Archives de catégorie : Le voyageur du mois

Animaux des Indes orientales, observés par François Pyrard (1615)

Seconde partie du voyage de François Pyrard, depuis l’arrivée à Goa jusques à son retour en France. Traité et description des animaux, arbres et fruits des Indes Orientales, observés par l’auteur, Paris, 1615

Chapitre 1. Des éléphants et des tigres

Quant aux tigres, il y en a grande quantité en Inde et ils y sont plus communs que ne sont ici les loups. C’est un animal fort curieux et malfaisant, qui ne s’enfuit pas des hommes, s’ils ne sont en bien grand nombre, mais au contraire les cherche et les assaille pour les dévorer. De façon que tous portent les armes pour se défendre ; encore s’en trouve-t-il journellement beaucoup d’hommes qui en sont dévorés. Les rois prennent fort grand plaisir à la chasse de ces tigres pour en décharger le pays et délivrer les pauvres gens ; aussi que par là ils connaissent et prouvent la vaillance et la hardiesse de leur noblesse. Les nayres 1 ne font autre chose que les chasser et la plupart les combattent avec l’épée et la rondache (ce qui n’est pas sans danger, car c’est une hardie et furieuse bête), et les ayant tuées les traînent devant le roi en grand honneur et triomphe. J’en ai vu plusieurs les amener ainsi et beaucoup qui en étaient bien blessés. Ces tigres sont de la hauteur de mâtin, mais plus longs, la tête ressemblante à un chat. La peau en est fort belle, toute marquée de blanc, noir et roux. Ils vivent de chasse et de proie, et aiment fort la volaille.

 

Chapitre 2. Des crocodiles et tortues

(…)

Les tortues flottent à la surface de l’eau pour s »échauffer au soleil, et il s’en voit de si grande que l’écaille suffirait à couvrir une petite case et pauvre maison, et est capable de tenir assis dix personnes et plus. Il y en a grande quantité aux Maldives, et s’y voient plusieurs petites îles qui ne sont poit habitées d’autres animaux que ces grandes tortues, dont elles sont couvertes. Quand nous fûmes arrivés aux Maldives, nous en prîmes une grande qui avait 500 ou 600 œufs gros comme des jaunes d’oeufs. Nous la fîmes cuire en l’eau de mer, et en mangeâmes et vécûmes trois ou quatre jours, n’ayant autre chose que cela à manger. Cela a la chair fort grasse et délicate comme du veau. Mais la mangeant sans pain et sel et autre appareil, beaucoup en furent malades, et moi en particulier je m’en trouvai mal, vomissant sans cesse jusqu’au sang. De l’écaille, les insulaires s’en servent pour faire des rondaches et divers meubles et commodités.

Aux Maldives, il y en a une autre espèce de plus petites, qui néanmoins ont trois ou quatre pied de diamètre. L’écaille est tannée, tirant partie sur le noir, partie sur le rouge, fort lisse, éclatante et façonnée si admirablement que c’est une infiniment belle chose que de la voir quand elle est polie. C’est pourquoi elle est tant recherchée de tous les Indiens, rois, grands seigneurs et riches personnes, principalement ceux de Cambay et de Surat, qu’ils en font des coffres et des cassettes garnies d’or et d’argent, des bracelets et autres ornements de meubles ; il n’en croît qu’aux Maldives et aux îles Philippines ou Manilles. C’est chose admirable que la nature et durée de vie de cet animal. Car les insulaires les ayant prises les approchent du feu, puis ils en tirent l’écaille ; cette écaille étant tirée et séparée de la tortue par pièces (dont les plus grandes et les plus épaisses sont les meilleures et les plus vendues, car elles ne se lèvent pas tout d’une pièce comme les tortues communes), ils remettent la tortues dans la mer, qui est encore toute vive, et elle refait une autre écaille, étant défendu de les tuer. Joint qu’il ne mangent jamais d’aucune espèce de tortues, parce que, disent-ils, cela a quelque conformité et approche avec l’homme.

Continuer la lecture de Animaux des Indes orientales, observés par François Pyrard (1615)

  1. Nom également donné aux cornacs []

Al-Mas’ûdî: l’Inde du nord-ouest

Maçoudi  (al-Mas’ûdî), Les prairies d’or, texte et traduction par C. Barbier de Meynard et Pavet de Courteille (tome 1), Paris, 1861, p. 376-390

Lorsque les cinq fleuves que nous avons nommés ont dépassé la porte de la maison d’Or, ou Moultan, ils se réunissent à trois journées de cette ville, entre elle et Mansourah, dans un endroit appelé Douchai. Arrivé ensuite à l’ouest de la ville de Rour, qui est une dépendance de Mansourah,

le fleuve prend le nom de Mehran. Plus tard il se divise en deux branches, et les deux branches du grand fleuve, appelé Mehran du Sind, se jettent dans la mer de l’Inde à la ville de Chakirah, dépendance de Mansourah, à deux journées de distance de la ville de Deïboul. De Moultan à Mansourah il y a soixante et quinze parasanges sindiennes, c’est-a-dire des parasanges de huit milles. Le territoire de Mansourah comprend trois cent mille fermes ou villages, situés dans un pays fertile, bien planté et bien cultivé. Ce royaume est en guerre continuelle avec un peuple appelé El-Meid, originaire du Sind, et avec d’autres races. Il est situé sur la frontière du Sind, comme Moultan et ses dépendances. Son nom de Mansourah lui vient de Mansour, fils de Djemhour, que les Ommiades y avaient placé comme gouverneur. Le roi possède quatre-vingts éléphants de guerre. Il est d’usage que chaque éléphant soit entouré de cinq cents fantassins, et qu’il combatte ainsi des milliers de cavaliers, comme nous l’avons déjà expliqué.

J’ai vu chez ce prince deux éléphants d’une taille colossale, et qui étaient renommés chez tous les rois du Sind et de l’Inde pour leur force, leur courage et leur intrépidité dans le combat. L’un s’appelait Manfaraklas et l’autre Ilaïdarah. On raconte du premier des traits remarquables et dont tous les habitants de ces contrées et des pays environnants ont entendu parler. Une fois qu’il avait perdu un de ses cornacs, il resta plusieurs jours sans vouloir prendre aucune nourriture ; il s’abandonnait à sa douleur et poussait des gémissements comme un homme profondément affligé; les larmes coulaient continuellement de ses yeux. Une autre fois, Manfaraklas, suivi de Haïdarah et du reste des quatre-vingts éléphants, sortit de la daïrah ou écurie. Arrivé à une rue étroite de Mansourah , il se trouva subitement face à face avec une femme, qui était loin de s’attendre à une pareille rencontre. Frappée de terreur à sa vue, cette malheureuse perdit la tête, et tomba à la renverse au milieu de la rue, en découvrant les parties les plus secrètes de son corps. Aussitôt Manfaraklas s’arrêta, et, se posant en travers de la rue, il présenta son côté droit aux éléphants qui le suivaient, pour les empêcher d’avancer. Puis, agitant sa trompe comme pour faire signe à la femme de se relever, il ramena sur elle ses vêtements et l’en recouvrit. Ce ne fut qu’après qu’elle se fut soulevée pour lui faire place, et qu’elle eut repris ses sens, qu’il poursuivit son chemin avec tous ses compagnons. Il y aurait encore bien d’autres choses extraordinaires à raconter, non-seulement sur les éléphants de guerre, mais encore sur les éléphants employés aux travaux , tels que tirer les voitures, porter des fardeaux, battre le riz et d’autres grains encore, comme font les bœufs qui travaillent dans l’aire. Plus bas dans ce livre, lorsqu’il sera question du pays de Zendj , nous parlerons de l’éléphant et de sa manière de vivre dans cette contrée, où il est plus multiplié qu’en tout autre endroit, et où il vit à l’état sauvage. Pour le moment, nous nous bornons à des notions sommaires sur les rois du Sind et de l’Inde. Continuer la lecture de Al-Mas’ûdî: l’Inde du nord-ouest

Entrer dans le golfe de Cambaye (Pietro della Valle)

Quatrième et dernière partie des voyages de Pietro della Valle, gentilhomme romain surnommé l’illustre voyageur, contenant la description des villes et des lieux les plus considérables des Indes (…), à Paris chez Gervais Clouzier, 1664, p. 2-18.

Monsieur,

J’ai toujours été si soigneux de vous donner de mes nouvelles, que même au commencement de cette année 1623, sur le point d’abandonner la Perse, je vous écrivis la dernière fois du vaisseau de la Baleine, dans lequel je m’étais embarqué, sans pourtant avoir encore levé l’ancre pour faire ce trajet. Mais à cette heure que j’ai croisé les mers, sans que j’ai déjà parcouru l’océan et que je sois arrivé dans ces fameuses contrées de l’Inde, et dont à présent une grande partie ne m’est pas inconnue, j’ai cru que je ne devais pas négliger l’occasion de ce même vaisseau qui m’a porté en ce pays  et qui ne tardera pas longtemps à faire voile du côté de Mucha dans le golfe Arabique, et d’autant plus qu’un gentilhomme allemand de mes amis, qui doit s’y embarquer dans le dessein de se rendre de là en Éthiopie pour y satisfaire sa curiosité, m’a donné sa parole qu’il veillerait incessamment sur les moyens de faire tenir en Italie cette lettre que je lui ai confiée (…).

Mais pour commencer vous saurez que le jeudi 19 de janvier, après avoir pourvu à toutes les choses nécessaires à notre embarquement, et pour un voyage de cette conséquence, après, dis-je, après avoir fait tirer quelques volées de canon selon la coutume, nous commençâmes insensiblement à dégager les voiles, balançant cependant agréablement sur les ondes, en attendant la barque du vaisseau qui était encore à terre (….) Incontinent après qu’elle fut rendue à notre bord, nous donnâmes toutes nos voiles au vent et quoi qu’il fut fort médiocre, nous prîmes notre cours entre les îles d’Ormus et de Kesem passant derrière Ormus du côté d’Arabie, parce que ordinairement les eaux sont basses du côté de la Perse, et qu’il n’y avait pas de sûreté pour de gros vaisseaux comme les nôtres, qui auraient sans doute donné contre terre (…)

 

Sur le midi le calme nous ayant arrêté à la vue de Larek, nous mouillâmes sans baisser les voiles, et en même temps notre capitaine envoya la grande barque à terre vers Larek avec deux lévriers dont les Anglais de Combrù lui avaient fait présent pour le divertir quelquefois à la chasse. Mais le vent ayant ayant un peu augmenté nous ramenâmes les voiles et demeurâmes là en attendant le retour de la barque, faisant même quelque décharge de notre mousqueterie, afin de lui faire connaître l’endroit où nous étions, parce que comme il était déjà nuit, et que nous n’avions aucune nouvelle de nos gens, nous appréhendions qu’il ne leur fut arrivé quelque accident, à cause que Larek est ordinairement rempli d’une infinité de ces voleurs arabes qui se nomment noutek et qui piratent incessamment sur cette mer, et se retirent bien souvent dans cette même île de Larek. Continuer la lecture de Entrer dans le golfe de Cambaye (Pietro della Valle)

Navigation dans le golfe Arabo-Persique (1863)

W. G. Palgrave, Une année dans l’Arabie centrale (1862-1863), traduction d’Émile Jonveaux, abrégée par J. Belin-De Launay, Paris, 1869, p. 244-259

Ménama, comme la plupart des villes orientales, n’a pas d’hôtels pour recevoir les étrangers. Pendant plusieurs heures, nous errâmes sur les places, regrettant vivement de n’apercevoir aux murailles des maisons aucune de ces affiches hospitalières qui en Europe sollicitent le voyageur. Enfin nous entrâmes dans un élégant petit café situé près de la plage. Le propriétaire, Arabe fort poli, eut compassion de notre embarras et, emmenant avec lui Ba-racat, tandis que je restais à examiner un télescope qui passait pour un objet de grande curiosité, il s’occupa de nous chercher un logement. Tous deux revinrent au coucher du soleil, apportant la bonne nouvelle qu’ils avaient trouvé un appartement convenable pour notre court séjour. Un grand enclos, formé par une palissade haute d’environ deux mètres quarante, renfermait deux longues cases en feuilles de palmier, l’une pour nous, l’autre habitée par un marin et sa famille. Notre demeure avait environ neuf mètres de long sur trois de large et autant de hauteur ; une cloison clayonnée partageait l’intérieur en deux compartiments inégaux ; le plus petit servait de réserve et le plus grand d’habitation. Le plancher était couvert, suivant l’usage, d’une épaisse couche de menus coquillages presque tous du genre des hélices, et dont chacun est long de deux millimètres et demi. Les enfants vont chercher sur le rivage cette sorte de poudre qui entretient la propreté et la sécheresse ; par-dessus on avait étendu une grande natte rouge. A peine avions nous pris quelques dispositions pour embellir et meubler l’appartement, que nous reçûmes la visite du propriétaire lui-même. Sortant de la jolie maison en briques qu’il occupait dans le voisinage, il vint voir notre commencement d’installation ; ses serviteurs apportèrent bientôt pour les nouveaux hôtes un repas composé de riz, de poissons, de crevettes et de légumes. Nous invitâmes les amis, dont l’obligeance nous avait procuré cet asile, à partager notre souper, et nous passâmes tous ensemble une soirée fort agréable, rendue plus douce encore par le sentiment de calme et de sécurité, qui remplissait nos âmes et que nous n’avions pas souvent éprouvé depuis notre départ de Jaffa.

C’est à Bahraïn que commencent véritablement les pêcheries de perles ; elles s’étendent sur le rivage oriental de l’île et sur les côtes du Golfe Persique, depuis le promontoire de Catar jusqu’aux frontières du Chardja dans l’Oman. On trouve bien quelques huîtres perlières le long des plages du Catif, mais elles ne donnent lieu qu’à une exploitation insignifiante.

Le temps que nous ne passions pas au café se partageait entre les consultations médicales, les visites et les excursions dans la campagne ; nous parcourûmes plusieurs villages, dans l’un desquels se tenait une foire hebdomadaire absolument semblable à celles de Hofhouf et de Mebarraz. Continuer la lecture de Navigation dans le golfe Arabo-Persique (1863)

Aden dans les années 1880

Alfred Bardey, Barr-Adjam. Souvenirs d’Afrique orientale (1880-1887), éditions du C.N.R.S., Paris, 1981, p. 28-32.

Le lendemain nous quittons l’hôtel pour nous rendre à la ville d’Aden (Aden town ou Aden camp), située dans le cratère même de l’ancien volcan qui a formé la presqu’île, et à cinq milles ou huit kilomètres de Steamer Point. M. Suel veut bien nous renseigner afin de nous donner tous les renseignements que nous désirerons. Montés dans une américaine brinquebalante attelée de deux petits chevaux étiques et conduite par un gari walla nous longeons la mer à quelque distance et dépassons les grands dépôts de charbon qui livrent en moyenne 1000 tonnes par jour aux paquebots et aux autres navires de passage. A côté sont des quais primitifs où les balles de café, de gommes, de peaux etc. s’accumulent sans abri, car il ne pleut qu’une fois tous les cinq ans.

La route que nous suivons traverse une plaine pierreuse, au bout de laquelle s’étale un important village de paillotes somalies du nom de Maalah. En face, et tout au fond de la rade, se trouve un port du même nom, réservé aux sambouks arabes et somalis, voiliers de 40 à 100 tonnes. La forme de ces bateaux, qui n’ont qu’un mât et qu’une voile, est très ancienne. Non pontés et bas de l’avant, ils ont un arrière élevé et en plate-forme. Ceux qui appartiennent aux indigènes de la côte d’Afrique sont faits de planches cousues sur les bords au moyen de cordelettes et enduits d’une couche de madrépores pilés mélangés d’huile de poisson.

Continuer la lecture de Aden dans les années 1880

De Djeddah à Kilwa

Ibn Batoutah, Voyages, texte arabe, accompagné d’une traduction par C. Defremery et le Dr B. R. Sanguinetti, Volume 2, Paris, 1874.

Je quittai la Mecque à cette époque-là, me dirigeant vers le Yémen, et j’arrivai à Haddah, qui est à moitié chemin entre la Mecque et Djouddah. Puis j’atteignis cette dernière ville, qui est ancienne, et située sur le bord de la mer; l’on dit que Djouddah a été fondée par les Persans. A l’extérieur de cette cité il y a des citernes antiques, et dans la ville même des puits pour l’eau, creusés dans la pierre dure. Ils sont très rapprochés l’un de l’autre, et l’on ne peut pas les compter, tant leur nombre est considérable. L’année dont il s’agit manqua de pluie, et l’on transportait l’eau à Djouddah, de la distance d’une journée. Les pèlerins en demandaient aux habitants des maisons. (…)

Nous nous embarquâmes dans cette ville sur un bâtiment appelé djalbah qui appartenait à Rachid eddîn Alalfy alyamany, originaire de l’Abyssinie. Le chérif Mansour, fils d’Abou Nemy, monta sur un autre bâtiment de ce genre, et me pria d’aller avec lui. Je ne le fis pas, car il avait embarqué des chameaux sur son navire, et je fus effrayé de cela, vu que je n’avais point, jusqu’à ce moment, traversé la mer. Il y avait alors à Djouddah une troupe d’habitants du Yémen qui avaient déjà déposé leurs provisions de route et leurs effets dans les navires, et qui étaient prêts pour le voyage.
Lorsque nous prîmes la mer, le chérif Mansour ordonna à un de ses esclaves de lui apporter une ‘adîlah de farine, c’est-à-dire la moitié d’une charge, ainsi qu’un pot de beurre, à enlever l’un et l’autre des navires des gens du Yémen. Il le fit, et apporta ces objets au chérif; Les marchands vinrent à moi tout en pleurs; ils me dirent que dans le milieu de l’adîlah il y avait dix mille dirhems en argent, et me prièrent de demander à Mansour sa restitution, et qu’il en prit une autre en échange. J’allai le trouver et lui parlai à ce sujet, en lui disant que, dans le centre de cette ‘adîlah, il y avait quelque chose appartenant aux marchands. Il répondit : « Si c’est du vin (sacar), je ne le leur rendrai pas; mais si c’est autre chose, ce sera pour eux. » On rouvrit, et l’on trouva les pièces d’argent, que Mansour leur rendit. Il me dit alors : « Si c’eût été ‘Adjlân, il ne les aurait point rendues. » Celui-ci est le fils de son frère Romaïthah; il était entré peu de jours auparavant dans la maison d’un marchand de Damas, qui se rendait dans le Yémen, et il avait enlevé la majeure partie de ce qui s’y trouvait. ‘Adjlân est maintenant émir de la Mecque ; il a redressé sa conduite, et a fait paraître de l’équité et de la vertu. Continuer la lecture de De Djeddah à Kilwa

La pêche des perles en mer Rouge et à Bahrein

Pêcheurs de perles fut à l’origine une série d’articles pour « Le petit Parisien »,  parus entre le 19 octobre 1930 et le 16 novembre 1930. Ils furent rassemblé dans un livre dont le titre originellement prévu était A ce prix, Mesdames. Le livre numérique  complet est disponible dans la bibliothèque Gallica.

p.51-52
Lou-lou veut dire perle en arabe. Dans les souks, à Djeddah, les marchands de lou-lou se distinguent entre tous, tranchant crûment sur le fond bédouin et le reste de la racaille. On les prendrait, en allant vite, pour des courtisans d’antichambre royale (…) groupés devant deux ou trois boutiques qui ne sont pas les leurs, ils semblent réunis là plutôt pour causer des affaires du royaume que pour attendre une vile clientèle

p.52-55
Abdallah Kafir ben Ibrahim, en dépit de son nom sans fin, n’est qu’un pêcheur de perles. Il guette sans fin notre arrivée au milieu des marchands. C’est un homme petit et chétif , pas encore aveugle, et qui entend suffisamment d’une oreille. Il est venu de Rouyéïs, son village, pour nous prendre et nous y conduire. (…) tout près de Djeddah, sur la mer Rouge, est un village qui existe à peine : quelques demeures bâties en pierre de corail et protégées du vent de sable par de bas murs de mêmes pierres. C’est si pauvre à la vue que les bras vous en tomberaient (…) C’est là Rouyéïs. (…)le pêcheur de perles nous pria d’avancer. Il fallut nous baisser pour entrer dans son refuge (…) ce n’était pas une tannerie, mais une tanière : plafond bas, natte usée, quatre hommes au torse nu y racommodant une voile. Une inscription arabe était charbonnée sur le mur.
Ya-Mal, proclamait-elle. Et Ya-Mal veut dire : « Fortune. O Fortune!». (…)

Continuer la lecture de La pêche des perles en mer Rouge et à Bahrein

La mousson de sud-ouest, ou mousson d’été, d’après un routier moderne

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Pilote du golfe d’Aden. Choix de documents extraits des mémoires des officiers de la marine de l’Inde par le commandant C. Y. Yard, L. N., traduits par M.-J. Lafont, Paris, 1866, p. 1-4; 10-11.

La mousson de sud-ouest (S.O.)

La mousson de S. O. commence, dans la mer d’Arabie, vers le milieu ou la fin d’avril et dure jusqu’à la fin de septembre. Elle est sujette à des variations de 10 à 15 jours, s’établissant tantôt plus tard ; on ne la ressent dans toute sa force qu’en mai ou même en juin. Elle continue à avoir toute sa force pendant les mois de juin, juillet et août, et souffle alors fortement et régulièrement en soulevant une mer plus grosse au large que sur les côtes. Près des côtes de l’Hindoustan, le vent varie de direction et souffle par grains accompagnés de forte pluie, principalement de l’ouest au nord. Sur la côte de Sindh, de grosses brises de l’O.S.O. s’établissent vers le commencement d’avril et produisent une grosse houle : à la même époque, de fortes brises d’ouest soufflent à l’ouest de Ceylan, et des vents de N.O. à la partie la plus basse de la côte de Malabar.
Sur la côte d’Afrique, la brise souffle très fortement du S.S.O. ; elle s’étend avec la même force dans le chenal compris entre l’île de Sokotra et Ras Asir (cap Gardafui), et de là dans le golfe d’Aden jusqu’à Ras Rehmat (qui en arabe signifie « cap de la mort du vent »), cap situé dans le S.O. de Makalleh. C’est sur cette ligne que les navires rencontrent généralement la mousson quand ils se rendent de la mer Rouge dans l’est. Continuer la lecture de La mousson de sud-ouest, ou mousson d’été, d’après un routier moderne

Les Indes de Marco Polo

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Maurice Turpaud, Les merveilleux voyages de Marco Polo dans l’Asie du XIIIe siècle,  Paris, 1929, p. 184-210 (cette version, libre de droits, doit être confrontée à une édition scientifique du texte).

Chapitre 52. Les perles de Maabar

La province de Maabar, qui est appelée l’Inde mineure, est gouvernée par cinq rois qui sont frères et indépendants. Celui qui règne dans la capitale s’appelle Sonder bandi davar. On trouve dans son royaume de très belles perles et voici la manière dont on se les procure. L’île de Ceylan est séparée de la terre ferme par un détroit qui n’a que dix à douze pas de profondeur, parfois deux pas seulement. Les marchands de perles vont avec leurs navires dans ce détroit depuis le commencement d’avril jusqu’au milieu de mai. Ils jettent l’ancre en mer à soixante milles d’un endroit appelé Betelar. Ils passent alors de leurs grands navires dans, des barques à fond plat. Plusieurs marchands s’associent et engagent des pêcheurs qu’ils paient d’avril jusqu’à la mi-mai. Ils versent au roi la dixième partie de leur butin. Ils en donnent, en outre, un vingtième à des enchanteurs afin que, par leurs sortilèges, ceux-ci empêchent de grands poissons de dévorer les hommes qui plongent pour trouver les perles. On appelle les enchanteurs abrivaman; l’effet de leurs enchantements ne dure qu’un jour. Leur puissance s’exerce sur les bêtes, les oiseaux et tous les êtres vivants. Les pêcheurs s’élancent des barques et plongent jusqu’au fond de l’eau, à dix ou douze pas de profondeur ; ils y restent aussi longtemps que cela leur est possible. Là se trouvent des coquillages semblables aux huîtres et qui contiennent les perles. Celles-ci, grosses et menues, sont enfoncées dans la chair des coquillages. C’est ainsi qu’on pêche les perles en très grande quantité, car toutes celles qui circulent dans le monde viennent de là. Continuer la lecture de Les Indes de Marco Polo

La baie de Zula (Adoulis) en 1865

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Denis de Rivoire, « La baie d’Adulis et ses alentours », Bulletin de la société de géographie de Paris, t. 15, 5e série (1868), p. 236-267.

L’expédition anglaise d’Abyssinie sollicite pour le moment l’attention publique de ce côté, et dès lors, peut-être, ne serait-il pas sans intérêt pour la Société de géographie d’accueillir quelques nouveaux détails sur la nature et l’aspect de ces contrées reléguées trop longtemps dans le dédain de l’Europe, en particulier sur cette baie d’Adulis que les Anglais appellent Annesley-Bay, où s’opère aujourd’hui le débarquement de leurs troupes. Je fus amené, par suite de circonstances qu’expliquera le cours de mon récit, à séjourner dans ces parages à trois reprises différentes, tantôt sur un point, tantôt sur un autre, et si l’insuffisance de mes connaissances techniques et l’absence de tout instrument ne m’ont pas permis de donner à mes observations le caractère scientifique dont j’aurais voulu qu’elles fussent empreintes, du moins, à défaut de celui-là, auront-elles le mérite de l’exactitude et de la vérité. N’étant pas un savant, je vais m’efforcer d’être un peintre. (…)

Au pied du mont Tarenta, ce premier échelon du plateau éthiopien, une surprise m’était ménagée. Afin d’accomplir plus agréablement la traversée de Djeddah à Massouah, et me procurer, à moins de frais, la barque nécessaire, je m’étais provisoirement associé à cinq Européens qu’une pensée de spéculation amenait dans la mer Rouge; à Massouah, nous nous étions séparés. Je les retrouvai campés dans le lit desséché du torrent de l’Addas, et se disposant, pour obéir au plan de leurs opérations, après quelques courses mal dirigées, à revenir sur leurs pas et à suivre à peu près le même itinéraire que je me proposais aussi. Pour la seconde fois, je me réunis à eux, et, tous ensemble, nous nous mîmes à descendre le torrent. Dans cette partie de l’Afrique où la nature se charge exclusivement de ce qui peut ressembler au tracé d’une route et à son entretien, la violence des pluies tropicales accumule sur un même point, en peu d’heures, de telles quantités d’eau que leur masse, se frayant un tumultueux passage au travers des arbres qu’elle entraîne et des rochers qu’elle déracine, creuse dans ce sol bouleversé de gigantesques sillons dont la main du temps respecte les caprices. Ce sont là les seuls chemins auxquels peut se confier l’allure paisible d’une caravane, et ce fut ainsi que nous voyageâmes, tantôt la poitrine comme oppressée par le poids formidable de deux murailles géantes se dressant de chaque côté, pour aller presque se rejoindre sur nos têtes, tantôt le front allégé, le regard rafraîchi par les grappes de verdure se déroulant le long des flancs plus inclinés de la montagne ou par le bleu du ciel s’élargissant entre des sommets moins escarpés. Puis, çà et là, quelque vague murmure sous le gazon ou quelque chute sonore sur les cailloux c’était un ruisseau, vestige modeste des dernières pluies, qui, surgissant au hasard d’un réservoir inconnu, accompagnait quelque temps notre marche pour aller disparaître plus loin, absorbé peu à peu par le sable altéré ou tout à coup englouti sans bruit par les profondeurs d’une crevasse invisible.

Continuer la lecture de La baie de Zula (Adoulis) en 1865