Entrer dans le golfe de Cambaye (Pietro della Valle)

Quatrième et dernière partie des voyages de Pietro della Valle, gentilhomme romain surnommé l’illustre voyageur, contenant la description des villes et des lieux les plus considérables des Indes (…), à Paris chez Gervais Clouzier, 1664, p. 2-18.

Monsieur,

J’ai toujours été si soigneux de vous donner de mes nouvelles, que même au commencement de cette année 1623, sur le point d’abandonner la Perse, je vous écrivis la dernière fois du vaisseau de la Baleine, dans lequel je m’étais embarqué, sans pourtant avoir encore levé l’ancre pour faire ce trajet. Mais à cette heure que j’ai croisé les mers, sans que j’ai déjà parcouru l’océan et que je sois arrivé dans ces fameuses contrées de l’Inde, et dont à présent une grande partie ne m’est pas inconnue, j’ai cru que je ne devais pas négliger l’occasion de ce même vaisseau qui m’a porté en ce pays  et qui ne tardera pas longtemps à faire voile du côté de Mucha dans le golfe Arabique, et d’autant plus qu’un gentilhomme allemand de mes amis, qui doit s’y embarquer dans le dessein de se rendre de là en Éthiopie pour y satisfaire sa curiosité, m’a donné sa parole qu’il veillerait incessamment sur les moyens de faire tenir en Italie cette lettre que je lui ai confiée (…).

Mais pour commencer vous saurez que le jeudi 19 de janvier, après avoir pourvu à toutes les choses nécessaires à notre embarquement, et pour un voyage de cette conséquence, après, dis-je, après avoir fait tirer quelques volées de canon selon la coutume, nous commençâmes insensiblement à dégager les voiles, balançant cependant agréablement sur les ondes, en attendant la barque du vaisseau qui était encore à terre (….) Incontinent après qu’elle fut rendue à notre bord, nous donnâmes toutes nos voiles au vent et quoi qu’il fut fort médiocre, nous prîmes notre cours entre les îles d’Ormus et de Kesem passant derrière Ormus du côté d’Arabie, parce que ordinairement les eaux sont basses du côté de la Perse, et qu’il n’y avait pas de sûreté pour de gros vaisseaux comme les nôtres, qui auraient sans doute donné contre terre (…)

 

Sur le midi le calme nous ayant arrêté à la vue de Larek, nous mouillâmes sans baisser les voiles, et en même temps notre capitaine envoya la grande barque à terre vers Larek avec deux lévriers dont les Anglais de Combrù lui avaient fait présent pour le divertir quelquefois à la chasse. Mais le vent ayant ayant un peu augmenté nous ramenâmes les voiles et demeurâmes là en attendant le retour de la barque, faisant même quelque décharge de notre mousqueterie, afin de lui faire connaître l’endroit où nous étions, parce que comme il était déjà nuit, et que nous n’avions aucune nouvelle de nos gens, nous appréhendions qu’il ne leur fut arrivé quelque accident, à cause que Larek est ordinairement rempli d’une infinité de ces voleurs arabes qui se nomment noutek et qui piratent incessamment sur cette mer, et se retirent bien souvent dans cette même île de Larek.

A la fin pourtant la barque se rendit heureusement à nous, chargée de gibier et de quantité de chevreaux, de manière qu’ayant entièrement déplié les voiles, nous nous abandonnâmes volontiers au vent, lequel, quoi qu’il ne fut pas fort favorable pour la route que nous tenions, s’augmentait néanmoins petit à petit ; ainsi nous n’avancions qu’en serpentant des côtes de l’Arabie à celles de la Perse, et le samedi au matin, à la pointe du jour, côtoyant toujours la terre ferme d’Arabie, nous découvrîmes trois petites îles fort proches l’une de l’autre, qui joignant un cap, duquel non plus que des îles il me fut presque impossible d’écrire le nom, parce qu’il est même inconnu à ceux du pays, d’où il ne faut pas s’étonner si les cartes géographiques sont tellement défectueuses dans le débit qu’elle nous fournissent d’une infinité de noms de ces contrées, puisque de tous ceux qui les habitent, il s’en trouve rarement à cause de l’ignorance de ce peuple et du peu de commerce qu’il a, qui les sache et qui les prononce correctement et comme il faut. (…)

[Le dimanche] Cependant nous avions le vent en poupe de sorte que voguant en ligne droite par le milieu du golfe nous découvrîmes en même temps les deux terres de l’Arabie heureuse et de la Perse, et en celle-là nous aperçûmes au milieu d’une plaine de sable une certaine fameuse pierre blanche fort élevée, qui paraissait comme une montagne qu’on aurait pris plaisir à former. Nous doublâmes le cap qu’ils appellent en persan Combarik, c’est-à-dire, « sable délié », et la nuit suivante nous laissâmes suivante derrière nous la pointe de Giasck.  (…)

Le 25e de janvier, cinglant en haute mer avec la proue à un à un quart de vent de sud-est vers le levant, et à quelque distance, comme je crois, de la contrée de Macran, ou de l’ancienne Carmanie, ou de la Gédrosie ; et qui, sous l’empire d’un prince particulier qui y commande, et duquel il me souvient de vous avoir entretenu il y a quelque temps sur le sujet des affaires de Perse, s’étend du côté de la mer, entre le royaume du Sophy et celui du  Moghol. Nous découvrîmes trois ou quatre vaisseaux, comme des frégates ou galiotes, que nous perdîmes de vue le soir. Ce même jour là et celui qui précéda, nous vîmes pour la première fois dans la mer une certaine quantité de certaines choses qui auraient beaucoup de rapport à des serpents, ou plutôt des poissons sous forme de serpents, comme de grande anguilles, longs et arrondis de la même façon, et lesquels selon le mouvement et l’agitation de l’eau, semblaient aller en serpentant dans la mer de même que des couleuvres. Je m’en informai de quelques personnes intelligentes qui me dirent que ce que j’avais vu n’était aucune chose qui eût vie, mais seulement une certaine sorte d’excrément de la mer, qui n’avait d’autre mouvement dans l’eau que celui que les  ondes de la mer agitée lui donnait, quoi qu’il semblât d’ailleurs à cause de la vitesse du vaisseau qu’ils prissent toujours une route contraire à la nôtre , les voyant toujours demeurer derrière : ils m’assurèrent que tant que nous approcherions de l’Inde, nous en verrions aussi davantage.  (…)

Nous commençâmes cependant à trouver la mer fort enflée incontinent après nous être entièrement dégagés du détroit ou du golfe Persique, et nous être rendus en cette mer que les Anciens ont nommée mer Rouge et nos géographes océan Méridional, non seulement au-delà du cap de Giasck de la Perse, mais encore de celui de l’Arabie que les Portugais appellent ordinairement Rosalgate, comme il est marqué dans les cartes géographiques, mais que l’on doit prononcer proprement Ras el bad, qui signifie en langue arabe  le « cap de la fin » ou « du confin », à cause qu’il est le dernier et le plus reculé de ce pays, et qu’il avance le plus dans la mer, de la même façon que celui de Galice dans notre Europe, et que nos géographes ont nommé le cap Finis terrae.  (…)

Vers le soir du 3e février, parce que selon  nos observations nous croyions n’être pas fort éloigné de la terre de l’Inde, nous jetâmes la sonde dans la mer selon notre coutume pour en connaître la profondeur, et nous ne trouvâmes que 17 brasses d’eau, d’où les plus éclairés inférèrent que nous n’étions qu’à six lieues de terre ou environ, quoi que à cause de l’obscurité il nous fut impossible d’en découvrir les extrémités, parce qu’ordinairement ces rivières portent cette grande hauteur d’eau à semblables distance des ports.

Le capitaine, qui avait bien observé le soleil et les vents, et qui avait remarqué tous les jours très soigneusement sur la carte marine la route que nous tenions, se persuadait que nous fussions auprès de la ville de Daman située à main droite en entrant dans le golfe de Cambaye ; mais sans avoir tant manié la carte marine, je dis qu’à mon avis nous étions un peu plus bas, et plus au-delà du golfe du côté de Bassain, parce qu’encore que nous eussions toujours vogué avec la proue sur la route de Daman par le chemin le plus court, nous avions eu néanmoins les deux ou trois derniers jours le vent tout à fait contraire (…)

A deux heures après minuit précisément les courants du golfe de Cambaye nous surprirent, mais de façon tout à fait contraire et contre lesquels, à cause de leur impétuosité, il est impossible de voguer de quelque façon que ce soit, de sorte qu’il faut attendre ou qu’il soient favorables, ce que l’on ne peut ignorer, parce qu’ils changent régulièrement selon les heures et les jours de la Lune, ou que le vent soit bon, à la faveur duquel on peut les surmonter lorsqu’on sait se servir de l’occasion de la marée. Tellement qu’à cause de cet incident, et que nous avions besoin que le soleil dissipât les ténèbres qui nous environnaient pour savoir où nous étions, nous jetâmes les ancres et baissâmes les voiles, et demeurâmes en attendant que le temps nous fût plus commode et plus favorable. L’eau de la mer est ordinairement fort troubles en cet endroit à cause de son grand flux et reflux. Le matin suivant à la pointe du jour nous découvrîmes la terre de loin, et conformément à ma pensée que j’avais déjà débitée, nous nous trouvâmes plus au dessous à douze lieues de Daman tirant vers le sud, en un certain endroit fort peu éloigné de Bassain, que les Anglais appellent contrée de S. Jean mais que j’avais remarqué sur les cartes marines sous le nom de Ilhas das Vaccas, en langue portugaise (…).

La marée s’étant rendue plus favorable sur le midi, nous fîmes voile de nouveau côtoyant toujours de près mais de travers et en serpentant, la terre de l’Inde ; et un peu auparavant la nuit, la marée commençant à nous être contraire, nous fûmes contraint de jeter les ancres dans la mer et d’y demeurer jusqu’à minuit, que la marée nous fût favorable, de sorte qu’alors nous tirâmes les ancres dans le vaisseau et allâmes toujours à la bouline jusqu’au jour.

Cette façon d’aller dans le golfe de Cambaye, toujours avec la sonde à la main, mouillant les ancres à toute heure dans la mer et les retirant, nous mettait dans la dernière impatience, sans pouvoir nous dispenser d’en user de la sorte, parce que l’endroit est dangereux à cause de plusieurs écueils qui s’y rencontrent ; joint que la marée qui monte et qui descend de six heures en six heures nous était extrêmement incommode. En vue de tous ces écueils et des bancs de sable, dès auparavant que nous fussions entrés dans le Golfe, nous ne conduisions point nos vaisseaux droit à Surat quoi que le chemin en fut plus court, mais prenant notre route un peu au-dessous vers Daman, nous fîmes un grand tour du côté du sud et retournâmes ensuite vers le septentrion après nous être approchés de la terre, seulement afin d’éviter plusieurs bancs de mer qui fermaient le passage à nos gros vaisseaux.

Crédits:  Île d’Hormuz (Ормузский остров, Хормоз Qeshmnil Tourism Hormuz Island – Wikimedia Commons); Gujarat satellite view (Jacques Descloitres, MODIS Land Rapid Response Team, NASA/GSFC -Wikimedia Commons)