Archives de catégorie : Le voyageur du mois

La mousson de sud-ouest, ou mousson d’été, d’après un routier moderne

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Pilote du golfe d’Aden. Choix de documents extraits des mémoires des officiers de la marine de l’Inde par le commandant C. Y. Yard, L. N., traduits par M.-J. Lafont, Paris, 1866, p. 1-4; 10-11.

La mousson de sud-ouest (S.O.)

La mousson de S. O. commence, dans la mer d’Arabie, vers le milieu ou la fin d’avril et dure jusqu’à la fin de septembre. Elle est sujette à des variations de 10 à 15 jours, s’établissant tantôt plus tard ; on ne la ressent dans toute sa force qu’en mai ou même en juin. Elle continue à avoir toute sa force pendant les mois de juin, juillet et août, et souffle alors fortement et régulièrement en soulevant une mer plus grosse au large que sur les côtes. Près des côtes de l’Hindoustan, le vent varie de direction et souffle par grains accompagnés de forte pluie, principalement de l’ouest au nord. Sur la côte de Sindh, de grosses brises de l’O.S.O. s’établissent vers le commencement d’avril et produisent une grosse houle : à la même époque, de fortes brises d’ouest soufflent à l’ouest de Ceylan, et des vents de N.O. à la partie la plus basse de la côte de Malabar.
Sur la côte d’Afrique, la brise souffle très fortement du S.S.O. ; elle s’étend avec la même force dans le chenal compris entre l’île de Sokotra et Ras Asir (cap Gardafui), et de là dans le golfe d’Aden jusqu’à Ras Rehmat (qui en arabe signifie « cap de la mort du vent »), cap situé dans le S.O. de Makalleh. C’est sur cette ligne que les navires rencontrent généralement la mousson quand ils se rendent de la mer Rouge dans l’est. Continuer la lecture de La mousson de sud-ouest, ou mousson d’été, d’après un routier moderne

Les Indes de Marco Polo

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Maurice Turpaud, Les merveilleux voyages de Marco Polo dans l’Asie du XIIIe siècle,  Paris, 1929, p. 184-210 (cette version, libre de droits, doit être confrontée à une édition scientifique du texte).

Chapitre 52. Les perles de Maabar

La province de Maabar, qui est appelée l’Inde mineure, est gouvernée par cinq rois qui sont frères et indépendants. Celui qui règne dans la capitale s’appelle Sonder bandi davar. On trouve dans son royaume de très belles perles et voici la manière dont on se les procure. L’île de Ceylan est séparée de la terre ferme par un détroit qui n’a que dix à douze pas de profondeur, parfois deux pas seulement. Les marchands de perles vont avec leurs navires dans ce détroit depuis le commencement d’avril jusqu’au milieu de mai. Ils jettent l’ancre en mer à soixante milles d’un endroit appelé Betelar. Ils passent alors de leurs grands navires dans, des barques à fond plat. Plusieurs marchands s’associent et engagent des pêcheurs qu’ils paient d’avril jusqu’à la mi-mai. Ils versent au roi la dixième partie de leur butin. Ils en donnent, en outre, un vingtième à des enchanteurs afin que, par leurs sortilèges, ceux-ci empêchent de grands poissons de dévorer les hommes qui plongent pour trouver les perles. On appelle les enchanteurs abrivaman; l’effet de leurs enchantements ne dure qu’un jour. Leur puissance s’exerce sur les bêtes, les oiseaux et tous les êtres vivants. Les pêcheurs s’élancent des barques et plongent jusqu’au fond de l’eau, à dix ou douze pas de profondeur ; ils y restent aussi longtemps que cela leur est possible. Là se trouvent des coquillages semblables aux huîtres et qui contiennent les perles. Celles-ci, grosses et menues, sont enfoncées dans la chair des coquillages. C’est ainsi qu’on pêche les perles en très grande quantité, car toutes celles qui circulent dans le monde viennent de là. Continuer la lecture de Les Indes de Marco Polo

La baie de Zula (Adoulis) en 1865

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Denis de Rivoire, « La baie d’Adulis et ses alentours », Bulletin de la société de géographie de Paris, t. 15, 5e série (1868), p. 236-267.

L’expédition anglaise d’Abyssinie sollicite pour le moment l’attention publique de ce côté, et dès lors, peut-être, ne serait-il pas sans intérêt pour la Société de géographie d’accueillir quelques nouveaux détails sur la nature et l’aspect de ces contrées reléguées trop longtemps dans le dédain de l’Europe, en particulier sur cette baie d’Adulis que les Anglais appellent Annesley-Bay, où s’opère aujourd’hui le débarquement de leurs troupes. Je fus amené, par suite de circonstances qu’expliquera le cours de mon récit, à séjourner dans ces parages à trois reprises différentes, tantôt sur un point, tantôt sur un autre, et si l’insuffisance de mes connaissances techniques et l’absence de tout instrument ne m’ont pas permis de donner à mes observations le caractère scientifique dont j’aurais voulu qu’elles fussent empreintes, du moins, à défaut de celui-là, auront-elles le mérite de l’exactitude et de la vérité. N’étant pas un savant, je vais m’efforcer d’être un peintre. (…)

Au pied du mont Tarenta, ce premier échelon du plateau éthiopien, une surprise m’était ménagée. Afin d’accomplir plus agréablement la traversée de Djeddah à Massouah, et me procurer, à moins de frais, la barque nécessaire, je m’étais provisoirement associé à cinq Européens qu’une pensée de spéculation amenait dans la mer Rouge; à Massouah, nous nous étions séparés. Je les retrouvai campés dans le lit desséché du torrent de l’Addas, et se disposant, pour obéir au plan de leurs opérations, après quelques courses mal dirigées, à revenir sur leurs pas et à suivre à peu près le même itinéraire que je me proposais aussi. Pour la seconde fois, je me réunis à eux, et, tous ensemble, nous nous mîmes à descendre le torrent. Dans cette partie de l’Afrique où la nature se charge exclusivement de ce qui peut ressembler au tracé d’une route et à son entretien, la violence des pluies tropicales accumule sur un même point, en peu d’heures, de telles quantités d’eau que leur masse, se frayant un tumultueux passage au travers des arbres qu’elle entraîne et des rochers qu’elle déracine, creuse dans ce sol bouleversé de gigantesques sillons dont la main du temps respecte les caprices. Ce sont là les seuls chemins auxquels peut se confier l’allure paisible d’une caravane, et ce fut ainsi que nous voyageâmes, tantôt la poitrine comme oppressée par le poids formidable de deux murailles géantes se dressant de chaque côté, pour aller presque se rejoindre sur nos têtes, tantôt le front allégé, le regard rafraîchi par les grappes de verdure se déroulant le long des flancs plus inclinés de la montagne ou par le bleu du ciel s’élargissant entre des sommets moins escarpés. Puis, çà et là, quelque vague murmure sous le gazon ou quelque chute sonore sur les cailloux c’était un ruisseau, vestige modeste des dernières pluies, qui, surgissant au hasard d’un réservoir inconnu, accompagnait quelque temps notre marche pour aller disparaître plus loin, absorbé peu à peu par le sable altéré ou tout à coup englouti sans bruit par les profondeurs d’une crevasse invisible.

Continuer la lecture de La baie de Zula (Adoulis) en 1865

Fragments arabes et persans relatifs à l’Inde

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Fragments arabes et persans relatifs à l’Inde, recueillis par M. Reinaud. Journal asiatique : ou recueil de mémoires, d’extraits et de notices relatifs à l’histoire, à la philosophie, aux sciences, à la littérature et aux langues des peuples orientaux, publié par la Société asiatique (juillet 1844) p.237-268.

Qu’on se représente la partie habitée du monde comme étant située dans l’hémisphère septentrional, et comme occupant la moitié de cet hémisphère : la portion de la terre qui est habitée forme alors un des quatre quarts de la terre. Cette portion est entourée par une mer qui, à ses deux extrémités occidentale et orientale, a reçu le nom de mer Environnante. Les Grecs ont donné le nom d’Océan à la partie qui est située du côté de l’occident et qui touche à leur pays. La mer sépare la partie de la terre qui est habitée, des terres qui se trouvent peut-être de l’un et de l’autre côté, au-delà de la mer, que ces terres, qui sont entourées d’eaux, soient habitées ou ne le soient pas. On ne navigue pas sur cette mer à cause de l’obscurité de l’air, de l’épaisseur de l’eau, de la confusion des routes, et à cause des nombreuses chances qui existent de s’égarer, sans compter le peu d’avantages qu’on retirerait d’un voyage aussi lointain. Voilà pourquoi les anciens érigèrent dans cette mer et sur ses côtes des signes qui avertissaient de ne pas s’y aventurer Du côté du nord, la terre est inhabitable à cause du froid, excepté en quelques endroits où s’introduisent les navires, et qui sont disposés en forme de golfe. Quant au côté du midi, la portion habitée du monde se termine aux bords de la mer qui touche aux deux côtés de la mer Environnante. Cette mer est traversée par les navires, et les parties de la terre qui la bornent sont habitées. Cette mer est entièrement couverte d’îles grandes et petites. La mer et le continent se disputent respectivement la place, et empiètent l’un sur l’autre. Du côté de l’occident, le continent s’avance dans la mer, et ses côtes se prolongent au midi. C’est dans ces régions, qui s’étendent en plaines, que se trouvent les peuples noirs de l’ouest qui nous fournissent des eunuques, ainsi que les montagnes de Comr, où sont les sources du Nil. Les côtes et les îles-voisines sont occupées par les peuples de race Zendj ; la mer forme, du même côté, des golfes qui s’avancent dans les terres : tels sont le canal de Barbora, le canal de Colzoum (la mer Rouge), et le canal de Farès (golfe Persique). Le continent s’étend plus ou moins vers la mer, dans l’espace qui sépare ces canaux. Dans la partie orientale de la mer du Midi (c’est la mer qui s’avance dans les terres, dans la direction du nord, de la même manière qu’auparavant la terre s’avançait dans la mer, du côté du midi), la mer forme en plusieurs endroits des golfes et des baies. La mer du Midi reçoit différentes dénominations ; le plus souvent ces dénominations sont empruntées aux îles que la mer baigne ou aux terres qui se trouvent en face. Pour nous, nous n’avons à parler que de la partie de la mer du Midi qui borne la terre de l’Inde, et qui, en conséquence, a été appelée mer des Indiens.

Maintenant, il faut admettre, dans la partie du monde qui est habitée, des montagnes escarpées et contiguës les unes aux autres, de manière à former, pour ainsi dire, les vertèbres de la terre. Ces montagnes s’étendent au milieu de la terre, dans le sens de sa longueur, et de l’est à l’ouest. Elles traversent successivement la Chine, le Tibet, le pays des Turks, le Kaboul, le Badakhschan, le Thokharestan, le Bamyan, le Gour, le Khorassan, le Djebal, l’Aderbaydjan, l’Arménie, le pays de Roum, le pays des Francs et celui des Galiciens. Ces montagnes offrent, dans leur prolongement, des faces variées, des intervalles libres et des déviations qui renferment des plaines. Une partie est habitée. De l’un et de l’autre côté de cette chaîne, coulent des rivières.

Continuer la lecture de Fragments arabes et persans relatifs à l’Inde

Description moderne de la Patalène antique (delta de l’Indus)

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

James Rennell, Description historique et géographique de l’Indostan (tome 2), traduit par J.-B. Boucheseiche, Paris, 1800, p. 236-243.

On ne doit pas s’attendre à trouver ici une notice détaillée du nombre et des positions des différentes branches de l’Indus. Il faudrait que l’on en eût levé le plan auparavant. Je n’ai recueilli de particularités que sur trois de ces branches, et les voici. A 170 milles de la mer, en suivant le cours du fleuve, l’Indus se divise en deux branches, dont la plus occidentale est la plus large. Cette branche, après un cours d’environ 50 milles au sud-ouest, se divise en deux: la plus petite prend une direction ouest-sud-ouest, jusqu’à Larry-Bunder et Darraway, et la plus large, sous le nom de rivière de Ritchel, jusqu’à la ville de Ritchel, sur la côte maritime (Tatta est situé dans ce delta inférieur et à environ 5 milles au-dessous de son angle supérieur). L’autre branche principale, dont il reste à parler, est celle qui borne le côté oriental du delta supérieur. Elle est plus petite que la rivière de Ritchel mais plus large que celle de Larry-Bunder, et d’après des relations, elle commence à l’embouchure du golfe de Cutch, presque vis-à-vis de la pointe de Jigat.(…)

Continuer la lecture de Description moderne de la Patalène antique (delta de l’Indus)

Ibn Kordadbeh : le livre des routes et des provinces

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Ibn Kordadbeh (flor. : 9e siècle),  Le livre des routes et des provinces, traduit et annoté par C. Barbier de Meynard (Journal asiatique, janvier-février 1865), extraits divers.

ROUTE DE BASRAH À L’OMAN, LE LONG DE LA CÔTE.

Abbadân, Hadaryah, Arfadja, Zabounah, El-Maaz, El-Assa, El-Migras, Holeïdjah, Haçan, El-Rora, Moçeïlaba (Ed. Maslakha), Hamadh, Hadjar, Mokabar (Kod. Mokayr), El-Katan, la Sabkhah, Oman ou Sohar.

ROUTE (DE BASRAH) VERS L’ORIENT, PAR MER.

De Basrah à Abbadân, 12 fars. — Les Estacades, 2 fars. c’est là qu’on s’embarque. La côte située à droite appartient aux Arabes, celle de gauche aux Persans; elles sont séparées par un bras de mer qui a 70 fars. de largeur. Dans ces parages se trouvent les deux montagnes nommées Koçaïr et Owaïr. La profondeur de la mer, en cet endroit, est de 70 à 80 brasses. Des estacades de Basrah à la capitale du Bahreïn, sur la côte des Arabes, il y a 70 fars. Les habitants du Bahreïn sont des pirates; ils n’ont pas de champs cultivés, mais possèdent des ruches d’abeilles et des chameaux. De là au Dourdour, 150 fars. — de là à Oman, 50 fars. — De Chihr à Aden, 100 fars. Aden est un des principaux points de relâche dans cette mer. On n’y trouve ni blé, ni troupeaux; mais l’ambre, l’aloès, le musc y abondent. Aden est l’entrepôt des marchandises du Sind, de l’Inde, de la Chine, du Zendj, de l’Abyssinie, de Basrah, de Djeddah et de Kolzoum (Suez). La grande mer orientale produit de l’ambre excellent. Elle recèle dans ses flots un poisson long de cent à deux cents coudées; les marins le redoutent, et, pour l’éloigner, ils choquent des morceaux de bois l’un contre l’autre. On trouve dans les mêmes parages un poisson volant, long d’une coudée, à face de chouette; un poisson, long de vingt coudées et qui renferme dans son ventre jusqu’à quatre poissons du même genre ; une tortue ronde de vingt coudées, qui pond mille œufs à la fois ; sa carapace fournit une écaille excellente : cet animal est vivipare. (On y trouve aussi) un poisson vivipare qui ressemble au chameau; enfin, un oiseau qui pond et couve ses œufs à la surface des vagues, sans jamais se poser sur le rivage.

Continuer la lecture de Ibn Kordadbeh : le livre des routes et des provinces

Du cap Gardafui au détroit de Bab el-Mandeb avec Jerónimo Lobo

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Voyage historique d’Abyssinie du R. P. Jérôme Lobo, de la compagnie de Jésus, traduit du portugais par M. Le Grand, tome 1, Amsterdam, 1728, p. 39-43.

Le matin, nous courûmes le long de l’île (i. e. Suquṭra) et nous ne voyions que montagnes, que rochers qui semblaient être prêts à tomber dans la mer. Il n’y a rien de considérable dans cette île, que quelques gommes précieuses ; parce que comme il y a beaucoup d’herbes bulbeuses et que la chaleur y est excessive, il coule de ces herbes un suc, ou une liqueur qui sont les plus excellentes gommes du monde. On y pêche quantité de baleines et de dauphins, dont on extrait une graisse qui, mêlée avec le chanambo, est merveilleuse pour caréner les navires et vaut beaucoup mieux que le goudron et le suif dont nous nous servons en Europe, parce que le bois qui est enduit de cette graisse et de ce chanambo ne se pourrit pas facilement et n’est pas sujet aux vers.
Nous abordâmes un peu après midi à un des meilleurs ports de cette île, ce qui alarma considérablement les habitants qui n’étaient pas accoutumés à voir des navires portugais sur leur côtes ; mais quand ils surent qui nous étions, ils vinrent nous visiter comme les souverains du roi de Caxem leur seigneur. Ils nous apportèrent es poules, des moutons, du poisson et nous leur donnâmes en échange quelques toiles peintes des Indes, qu’ils prisent beaucoup. Nous ne fûmes qu’une nuit dans ce port. Nous repartîmes le lendemain de grand matin et allâmes chercher le cap de Gardafui, qui n’est qu’à quarante lieues de Socotora.

457px-internal_waves_off_somalia_nasa

Continuer la lecture de Du cap Gardafui au détroit de Bab el-Mandeb avec Jerónimo Lobo

Un voyageur moderne le long de l’ancienne Troglodytique

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Edm. Combes, Voyage en Egypte, en Nubie, par les déserts de Beyouda, des Bicharys, et sur les côtes de la mer rouge, Paris, 1846, p. 349-359

Les Bédouins qui fréquentent le littoral communiquent par terre avec Cosseïr et Massaouah, mais principalement avec ce dernier port. Voici le nom des stations ordinaires comprises entre Saouakim et Massaouah :

De Saouakim on se rend à Barrâ-bab, de Barrâ-bab à El-Mactah, de El-Mactah à Aghig Kebir, de  Aghig Kebir à Hasséri, de Hasséri  à Gueurgueur, de Gueurgueur à Hadouména, de Hadouména à Haïddo, de Haïddo à El-Hasséma Add-Hégalal, de El-Hasséma Add-Hégalal à Add-Hégalal, de Add-Hégalal à Dar-Gaïa, de Dar-Gaïa à El-Hasséma, de El-Hasséma à Massaouah.

On trouve de l’eau dans toutes ces stations. Deux chefs indigènes, dont l’un s’appelle Heidad et l’autre Mohamed-Hasséri gouvernent cet espace, occupé par une peuplade nommée Abab. Cette peuplade est musulmane et parle la langue des habitants de Massaouah. Elle reconnaissait à cette époque l’autorité du pacha d’Égypte et vivait en paix avec ses voisins. Continuer la lecture de Un voyageur moderne le long de l’ancienne Troglodytique

Dans les parages du Bab al-Mandab

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

H. de Monfreid, Lettres de la mer Rouge (Aventures extraordinaires  [1911-1921]), Paris,  2007, p. 576-579.

13 juillet 1915

A 4 heures, nous sommes en vue des terres plates de la côte arabe. Le phare de Moka ne fonctionnant plus depuis la guerre avec les Turcs, je ne puis reconnaître de nuit notre position. Nous virons de bord par temps calme.
A 6 heures, une petite brise se lève du sud et nous mettons cap au nord-nord-ouest. Le temps est magnifique, mais un peu trop calme car nous faisons peu de route. Dans la matinée, nous prenons des bonites: je n’affirmerai pas que c’est bien ce poisson; c’est un grand maquereau de 80 cm de long et sa chair ressemble à celle du thon. C’est un mets exquis. le vent tombe est ce n’est plus qu’une petite brise qui moire à peine la mer immobile.

A 14 heures, la brise se lève du nord et nous faisons route nord-nord-ouest.

A 16 heures, aperçu les montagnes de l’île de Grande Hanish.

A 18 heures, nous doublons par sa pointe sud le récif de Parkin: ce récif ressemble comme à un dépôt de charbon, car il est formé de roches noires comme du jais. il est couvert d’oiseaux. D’ailleurs, ces volatiles sont très familiers: ils viennent au-dessus du bateau et y planent à portée de la main, dans les remous de vent formés par la voile. C’est très curieux de voir ces animaux suspendus dans les airs, les ailes absolument immobiles; leur tête seule va et vient, et leurs yeux vifs semblent regarder avec intérêt. On peut causer, crier, aller et venir, cela ne les inquiète point. Nous approchons de la Grande Hanish, laissant par tribord des petites îles bizarrement découpées qui se dressent hors de la mer, comme de colossales ruines.

Le soleil se couche derrière la Grande Hanish, le temps est un peu brumeux et le ciel est rouge-orange. Les montagnes de l’île semblent être de velours noir et grenat foncé. De grandes coulées de sable blanc dévalement sur leur flanc sombre et en quelques endroits des mamelons de terre rouge émergent au milieu de la lave noire.
J’approche à quelques encablures du rivage, à l’embouchure d’une de ces rivières de sable blanc. J’ai la vision d’un monde mort; la plage est hérissée de récifs noirs qui semblent de vieilles épaves mangées par la mer. Le crépuscule, le ciel rouge, le vent qui souffle, brûlant, achèvent de rendre dramatique l’aspect de cette grande île morte.
Nous virons de bord; je veux doubler au nord les deux îles « Coin ». La nuit est noire et sans étoiles, le vent fraîchit de plus en plus. Je ne distingue plus rien; dans le noir opaque, la crête des lames qui déferlent jettent des phophorescences qui semblent être les yeux méchants d’une multitude d’animaux bizarres.

Je suis pris brusquement de la crainte d’être drossé par un courant et de manquer de doubler les îles Coin. Je fais deux bordées pour monter dans le vent. Tout cela dans les ténèbres les plus opaques et avec des îles et des récifs de tous les côtés. Enfin, par bâbord, je vois une ligne brillante à un demi-mille. C’est la pointe de l’île où la mer se brise avec phosphorescence. C’est fini, nous avons la route libre. Le vent tourne au nord-ouest et nous pouvons alors faire route nord.
A 1 heure du matin, un choc violent sur l’arrière nous met tous debout. l’homme de barre crie: « C’est un requin! ». et en effet un sillon de feu marque la fuite du squale énorme. C’est lui qui a heurté le gouvernail. Nous avons eu de la chance d’en être quitte sans avarie.

14 juillet
Au lever du jour, calme. Nous avons le Djebel Zukur par ouest. En attendant la brise, je fais une réparation à la drisse de grand-voile qui me donnait des inquiétudes.

A 7 heures, le vent se lève sud-est. Nous faisons route grand largue nord-ouest. J’ai l’intention de toucher Massawa, où j’ai l’espoir d’avoir des renseignements sur Farsan (…).

A midi le calme est absolu. La chaleur est terrible et je subis une réelle torture. Je suis obligé de faire arroser le pont, sur lequel il est impossible de marcher. Même à l’ombre, tous les objets sont brûlants au toucher. Le thermomètre marque 49, 5° à l’ombre la plus fraîche. L’air est humide et le corps ne cesse de ruisseler de sueur. Je n’ai jamais éprouvé une telle angoisse à Djibouti, où l’air est plus sec. Cela dure jusqu’à 16 heures. Alors seulement une petite brise se lève. A 16 heures, elle souffle frais et nous marchons nord-nord-ouest, toutes voiles pleines.

 

De Bassora à Mascate

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

V. Fontanier, Voyage dans l’Inde et dans le golfe Persique, par l’Egypte et la mer Rouge (seconde partie, tome 1), Paris, 1844, p. 15-19

Nous descendîmes le courant du fleuve en nous réglant sur la marée, et le schemal nous favorisant, nous naviguâmes bientôt en pleine mer. Notre route fut celle de tous les navires arabes ; quoique mon nacoda m’eût promis de relâcher à Bouchir, son intention n’était nullement de le faire ; il s’approcha cependant assez du littoral, puis il se tint toujours en vue, mais à bonne distance de la côte de Perse, pour éviter les récifs qui la bordent, jusqu’à notre arrivée devant les rochers de Cangoun. Là commence un groupe d’île dont Kechem est la plus considérable, et là aussi finissent les récifs. Nous fîmes route entre les îles et le continent et eûmes une mer calme, quoique le vent fût très fort. Comme je désirais savoir si les habitants de la côte étaient des Arabes, le nacoda jeta l’ancre un soir devant une bourgade, et on envoya à terre pour faire de l’eau dont on remplissait les outres, et pour acheter quelques provisions. J’eus pour cinquante sous une belle chèvre et son chevreau, et n’entendis parler que le persan, quoique les habitants portassent à la tête le mouchoir arabe au lieu du bonnet ordinaire en peau de mouton.800px-Castle_Portuguese,_Qeshm_1390_(4)

Continuer la lecture de De Bassora à Mascate