Dérive dangereuse aux alentours du cap Gardafui

Dérive dangereuse aux alentours du cap Gardafui

Cosmas Indicopleustês vécut dans la première moitié du 6e siècle ap. J.-C. Son surnom (« qui a navigué en mer Indienne », ou « qui navigué vers les contrées de l’Inde ») est en lien direct avec ce qui dut être l’une de ses principales activités : celle de marchand circulant en mer Rouge et dans la mer d’Oman. Sa Topographie chrétienne (un traité destiné à combattre les idées des chrétiens qui adoptaient les théories grecques de l’univers sphérique) est parsemée de diverses digressions -­ généralement à visée démonstrative – dans lesquelles Cosmas se réfère à ses propres souvenirs de marchand-navigateur dans l’océan Indien. Celle qui suit est d’un intérêt exceptionnel pour l’histoire de la navigation antique dans l’océan Indien.

« Un jour, cinglant dans ces régions vers l’Inde intérieure et ayant un peu trop poussé dans la direction de la Barbarie au-delà de laquelle se trouve le Zingion – on appelle ainsi l’embouchure de l’océan – nous avons aperçu, tandis que nous naviguions à tribord, une multitude d’oiseaux en vol nommés souspha (n. b. :la traductrice remplace le mot grec par « albatros ») ; ils sont deux fois aussi gros que des milans, peut-être davantage ; de plus, l’air est très insalubre dans cette région, de sorte que tout le monde prit peur. Ils disaient tous, ces gens exercés à la navigation, marins et passagers, que nous étions près de l’Océan et ils criaient au pilote : « Vire à babôrd, vers le golfe, de crainte qu’emportés par les courants nous n’allions déboucher dans l’océan et y périr. Car l’Océan, là où il pénétrait dans le golfe, produisait une barre excessivement grande et, à la sortie du golfe, le ressac entraînait vers l’Océan ; c’était pour nous un spectacle tout à fait terrifiant et une grand épouvante s’est emparée de nous. Certains de ces oiseaux qu’on appelle souspha nous ont longtemps suivi, volant très haut ; ils signalaient que l’Océan était proche. » Cosmas Indicopleustès, Topographie chrétienne, 2, 30 (traduction W. Wolska) Continuer la lecture de Dérive dangereuse aux alentours du cap Gardafui

Description moderne de la Patalène antique (delta de l’Indus)

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

James Rennell, Description historique et géographique de l’Indostan (tome 2), traduit par J.-B. Boucheseiche, Paris, 1800, p. 236-243.

On ne doit pas s’attendre à trouver ici une notice détaillée du nombre et des positions des différentes branches de l’Indus. Il faudrait que l’on en eût levé le plan auparavant. Je n’ai recueilli de particularités que sur trois de ces branches, et les voici. A 170 milles de la mer, en suivant le cours du fleuve, l’Indus se divise en deux branches, dont la plus occidentale est la plus large. Cette branche, après un cours d’environ 50 milles au sud-ouest, se divise en deux: la plus petite prend une direction ouest-sud-ouest, jusqu’à Larry-Bunder et Darraway, et la plus large, sous le nom de rivière de Ritchel, jusqu’à la ville de Ritchel, sur la côte maritime (Tatta est situé dans ce delta inférieur et à environ 5 milles au-dessous de son angle supérieur). L’autre branche principale, dont il reste à parler, est celle qui borne le côté oriental du delta supérieur. Elle est plus petite que la rivière de Ritchel mais plus large que celle de Larry-Bunder, et d’après des relations, elle commence à l’embouchure du golfe de Cutch, presque vis-à-vis de la pointe de Jigat.(…)

Continuer la lecture de Description moderne de la Patalène antique (delta de l’Indus)