Al-Mas’ûdî: l’Inde du nord-ouest

Maçoudi  (al-Mas’ûdî), Les prairies d’or, texte et traduction par C. Barbier de Meynard et Pavet de Courteille (tome 1), Paris, 1861, p. 376-390

Lorsque les cinq fleuves que nous avons nommés ont dépassé la porte de la maison d’Or, ou Moultan, ils se réunissent à trois journées de cette ville, entre elle et Mansourah, dans un endroit appelé Douchai. Arrivé ensuite à l’ouest de la ville de Rour, qui est une dépendance de Mansourah,

le fleuve prend le nom de Mehran. Plus tard il se divise en deux branches, et les deux branches du grand fleuve, appelé Mehran du Sind, se jettent dans la mer de l’Inde à la ville de Chakirah, dépendance de Mansourah, à deux journées de distance de la ville de Deïboul. De Moultan à Mansourah il y a soixante et quinze parasanges sindiennes, c’est-a-dire des parasanges de huit milles. Le territoire de Mansourah comprend trois cent mille fermes ou villages, situés dans un pays fertile, bien planté et bien cultivé. Ce royaume est en guerre continuelle avec un peuple appelé El-Meid, originaire du Sind, et avec d’autres races. Il est situé sur la frontière du Sind, comme Moultan et ses dépendances. Son nom de Mansourah lui vient de Mansour, fils de Djemhour, que les Ommiades y avaient placé comme gouverneur. Le roi possède quatre-vingts éléphants de guerre. Il est d’usage que chaque éléphant soit entouré de cinq cents fantassins, et qu’il combatte ainsi des milliers de cavaliers, comme nous l’avons déjà expliqué.

J’ai vu chez ce prince deux éléphants d’une taille colossale, et qui étaient renommés chez tous les rois du Sind et de l’Inde pour leur force, leur courage et leur intrépidité dans le combat. L’un s’appelait Manfaraklas et l’autre Ilaïdarah. On raconte du premier des traits remarquables et dont tous les habitants de ces contrées et des pays environnants ont entendu parler. Une fois qu’il avait perdu un de ses cornacs, il resta plusieurs jours sans vouloir prendre aucune nourriture ; il s’abandonnait à sa douleur et poussait des gémissements comme un homme profondément affligé; les larmes coulaient continuellement de ses yeux. Une autre fois, Manfaraklas, suivi de Haïdarah et du reste des quatre-vingts éléphants, sortit de la daïrah ou écurie. Arrivé à une rue étroite de Mansourah , il se trouva subitement face à face avec une femme, qui était loin de s’attendre à une pareille rencontre. Frappée de terreur à sa vue, cette malheureuse perdit la tête, et tomba à la renverse au milieu de la rue, en découvrant les parties les plus secrètes de son corps. Aussitôt Manfaraklas s’arrêta, et, se posant en travers de la rue, il présenta son côté droit aux éléphants qui le suivaient, pour les empêcher d’avancer. Puis, agitant sa trompe comme pour faire signe à la femme de se relever, il ramena sur elle ses vêtements et l’en recouvrit. Ce ne fut qu’après qu’elle se fut soulevée pour lui faire place, et qu’elle eut repris ses sens, qu’il poursuivit son chemin avec tous ses compagnons. Il y aurait encore bien d’autres choses extraordinaires à raconter, non-seulement sur les éléphants de guerre, mais encore sur les éléphants employés aux travaux , tels que tirer les voitures, porter des fardeaux, battre le riz et d’autres grains encore, comme font les bœufs qui travaillent dans l’aire. Plus bas dans ce livre, lorsqu’il sera question du pays de Zendj , nous parlerons de l’éléphant et de sa manière de vivre dans cette contrée, où il est plus multiplié qu’en tout autre endroit, et où il vit à l’état sauvage. Pour le moment, nous nous bornons à des notions sommaires sur les rois du Sind et de l’Inde.

La langue du Sind est différente de celle de l’Inde. Le Sind est le pays qui avoisine les contrées musulmanes ; l’Inde est située plus à l’orient. Les habitants de Mankir, capitale du royaume du Balhara, parlent le kiriali, langue ainsi appelée du pays de Karah, où elle est en usage. Sur le littoral, comme à Saïmour, à Soubarah, à Tanah, etc. on parle le lari; ces provinces empruntent leur nom à la mer Larewi, sur les côtes de laquelle elles sont situées, et dont nous avons parlé plus haut ; elles sont arrosées par de grands fleuves qui, par une anomalie remarquable, viennent du midi : il est à remarquer, en effet, que de tous les fleuves aucun ne coule du midi au nord, excepté le Nil de l’Egypte, le Mehran du Sind et quelques autres encore; le reste se dirige du nord au midi. Dans nos Annales historiques nous avons expliqué les causes de ce phénomène, et nous avons rapporté les différents systèmes qu’ont imaginés les géographes pour en donner la raison ; nous y avons aussi parlé de la dépression ou de l’élévation des divers plateaux du globe.

Parmi les rois du Sind et de l’Inde, aucun ne traite les musulmans avec plus de distinction que le Balhara. Dans son royaume l’islamisme est honoré et protégé ; de toutes parts s’élèvent des chapelles et des mosquées splendides où l’on peut faire les cinq prières du jour. Les souverains de ce pays règnent jusqu’à quarante, cinquante ans et plus ; leurs sujets attribuent cette longévité aux sentiments de justice qui les animent et aux honneurs qu’ils rendent aux musulmans. Le roi entretient les troupes à ses frais, comme le font les princes musulmans. Leur monnaie consiste en drachmes appelées tahiriyeh, pesant chacune une drachme et demie des nôtres;elles portent la date de l’avènement du prince régnant. Le Balhara possède un nombre considérable d’éléphants de guerre. Son royaume porte aussi le nom de pays de Kemker; une partie de ses frontières est exposée aux attaques du roi de Djozr (Guzerat). Ce dernier est riche en chevaux, en chameaux, et commande à une nombreuse armée; on prétend qu’à part le roi de Babel, qui règne sur le quatrième climat, aucun roi de la terre ne lui est comparable en puissance. Il se montre plein d’orgueil et de violence dans ses rapports avec les autres princes, et nourrit contre les musulmans une haine implacable. Il a beaucoup d’éléphants. Son royaume, situé sur une langue de terre, renferme des mines d’or et d’argent, dont le produit sert dans les transactions commerciales.

Ensuite vient le roi de Tafen , qui vil en paix avec tous ses voisins , honore les musulmans et n’entretient pas d’armée comme celles des autres princes. Les femmes de ce pays sont les plus gracieuses, les plus belles et les plus blanches de l’Inde; elles sont recherchées dans les harems. et il en est question dans tous les livres érotiques; aussi les marins, qui savent tout ce que valent ces femmes qu’on nomme Tafinijat, tiennent-ils beaucoup à s’en procurer à quelque prix que ce soit.

Près de ce royaume est celui du Rahma, titre qui est généralement donné aux princes de ce pays. Ceux-ci sont en guerre avec le Guzerat, dont le territoire les touche, et avec le Balhara, qui est leur voisin d’un côté. Le Rahma possède plus d’hommes, d’éléphants et de chevaux que le Balhara, le prince de Guzerat et celui de Tafen. Lorsqu’il part pour une expédition, il est entouré de cinquante mille éléphants; au surplus il n’entreprend jamais rien que pendant la saison d’hiver, parce que ces animaux ne supportent pas la soif et ne peuvent endurer de longues haltes. On n’a pas craint d’exagérer le nombre de ses troupes, au point de prétendre que dans son armée il n’y avait pas moins de dix à quinze mille foulons et blanchisseurs. Les rois que nous venons de nommer disposent leurs troupes en carrés de vingt mille hommes, chaque côté présentant, de front, cinq mille combattants. Les transactions commerciales se font avec des cauris, qui sont la monnaie du pays. On y trouve l’aloès, l’or et l’argent; on y fabrique des étoffes d’une finesse et d’une délicatesse supérieures. On en exporte le crin nommé ed-Domar, dont on fait des émouchoirs à manches d’ivoire et d’argent, que les domestiques tiennent sur la tête des rois pendant leurs audiences.

C’est dans ces contrées que se rencontre l’animal appelé en-nichan, nommé vulgairement el-kerkeden (rhinocéros); il porte une corne sur le front. Plus petit de taille que l’éléphant, il est plus grand que le buffle; sa couleur tire sur le noir, et il rumine comme les bœufs et les autres ruminants. L’éléphant fuit devant lui, à ce qu’il paraît, comme devant le plus fort de tous les animaux. La plupart de ses os sont comme soudés ensemble, sans articulation dans les jambes, de sorte qu’il ne peut ni s’accroupir ni se livrer au sommeil à moins de s’appuyer contre les arbres au milieu des jungles. Les Indiens et les musulmans qui habitent ces pays mangent sa chair, parce que c’est une espèce de buffle de l’Inde et du Sind. Cet animal se trouve dans la plupart des lieux boisés de l’Inde, mais nulle part en aussi grande quantité que dans l’étendue du royaume du Rahma, où sa corne est d’une beauté et d’un poli remarquables. La corne du rhinocéros est blanche, avec une figure noire au milieu, qui représente l’image d’un homme, ou d’un paon avec les lignes et la forme de sa queue, ou d’un poisson, ou du rhinocéros lui-même, ou enfin celle d’un autre animal de ces régions. On achète ces cornes et, à l’aide de courroies, on en fait des ceintures sur le modèle des ornements d’or et d’argent; les rois et les grands de la Chine estiment cette parure par dessus tout, au point qu’ils la payent quelquefois jusqu’à deux et même quatre mille dinars. Les agrafes sont d’or, et le tout est d’une beauté et d’une solidité extraordinaires; souvent on y enfonce différentes sortes de pierres précieuses avec de longs clous d’or. Les images dont nous avons parlé sont ordinairement tracées en noir sur la partie blanche de la corne; quelquefois elles se détachent en blanc sur un fond noir; du reste, la corne du rhinocéros ne présente pas ces signes dans tous les pays. El-Djahiz prétend que la femelle porte pendant sept ans, durant lesquels le petit sort la tête du ventre de sa mère pour paître, et l’y rentre ensuite; il a consigné ce fait, comme une particularité remarquable, dans son Traité des animaux. Désirant m’éclairer à cet égard, j’ai interrogé les habitants de Siraf el d’Oman qui fréquentaient ces contrées, ainsi que les négociants que j’ai connus dans l’Inde: tous se sont montrés également surpris de la question que je leur faisais. Ils m’ont affirmé que le rhinocéros porte et met bas exactement comme la vache et le buffle: et j’ignore d’où el-Djahiz a puisé ce conte, et s’il est le résultat de ses lectures ou de ses informations.

Le royaume du Bahma s’étend à la fois sur le continent et sur la mer. Il est limitrophe d’un autre État situé dans les terres, et qui s’appelle royaume de Kamen. Les habitants sont blancs et ont les oreilles fendues: ils possèdent des éléphants, des chameaux et des chevaux. Les individus des deux sexes y sont généralement beaux. Vient ensuite le royaume de Firendj , dont la puissance est à la fois continentale et maritime. Il est situé sur une langue de terre qui s avance dans la mer. d’où il sort une grande quantité d’ambre. Le pays produit du poivre en petite quantité: mais on y trouve beaucoup d’éléphants. Le roi est brave , superbe et orgueilleux : mais , à dire vrai, il a plus de fierté que de force, et plus d’orgueil encore que de bravoure.

Ensuite vient le royaume de Mondjah , dont les habitants sont blancs, généralement beaux, et nont pas les oreilles fendues. Ils possèdent beaucoup de chevaux et une armée considérable. Le pays est très-riche en musc, que fournissent les gazelles et les chèvres dont nous avons parlé plus haut dans cet ouvrage. Le costume de ce peuple ressemble à celui des Chinois. Le royaume est défendu par des montagnes escarpées et couvertes de neige, dont la chaîne est plus longue et plus inaccessible que toutes celles du Sind et de l’Inde. Le musc est estimé et porte le nom du pays; les marins, qui font métier de l’exporter, le connaissent bien et l’appellent musc de Moudjah.

Le royaume limitrophe est celui de Mand, qui renferme des villes nombreuses, de vastes plaines bien cultivées, et qui possède une nombreuse armée. Les rois confient volontiers à des eunuques l’exploitation des mines, la perception des impôts et en général le soin de l’administration , comme le font les rois de la Chine dont nous avons déjà parlé. Le pays de Mand est voisin de cet empire, dont il est séparé par une haute chaîne de montagnes d’un accès difficile; les deux souverains s’envoient réciproquement des ambassadeurs avec des présents. Les habitants de Mand joignent une grande force à beaucoup de courage et d’audace; aussi, lorsque leurs envoyés viennent en Chine, on leur donne un surveillant, et on ne leur permet pas de se promener librement dans le pays, de peur qu’ils ne fassent des observations sur les routes et les parties faibles du royaume; tant est grande l’idée que les Chinois se font delà puissance de leurs voisins.

Tous ces peuples nommés plus haut , soit de l’Inde , soit de la Chine, soit d’autres pays, ont des usages et des coutumes à eux concernant les repas, les mariages, les vêtements, le traitement des maladies et l’emploi des remèdes, tels que la cautérisation, etc. Plusieurs de leurs rois, dit-on, ne pensent pas qu’on doive garder les vents dans le corps, parce qu’ils regardent cette contrainte comme pouvant occasionner une maladie dangereuse; aussi ne s’imposent-ils aucune gêne à cet égard, dans quelque circonstance que ce soit. Tel est aussi l’avis de leurs médecins, qui soutiennent que cette violence faite à la nature est nuisible à la santé, que rien n’est plus salutaire que de se soulager en pareil cas, et que ceux qui souffrent de coliques dans la constipation , ou sont affligés de maladies de la rate, en éprouvent du bien-être. C’est pour cela qu’il n’est point incivil , chez eux, de lâcher un vent quand on est en compagnie. Il est du reste à remarquer que les Indiens se sont appliqués de bonne heure à la médecine, et qu’ils l’ont cultivée avec beaucoup d’art et d’intelligence. Le même auteur qui nous a donné ces renseignements sur l’Inde ajoute : Chez ces peuples il est plus incivil de tousser que de lâcher un vent; l’éructation peut s’assimiler à l’émission de ces vents qui s’échappent sans bruit; le son qui accompagne un vent bruyant n’est autre chose que le retentissement de l’air chassé au dehors par un travail intérieur. L’auteur prouve la vérité de ce qu’il rapporte sur les Indiens, par des témoignages aussi nombreux que répandus, et qui se retrouvent dans les récits, les contes, les anecdotes et les poésies.

 

Crédits : Al_Masudi’s_Map_of_the_World (Wikimedia Commons)