre-poids à l’antipathie nationale, accrue par la crainte des envahissements européens.

Dans l’après-midi, nous retournâmes à bord et, pendant la matinée suivante, flous filions le long du Batinâ.

Si elle n’est pas la plus importante de l’Oman, cette province en est au moins la plus riche. Bornée d’un côté par la mer, de l’autre par une chaîne de hautes montagnes, elle est mieux arrosée qu’aucun des districts de l’Arabie ; le sol, fertilisé par les longues pluies d’hiver, rafraîchi par des sources d’eau vive, est, en outre , sillonné de nombreux courants qui descendent des monts Akhdar, et portent avec eux l’abondance et la vie, quoiqu’ils ne soient ni assez considérables ni assez permanents pour mériter le titre de rivières.