Animaux des Indes orientales, observés par François Pyrard (1615)

Seconde partie du voyage de François Pyrard, depuis l’arrivée à Goa jusques à son retour en France. Traité et description des animaux, arbres et fruits des Indes Orientales, observés par l’auteur, Paris, 1615

Chapitre 1. Des éléphants et des tigres

Quant aux tigres, il y en a grande quantité en Inde et ils y sont plus communs que ne sont ici les loups. C’est un animal fort curieux et malfaisant, qui ne s’enfuit pas des hommes, s’ils ne sont en bien grand nombre, mais au contraire les cherche et les assaille pour les dévorer. De façon que tous portent les armes pour se défendre ; encore s’en trouve-t-il journellement beaucoup d’hommes qui en sont dévorés. Les rois prennent fort grand plaisir à la chasse de ces tigres pour en décharger le pays et délivrer les pauvres gens ; aussi que par là ils connaissent et prouvent la vaillance et la hardiesse de leur noblesse. Les nayres 1 ne font autre chose que les chasser et la plupart les combattent avec l’épée et la rondache (ce qui n’est pas sans danger, car c’est une hardie et furieuse bête), et les ayant tuées les traînent devant le roi en grand honneur et triomphe. J’en ai vu plusieurs les amener ainsi et beaucoup qui en étaient bien blessés. Ces tigres sont de la hauteur de mâtin, mais plus longs, la tête ressemblante à un chat. La peau en est fort belle, toute marquée de blanc, noir et roux. Ils vivent de chasse et de proie, et aiment fort la volaille.

 

Chapitre 2. Des crocodiles et tortues

(…)

Les tortues flottent à la surface de l’eau pour s »échauffer au soleil, et il s’en voit de si grande que l’écaille suffirait à couvrir une petite case et pauvre maison, et est capable de tenir assis dix personnes et plus. Il y en a grande quantité aux Maldives, et s’y voient plusieurs petites îles qui ne sont poit habitées d’autres animaux que ces grandes tortues, dont elles sont couvertes. Quand nous fûmes arrivés aux Maldives, nous en prîmes une grande qui avait 500 ou 600 œufs gros comme des jaunes d’oeufs. Nous la fîmes cuire en l’eau de mer, et en mangeâmes et vécûmes trois ou quatre jours, n’ayant autre chose que cela à manger. Cela a la chair fort grasse et délicate comme du veau. Mais la mangeant sans pain et sel et autre appareil, beaucoup en furent malades, et moi en particulier je m’en trouvai mal, vomissant sans cesse jusqu’au sang. De l’écaille, les insulaires s’en servent pour faire des rondaches et divers meubles et commodités.

Aux Maldives, il y en a une autre espèce de plus petites, qui néanmoins ont trois ou quatre pied de diamètre. L’écaille est tannée, tirant partie sur le noir, partie sur le rouge, fort lisse, éclatante et façonnée si admirablement que c’est une infiniment belle chose que de la voir quand elle est polie. C’est pourquoi elle est tant recherchée de tous les Indiens, rois, grands seigneurs et riches personnes, principalement ceux de Cambay et de Surat, qu’ils en font des coffres et des cassettes garnies d’or et d’argent, des bracelets et autres ornements de meubles ; il n’en croît qu’aux Maldives et aux îles Philippines ou Manilles. C’est chose admirable que la nature et durée de vie de cet animal. Car les insulaires les ayant prises les approchent du feu, puis ils en tirent l’écaille ; cette écaille étant tirée et séparée de la tortue par pièces (dont les plus grandes et les plus épaisses sont les meilleures et les plus vendues, car elles ne se lèvent pas tout d’une pièce comme les tortues communes), ils remettent la tortues dans la mer, qui est encore toute vive, et elle refait une autre écaille, étant défendu de les tuer. Joint qu’il ne mangent jamais d’aucune espèce de tortues, parce que, disent-ils, cela a quelque conformité et approche avec l’homme.

Chapitre 3. Des poissons de la mer Indique et spécialement de ceux des Maldives

(…)

On y [aux Maldives] voit force raies infiniment grandes, de 6 à 7 pieds de large ; ils n’en font pourtant aucun compte et n’en mangent jamais, n’estimant pas ce poisson assez bon, quoiqu’en ayant mangé, je l’ai trouvée aussi bonne que celle d’ici. Mais c’est que, comme je l’ai dit, ils sont si friands et délicats et en ont une quantité si admirable, qu’ils ne daigneraient manger de la plupart des poissons qui sont comme les nôtres et qu’on mange dans ce pays, parce qu’ils ne les trouvent pas assez bons. Seulement de ces grandes raies, ils les écorchent et de la peau sèche et bien étendue en font des tambours, et ne s’en servent d’autres.

Il y a quantité de poissons qui ont l’écaille dure, des cancres de toutes sortes, fort grands, j’en ai vu plusieurs dont l’écaille éclatait de diverses couleurs, qui étaient fort agréables à la vue. De ces cancres, il y en a une espèce, comme celle que les mariniers appellent crabes, qui est abondante aux Maldives et de grosseur étrange, et ils vont en mer et en terre où ils font de grandes cavernes pour se retirer. J’en ai vu dont les serres étaient plus grosses que les deux poings. Il y a des îles qui en sont toutes pleines, et ils font de l’ennui et de l’incommodité aux habitants, parce que bien souvent ils les blessent, leur attrapant les pieds avec les serres, et n’oserait-on aller en plusieurs îles la nuit pour cela, car ils sortent tous hors et emplissent tout. Et il m’est arrivé d’en être blessé allant de nuit.

(…)

La mer est pleine en ces quartiers-là de couleuvres ou serpents de mer, qui mordent ceux qu’ils rencontrent. Quant aux poissons volants, ils se trouvent partout sous la zone torride, et principalement environ la ligne équinoxiale. Outre ceux que j’ai vus en la mer comme nous allâmes, j’en ai vu beaucoup aux Maldives. En ayant parlé en la description de mon voyage, je ne répéterai ici ce que j’en ai décrit.

Au demeurant, j’ai été étonné de voir tant de sortes de divers poissons à nous inconnus, grands et petits de toutes façon, dont il y en a qui se trouvent enrichis de belles couleurs, d’autres éclatants comme s’ils étaient couvert d’or, bref une si grand diversité qu’on ne peut qu’admirer et reconnaître que les merveilles de notre Créateur paraissent plus en la mer qu’en aucune autre partie de ses œuvres.

 

  1. Nom également donné aux cornacs []