Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (I)

Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (I)
Poids et flottaison des navires circulant dans l’océan Indien (Olympiodore)

« On le voit, si bien des questions sur les bateaux fréquentant la mer Érythrée restent posées, les récentes découvertes archéologiques commencent à apporter des éléments de réponse et l’ethnographie contribue largement à la compréhension de certains types d’embarcation et des techniques de construction. » (P.  Pomey, p. 128)

Comme P. Pomey le dit, la découverte d’épaves et de restes non immergés contribuera à accroître nos connaissances sur les navires utilisés par les Méditerranéens – et les non-Méditerranéens – dans l’océan Indien. Cependant, les textes livrent aussi quelques précieux détails, en particulier sur les dommages causés aux navires. La liste classique des accidents et incidents auxquels s’exposaient les navigateurs comprend les tempêtes, les incendies, les attaques de pirates. Il en est d’autres, moins connus, dont pouvaient être victimes les usagers de l’océan Indien. C’est ce que montrent deux textes, le premier d’Olympiodore, le second de Cassiodore (prochain billet).

N. b. : tout commentaire permettant de corriger et améliorer ce texte sera le bienvenu.

1. Le texte et son auteur

On trouve chez Olympiodore, philosophe néo-platonicien originaire d’Alexandrie – où il est né entre 495 et 505 et où il professait encore en 565 ap. J.-C. – la remarque suivante :

« Des navires identiques supportent une plus grande charge sur mer que sur un lac. C’est assurément pour cette raison que de nombreux navigateurs de la mer Indienne [littéralement les indikopleustai], ignorants de ce fait, font naufrage : ils les remplissent de marchandises alors qu’ils se trouvent dans l’eau de mer et l’eau de mer, du fait de sa nature terreuse [geôdes] les repousse et les supporte ; puis ils circulent dans les fleuves et les lacs et ils font naufrage, parce que ces eaux, du fait des exhalaisons sous forme de vapeur, ne sont plus semblablement terreuses. » (Olympiodore, In Arist. Meteor. p. 81)

Tὰ γὰρ αὐτὰ πλοῖα πλείω φόρτον βαστάζουσι ἐπὶ θαλάττης ἤπερ ἐπὶ λίμνης. ἀμέλει διὰ ταύτην τὴν αἰτίαν πολλοὶ ἰνδικοπλεῦσται ναυαγοῦσι μὴ εἰδότες τοῦτο. καὶ ἐν μὲν θαλάσσῃ γεμίζουσιν αὐτὰ φόρτου, καὶ ἡ μὲν θάλασσα διὰ τὸ γεῶδες αὐτῆς ἀνωθεῖ καὶ βαστάζει· ἔρχονται δὲ ἐν ποταμοῖς ἢ λίμναις καὶ ναυαγοῦσι διὰ τὸ μὴ ἔχειν οὕτως τὸ γεῶδες ἐκ τῆς καπνώδους ἀναθυμιάσεως καὶ μὴ δύνασθαι ἀνωθεῖν. Continuer la lecture de Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (I)

La baie de Zula (Adoulis) en 1865

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Denis de Rivoire, « La baie d’Adulis et ses alentours », Bulletin de la société de géographie de Paris, t. 15, 5e série (1868), p. 236-267.

L’expédition anglaise d’Abyssinie sollicite pour le moment l’attention publique de ce côté, et dès lors, peut-être, ne serait-il pas sans intérêt pour la Société de géographie d’accueillir quelques nouveaux détails sur la nature et l’aspect de ces contrées reléguées trop longtemps dans le dédain de l’Europe, en particulier sur cette baie d’Adulis que les Anglais appellent Annesley-Bay, où s’opère aujourd’hui le débarquement de leurs troupes. Je fus amené, par suite de circonstances qu’expliquera le cours de mon récit, à séjourner dans ces parages à trois reprises différentes, tantôt sur un point, tantôt sur un autre, et si l’insuffisance de mes connaissances techniques et l’absence de tout instrument ne m’ont pas permis de donner à mes observations le caractère scientifique dont j’aurais voulu qu’elles fussent empreintes, du moins, à défaut de celui-là, auront-elles le mérite de l’exactitude et de la vérité. N’étant pas un savant, je vais m’efforcer d’être un peintre. (…)

Au pied du mont Tarenta, ce premier échelon du plateau éthiopien, une surprise m’était ménagée. Afin d’accomplir plus agréablement la traversée de Djeddah à Massouah, et me procurer, à moins de frais, la barque nécessaire, je m’étais provisoirement associé à cinq Européens qu’une pensée de spéculation amenait dans la mer Rouge; à Massouah, nous nous étions séparés. Je les retrouvai campés dans le lit desséché du torrent de l’Addas, et se disposant, pour obéir au plan de leurs opérations, après quelques courses mal dirigées, à revenir sur leurs pas et à suivre à peu près le même itinéraire que je me proposais aussi. Pour la seconde fois, je me réunis à eux, et, tous ensemble, nous nous mîmes à descendre le torrent. Dans cette partie de l’Afrique où la nature se charge exclusivement de ce qui peut ressembler au tracé d’une route et à son entretien, la violence des pluies tropicales accumule sur un même point, en peu d’heures, de telles quantités d’eau que leur masse, se frayant un tumultueux passage au travers des arbres qu’elle entraîne et des rochers qu’elle déracine, creuse dans ce sol bouleversé de gigantesques sillons dont la main du temps respecte les caprices. Ce sont là les seuls chemins auxquels peut se confier l’allure paisible d’une caravane, et ce fut ainsi que nous voyageâmes, tantôt la poitrine comme oppressée par le poids formidable de deux murailles géantes se dressant de chaque côté, pour aller presque se rejoindre sur nos têtes, tantôt le front allégé, le regard rafraîchi par les grappes de verdure se déroulant le long des flancs plus inclinés de la montagne ou par le bleu du ciel s’élargissant entre des sommets moins escarpés. Puis, çà et là, quelque vague murmure sous le gazon ou quelque chute sonore sur les cailloux c’était un ruisseau, vestige modeste des dernières pluies, qui, surgissant au hasard d’un réservoir inconnu, accompagnait quelque temps notre marche pour aller disparaître plus loin, absorbé peu à peu par le sable altéré ou tout à coup englouti sans bruit par les profondeurs d’une crevasse invisible.

Continuer la lecture de La baie de Zula (Adoulis) en 1865