Séminaire : Patrick Gautier Dalché, L’habitabilité de la zone équatoriale et de l’océan Indien d’après les naturalistes médiévaux

Séminaire « Les mondes de l’océan Indien ». Résumé de la séance du Jeudi 10 mars 2011.

Patrick Gautier Dalché est directeur d’étude à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, spécialiste renommé des représentations de l’espace de l’Antiquité à la Renaissance. Son dernier ouvrage, La Géographie de Ptolémée en Occident, IVe-XVIe s., Turnhout, Brepols, 2009, remet en cause de manière radicale nombre d’idées reçues sur la réception et la compréhension de ce texte, de la fin de l’Antiquité à la Renaissance. Son séminaire : Représentations de l’espace de l’Antiquité tardive au XVIème siècle (jeudi 11h-13h, EPHE, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 122). Contact : p.gautierdalche@free.fr

http://www.ephe.sorbonne.fr/details/1892-gautier-dalche-patrick-representations-de-lespace-de-lantiquite-tardive-au-xvieme-siecle.html

Lors d’une séance commune de son séminaire à l’EPHE avec le séminaire MeDian « Les mondes de l’Océan Indien », Patrick Gautier Dalché nous a lu et commenté plusieurs textes en latin, datés du XIIe au XVe siècle, illustrant les conceptions et les connaissances du monde latin concernant l’habitabilité de la zone équatoriale de la sphère terrestre, et de là, la position et l’habitabilité de l’océan Indien. Ces textes témoignent du transfert culturel entre les connaissances des géographes arabes (en partie issues du savoir grec antique), et le monde latin, par l’intermédiaire des traductions de textes scientifiques à partir du XIIe siècle. Ce renouveau du savoir sur le monde s’inscrit ainsi dans la « Renaissance du XIIe siècle » et témoigne de l’essor de la réflexion géographique et cosmographique en Occident, bien avant la traduction latine de la Géographie de Ptolémée au début du XVe siècle.  

1) Petrus Alfonsi, juif espagnol converti au début du XIIe siècle, présente dans ses Dialogues l’opposition entre deux théories cosmographiques. La théorie tardo-antique latine (Macrobe) présente cinq zones terrestres, glacées aux pôles, tempérées dans les latitudes moyennes, « torride » au niveau de l’équateur Au contraire, la théorie gréco-arabe des climata (bandes latitudinales définies par la durée du jour au solstice d’été), présentée comme la plus exacte, donne l’oecumène comme habitable dès l’équateur (premier clima), et situe la ville d’Arin in medio habitabilis regionis, dans une zone particulièrement agréable à la vie.

2) La traduction d’al-Farghani (ou Alfraganus) par Jean de Séville, au XIIe siècle, décrit les sept climata et les « cités remarquables » (terme ptoléméen) qui s’y trouvent. On comprend que l’océan Indien occupe le premier et le deuxième clima, depuis la Chine (ab Oriente ex finibus regionum Asin), jusqu’à la péninsule arabe ( postea vadit in mare post insulam Arabum).

3) Le traité d’al-Battani (Albategnus) est traduit entre 1134 et 1145 par Platon de Tivoli. C’est entre autres par ce texte que les savants d’Occident ont eu connaissance de l’existence de la Géographie de Ptolémée, encore inaccessible dans le monde latin alors que l’Almageste et la Tétrabible y étaient traduits dès le XIIe et XIIIe s. La description des climata comporte encore davantage de détails, avec notamment une tentative de mesure de l’océan Indien dans son ensemble et dans ses différentes parties. On identifie plusieurs noms de régions asiatiques, transcrites de l’arabe ou du grec : le golfe persique, le Hedjaz (Alhiges) et le Yemen (Algeman), la Chine (Asin), Taprobane ou Ceylan (Tibrane quod est Sarandib).

4) Ces traités traduits de l’arabe ont connu une large réception, car ils ont été utilisés dans l’enseignement des arts libéraux des universités médiévales dès le XIIIe siècle, et notamment dans un manuel très répandu, le Traité de la Sphère de Jean de Sacrobosco (en usage jusqu’au XVIIe siècle ! ). Ici, un commentaire de ce traité par Robert l’Anglais (Montpellier, 1271), cite Alfraganus, Ptolémée et Avicenne et répète que la zone équatoriale, non seulement est habitable, mais est le meilleur des lieux habitables (dico quod locus sub equinoctiali est habitabilis, et non solum habitabilis, immo optime habitabilis). Si bien que certains disent que le Paradis terrestre, qui est l’endroit le plus agréable du monde, se trouve sur l’équateur (Paradisus etiam terrestris dicitur esse sub equinoctiali ).

5) Albert le Grand (1200-1280), dans le De natura loci s’attache aussi à commenter Ptolémée, Avicenne, Alfraganus et cite des peuples qui habitent dans la zone équatoriale. Contrairement à Robert l’Anglais, il atteste que des habitants de ces régions sont venus jusqu’en Occident pour en témoigner (quarum habitatores plures ad nos devenerunt). Il mentionne le littoral de l’océan Indien, dont le fond est couvert de diamants, et ses nombreuses îles habitables. La vie dans ces régions est délectable grâce à la position particulière des rayons du soleil (continua et delectabilis est habitatio).   

6) C’est enfin un extrait de l’Opus Majus de Roger Bacon (1214-1294) qui témoigne de l’intérêt des savants occidentaux pour la zone équatoriale, et l’océan Indien en particulier. Précédant en cela la réflexion de Pierre d’Ailly au XVe siècle, le philosophe anglais évalue la distance qui sépare l’océan Indien de l’Espagne, préparant ainsi les explorations maritimes de la Renaissance.