Tous les articles par Pierre Schneider

Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (I)

Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (I)
Poids et flottaison des navires circulant dans l’océan Indien (Olympiodore)

« On le voit, si bien des questions sur les bateaux fréquentant la mer Érythrée restent posées, les récentes découvertes archéologiques commencent à apporter des éléments de réponse et l’ethnographie contribue largement à la compréhension de certains types d’embarcation et des techniques de construction. » (P.  Pomey, p. 128)

Comme P. Pomey le dit, la découverte d’épaves et de restes non immergés contribuera à accroître nos connaissances sur les navires utilisés par les Méditerranéens – et les non-Méditerranéens – dans l’océan Indien. Cependant, les textes livrent aussi quelques précieux détails, en particulier sur les dommages causés aux navires. La liste classique des accidents et incidents auxquels s’exposaient les navigateurs comprend les tempêtes, les incendies, les attaques de pirates. Il en est d’autres, moins connus, dont pouvaient être victimes les usagers de l’océan Indien. C’est ce que montrent deux textes, le premier d’Olympiodore, le second de Cassiodore (prochain billet).

N. b. : tout commentaire permettant de corriger et améliorer ce texte sera le bienvenu.

1. Le texte et son auteur

On trouve chez Olympiodore, philosophe néo-platonicien originaire d’Alexandrie – où il est né entre 495 et 505 et où il professait encore en 565 ap. J.-C. – la remarque suivante :

« Des navires identiques supportent une plus grande charge sur mer que sur un lac. C’est assurément pour cette raison que de nombreux navigateurs de la mer Indienne [littéralement les indikopleustai], ignorants de ce fait, font naufrage : ils les remplissent de marchandises alors qu’ils se trouvent dans l’eau de mer et l’eau de mer, du fait de sa nature terreuse [geôdes] les repousse et les supporte ; puis ils circulent dans les fleuves et les lacs et ils font naufrage, parce que ces eaux, du fait des exhalaisons sous forme de vapeur, ne sont plus semblablement terreuses. » (Olympiodore, In Arist. Meteor. p. 81)

Tὰ γὰρ αὐτὰ πλοῖα πλείω φόρτον βαστάζουσι ἐπὶ θαλάττης ἤπερ ἐπὶ λίμνης. ἀμέλει διὰ ταύτην τὴν αἰτίαν πολλοὶ ἰνδικοπλεῦσται ναυαγοῦσι μὴ εἰδότες τοῦτο. καὶ ἐν μὲν θαλάσσῃ γεμίζουσιν αὐτὰ φόρτου, καὶ ἡ μὲν θάλασσα διὰ τὸ γεῶδες αὐτῆς ἀνωθεῖ καὶ βαστάζει· ἔρχονται δὲ ἐν ποταμοῖς ἢ λίμναις καὶ ναυαγοῦσι διὰ τὸ μὴ ἔχειν οὕτως τὸ γεῶδες ἐκ τῆς καπνώδους ἀναθυμιάσεως καὶ μὴ δύνασθαι ἀνωθεῖν. Continuer la lecture de Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (I)

La baie de Zula (Adoulis) en 1865

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Denis de Rivoire, « La baie d’Adulis et ses alentours », Bulletin de la société de géographie de Paris, t. 15, 5e série (1868), p. 236-267.

L’expédition anglaise d’Abyssinie sollicite pour le moment l’attention publique de ce côté, et dès lors, peut-être, ne serait-il pas sans intérêt pour la Société de géographie d’accueillir quelques nouveaux détails sur la nature et l’aspect de ces contrées reléguées trop longtemps dans le dédain de l’Europe, en particulier sur cette baie d’Adulis que les Anglais appellent Annesley-Bay, où s’opère aujourd’hui le débarquement de leurs troupes. Je fus amené, par suite de circonstances qu’expliquera le cours de mon récit, à séjourner dans ces parages à trois reprises différentes, tantôt sur un point, tantôt sur un autre, et si l’insuffisance de mes connaissances techniques et l’absence de tout instrument ne m’ont pas permis de donner à mes observations le caractère scientifique dont j’aurais voulu qu’elles fussent empreintes, du moins, à défaut de celui-là, auront-elles le mérite de l’exactitude et de la vérité. N’étant pas un savant, je vais m’efforcer d’être un peintre. (…)

Au pied du mont Tarenta, ce premier échelon du plateau éthiopien, une surprise m’était ménagée. Afin d’accomplir plus agréablement la traversée de Djeddah à Massouah, et me procurer, à moins de frais, la barque nécessaire, je m’étais provisoirement associé à cinq Européens qu’une pensée de spéculation amenait dans la mer Rouge; à Massouah, nous nous étions séparés. Je les retrouvai campés dans le lit desséché du torrent de l’Addas, et se disposant, pour obéir au plan de leurs opérations, après quelques courses mal dirigées, à revenir sur leurs pas et à suivre à peu près le même itinéraire que je me proposais aussi. Pour la seconde fois, je me réunis à eux, et, tous ensemble, nous nous mîmes à descendre le torrent. Dans cette partie de l’Afrique où la nature se charge exclusivement de ce qui peut ressembler au tracé d’une route et à son entretien, la violence des pluies tropicales accumule sur un même point, en peu d’heures, de telles quantités d’eau que leur masse, se frayant un tumultueux passage au travers des arbres qu’elle entraîne et des rochers qu’elle déracine, creuse dans ce sol bouleversé de gigantesques sillons dont la main du temps respecte les caprices. Ce sont là les seuls chemins auxquels peut se confier l’allure paisible d’une caravane, et ce fut ainsi que nous voyageâmes, tantôt la poitrine comme oppressée par le poids formidable de deux murailles géantes se dressant de chaque côté, pour aller presque se rejoindre sur nos têtes, tantôt le front allégé, le regard rafraîchi par les grappes de verdure se déroulant le long des flancs plus inclinés de la montagne ou par le bleu du ciel s’élargissant entre des sommets moins escarpés. Puis, çà et là, quelque vague murmure sous le gazon ou quelque chute sonore sur les cailloux c’était un ruisseau, vestige modeste des dernières pluies, qui, surgissant au hasard d’un réservoir inconnu, accompagnait quelque temps notre marche pour aller disparaître plus loin, absorbé peu à peu par le sable altéré ou tout à coup englouti sans bruit par les profondeurs d’une crevasse invisible.

Continuer la lecture de La baie de Zula (Adoulis) en 1865

Disparition de Maurizio Tosi

On nous annonce le décès de Maurizio Tosi, historien du  passé très ancien des mondes de l’océan Indien.

Cette notice, transmise par la liste de diffusion Agade, résume l’orientation de sa carrière et de ses recherches:

“Full Professor since 1981, Maurizio Tosi has occupied the chair of Prehistory and Protohistory of Asia at the Istituto Universitario Orientale of Naples till 1994 when he has been called to the chair of palaethnology at University of Bologna, Faculty of Conservation of Cultural Goods. His main field of study has been the formative processes of complex societies mainly across the Middle East and Central Asia together with the development of the methods for the definition of this process from the archaeological record. Beginning from 1967 he has directed field projects for the Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente (IsIAO) in collaboration with different European and American agencies in Iran, Oman, Yemen, Pakistan, Turkmenistan and the Asian parts of the Russian Federation. From 1985 to the present, he is co-director of an International research program aimed to study the beginnings of navigation and long-distance trade in the Indian Ocean. Chiefly a student of palaeoeconomics and social structure of early societies, M.T. has directed since 1985 most of his efforts to the study of the relations between population resources in the systematic reconstruction of past landscapes.”

Parution : La fabrique de l’océan Indien. Cartes d’Orient et d’Occident (Antiquité-XVIe siècle)

La fabrique de l’océan Indien. Cartes d’Orient et d’Occident (Antiquité-XVIe siècle)
Édité par Emmanuelle Vagnon, Éric Vallet
Publications de la Sorbonne, collection Histoire ancienne et médiévale. Janvier 2017.

Richement illustré, cet ouvrage invite à un voyage à travers plus de vingt siècles de cartographie, où l’on découvre comment l’océan Indien a été imaginé et représenté, en Orient et en Occident, depuis les premières cartes babyloniennes jusqu’ aux planisphères de la fin du XVIe siècle. Il ne se contente pas de décrire l’émergence d’une cartographie moderne à partir des navigations européennes du XVIe siècle ; il considère aussi les savoirs issus des grandes aires de l’Ancien monde, de l’Extrême-Orient à l’Europe, en passant par les mondes de l’Islam, pour croiser les regards et explorer les approches communes qui, au-delà des distances géographiques et culturelles, ont façonné une image progressivement unifiée de cet espace. Par l’observation des tracés, des noms et des illustrations figurant sur de nombreux documents – mappemondes, schémas, cartes régionales, globes et planisphères – construits à plusieurs échelles, le lecteur est ainsi convié à parcourir et découvrir les multiples représentations d’un vaste espace maritime commun à plusieurs cultures.

SOMMAIRE

 

Introduction – La fabrique de l’océan Indien
Emmanuelle Vagnon et Éric Vallet Continuer la lecture de Parution : La fabrique de l’océan Indien. Cartes d’Orient et d’Occident (Antiquité-XVIe siècle)

Fragments arabes et persans relatifs à l’Inde

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Fragments arabes et persans relatifs à l’Inde, recueillis par M. Reinaud. Journal asiatique : ou recueil de mémoires, d’extraits et de notices relatifs à l’histoire, à la philosophie, aux sciences, à la littérature et aux langues des peuples orientaux, publié par la Société asiatique (juillet 1844) p.237-268.

Qu’on se représente la partie habitée du monde comme étant située dans l’hémisphère septentrional, et comme occupant la moitié de cet hémisphère : la portion de la terre qui est habitée forme alors un des quatre quarts de la terre. Cette portion est entourée par une mer qui, à ses deux extrémités occidentale et orientale, a reçu le nom de mer Environnante. Les Grecs ont donné le nom d’Océan à la partie qui est située du côté de l’occident et qui touche à leur pays. La mer sépare la partie de la terre qui est habitée, des terres qui se trouvent peut-être de l’un et de l’autre côté, au-delà de la mer, que ces terres, qui sont entourées d’eaux, soient habitées ou ne le soient pas. On ne navigue pas sur cette mer à cause de l’obscurité de l’air, de l’épaisseur de l’eau, de la confusion des routes, et à cause des nombreuses chances qui existent de s’égarer, sans compter le peu d’avantages qu’on retirerait d’un voyage aussi lointain. Voilà pourquoi les anciens érigèrent dans cette mer et sur ses côtes des signes qui avertissaient de ne pas s’y aventurer Du côté du nord, la terre est inhabitable à cause du froid, excepté en quelques endroits où s’introduisent les navires, et qui sont disposés en forme de golfe. Quant au côté du midi, la portion habitée du monde se termine aux bords de la mer qui touche aux deux côtés de la mer Environnante. Cette mer est traversée par les navires, et les parties de la terre qui la bornent sont habitées. Cette mer est entièrement couverte d’îles grandes et petites. La mer et le continent se disputent respectivement la place, et empiètent l’un sur l’autre. Du côté de l’occident, le continent s’avance dans la mer, et ses côtes se prolongent au midi. C’est dans ces régions, qui s’étendent en plaines, que se trouvent les peuples noirs de l’ouest qui nous fournissent des eunuques, ainsi que les montagnes de Comr, où sont les sources du Nil. Les côtes et les îles-voisines sont occupées par les peuples de race Zendj ; la mer forme, du même côté, des golfes qui s’avancent dans les terres : tels sont le canal de Barbora, le canal de Colzoum (la mer Rouge), et le canal de Farès (golfe Persique). Le continent s’étend plus ou moins vers la mer, dans l’espace qui sépare ces canaux. Dans la partie orientale de la mer du Midi (c’est la mer qui s’avance dans les terres, dans la direction du nord, de la même manière qu’auparavant la terre s’avançait dans la mer, du côté du midi), la mer forme en plusieurs endroits des golfes et des baies. La mer du Midi reçoit différentes dénominations ; le plus souvent ces dénominations sont empruntées aux îles que la mer baigne ou aux terres qui se trouvent en face. Pour nous, nous n’avons à parler que de la partie de la mer du Midi qui borne la terre de l’Inde, et qui, en conséquence, a été appelée mer des Indiens.

Maintenant, il faut admettre, dans la partie du monde qui est habitée, des montagnes escarpées et contiguës les unes aux autres, de manière à former, pour ainsi dire, les vertèbres de la terre. Ces montagnes s’étendent au milieu de la terre, dans le sens de sa longueur, et de l’est à l’ouest. Elles traversent successivement la Chine, le Tibet, le pays des Turks, le Kaboul, le Badakhschan, le Thokharestan, le Bamyan, le Gour, le Khorassan, le Djebal, l’Aderbaydjan, l’Arménie, le pays de Roum, le pays des Francs et celui des Galiciens. Ces montagnes offrent, dans leur prolongement, des faces variées, des intervalles libres et des déviations qui renferment des plaines. Une partie est habitée. De l’un et de l’autre côté de cette chaîne, coulent des rivières.

Continuer la lecture de Fragments arabes et persans relatifs à l’Inde

Dérive dangereuse aux alentours du cap Gardafui

Dérive dangereuse aux alentours du cap Gardafui

Cosmas Indicopleustês vécut dans la première moitié du 6e siècle ap. J.-C. Son surnom (« qui a navigué en mer Indienne », ou « qui navigué vers les contrées de l’Inde ») est en lien direct avec ce qui dut être l’une de ses principales activités : celle de marchand circulant en mer Rouge et dans la mer d’Oman. Sa Topographie chrétienne (un traité destiné à combattre les idées des chrétiens qui adoptaient les théories grecques de l’univers sphérique) est parsemée de diverses digressions -­ généralement à visée démonstrative – dans lesquelles Cosmas se réfère à ses propres souvenirs de marchand-navigateur dans l’océan Indien. Celle qui suit est d’un intérêt exceptionnel pour l’histoire de la navigation antique dans l’océan Indien.

« Un jour, cinglant dans ces régions vers l’Inde intérieure et ayant un peu trop poussé dans la direction de la Barbarie au-delà de laquelle se trouve le Zingion – on appelle ainsi l’embouchure de l’océan – nous avons aperçu, tandis que nous naviguions à tribord, une multitude d’oiseaux en vol nommés souspha (n. b. :la traductrice remplace le mot grec par « albatros ») ; ils sont deux fois aussi gros que des milans, peut-être davantage ; de plus, l’air est très insalubre dans cette région, de sorte que tout le monde prit peur. Ils disaient tous, ces gens exercés à la navigation, marins et passagers, que nous étions près de l’Océan et ils criaient au pilote : « Vire à babôrd, vers le golfe, de crainte qu’emportés par les courants nous n’allions déboucher dans l’océan et y périr. Car l’Océan, là où il pénétrait dans le golfe, produisait une barre excessivement grande et, à la sortie du golfe, le ressac entraînait vers l’Océan ; c’était pour nous un spectacle tout à fait terrifiant et une grand épouvante s’est emparée de nous. Certains de ces oiseaux qu’on appelle souspha nous ont longtemps suivi, volant très haut ; ils signalaient que l’Océan était proche. » Cosmas Indicopleustès, Topographie chrétienne, 2, 30 (traduction W. Wolska) Continuer la lecture de Dérive dangereuse aux alentours du cap Gardafui

Description moderne de la Patalène antique (delta de l’Indus)

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

James Rennell, Description historique et géographique de l’Indostan (tome 2), traduit par J.-B. Boucheseiche, Paris, 1800, p. 236-243.

On ne doit pas s’attendre à trouver ici une notice détaillée du nombre et des positions des différentes branches de l’Indus. Il faudrait que l’on en eût levé le plan auparavant. Je n’ai recueilli de particularités que sur trois de ces branches, et les voici. A 170 milles de la mer, en suivant le cours du fleuve, l’Indus se divise en deux branches, dont la plus occidentale est la plus large. Cette branche, après un cours d’environ 50 milles au sud-ouest, se divise en deux: la plus petite prend une direction ouest-sud-ouest, jusqu’à Larry-Bunder et Darraway, et la plus large, sous le nom de rivière de Ritchel, jusqu’à la ville de Ritchel, sur la côte maritime (Tatta est situé dans ce delta inférieur et à environ 5 milles au-dessous de son angle supérieur). L’autre branche principale, dont il reste à parler, est celle qui borne le côté oriental du delta supérieur. Elle est plus petite que la rivière de Ritchel mais plus large que celle de Larry-Bunder, et d’après des relations, elle commence à l’embouchure du golfe de Cutch, presque vis-à-vis de la pointe de Jigat.(…)

Continuer la lecture de Description moderne de la Patalène antique (delta de l’Indus)

« Navigations érythréennes » : prochainement une nouvelle rubrique dans ce carnet de recherches

Navigations érythréennes

Les sources grecques et latines parlent-elles de la navigation dans l’océan Indien? Les sources littéraires antiques disent-elles quelque chose des navires, des courants, des vents, des dangers de la mer etc.? La réponse est immédiate et positive, et quelques textes bien connus viennent à l’esprit : le « Périple » de Néarque, le Périple de la mer Erythrée, la description des routes vers l’Inde que donne Pline l’Ancien. A côté de ces documents majeurs il en est d’autres, souvent méconnus, rarement commentés. Cette nouvelle rubrique – une collaboration de Jean-Marie  Kowalski  et Pierre Schneider – leur sera entièrement consacrée.  Nous aurons ainsi  plaisir à soumettre aux lecteurs de ce carnet, de temps à autre, tel ou tel de ces textes accompagné de nos réflexions.

Ibn Kordadbeh : le livre des routes et des provinces

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Ibn Kordadbeh (flor. : 9e siècle),  Le livre des routes et des provinces, traduit et annoté par C. Barbier de Meynard (Journal asiatique, janvier-février 1865), extraits divers.

ROUTE DE BASRAH À L’OMAN, LE LONG DE LA CÔTE.

Abbadân, Hadaryah, Arfadja, Zabounah, El-Maaz, El-Assa, El-Migras, Holeïdjah, Haçan, El-Rora, Moçeïlaba (Ed. Maslakha), Hamadh, Hadjar, Mokabar (Kod. Mokayr), El-Katan, la Sabkhah, Oman ou Sohar.

ROUTE (DE BASRAH) VERS L’ORIENT, PAR MER.

De Basrah à Abbadân, 12 fars. — Les Estacades, 2 fars. c’est là qu’on s’embarque. La côte située à droite appartient aux Arabes, celle de gauche aux Persans; elles sont séparées par un bras de mer qui a 70 fars. de largeur. Dans ces parages se trouvent les deux montagnes nommées Koçaïr et Owaïr. La profondeur de la mer, en cet endroit, est de 70 à 80 brasses. Des estacades de Basrah à la capitale du Bahreïn, sur la côte des Arabes, il y a 70 fars. Les habitants du Bahreïn sont des pirates; ils n’ont pas de champs cultivés, mais possèdent des ruches d’abeilles et des chameaux. De là au Dourdour, 150 fars. — de là à Oman, 50 fars. — De Chihr à Aden, 100 fars. Aden est un des principaux points de relâche dans cette mer. On n’y trouve ni blé, ni troupeaux; mais l’ambre, l’aloès, le musc y abondent. Aden est l’entrepôt des marchandises du Sind, de l’Inde, de la Chine, du Zendj, de l’Abyssinie, de Basrah, de Djeddah et de Kolzoum (Suez). La grande mer orientale produit de l’ambre excellent. Elle recèle dans ses flots un poisson long de cent à deux cents coudées; les marins le redoutent, et, pour l’éloigner, ils choquent des morceaux de bois l’un contre l’autre. On trouve dans les mêmes parages un poisson volant, long d’une coudée, à face de chouette; un poisson, long de vingt coudées et qui renferme dans son ventre jusqu’à quatre poissons du même genre ; une tortue ronde de vingt coudées, qui pond mille œufs à la fois ; sa carapace fournit une écaille excellente : cet animal est vivipare. (On y trouve aussi) un poisson vivipare qui ressemble au chameau; enfin, un oiseau qui pond et couve ses œufs à la surface des vagues, sans jamais se poser sur le rivage.

Continuer la lecture de Ibn Kordadbeh : le livre des routes et des provinces