Disparition de Maurizio Tosi

On nous annonce le décès de Maurizio Tosi, historien du  passé très ancien des mondes de l’océan Indien.

Cette notice, transmise par la liste de diffusion Agade, résume l’orientation de sa carrière et de ses recherches:

“Full Professor since 1981, Maurizio Tosi has occupied the chair of Prehistory and Protohistory of Asia at the Istituto Universitario Orientale of Naples till 1994 when he has been called to the chair of palaethnology at University of Bologna, Faculty of Conservation of Cultural Goods. His main field of study has been the formative processes of complex societies mainly across the Middle East and Central Asia together with the development of the methods for the definition of this process from the archaeological record. Beginning from 1967 he has directed field projects for the Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente (IsIAO) in collaboration with different European and American agencies in Iran, Oman, Yemen, Pakistan, Turkmenistan and the Asian parts of the Russian Federation. From 1985 to the present, he is co-director of an International research program aimed to study the beginnings of navigation and long-distance trade in the Indian Ocean. Chiefly a student of palaeoeconomics and social structure of early societies, M.T. has directed since 1985 most of his efforts to the study of the relations between population resources in the systematic reconstruction of past landscapes.”

Parution : La fabrique de l’océan Indien. Cartes d’Orient et d’Occident (Antiquité-XVIe siècle)

La fabrique de l’océan Indien. Cartes d’Orient et d’Occident (Antiquité-XVIe siècle)
Édité par Emmanuelle Vagnon, Éric Vallet
Publications de la Sorbonne, collection Histoire ancienne et médiévale. Janvier 2017.

Richement illustré, cet ouvrage invite à un voyage à travers plus de vingt siècles de cartographie, où l’on découvre comment l’océan Indien a été imaginé et représenté, en Orient et en Occident, depuis les premières cartes babyloniennes jusqu’ aux planisphères de la fin du XVIe siècle. Il ne se contente pas de décrire l’émergence d’une cartographie moderne à partir des navigations européennes du XVIe siècle ; il considère aussi les savoirs issus des grandes aires de l’Ancien monde, de l’Extrême-Orient à l’Europe, en passant par les mondes de l’Islam, pour croiser les regards et explorer les approches communes qui, au-delà des distances géographiques et culturelles, ont façonné une image progressivement unifiée de cet espace. Par l’observation des tracés, des noms et des illustrations figurant sur de nombreux documents – mappemondes, schémas, cartes régionales, globes et planisphères – construits à plusieurs échelles, le lecteur est ainsi convié à parcourir et découvrir les multiples représentations d’un vaste espace maritime commun à plusieurs cultures.

SOMMAIRE

 

Introduction – La fabrique de l’océan Indien
Emmanuelle Vagnon et Éric Vallet Continuer la lecture de Parution : La fabrique de l’océan Indien. Cartes d’Orient et d’Occident (Antiquité-XVIe siècle)

Fragments arabes et persans relatifs à l’Inde

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Fragments arabes et persans relatifs à l’Inde, recueillis par M. Reinaud. Journal asiatique : ou recueil de mémoires, d’extraits et de notices relatifs à l’histoire, à la philosophie, aux sciences, à la littérature et aux langues des peuples orientaux, publié par la Société asiatique (juillet 1844) p.237-268.

Qu’on se représente la partie habitée du monde comme étant située dans l’hémisphère septentrional, et comme occupant la moitié de cet hémisphère : la portion de la terre qui est habitée forme alors un des quatre quarts de la terre. Cette portion est entourée par une mer qui, à ses deux extrémités occidentale et orientale, a reçu le nom de mer Environnante. Les Grecs ont donné le nom d’Océan à la partie qui est située du côté de l’occident et qui touche à leur pays. La mer sépare la partie de la terre qui est habitée, des terres qui se trouvent peut-être de l’un et de l’autre côté, au-delà de la mer, que ces terres, qui sont entourées d’eaux, soient habitées ou ne le soient pas. On ne navigue pas sur cette mer à cause de l’obscurité de l’air, de l’épaisseur de l’eau, de la confusion des routes, et à cause des nombreuses chances qui existent de s’égarer, sans compter le peu d’avantages qu’on retirerait d’un voyage aussi lointain. Voilà pourquoi les anciens érigèrent dans cette mer et sur ses côtes des signes qui avertissaient de ne pas s’y aventurer Du côté du nord, la terre est inhabitable à cause du froid, excepté en quelques endroits où s’introduisent les navires, et qui sont disposés en forme de golfe. Quant au côté du midi, la portion habitée du monde se termine aux bords de la mer qui touche aux deux côtés de la mer Environnante. Cette mer est traversée par les navires, et les parties de la terre qui la bornent sont habitées. Cette mer est entièrement couverte d’îles grandes et petites. La mer et le continent se disputent respectivement la place, et empiètent l’un sur l’autre. Du côté de l’occident, le continent s’avance dans la mer, et ses côtes se prolongent au midi. C’est dans ces régions, qui s’étendent en plaines, que se trouvent les peuples noirs de l’ouest qui nous fournissent des eunuques, ainsi que les montagnes de Comr, où sont les sources du Nil. Les côtes et les îles-voisines sont occupées par les peuples de race Zendj ; la mer forme, du même côté, des golfes qui s’avancent dans les terres : tels sont le canal de Barbora, le canal de Colzoum (la mer Rouge), et le canal de Farès (golfe Persique). Le continent s’étend plus ou moins vers la mer, dans l’espace qui sépare ces canaux. Dans la partie orientale de la mer du Midi (c’est la mer qui s’avance dans les terres, dans la direction du nord, de la même manière qu’auparavant la terre s’avançait dans la mer, du côté du midi), la mer forme en plusieurs endroits des golfes et des baies. La mer du Midi reçoit différentes dénominations ; le plus souvent ces dénominations sont empruntées aux îles que la mer baigne ou aux terres qui se trouvent en face. Pour nous, nous n’avons à parler que de la partie de la mer du Midi qui borne la terre de l’Inde, et qui, en conséquence, a été appelée mer des Indiens.

Maintenant, il faut admettre, dans la partie du monde qui est habitée, des montagnes escarpées et contiguës les unes aux autres, de manière à former, pour ainsi dire, les vertèbres de la terre. Ces montagnes s’étendent au milieu de la terre, dans le sens de sa longueur, et de l’est à l’ouest. Elles traversent successivement la Chine, le Tibet, le pays des Turks, le Kaboul, le Badakhschan, le Thokharestan, le Bamyan, le Gour, le Khorassan, le Djebal, l’Aderbaydjan, l’Arménie, le pays de Roum, le pays des Francs et celui des Galiciens. Ces montagnes offrent, dans leur prolongement, des faces variées, des intervalles libres et des déviations qui renferment des plaines. Une partie est habitée. De l’un et de l’autre côté de cette chaîne, coulent des rivières.

Continuer la lecture de Fragments arabes et persans relatifs à l’Inde