Archives de catégorie : Le voyageur du mois

Sur la mer d’Abyssinie

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Al-Mas’ûdî (mort en 956), Les Prairies d’or, chapitre 10 (traduction Barbier de Meynard et Pavet de Courteille, tome 1, p. 230-239)

Renseignements généraux sur la mer d’Abyssinie ; opinions diverses sur son étendue, ses golfes et ses détroits

On a déterminé les dimensions de la mer de l’Inde, qui n’est autre que la mer d’Abyssinie : sa longueur, de l’ouest à l’est, c’est-à-dire de l’extrémité de l’Abyssinie aux limites de l’Inde et de la Chine, est de huit mille milles ; sa largeur diffère selon les localités, et elle varie entre deux mille sept cents milles et dix-neuf cents milles. On donne encore, relativement à l’étendue de cette mer, différentes évaluations que nous passerons sous silence, parce que, aux yeux des gens du métier, elles ne reposent sur aucune preuve satisfaisante. Quoi qu’il en soit, cette mer est la plus vaste du monde habité.

Elle forme sur les côtes d’Abyssinie un canal qui s’avance dans, la contrée de Berbera, portion du pays habité par les Zendjs et les Abyssins. Ce canal, connu sous le nom de Berberi, a cinq cents milles de longueur, et sa largeur, d’une rive à l’autre, est de cent milles. Il ne faut pas confondre ce territoire de Berbera avec le pays des Berbers, situé dans le pays nommé Ifriqiya, pays bien distinct de celui dont nous parlons, et qui n’a de commun avec lui que le nom. Les pilotes de l’Oman traversent ce canal pour gagner l’île de Kanbalou, située dans la mer de Zanguebar, et habitée par une population mélangée de musulmans et de Zendjs idolâtres. Ces mêmes marins de l’Oman prétendent que ce détroit de Berberi, qu’ils désignent par le nom de mer de Berbera et de pays de Djafouna, est d’une étendue plus grande que celle que nous venons d’indiquer ; ils ajoutent que ses vagues ressemblent à de hautes montagnes, et ils les nomment des vagues aveugles, sans doute parce que, après s’être enflées comme d’énormes montagnes, elles se creusent en forme de profondes vallées ; mais elles ne se brisent pas, et ne sont jamais couvertes d’écume, comme on le remarque dans les autres mers. Ils leur donnent aussi le nom de vagues folles. Les marins qui fréquentent ces parages sont des Arabes de l’Oman et de la tribu de Azd ; lorsqu’ils ont gagné le large, et qu’ils montent et descendent au gré de cette mer agitée, ils chantent en cadence le refrain suivant :

Berbera et Djafouna, que vos vagues sont folles !
Djafouna et Berbera, voilà leurs vagues. Continuer la lecture de Sur la mer d’Abyssinie

Sur la côte occidentale de Socotra, en 1847

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Charles Guillain, Relation d’un voyage d’exploration à la côte orientale de l’Afrique, réalisé pendant les années 1846, 1847 et 1848 par le brick Le Ducouëdic, tome 1, p. 349-353

J’avais l’intention d’aller mouiller dans la baie de Galan’sié, située dans l’est de Ras Bedou, pour y prendre de l’eau. J’espérais aussi y trouver quelque bateau destiné pour la côte d’Afrique, et auquel je pourrais demander un pilote. Un instant, je crus même que mon espoir allait se réaliser plus tôt : un point blanc, de forme triangulaire et ressemblant à un bateau sous voiles, venait d’être signalé par la vigie ; plus il se dégageait des vapeurs qui couvraient en ce moment l’horizon, plus l’illusion augmentait ; mais notre erreur ne fut pas de longue durée : ce que nous avions pris pour une voile n’était autre chose que la roche Saboyna, qui nous restait alors dans l’ouest, à environ cinq milles. La coupe triangulaire de cet îlot, la couleur blanchâtre du calcaire dont il est formé, rendue plus éclatante par les reflets de lumière qui l’inondaient alors, ce qu’il y a d’étrange dans la saillie abrupte de cette aiguille rocheuse à une assez grande distance de terre, tout, en un mot, rendait possible une méprise. Après midi, nous louvoyâmes avec une brise fraîche et donnant de fortes rafales, pour doubler Ras Bedou et atteindre le mouillage de Galan’sié ; mais, à minuit, nous étions encore sous le vent de ce dernier. Nous continuâmes donc à louvoyer pour gagner dans l’est. (…)

Socotra_76

Continuer la lecture de Sur la côte occidentale de Socotra, en 1847

Carsten Niebuhr dans la Tihama yéménite

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre » (…), tire « une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Carsten Niehbur (1733-1815), Voyage en Arabie et dans d’autres pays d’Orient, traduction française de 1780, volume 1, p. 288-293

Section 9: voyages dans les environs de Beit el Fakih
Chapitre 1 : voyage à Ghalefka

Pour profiter de la liberté dont nous jouissions à Beit el Fakih, je me proposai de faire seul quelques courses pour examiner les endroits ruinés aujourd’hui, mais célèbres autrefois, dont parle Abulfeda. J’espérais d’y découvrir quelques inscriptions, propres à montrer les variations survenues dans les mœurs et la langue de cette province : mon attente ne fut pas entièrement trompée.
Convaincu de la sûreté entière qui règne dans le Tehama, je résolus d’aller à Ghalefka et de faire ce voyage dans l’équipage le plus simple et le plus éloigné d’un air d’opulence qui eût pu tenter les brigands. Je louai un âne, dont le propriétaire qui suivait à pied me servait de domestique. Un turban, un surtout sans manches, une chemise, une culotte de toile, à la mode des Arabes et une paire de pantoufles composaient tout mon habillement.La coutume étant de voyager armé, je portais un sabre et deux pistolets à la ceinture. Un mauvais tapis était, en même temps, ma selle, ma chaise, ma table et mon matelas ; le linge dont les Arabes s’enveloppent les épaules pour se garantir du soleil et de la pluie me servait de couverture pendant la nuit. Depuis quelque temps, j’avais tâché de vivre à la manière des Arabes : ainsi, je pouvais me passer de beaucoup de commodités et me nourrir de mauvais pain, la seule chose que l’on trouve dans beaucoup d’auberges. Continuer la lecture de Carsten Niebuhr dans la Tihama yéménite