Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (I)

Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (I)
Poids et flottaison des navires circulant dans l’océan Indien (Olympiodore)

« On le voit, si bien des questions sur les bateaux fréquentant la mer Érythrée restent posées, les récentes découvertes archéologiques commencent à apporter des éléments de réponse et l’ethnographie contribue largement à la compréhension de certains types d’embarcation et des techniques de construction. » (P.  Pomey, p. 128)

Comme P. Pomey le dit, la découverte d’épaves et de restes non immergés contribuera à accroître nos connaissances sur les navires utilisés par les Méditerranéens – et les non-Méditerranéens – dans l’océan Indien. Cependant, les textes livrent aussi quelques précieux détails, en particulier sur les dommages causés aux navires. La liste classique des accidents et incidents auxquels s’exposaient les navigateurs comprend les tempêtes, les incendies, les attaques de pirates. Il en est d’autres, moins connus, dont pouvaient être victimes les usagers de l’océan Indien. C’est ce que montrent deux textes, le premier d’Olympiodore, le second de Cassiodore (prochain billet).

N. b. : tout commentaire permettant de corriger et améliorer ce texte sera le bienvenu.

1. Le texte et son auteur

On trouve chez Olympiodore, philosophe néo-platonicien originaire d’Alexandrie – où il est né entre 495 et 505 et où il professait encore en 565 ap. J.-C. – la remarque suivante :

« Des navires identiques supportent une plus grande charge sur mer que sur un lac. C’est assurément pour cette raison que de nombreux navigateurs de la mer Indienne [littéralement les indikopleustai], ignorants de ce fait, font naufrage : ils les remplissent de marchandises alors qu’ils se trouvent dans l’eau de mer et l’eau de mer, du fait de sa nature terreuse [geôdes] les repousse et les supporte ; puis ils circulent dans les fleuves et les lacs et ils font naufrage, parce que ces eaux, du fait des exhalaisons sous forme de vapeur, ne sont plus semblablement terreuses. » (Olympiodore, In Arist. Meteor. p. 81)

Tὰ γὰρ αὐτὰ πλοῖα πλείω φόρτον βαστάζουσι ἐπὶ θαλάττης ἤπερ ἐπὶ λίμνης. ἀμέλει διὰ ταύτην τὴν αἰτίαν πολλοὶ ἰνδικοπλεῦσται ναυαγοῦσι μὴ εἰδότες τοῦτο. καὶ ἐν μὲν θαλάσσῃ γεμίζουσιν αὐτὰ φόρτου, καὶ ἡ μὲν θάλασσα διὰ τὸ γεῶδες αὐτῆς ἀνωθεῖ καὶ βαστάζει· ἔρχονται δὲ ἐν ποταμοῖς ἢ λίμναις καὶ ναυαγοῦσι διὰ τὸ μὴ ἔχειν οὕτως τὸ γεῶδες ἐκ τῆς καπνώδους ἀναθυμιάσεως καὶ μὴ δύνασθαι ἀνωθεῖν. Continuer la lecture de Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (I)