Archives de catégorie : Colloques, séminaires, rencontres

Colloque « Les sens du rite. Encens et religion dans les sociétés anciennes » (Rome, 23-24 juin 2017)

Argumentaire de l’appel à communications 

La rencontre se propose de mettre au cœur de l’étude un medium rituel bien connu pour la tradition judéo-chrétienne, à savoir l’encens[1]. Cette substance aromatique est devenue un marqueur olfactif de la religion orthodoxe à l’époque byzantine, comme l’a souligné Margaret E. Kenna en 2005, dans un article au titre évocateur : « Why does incense smell religious ? »[2]. Une telle question pourrait s’appliquer aux sociétés polythéistes antiques. En effet, en Mésopotamie, en Grèce ou à Rome, l’un des gestes de dévotion les plus fréquents consistait à offrir/faire brûler des grains d’encens en l’honneur des dieux. Les volutes odorantes montant vers le ciel matérialisaient le lien entre les hommes et les puissances immortelles, contribuant à définir le paysage sensoriel du sanctuaire.

Si plusieurs études ont souligné de façon ponctuelle le rôle de l’encens comme ingrédient du rituel et agent de communication entre les hommes et les dieux, aucune recherche d’envergure n’a encore proposé de comparer les usages et les significations dévolues à l’encens dans les mondes anciens. Or les fonctions qui lui ont été attribuées au cours du temps et suivant les espaces sont multiples et se combinent souvent : agent de purification, signal odorant destiné à appeler la divinité, source de contentement et « nourriture » pour les Immortels,… De plus, les progrès des analyses archéométriques[3] offrent aujourd’hui des données intéressantes qui méritent d’être confrontées aux témoignages littéraires, épigraphiques et iconographiques. Il apparaît clairement que derrière le mot générique « encens », thumiama en grec ou tus en latin, se cachent une large variété de substances odorantes – résines et gommes végétales – destinées à être brûlées.

Continuer la lecture de Colloque « Les sens du rite. Encens et religion dans les sociétés anciennes » (Rome, 23-24 juin 2017)

Semaine de l’histoire 2016 à Saint-Denis de la Réunion

La semaine de l’histoire de l’océan Indien se tiendra à l’Université de la Réunion du 14 au 19 novembre 2016. 

Un colloque spécialement dévolu à l’océan Indien ancien (de l’Antiquité à l’époque de la présence portugaise) se tiendra les 14 et 15 novembre.

 

logo-oia-95560

L’espace maritime de l’océan Indien ancien (l’océan Indien jusqu’au XVIe siècle)

Lundi 14 novembre 2016

8 h 30 : accueil des participants – 9 h : Séance inaugurale : message  du Président de l’AHIOI, pour l’Université ; de M. le Professeur Gilles LAJOIE, chargé de mission affaires générales, et des différents partenaires institutionnels, dont l’Institut Confucius, notre partenaire pour les invités chinois et pour la traduction.

Première séance – Modérateur : Serge Bouchet

– 9h30 – Siwei Chen:  Maritime Trade between India and Egypt in the 1st to 2nd Century: The Muziris Papyrus as the centre of study.

10h20 – Pierre Schneider : Les échanges maritimes locaux dans quelques secteurs de l’océan Indien occidental, d’après les sources antiques (du 3e siècle a.C. au 6e siècle p. C.) .

11 h. – Pause Continuer la lecture de Semaine de l’histoire 2016 à Saint-Denis de la Réunion

Résumés des communications données à Dublin (9th Celtic Conference in Classics)

La table-ronde organisée par Matthew Cobb et Kyle Erickson (« The development of the Indian Ocean Trade in Antiquity ») a donné lieu à deux jours de discussions fructueuses. Les résumés des communication apparaissent ci-dessous.

 

Gwendolyn Kelly: Currencies, Commodities, and Regimes of Value: South India and the Indian Ocean Trade in Antiquity

From the 1st century BCE to 4th century CE, the people of Southern India were participants in the early ‘globalisation’ of the Indian Ocean trade. This involved trade in commodities, including imports
and exports, as well as contacts with a diverse array of people from different places and cultures. Recent research in Anthropology has centered on the question of how value is created and understood
in commodities and material culture, especially in the context of contemporary globalisation. One aspect of this research focuses on ‘regimes of value’, which are the culture-specific frames in which
objects and values are assessed. The question at the heart of the matter is how different goods were understood, interpreted, and assigned values, (in the economic, as well as cultural, and even moral,
senses of the word). In this paper I examine both the archaeological and textual evidence for the different regimes of value, and how they connected and conflicted with one another. I focus on South
Indian regimes of value, and how these informed the interpretation of, and values assigned to, Roman Mediterranean goods. For example, I argue that with regard to Roman coinage, South Indians did not view or assign value to it in at all the same ways Romans (or perhaps others) did. Silver coinage was incorporated in to existing regimes of value that blurred the lines between ornament and currency. Before the appearance of Roman coinage, I have argued South Indians used beads as a medium of exchange, even a form of currency. Roman coinage joined this category, and thus came to be
perforated, strung, and worn, joining beads as ornaments, that simultaneously functioned as currency, with exchange value. Thus I explore not only the goods traded, and the media of exchange, but also consider the meanings of currencies and commodities, and how they were translated and understood within the South Indian social, cultural, and political context.

Continuer la lecture de Résumés des communications données à Dublin (9th Celtic Conference in Classics)

Les échanges entre Méditerranée et océan Indien au programme de la Celtic Conference in Classics 2016

La  Celtic Conference in Classics 2016 se déroulera du 22 au 25 juin à Dublin (University College, Dublin) 

Un panel sera consacré à l’étude des échanges antiques entre le monde méditerranéen et l’océan Indien, sous la coordination de Matthew Cobb  et Kyle Erickson.

Programme provisoire (23 et 24 juin)

The Development of the Indian Ocean Trade in Antiquity – responsables: Matthew Cobb (TSD Lampeter) and Kyle Erickson (TSD Lampeter)

  • The Augustan Annexation of Egypt and its Impact on the Indian Ocean Trade. Matthew Cobb (University of Wales Trinity Saint David)
  • Indian Ocean Commerce in Context: The Economic and Revenue Significance of Red Sea trade in the Ancient World Economy. Raoul McLaughlin (Independent Scholar)
  • Currencies, Commodities, and Regimes of Value: South India and the Indian Ocean Trade in Antiquity. Gwendolyn Kelly (Ashoka University)
  • Indian-Ocean Trade: The role of Parthia. Leonardo Gregoratti (Durham)
  • Kottanarike to Malabar and back. Aspects of black pepper trade from antiquity to early modern times. Federico De Romanis (Roma)
  • India and the East at Home: The Reception of Foreign Aromatics in the Roman World. Thomas Derrick (Leicester)
  • Pearls and tortoise shell in the Mediterranean world: some features of the Roman consumption (1st century BC- 2nd century AD). Pierre Schneider (Université d’Artois (Arras) / Maison de l’Orient et de la Méditerranée (Lyon)
  • The Visual Culture of Indian Ocean Trade to 700 CE. Frederick M. Asher (University of Minnesota)
  • The Impact of the Indian Ocean trade on the Ancient Novel. Juan Pablo Sánchez Hernández (Hyderabad)
  • Between Egypt and India, on the Route of the Ancient Novel. Marco Palone (Freiburg)
  • A Universe from an Egg: Cultural Interaction between India and Greece in Myth. Fiona Mitchell (University of Wales Trinity Saint David)

 

Archéologie de l’Arabie, de la mer Rouge et du golfe Arabo-Persique: séminaire de François Villeneuve

Programme du séminaire de François Villeneuve 

Les séances ont lieu les mardis de 9 h. 30 à 13 h. 30, à l’Institut d’art et d’archéologie, 13 rue Michelet, Paris (75006),
salle 319 (ex-bibliothèque d’Orient)

8 mars  

  • L’archéologie en Arabie ; Hégra : présentation des recherches et fouilles (Fr. Villeneuve- Université de Paris I)

 

15 mars 

  • Adoulis, un port antique sur la côte africaine de la mer Rouge méridionale ;  la Corne de l’Afrique dans l’Antiquité ( Chiara Zazzaro- Université » L’Orientale », Naples).

Continuer la lecture de Archéologie de l’Arabie, de la mer Rouge et du golfe Arabo-Persique: séminaire de François Villeneuve

Discussions d’histoire économique: commerce à longue distance, biens de luxe, mondialisation

Deux rencontres autour des échanges à longue distance entre la Méditerranée et l’océan Indien

 

Autour de la consommation des produits de luxe à Rome: le cas des perles de l’océan Indien (Pierre Schneider, Université d’Artois / Hisoma -Maison de l’Orient et de la Méditerranée)

 

Les premières globalisations : autour de Ph. Norel, L’invention du marché. Une histoire économique de la mondialisation, Paris, Seuil, 2004 (http://www.seuil.com/livre-9782020410915.htm) – discussion animée par Pierre Schneider et Jérôme Maucourant.

 

Ex oriente luxuria (2) – première étude de cas :perles et écailles de tortues

Programme détaillé: Ex oriente luxuria (2)

La première journée d’études (« Ex Oriente luxuria 1 ») s’était donné pour thème de réflexion l’objet de luxe en général. Notre objectif était d’éclaircir une notion destinée à se trouver constamment en arrière-plan des journées d’études suivantes. En effet, la plupart des produits « érythréens » – i. e. importés des contrées de l’océan Indien – sont presque automatiquement classés dans la catégorie « objet de luxe ». Or ce concept – ou cette catégorie – ne va pas de soi. Cette journée a été l’occasion de dresser l’état de la recherche académique sur ce sujet et de faire un premier état de la question. Ce faisant, nous avons voulu contribuer à replacer l’Antiquité au cœur des recherches sur le luxe et l’objet de luxe – un domaine bien exploré par nos collègues d’histoire moderne et contemporaine –.

Cette deuxième journée d’étude s’inscrit dans la continuité de la première, tout en prenant une autre orientation – qui sera aussi celles des suivantes – : nous passons aux études de cas, à savoir l’examen de certains objets et matières produits dans les mondes de l’océan Indien et consommés par les Méditerranéens. Ce faisant, ces études de cas mettent à l’épreuve les idées générales et, par induction, permettent d’affiner les concepts. Autrement dit, notre réflexion générale ne s’est pas arrêtée à la première journée, mais continue de se construire au moyen de ces corpus de documents spécifiques. Continuer la lecture de Ex oriente luxuria (2) – première étude de cas :perles et écailles de tortues