Tous les articles par Emmanuelle Vagnon

Colloque à Saint-Denis de la Réunion, 17-18 novembre 2014

Océan Indien ancien, Méditerranée médiévale : deux mers intérieures avant le XVe siècle ? Réalités des échanges et représentations. 17-18 novembre 2014. Ancien Hôtel de Ville de Saint-Denis, île de la Réunion.Le Centre de Recherche sur les Sociétés de l’Océan Indien (CRESOI), Université de Saint-Denis de la Réunion offre une série de colloques sur l’océan Indien dans le cadre de la « semaine de l’histoire 2014 ». L’un d’eux est plus particulièrement consacré à une histoire comparée de la Méditerranée et de l’océan Indien avant la Renaissance. Lien et programme : semaine_histoire_2014.8-1

Ce colloque vise à offrir au grand public des interventions scientifiques sur l’histoire de l’océan Indien avant que ce dernier ne soit connu des Européens. Ces travaux permettront de proposer un regard historique construit à partir de l’océan Indien et non exclusivement fondé sur les représentations occidentales dominantes. Ce thème s’insère en outre dans les problématiques récentes de la World History.
La réflexion est d’abord axée sur les sociétés et leurs échanges à travers l’océan Indien et la mer Méditerranée, afin de faire ressortir les caractéristiques des deux espaces. Sont présentés la part du commerce arabe et l’insertion de l’océan Indien dans le commerce occidental. Les liens avec l’Asie sont également précisés, notamment l’ancienneté et l’importance des échanges avec la Chine.
Le regard est ensuite porté sur les représentations de l’espace avant l’arrivée des navigateurs portugais dans l’océan Indien. Les communications se focaliseront sur les « regards des origines » par les premières représentations, les premières cartographies. Elles s’ouvriront également à l’analyse de la reconstruction du passé, dans les récits mythiques et dans les travaux scientifiques.
L’objectif est de préciser les caractères particuliers de chacune de ces mers comme espaces de vie et d’échanges. Il s’agira aussi de déterminer les différents regards portés sur ces espaces avant qu’ils ne soient intégrés dans un espace mondial ou supplantés par celui-ci avec la mise en place des grandes routes de circumnavigation à partir de la fin du XVe siècle.

Exhibition in India : Time, Space, Direction – Diversities in Cognitive Approach

invitation_final_smallL’exposition L’Âge d’or des Cartes Marines (BnF, octobre 2012- janvier 2013) continue sa carrière en Inde, à l’India International Center de New Delhi.

En effet, à l’initiative du Professeur Lotika Varadarajan, et en partenariat avec le Département des Cartes et Plans de la Bibliothèque nationale de France, la partie de l’exposition consacrée à l’océan Indien a été déclinée sous la forme de reproductions de certaines cartes de la Bibliothèque nationale, intégrées à un propos plus large sur la perception et les pratiques du temps, de l’espace et de l’orientation à travers les siècles. La cartographie occidentale et islamique est ainsi confrontée à d’autres modes de figuration et de transmission de connaissances sur l’Inde et l’océan Indien, à partir d’une documentation provenant des collections indiennes, peu connue et souvent inédite. Le projet Median, né d’une réflexion sur les transferts culturels entre la Méditerranée et l’Océan Indien, trouve dans cet événement un écho et un prolongement particulièrement pertinents.

Emmanuelle Vagnon

small_IMG_1093  small_IMG_1100small_IMG_1104

 

Ci-dessous l’argumentaire en anglais de l’exposition :

Time, Space, Direction – Diversities in Cognitive Approach

Maps, Charts and Approximations from the Subcontinent and the Indian Ocean Region

Dates – Opening on February 15, 2014 till February 26, 2014

Venue – Kamaladevi Chattopadhyay Block, India International Centre, Top Floor , Gallery.

Time, Space, Direction is a cartographic exhibition of the Indian Ocean region and the subcontinent, using digital prints of rare and unique maps and charts, along with artefacts, and interactive digital exhibits.

The objective of the exhibition is to expand the canon of cartographic images of this region. Unlike conventional cartographic histories that look at map-making as a largely European invention, with its mathematically constructed ‘scientific’ maps that culminate in the ‘scale’ maps of the modern age, the current exhibition defines maps as “graphic representations that facilitate a spatial understanding of things, concepts, processes or events in the human world.”(Harley and Woodward, History of Cartography, 1987) Another objective is to show visually the transmission of knowledge between the Asian continent and the Mediterranean Region in connection with traditional mapmaking practices. The third objective is to demonstrate the alternative methods which were developed in the Indian Ocean world, and among these South Asia played a prominent role, to map Time, Space and Direction, to reach a variety of chosen destinations.

In order to understand how the world and its oceans were defined across cultures in antiquity and pre-modern times, this exhibition includes within it alternative cartographies, from star maps and cosmological maps to combinations of the physical and cosmological to imagined maps.  By seeing how the maps were made and how they were used, their iconographic and artistic projections, the exhibition brings together entire genres of South Asian maps that have received virtually little notice. This is particularly true for works of an essentially cosmographic nature, and were it not for the efforts of lesser known scholars, they would have remained unknown to modern scholarship, although these loom much larger in importance throughout the Indic cultural realm than in the pre-modern West.

By combining cartographic practices with the instruments of early sea faring and navigation, it is possible to see how transmission of navigation and cartographic knowledge moved from the East to the West, before returning as the so-called western scientific tradition. The artefacts and interactive exhibits demonstrate how this happened over time, and show how an external and uncomprehending viewpoint of a South Asian tradition not only made it distant, but gave it a correspondingly low status in modern cartographic development.

The sizable collection of these maps are from the Bibliothèque Nationale, France, from their exhibition, “The Golden Age of Nautical Charts – When Europeans discovered the rest of the world” held between October 23, 2012 and January 27, 2013 in Paris. To these we have added Indian sources which include digitised prints from the collections of various museums around the country apart from individual scholars. By bringing together the different perspectives of mapmaking into one collection, this Exhibition attempts to project the cartographic tradition of South Asia in an area hitherto dominated by Western scholarship.

Associated talks and workshop

Apart from the exhibits, there will be interactive displays and presentation of traditional navigational artefacts. A series of talks on the theme are also being organised, along with a half-day workshop on the final day of the Exhibition. The schedule for this will be available shortly.

Curator:

Dr Lotika Varadarajan

Collaborators:

  1. Indian Council for Historical Research.
  2. Centre for Community Knowledge, Ambedkar University, Delhi.
  3. Bibliothèque Nationale, France (Catherine Hofmann, Emmanuelle Vagnon).
  4. India International Centre.

Organising team:

  1. Larah Rai, Independent Research Scholar
  2. Cheryl Jacob, PhD Scholar, Ambedkar University Delhi.
  3. Shambwaditya Ghosh, Independent Research Scholar
  4. Nilza Angmo, Independent Research Scholar

Exposition à la BnF : L’âge d’or des cartes marines, jusqu’au 27 janvier 2013

 

L’âge d’or des cartes marines : quand l’Europe découvrait le monde

23 octobre 2012 – 27 janvier 2013

BnF – Site François-Mitterrand, Quai François-Mauriac, Paris XIIIe, Grande Galerie

En partenariat avec MeDIan

 La Bibliothèque nationale de France conserve la plus importante collection au monde de cartes marines enluminées sur parchemin. Ces documents, connus aussi sous le nom de « cartes portulans » (de l’italien « portolano », livre d’instructions nautiques), représentent la succession des ports et des havres le long des côtes, tandis que l’espace maritime est sillonné par des lignes géométriques (lignes de rhumb) qui correspondent aux directions de la boussole. Ce système graphique permettait aux marins de s’orienter en reportant sur la carte la distance qu’ils estimaient avoir parcourue. La plus ancienne carte marine occidentale parvenue jusqu’à nous est généralement datée de la fin du XIIIe siècle : c’est la « carte pisane », conservée au département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France. Ce genre cartographique spécifique s’est épanoui jusqu’au XVIIIe siècle.

Sous un angle inédit, l’exposition interroge la manière dont les Européens ont entrepris d’explorer et de se partager le monde, et de quelle façon les cartes portulans donnent une représentation des territoires et de leurs peuples entre le XIVe et le XVIIIe siècle. La construction européenne de l’image du monde a pris corps au gré des expéditions maritimes, mais aussi par une réflexion sur les sources de la connaissance géographique et par la rencontre avec d’autres civilisations. Dès le XIVe siècle, les cartes marines ont joué un rôle fondamental pour la maîtrise des espaces de la Méditerranée, comme dans la diffusion d’une iconographie des Nouveaux Mondes avec leurs peuples, leur faune, leur flore, leurs moeurs et leurs paysages. Innovation technique, en même temps qu’objet de science et miroir de la quête d’un ailleurs, réel ou fantasmé, les cartes marines anciennes s’imposent au regard contemporain comme de véritables oeuvres d’art. Leur caractère spectaculaire tient autant à leur taille, imposante, qu’à leur polychromie – elles sont souvent rehaussées d’or –, et à leur univers exotique.

La première partie de l’exposition traite de la matière même : l’apparition des cartes portulans, leurs techniques de fabrication, leurs usages et leurs utilisateurs. La deuxième analyse le sens politique des cartes, la manifestation de la concurrence des grandes puissances européennes.

La troisième partie est tout particulièrement consacrée à l’océan Indien et aux transferts de savoirs entre la Méditerranée et l’Asie. C’est là que l’on démontre combien la cartographie marine occidentale fut tributaire d’autres types de cartes et d’autres sources d’information géographique que les « découvertes » portugaises : les savoirs antiques et Ptolémée, les récits des voyageurs médiévaux, la géographie arabe. Les synthèses savantes élaborées au XVe siècle (par exemple la mappemonde de Fra Mauro ou le planisphère de Henricus Martellus, présentés dans l’exposition) furent ensuite complétées par les relevés des navigateurs à partir du XVIe siècle.

Enfin, la quatrième partie met en valeur cinq trésors cartographiques rarement présentés au public : l’Atlas Catalan (1375), le planisphère de Nicolas Caverio (1504), l’Atlas Miller (1519), la Cosmographie universelle de Guillaume Le Testu (1556), la carte de l’océan Pacifique par Hessel Gerritsz (1622).

 

Près de deux cents pièces majeures, dont quatre-vingts cartes portulans, mais aussi des globes, des instruments astronomiques, des objets d’art et d’ethnographie, des animaux naturalisés, des dessins, des estampes et des manuscrits structurent les quatre parties de l’exposition. Elles sont issues des collections dela BnF ou prêtées exceptionnellement par le musée du Quai Branly, le musée Guimet, le musée du Louvre, les Arts et métiers, le Service historique de la Défense, le Mobilier national ou le musée dela Marine, la British Library, des institutions italiennes et régionales.

Fruit d’une complexe opération de numérisation, l’ensemble des collections de cartes et atlas portulans conservés à la BnF sont d’ores et déjà accessibles en ligne dans Gallica, à l’adresse suivante :

http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&p=1&lang=FR&f_typedoc=cartes&q=Portulans

Commissariat

Jean-Yves Sarazin, directeur du département des Cartes et plans dela BnF

Catherine Hofmann, conservateur en chef des bibliothèques au département des Cartes et plans

Emmanuelle Vagnon, chargée de recherches au CNRS et à l’université Paris 1 pour le programme MeDIan.

Hélène Richard, inspecteur général des bibliothèques

Publications

– L’âge d’or des cartes marines. Quand l’Europe découvrait le monde

Catalogue de l’exposition sous la direction de Catherine Hofmann, d’Hélène Richard et d’Emmanuelle Vagnon

Editions de la BnF/ Editions du Seuil. Prix : 45 euros

– Les nouveaux mondes racontés par les cartes

Jean-Yves Sarazin. 170 x120 cm. 50 illustrations avec huit modules de cartes à déployer.

Coédition BnF / Gallimard découvertes Hors Série. Prix : 9,70 euros

– Nouveaux mondes

Jean-Yves Sarazin. 290 x250 cm. Existe également en version anglaise

Coédition BnF / Bibliothèque de l’image. Prix : 10 euros

Détails pratiques :

Ouvert du mardi au samedi 10h > 19h, dimanche 13h >19h, fermé lundi et jours fériés

Entrée : 7 euros, tarif réduit : 5 euros

Réservations FNAC au 0892 684 694 (0,34 euros TTC/mn) et sur www.fnac.com

Contacts presse

Claudine Hermabessière, chef du service de presse et des partenariats médias

01 53 79 41 18 – 06 82 56 66 17 – claudine.hermabessiere@bnf.fr

Isabelle Coilly, chargée de communication presse

01 53 79 40 11 – isabelle.coilly@bnf.fr

Colloque « Autour de l’exposition : L’âge d’or des cartes marines » (3-4 décembre 2012) programme

Colloque international 3-4 décembre 2012

Autour de l’exposition « L’âge d’or des cartes marines »

(BnF, octobre 2012-janvier 2013)

Lieu : auditorium Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Comité scientifique  : Patrick Gautier Dalché, Didier Marcotte, Hélène Richard, Eric Vallet.

Coordination : Catherine Hofmann, Emmanuelle Vagnon

Contacts : portulans@bnf.fr

Entrée libre sur inscription au 01 53 79 49 49

Vous pouvez télécharger le programme final et les résumés

Une visite de l’exposition guidée par les commissaires aura lieu en fin de colloque, le 4 décembre à 18h (Bibliothèque François Mitterrand, hall EST, sur inscription).

La BnF possède l’une des plus importantes collections de cartes et atlas portulans au monde : plus de 500 documents, du XIIIe au XVIIIe siècle. Cette collection, rassemblée à partir du XIXe siècle, mais dont les plus anciens exemplaires (l’Atlas catalan de Charles V) remontent au Moyen Âge, couvre toutes les périodes et les principaux centres de production. Afin de mettre en valeur ces collections, un programme de recensement, de description et de numérisation de l’ensemble des cartes portulans conservés en France dans les bibliothèques et fonds d’archives publics, a été lancé en 2010. Une grande partie des collections est déjà accessible en ligne sur Gallica (http://gallica.bnf.fr ).

Le programme Median de l’Agence Nationale de la Recherche(Les Sociétés Méditerranéennes et l’océan Indien) réunit depuis 2010 des chercheurs autour de la question des contacts entre le monde méditerranéen et l’océan Indien depuis l’Antiquité, à travers des sources historiques et littéraires, archéologiques et cartographiques. Le programme a suscité depuis trois ans de fructueuses rencontres entre historiens et de nombreuses publications.

Ces deux institutions sont partenaires pour l’organisation d’une grande exposition, qui aura lieu à la BnFsur le site François Mitterrand, d’octobre 2012 à janvier 2013. Elle permettra au public de découvrir les plus beaux fleurons des collections françaises de cartes portulans, à travers un parcours à la fois historique et thématique retraçant l’histoire technique et culturelle de ce genre spécifique de cartes. L’exposition accorde une place significative à la cartographie de l’océan Indien de l’Antiquité au XVIe siècle, espace dans lequel l’échange des savoirs peut être particulièrement appréhendé.

Le colloque est organisé sur deux jours par la Bibliothèque nationale de France et Median, avec la collaboration du Comité Français de Cartographie, et de l’International Society for the History of Maps. Il s’inscrit au terme de trois années de programmes de recherche, et vient apporter un éclairage scientifique complémentaire à l’exposition.

Une première journée portera sur le contexte de conception, de fabrication et d’usage des cartes de navigation entre le XIIIe et le XVIIIe siècle. On se propose d’étudier les modalités de leur utilisation en mer, de leur usage technique aux côtés d’autres instruments. La deuxième journée du colloque sera consacrée de manière plus spécifique à la navigation et aux échanges commerciaux dans l’océan Indien, en lien avec la connaissance géographique et la cartographie de cet espace.

 

First International Congress of Eurasian Maritime History (Turkish maritime history)

Ce colloque prestigieux, organisé sur quatre jour par l’Université Piri Reis (école navale, fondée en 2008) et la Chambre de commerce maritime d’Istanbul, réunissait plus de cent participants, venus du monde entier (Union européenne, Etats-Unis, Turquie, Monde arabe et Proche-Orient, Inde, Russie…). Le déroulement du colloque était articulé en sessions plénières de deux heures (en début de matinée puis début d’après-midi), puis en sessions thématiques séparées dans trois ou quatre salles. Toutes les communications avaient lieu en anglais ou en turc, avec traduction simultanée pour les sessions plénières.

L’organisation était parfaite, grâce à une ponctualité et une coordination exemplaires, et l’aide des nombreux étudiants de l’école navale venus assister au conférence et prêter main forte aux organisateurs. L’événement a été également très médiatisé : photographies, enregistrements et interviews télévisées ont accompagné le colloque en permanence.

 Le comité d’organisation était composé d’amiraux, d’historiens et d’universitaires de Turquie, d’Italie (Maria Pia Pedani) et de France (Dejanirah Couto) ; les invités comptaient bon nombre de professeurs et de chercheurs de renommée internationale. Plusieurs invités étaient également des contributeurs du programme MEDIAN : Dejanirah Couto, Jean-Louis Bacqué-Grammont, Jean-Charles Ducène, Emmanuelle Vagnon, ainsi que Rila Mukherjee et Giancarlo Casale.

 Pour ce premier congrès, le propos était centré sur l’histoire maritime liée à l’empire ottoman, dans une acception toutefois très large. La figure tutélaire du colloque, en quelque sorte, était l’amiral ottoman Piri Reis, issu d’une dynastie de pirates, navigateur en Méditerranée et dans l’océan Indien ; il est aussi considéré comme le premier cartographe turc, célèbre pour son recueil de côtes de la Méditerranée(le Kitab i barhiyye) et sa carte du Nouveau Monde de 1513. 

Les thèmes retenus étaient variés : historiographie turque et non turque, archéologie maritime (une très belle présentation des fouilles du port de Yenikapi, dans Istanbul même) et constructions navales, histoire politique, commerce et piraterie, musélogie, archives et ressources documentaires. Plusieurs sessions étaient consacrés à Piri Reis et à la cartographie, et deux sessions à l’océan Indien.

 Un certain nombre de communications portaient sur la définition et la cartographie des espaces maritimes, méditerranéens ou asiatiques : cartographie ottomane (Yasemin Nemlioglu Koca, Cevat Ulkekul, Dimitris Loupis, Jean-Louis Bacqué-Grammont, Sonja Brentjes) ; Piri Reis et ses sources (Jean-Charles Ducène, Grégory McIntosh) ; sources cartographiques (Thomas Goodrich, Emmanuelle Vagnon), mer Rouge (Alexis Wick et Nicola Melis), Maghreb (Jean-Charles Ducène, Leila Maziane), navigations et explorations chinoises (Qi Chen).

 Comme tout colloque réussi, celui-ci offrait des opportunités d’échanges intellectuels et de sociabilité internationale, permettant des prises de contacts et des données bibliographiques précieuses. Au vu de son succès, les organisateurs ont promis une publication rapide des actes et ont appelé à renouveler le congrès d’histoire maritime tous les deux ans.

 

Comité d’organisation et programme :

http://congress2012.pirireis.edu.tr/about-congress.html

Séminaire : Emmanuelle Vagnon. Cartographie de l’Océan Indien de l’Antiquité au XVIe siècle. Constitution d’un atlas historique.

Séminaire Les Mondes de l’océan Indien. Résumé de la séance du 28 avril 2011. Emmanuelle Vagnon, spécialiste de la cartographie médiévale occidentale, est en post-doctorat, chargée de recherches auprès du CNRS et du département des Cartes et Plans de la BnF, dans le cadre du programme Median. Contact : emmanuelle.vagnon@bnf.fr.

Le programme Median, en partenariat avec le Département des Cartes et Plans de la Bibliothèque nationale de France, comporte un projet de recherche sur les représentations cartographique de l’océan Indien de l’Antiquité au XVIe siècle. Cette séance a permis de présenter aux membres de l’équipe du laboratoire islam médiéval l’avancée du projet et ses enjeux méthodologiques. Après un rapide panorama de la recherche bibliographique et des ressources en ligne pour sélectionner un corpus de cartes significatives, on s’interroge sur la forme envisagée pour ce livre. La méthode utilisée pour l’Atlas historique du golfe Persique (Couto, Bacqué-Grammont, Taleghani, Biedermann 2006) ne peut pas s’appliquer entièrement au projet Median. Celui-ci a pour objectif de comparer les regards et les savoirs sur l’ensemble de l’océan Indien et sur une période très longue. L’Atlas du golfe persique au contraire est une étude détaillée d’un espace relativement modeste et dont le corpus est centré sur la cartographie européenne de l’époque moderne, du début du XVIe au XVIIIe s. , en privilégiant les sources portugaises.

L’atlas Median doit au contraire souligner l’importance du contexte de production des cartes, les différents modèles utilisés à travers les siècles (mappemondes, cartographie arabe, cartographie nautique, cartographie ptoléméenne…) et le croisement des sources. Il est nécessaire d’insister sur les intentions des auteurs des cartes, les choix qu’ils ont opérés entre plusieurs hypothèses divergentes, et le public qu’ils visaient, tout en prêtant attention à la généalogie des cartes, issues de copies et de compilations qui ont elles-mêmes leur histoire. Un autre problème abordé est celui de l’étude toponymique d’un si vaste espace : la solution proposée est de concentrer les efforts de l’équipe de chercheurs sur un espace limité (par exemple, la côte occidentale de l’Inde, abordée à l’occasion du colloque de Kolkata en février, ou la mer Rouge). La dernière partie de la séance expose enfin les grandes lignes de l’évolution de la cartographie occidentale de l’océan Indien. Celui-ci est d’abord imaginé à partir des sources latines jusqu’au début du XIVe siècle ; puis des informations nouvelles et l’utilisation des cartes marines, et de la Géographie de Ptolémée conduisent à l’élaboration de cartes hybrides explorant des hypothèses divergentes sur la forme et l’étendue de l’océan Indien, et dont l’apogée est la mappemonde de Fra Mauro de Venise (1459) ; enfin au XVIe siècle, les cartes issues des navigations européennes fournissent de nouveaux renseignements et de nouveaux toponymes, tout en utilisant à la fois le canevas ptoléméen et le modèle des cartes-portulans. La séance se conclut par une discussion sur le projet d’étudier aussi, dans cette anthologie de cartes de l’océan Indien, les cartes arabes et les sources orientales, et de construire une étude comparative, telle qu’elle est déjà menée à travers les différents aspects du programme Median.

Séminaire : Patrick Gautier Dalché, L’habitabilité de la zone équatoriale et de l’océan Indien d’après les naturalistes médiévaux

Séminaire « Les mondes de l’océan Indien ». Résumé de la séance du Jeudi 10 mars 2011.

Patrick Gautier Dalché est directeur d’étude à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, spécialiste renommé des représentations de l’espace de l’Antiquité à la Renaissance. Son dernier ouvrage, La Géographie de Ptolémée en Occident, IVe-XVIe s., Turnhout, Brepols, 2009, remet en cause de manière radicale nombre d’idées reçues sur la réception et la compréhension de ce texte, de la fin de l’Antiquité à la Renaissance. Son séminaire : Représentations de l’espace de l’Antiquité tardive au XVIème siècle (jeudi 11h-13h, EPHE, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 122). Contact : p.gautierdalche@free.fr

http://www.ephe.sorbonne.fr/details/1892-gautier-dalche-patrick-representations-de-lespace-de-lantiquite-tardive-au-xvieme-siecle.html

Lors d’une séance commune de son séminaire à l’EPHE avec le séminaire MeDian « Les mondes de l’Océan Indien », Patrick Gautier Dalché nous a lu et commenté plusieurs textes en latin, datés du XIIe au XVe siècle, illustrant les conceptions et les connaissances du monde latin concernant l’habitabilité de la zone équatoriale de la sphère terrestre, et de là, la position et l’habitabilité de l’océan Indien. Ces textes témoignent du transfert culturel entre les connaissances des géographes arabes (en partie issues du savoir grec antique), et le monde latin, par l’intermédiaire des traductions de textes scientifiques à partir du XIIe siècle. Ce renouveau du savoir sur le monde s’inscrit ainsi dans la « Renaissance du XIIe siècle » et témoigne de l’essor de la réflexion géographique et cosmographique en Occident, bien avant la traduction latine de la Géographie de Ptolémée au début du XVe siècle.  

1) Petrus Alfonsi, juif espagnol converti au début du XIIe siècle, présente dans ses Dialogues l’opposition entre deux théories cosmographiques. La théorie tardo-antique latine (Macrobe) présente cinq zones terrestres, glacées aux pôles, tempérées dans les latitudes moyennes, « torride » au niveau de l’équateur Au contraire, la théorie gréco-arabe des climata (bandes latitudinales définies par la durée du jour au solstice d’été), présentée comme la plus exacte, donne l’oecumène comme habitable dès l’équateur (premier clima), et situe la ville d’Arin in medio habitabilis regionis, dans une zone particulièrement agréable à la vie.

2) La traduction d’al-Farghani (ou Alfraganus) par Jean de Séville, au XIIe siècle, décrit les sept climata et les « cités remarquables » (terme ptoléméen) qui s’y trouvent. On comprend que l’océan Indien occupe le premier et le deuxième clima, depuis la Chine (ab Oriente ex finibus regionum Asin), jusqu’à la péninsule arabe ( postea vadit in mare post insulam Arabum).

3) Le traité d’al-Battani (Albategnus) est traduit entre 1134 et 1145 par Platon de Tivoli. C’est entre autres par ce texte que les savants d’Occident ont eu connaissance de l’existence de la Géographie de Ptolémée, encore inaccessible dans le monde latin alors que l’Almageste et la Tétrabible y étaient traduits dès le XIIe et XIIIe s. La description des climata comporte encore davantage de détails, avec notamment une tentative de mesure de l’océan Indien dans son ensemble et dans ses différentes parties. On identifie plusieurs noms de régions asiatiques, transcrites de l’arabe ou du grec : le golfe persique, le Hedjaz (Alhiges) et le Yemen (Algeman), la Chine (Asin), Taprobane ou Ceylan (Tibrane quod est Sarandib).

4) Ces traités traduits de l’arabe ont connu une large réception, car ils ont été utilisés dans l’enseignement des arts libéraux des universités médiévales dès le XIIIe siècle, et notamment dans un manuel très répandu, le Traité de la Sphère de Jean de Sacrobosco (en usage jusqu’au XVIIe siècle ! ). Ici, un commentaire de ce traité par Robert l’Anglais (Montpellier, 1271), cite Alfraganus, Ptolémée et Avicenne et répète que la zone équatoriale, non seulement est habitable, mais est le meilleur des lieux habitables (dico quod locus sub equinoctiali est habitabilis, et non solum habitabilis, immo optime habitabilis). Si bien que certains disent que le Paradis terrestre, qui est l’endroit le plus agréable du monde, se trouve sur l’équateur (Paradisus etiam terrestris dicitur esse sub equinoctiali ).

5) Albert le Grand (1200-1280), dans le De natura loci s’attache aussi à commenter Ptolémée, Avicenne, Alfraganus et cite des peuples qui habitent dans la zone équatoriale. Contrairement à Robert l’Anglais, il atteste que des habitants de ces régions sont venus jusqu’en Occident pour en témoigner (quarum habitatores plures ad nos devenerunt). Il mentionne le littoral de l’océan Indien, dont le fond est couvert de diamants, et ses nombreuses îles habitables. La vie dans ces régions est délectable grâce à la position particulière des rayons du soleil (continua et delectabilis est habitatio).   

6) C’est enfin un extrait de l’Opus Majus de Roger Bacon (1214-1294) qui témoigne de l’intérêt des savants occidentaux pour la zone équatoriale, et l’océan Indien en particulier. Précédant en cela la réflexion de Pierre d’Ailly au XVe siècle, le philosophe anglais évalue la distance qui sépare l’océan Indien de l’Espagne, préparant ainsi les explorations maritimes de la Renaissance.

Séminaire : Christine Gadrat. Deux voyageurs latins dans l’océan Indien, Jordan Catala et Jean de Marignolli

Séminaire Les mondes de l’océan Indien. Résumé de la séance du 3 mars 2011. C. Gadrat est archiviste-paléographe (diplômée de l’Ecole des Chartes), ingénieur de recherche au CNRS (LAMM à Aix-en-Provence).  Contact : gadrat@mmsh.univ-aix.fr. Elle vient de soutenir une thèse sur la diffusion et la réception de Marco Polo. Elle a publié notamment les œuvres du dominicain Jordan Catala et du franciscain Giovanni de’ Marignolli, dont elle nous présente les parcours et les témoignages.

Jordan Catala, originaire de Sévérac-le-Château dans l’Aveyron, se trouve à Tabriz en 1320 après avoir parcouru l’Arménie et la Perse. Il prend part à une mission vers l’Orient avec plusieurs frères franciscains. Alors que ses compagnons subissent le martyre à Thana, près de Bombay en 1321, Jordan Catala parvient à poursuivre sa mission. Il se fixe au sud de l’Inde et fait construire une église à Quilon. De retour en 1329-1330 à Avignon, il y rédige les Mirabilia descripta, une description ordonnée de l’Orient plus qu’un récit de son voyage. Le pape le nomme alors évêque de Quilon et lui fournit des lettres de recommandation pour repartir en Orient, où l’on perd sa trace.

 Giovanni de’ Margnolli, franciscain entré au couvent de Santa-Croce de Florence, part pour l’Orient en 1338. Il participe en effet à une mission, demandée par le pape Benoît XII, en réponse à une délégation émanant du Grand Khan et du peuple des Alains, venue annoncer la mort de Jean de Montecorvino, archevêque de Khanbaliq (Pékin). Au cours de son voyage, Giovanni de’ Margnolli passe quatorze mois à Quilon et séjourne à Ceylan. Certains éléments de cette expérience indienne sont insérés dans une vaste chronique universelle (la Chronique de Bohême), écrite dans les années 1350 pour le roi Charles IV de Bohême, dont il est devenu le chapelain. La structure de son témoignage est donc particulièrement originale, puisque ses souvenirs sont présentés comme des commentaires de la Bible, et en particulier de la Genèse.

 La comparaison des œuvres permet de dégager les conceptions géographiques des deux auteurs. L’Orient est divisé en « trois Indes », dont les limites varient d’un texte à l’autre. La « troisième Inde » correspond pour la première fois chez Jordan Catala à la côte orientale de l’Afrique, qu’il semble concevoir comme une terre se prolongeant vers l’Orient au sud de l’océan Indien. Son image mentale de l’Asie est conforme à la mappemonde de Pietro Vesconte, visible lors de son séjour à Avignon en 1329. La description du paradis terrestre (considéré comme un endroit réel) par les deux voyageurs, reflète les discussions universitaires de l’époque sur le climat tempéré des régions équatoriales. Enfin, Jordan Catala s’intéresse tout particulièrement à la faune et à la flore, et insiste beaucoup sur les couleurs. Il diffère en cela de Marco Polo, qui décrit une géographie essentiellement urbaine. Giovanni de’ Marignolli évoque davantage les villes et l’artisanat, et prête une grande attention aux coutumes religieuses des peuples de l’Inde. A Ceylan, il admire la pureté des moines, et décrit même une statue de Bouddha.

 Il ressort de ces deux témoignages (contrairement à celui d’Odoric de Pordenone, par exemple), une image très positive, admirative, de l’Inde et de ses merveilles.   

 Bibliographie :

 Thèse : « Traduction, diffusion et réception du livre de Marco Polo », sous la direction de Patrick Gautier Dalché, EPHE, IVe section, 2010.

Jordan Catala : Une image de l’Orient au XIVe siècle : les Mirabilia descripta de Jordan Catala de Sévérac, Paris, Coll. « Mémoires et documents de l’École des Chartes », 2005.

Giovanni de’ Marignolli : Jean de Marignolli, Au jardin d’Eden, traduit du latin, présenté et annoté par Christine Gadrat, Toulouse, Anacharsis, 2009.

Séminaire : Pierre-Yves Manguin, L’Asie du Sud-Est pré-moderne : carrefour, entrepôt et acteur économique.

Séminaire Les mondes de l’Océan indien. Résumé de la séance du 26 janvier 2011

Pierre-Yves Manguin est Directeur d’études à l’Ecole française d’Extrême-Orient (EFEO).

Dans un vaste tableau utilisant les sources textuelles et archéologiques et les points de vue de l’histoire économique et de l’anthropologie,  P.-Y. Manguin a montré comment l’Asie du Sud-Est, ou Austronésie, a été intégrée très tôt au système d’échanges indo-océanique.

L’historiographie des peuples de l’Asie du Sud-Est insiste d’ordinaire sur les influences extérieures, en particulier indiennes et chinoises, sur le développement des cultures austronésiennes. P.-Y. Manguin entend démontrer au contraire que cet espace fortement maritime n’a pas été qu’une périphérie, réceptacle passif  des grandes civilisations asiatiques, mais un acteur majeur du système indo-océanique. Les vestiges archéologiques (en particulier des céramiques et des perles) attestent des contacts, d’abord avec l’Inde, puis avec la Chine, mais peuvent être interprétés comme les preuves matérielles du rôle central des îles dans le commerce asiatique.

P. Y. Manguin développe le cas de l’Etat de Sriwijaya et d’autres cités-Etats dont l’essor repose sur le contrôle du commerce maritime et non sur une assise territoriale. Ces Etats auraient réussi à capter à leur profit ces flux commerciaux et à bâtir ainsi leur puissance. Le rôle de techniques de construction navale serait déterminant dans cette capacité à contrôler les échanges avec l’Inde et la Chine.

Séminaire : Antonio García Espada (Madrid), Fourteenth-century Latin fascination for the real Indies and its inherent contradiction.

Séminaire Les Mondes de l’océan Indien, résumé de la séance du jeudi 13 janvier 2011.

Antonio García Espada est docteur en histoire médiévale de l’Institut Universitaire Européen de Florence ; il a été visiting scholar à l’université de Columbia à New York et à l’université Jawaharlal Nehru de New Delhi. Il est l’auteur de Marco Polo y la Cruzada. Historia de la literatura de viajes a las Indias en el siglo XIV, Madrid 2009.

Contact : http://www.medievaltraveler.blogspot.com

 Les témoignages d’auteurs latins en Inde à la fin du XIIIe siècle et dans la première moitié du XIVe siècle : Marco Polo, Jean de Montecorvino, Giovanni de Marignolli, Odoric de Pordenone, Guillaume Adam, reflètent un flux sans doute bien plus important de voyageurs et de marchands latins qui ont parcouru l’Océan Indien à cette époque. Ces expéditions vers un Orient lointain et largement inconnu jusque là, sont à mettre en rapport avec la perte définitive  de la Terre Sainte en 1291, et les projets de croisade qui ont suivi la chute d’Acre. La volonté de trouver d’autres communautés chrétiennes (même schismatiques) au-delà du Dar al-islam, la nécessité stratégique d’obtenir des renseignements fiables sur ces pays lointains et leurs populations, ont stimulé l’envoi de missions d’évangélisation. Celles-ci furent conduites le plus souvent par des frères des Ordres Mendiants – et l’on peut souligner que certains d’entre eux, comme les Franciscains installés à Tabriz- étaient eux-mêmes des dissidents, en difficulté avec la doctrine de leur ordre. Certains trouvèrent en Inde le martyre, comme les compagnons de Jordan Catala de Sévérac à Thana.

Par ailleurs, la teneur des témoignages de ces voyageurs latins est en rupture avec la tradition antérieure des merveilles de l’Inde, inspirée des auteurs antiques et largement allégorique. Tout en cherchant à plaire à un public occidental qu’il s’agissait de convaincre, les descriptions de l’Inde du XIVe siècle décrivent un espace géopolitique concret, un monde où la diplomatie et les contacts commerciaux peuvent se déployer.

Pour finir cet exposé, Antonio García Espada montre, images à l’appui, combien certaines descriptions extraites de Marco Polo et d’autres voyageurs médiévaux reflètent des réalités dont on peu encore trouver les traces dans l’Inde d’aujourd’hui : les rites et les fêtes, le rapport au corps, la spiritualité, les couleurs.