Tous les articles par Pierre Schneider

Compte-rendu de la journée d’études « Ex Oriente luxuria II » (Lyon – 1-2 décembre 2015)

Le compte-rendu de la deuxième journée d’études Ex oriente luxuria 2 – Première étude de cas : perles et écaille de tortue est disponible au téléchargement  sur le site des archives ouvertes HAL-SHS (cliquer ici).

Il comprend les résumés ou les textes de toutes les communications présentées, ainsi qu’un document introductif à la journée d’études.

Les communications seront publiées sous leur forme définitive dans la revue Topoi (Lyon).

La journée d’études Ex oriente luxuria III  (2017 – Paris) sera consacrée au poivre.

EOL 2 pge 1

 

Archéologie de l’Arabie, de la mer Rouge et du golfe Arabo-Persique: séminaire de François Villeneuve

Programme du séminaire de François Villeneuve 

Les séances ont lieu les mardis de 9 h. 30 à 13 h. 30, à l’Institut d’art et d’archéologie, 13 rue Michelet, Paris (75006),
salle 319 (ex-bibliothèque d’Orient)

8 mars  

  • L’archéologie en Arabie ; Hégra : présentation des recherches et fouilles (Fr. Villeneuve- Université de Paris I)

 

15 mars 

  • Adoulis, un port antique sur la côte africaine de la mer Rouge méridionale ;  la Corne de l’Afrique dans l’Antiquité ( Chiara Zazzaro- Université » L’Orientale », Naples).

Continuer la lecture de Archéologie de l’Arabie, de la mer Rouge et du golfe Arabo-Persique: séminaire de François Villeneuve

Sur la mer d’Abyssinie

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Al-Mas’ûdî (mort en 956), Les Prairies d’or, chapitre 10 (traduction Barbier de Meynard et Pavet de Courteille, tome 1, p. 230-239)

Renseignements généraux sur la mer d’Abyssinie ; opinions diverses sur son étendue, ses golfes et ses détroits

On a déterminé les dimensions de la mer de l’Inde, qui n’est autre que la mer d’Abyssinie : sa longueur, de l’ouest à l’est, c’est-à-dire de l’extrémité de l’Abyssinie aux limites de l’Inde et de la Chine, est de huit mille milles ; sa largeur diffère selon les localités, et elle varie entre deux mille sept cents milles et dix-neuf cents milles. On donne encore, relativement à l’étendue de cette mer, différentes évaluations que nous passerons sous silence, parce que, aux yeux des gens du métier, elles ne reposent sur aucune preuve satisfaisante. Quoi qu’il en soit, cette mer est la plus vaste du monde habité.

Elle forme sur les côtes d’Abyssinie un canal qui s’avance dans, la contrée de Berbera, portion du pays habité par les Zendjs et les Abyssins. Ce canal, connu sous le nom de Berberi, a cinq cents milles de longueur, et sa largeur, d’une rive à l’autre, est de cent milles. Il ne faut pas confondre ce territoire de Berbera avec le pays des Berbers, situé dans le pays nommé Ifriqiya, pays bien distinct de celui dont nous parlons, et qui n’a de commun avec lui que le nom. Les pilotes de l’Oman traversent ce canal pour gagner l’île de Kanbalou, située dans la mer de Zanguebar, et habitée par une population mélangée de musulmans et de Zendjs idolâtres. Ces mêmes marins de l’Oman prétendent que ce détroit de Berberi, qu’ils désignent par le nom de mer de Berbera et de pays de Djafouna, est d’une étendue plus grande que celle que nous venons d’indiquer ; ils ajoutent que ses vagues ressemblent à de hautes montagnes, et ils les nomment des vagues aveugles, sans doute parce que, après s’être enflées comme d’énormes montagnes, elles se creusent en forme de profondes vallées ; mais elles ne se brisent pas, et ne sont jamais couvertes d’écume, comme on le remarque dans les autres mers. Ils leur donnent aussi le nom de vagues folles. Les marins qui fréquentent ces parages sont des Arabes de l’Oman et de la tribu de Azd ; lorsqu’ils ont gagné le large, et qu’ils montent et descendent au gré de cette mer agitée, ils chantent en cadence le refrain suivant :

Berbera et Djafouna, que vos vagues sont folles !
Djafouna et Berbera, voilà leurs vagues. Continuer la lecture de Sur la mer d’Abyssinie

Discussions d’histoire économique: commerce à longue distance, biens de luxe, mondialisation

Deux rencontres autour des échanges à longue distance entre la Méditerranée et l’océan Indien

 

Autour de la consommation des produits de luxe à Rome: le cas des perles de l’océan Indien (Pierre Schneider, Université d’Artois / Hisoma -Maison de l’Orient et de la Méditerranée)

 

Les premières globalisations : autour de Ph. Norel, L’invention du marché. Une histoire économique de la mondialisation, Paris, Seuil, 2004 (http://www.seuil.com/livre-9782020410915.htm) – discussion animée par Pierre Schneider et Jérôme Maucourant.

 

Découverte d’une inscription bilingue à Mleiha (Sharjah – Emirats arabes unis)

Article du Times of Oman, en date du 31 janvier 2016

An archaeological team at Mleiha in Sharjah has discovered a tomb dating back to 216-215 BC, making it the oldest historical discovery that refers to Oman and also proves that the ancient Kingdom of Oman existed in the late 3rd century BC.

« The recovered treasure features inscriptions engraved on a huge grave consisting of an underground burial chamber measuring 5.2X5.2 square metres. The inscription, written in Aramaic and a southern Arabic language, states that the tomb was built by the son of a certain Amid, who was in the service of the king of Oman, » Dr Bruno Overlaet, Curator, Ancient Near East, Iran and Islam collections at Royal Museums of Art and History, Brussels, wrote in an email interview he gave to the Times of Oman.

« The local Abiel dynasty, known from its coins minted at Mleiha, can in all probability be associated with this title of « King of Oman ». Their kingdom was apparently centred around Mleiha and probably consisted of the territory of the UAE and the northern parts of Oman, » the curator added.

Continuer la lecture de Découverte d’une inscription bilingue à Mleiha (Sharjah – Emirats arabes unis)

Sur la côte occidentale de Socotra, en 1847

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Charles Guillain, Relation d’un voyage d’exploration à la côte orientale de l’Afrique, réalisé pendant les années 1846, 1847 et 1848 par le brick Le Ducouëdic, tome 1, p. 349-353

J’avais l’intention d’aller mouiller dans la baie de Galan’sié, située dans l’est de Ras Bedou, pour y prendre de l’eau. J’espérais aussi y trouver quelque bateau destiné pour la côte d’Afrique, et auquel je pourrais demander un pilote. Un instant, je crus même que mon espoir allait se réaliser plus tôt : un point blanc, de forme triangulaire et ressemblant à un bateau sous voiles, venait d’être signalé par la vigie ; plus il se dégageait des vapeurs qui couvraient en ce moment l’horizon, plus l’illusion augmentait ; mais notre erreur ne fut pas de longue durée : ce que nous avions pris pour une voile n’était autre chose que la roche Saboyna, qui nous restait alors dans l’ouest, à environ cinq milles. La coupe triangulaire de cet îlot, la couleur blanchâtre du calcaire dont il est formé, rendue plus éclatante par les reflets de lumière qui l’inondaient alors, ce qu’il y a d’étrange dans la saillie abrupte de cette aiguille rocheuse à une assez grande distance de terre, tout, en un mot, rendait possible une méprise. Après midi, nous louvoyâmes avec une brise fraîche et donnant de fortes rafales, pour doubler Ras Bedou et atteindre le mouillage de Galan’sié ; mais, à minuit, nous étions encore sous le vent de ce dernier. Nous continuâmes donc à louvoyer pour gagner dans l’est. (…)

Socotra_76

Continuer la lecture de Sur la côte occidentale de Socotra, en 1847

Appel à communications – Semaine de l’Histoire 2016 à l’Université de la Réunion

Centre de Recherches sur les Sociétés de l’Océan Indien (CRESOI) -Section : Océan Indien Ancien (OIA)

logo-oia-95560
Semaine de l’Histoire 2016 : L’espace maritime de l’Océan Indien ancien

 

Les deux journées porteront sur le rapport à la mer dans l’océan Indien, des périodes les plus reculées au XVIe siècle inclus.

14 novembre : « Les échanges maritimes. L’océan utilisé ».
L’objet de cette première journée est de présenter les échanges sur le pourtour de l’océan Indien depuis les périodes les plus anciennes. Naturellement, les échanges au-delà de cet océan, avec le monde austronésien, la mer de Chine, la Méditerranée seront aussi au cœur de cette journée. La réflexion visera à apporter un regard multiple sur la réalité des échanges. Après la parution de la monumentale synthèse de Philippe Beaujard, l’objectif est de susciter de nouveaux travaux approfondissant nos connaissances sur cet océan comme centre d’activité et de commerce aux périodes anciennes. Les interventions pourront placer dans une perspective globale, insérant l’océan Indien dans un ensemble d’échange plus vaste. Mais nous souhaitons aussi promouvoir des études de cas, des approches locales afin de mettre en évidence la place concrète de l’océan dans la vie des sociétés qui le bordent. Les communications traiteront de la navigation, du commerce à l’échelle de l’océan ou à des échelles régionales. Continuer la lecture de Appel à communications – Semaine de l’Histoire 2016 à l’Université de la Réunion

F. de Romanis et M. Maiuro (éditeurs): Across the Ocean. Nine Essays on Indo-Mediterranean Trade

 

FDRIssu d’un colloque tenu à la Columbia University en 2011, cet ouvrage regroupe neuf contributions réparties en deux parties:

  • la première section est spécifiquement consacrée à l’Antiquité, et particulièrement aux produits et routes du commerce empruntant les chemins de la mer Rouge et du désert oriental égyptien.
  • la seconde section se place dans la perspective de la « longue durée » et de l’approche comparatiste.

Table des matières et aperçu

Carsten Niebuhr dans la Tihama yéménite

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre » (…), tire « une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Carsten Niehbur (1733-1815), Voyage en Arabie et dans d’autres pays d’Orient, traduction française de 1780, volume 1, p. 288-293

Section 9: voyages dans les environs de Beit el Fakih
Chapitre 1 : voyage à Ghalefka

Pour profiter de la liberté dont nous jouissions à Beit el Fakih, je me proposai de faire seul quelques courses pour examiner les endroits ruinés aujourd’hui, mais célèbres autrefois, dont parle Abulfeda. J’espérais d’y découvrir quelques inscriptions, propres à montrer les variations survenues dans les mœurs et la langue de cette province : mon attente ne fut pas entièrement trompée.
Convaincu de la sûreté entière qui règne dans le Tehama, je résolus d’aller à Ghalefka et de faire ce voyage dans l’équipage le plus simple et le plus éloigné d’un air d’opulence qui eût pu tenter les brigands. Je louai un âne, dont le propriétaire qui suivait à pied me servait de domestique. Un turban, un surtout sans manches, une chemise, une culotte de toile, à la mode des Arabes et une paire de pantoufles composaient tout mon habillement.La coutume étant de voyager armé, je portais un sabre et deux pistolets à la ceinture. Un mauvais tapis était, en même temps, ma selle, ma chaise, ma table et mon matelas ; le linge dont les Arabes s’enveloppent les épaules pour se garantir du soleil et de la pluie me servait de couverture pendant la nuit. Depuis quelque temps, j’avais tâché de vivre à la manière des Arabes : ainsi, je pouvais me passer de beaucoup de commodités et me nourrir de mauvais pain, la seule chose que l’on trouve dans beaucoup d’auberges. Continuer la lecture de Carsten Niebuhr dans la Tihama yéménite