Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (II)

Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (II)
Les dégradations subies par les œuvres vives des navires (Cassiodore)

1. Cassiodore

 Cassiodore (Magnus Aurelius Cassiodorus Senator), né vers 485 et mort vers 580, a mené une brillante carrière politique à la cour de Ravenne dans l’Italie wisigothique, au service de Théodoric puis de sa fille et régente Amalasonthe. On le connaît également comme fondateur du monastère de Vivarium, dans lequel il s’est retiré. Les Variae sont un recueil de lettres et écrits qu’il avait rédigés pour Théodoric et ses successeurs, ainsi que des arrêtés qu’il avait promulgués en tant que préfet du prétoire (ces derniers sont conservés dans les livres 11 et 12).

2. Le texte (Variae 1, epist. 35)

La traduction (due à Th. Hodgkin) qui figure ci-après n’est pas fidèle, car elle comporte des abrègements. Elle permet néanmoins de prendre connaissance du sens général de cette lettre.

« King Theodoric to Faustus, Praepositus.
This extraordinarily dry season having ruined the hopes of our harvest, it is more than ever necessary that the produce should be brought forward promptly. We are therefore exceedingly annoyed at finding that the crops which are generally sent forward by your Chancellor from the coasts of Calabria and Apulia in summer have not yet arrived, though it is near autumn and the time is at hand when the sun, entering the southern signs (which are all named from showers), will send us storm and tempest.
What are you waiting for? Why are your ships not spreading their sails to the breeze? With a favourable wind and with bending oarsmen, are you perhaps delayed by the echeneis ? or by the shell‐fish of the Indian Ocean? or by the torpedo, whose touch paralyses the hand? No. The echeneis in this case is entangling venality; the bites of the shell‐fish, insatiable avarice; the torpedo, fraudulent pretence. The merchants are making delays in order that they may seem to have fallen on adverse weather.
Let your Magnitude put all this to rights promptly, otherwise our famine will be imputed, not to bad seasons, but to negligence. » Continuer la lecture de Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (II)

Colloque « Les sens du rite. Encens et religion dans les sociétés anciennes » (Rome, 23-24 juin 2017)

Argumentaire de l’appel à communications 

La rencontre se propose de mettre au cœur de l’étude un medium rituel bien connu pour la tradition judéo-chrétienne, à savoir l’encens[1]. Cette substance aromatique est devenue un marqueur olfactif de la religion orthodoxe à l’époque byzantine, comme l’a souligné Margaret E. Kenna en 2005, dans un article au titre évocateur : « Why does incense smell religious ? »[2]. Une telle question pourrait s’appliquer aux sociétés polythéistes antiques. En effet, en Mésopotamie, en Grèce ou à Rome, l’un des gestes de dévotion les plus fréquents consistait à offrir/faire brûler des grains d’encens en l’honneur des dieux. Les volutes odorantes montant vers le ciel matérialisaient le lien entre les hommes et les puissances immortelles, contribuant à définir le paysage sensoriel du sanctuaire.

Si plusieurs études ont souligné de façon ponctuelle le rôle de l’encens comme ingrédient du rituel et agent de communication entre les hommes et les dieux, aucune recherche d’envergure n’a encore proposé de comparer les usages et les significations dévolues à l’encens dans les mondes anciens. Or les fonctions qui lui ont été attribuées au cours du temps et suivant les espaces sont multiples et se combinent souvent : agent de purification, signal odorant destiné à appeler la divinité, source de contentement et « nourriture » pour les Immortels,… De plus, les progrès des analyses archéométriques[3] offrent aujourd’hui des données intéressantes qui méritent d’être confrontées aux témoignages littéraires, épigraphiques et iconographiques. Il apparaît clairement que derrière le mot générique « encens », thumiama en grec ou tus en latin, se cachent une large variété de substances odorantes – résines et gommes végétales – destinées à être brûlées.

Continuer la lecture de Colloque « Les sens du rite. Encens et religion dans les sociétés anciennes » (Rome, 23-24 juin 2017)

Les Indes de Marco Polo

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Maurice Turpaud, Les merveilleux voyages de Marco Polo dans l’Asie du XIIIe siècle,  Paris, 1929, p. 184-210 (cette version, libre de droits, doit être confrontée à une édition scientifique du texte).

Chapitre 52. Les perles de Maabar

La province de Maabar, qui est appelée l’Inde mineure, est gouvernée par cinq rois qui sont frères et indépendants. Celui qui règne dans la capitale s’appelle Sonder bandi davar. On trouve dans son royaume de très belles perles et voici la manière dont on se les procure. L’île de Ceylan est séparée de la terre ferme par un détroit qui n’a que dix à douze pas de profondeur, parfois deux pas seulement. Les marchands de perles vont avec leurs navires dans ce détroit depuis le commencement d’avril jusqu’au milieu de mai. Ils jettent l’ancre en mer à soixante milles d’un endroit appelé Betelar. Ils passent alors de leurs grands navires dans, des barques à fond plat. Plusieurs marchands s’associent et engagent des pêcheurs qu’ils paient d’avril jusqu’à la mi-mai. Ils versent au roi la dixième partie de leur butin. Ils en donnent, en outre, un vingtième à des enchanteurs afin que, par leurs sortilèges, ceux-ci empêchent de grands poissons de dévorer les hommes qui plongent pour trouver les perles. On appelle les enchanteurs abrivaman; l’effet de leurs enchantements ne dure qu’un jour. Leur puissance s’exerce sur les bêtes, les oiseaux et tous les êtres vivants. Les pêcheurs s’élancent des barques et plongent jusqu’au fond de l’eau, à dix ou douze pas de profondeur ; ils y restent aussi longtemps que cela leur est possible. Là se trouvent des coquillages semblables aux huîtres et qui contiennent les perles. Celles-ci, grosses et menues, sont enfoncées dans la chair des coquillages. C’est ainsi qu’on pêche les perles en très grande quantité, car toutes celles qui circulent dans le monde viennent de là. Continuer la lecture de Les Indes de Marco Polo