Nouvelle rubrique « Varia »

La nouvelle section intitulée « Varia » ouverte dans ce carnet de recherche est destinée à accueillir de courtes contributions, en relation avec la thématique générale du carnet. Les textes seront écrits en français ou en anglais et ne dépasseront pas 2000 mots pour le texte, et 300 mots pour les notes et la bibliographie. Les textes proposés seront envoyés aux deux éditeurs, Didier Marcotte (didier.marcotte@univ-reims.fr) et Pierre Schneider (pierre.schneider@univ-artois.fr), qui les examineront (pas de double-lecture à l’aveugle). En cas de nécessité, les éditeurs feront appel à l’expertise de leurs collègues. La publication sera immédiate après acceptation du billet.

Didier Marcotte ; Pierre Schneider

The editors are pleased to announce that this research blog includes a new section entitled “Varia”. We welcome short notes in French or English dealing with the topics on which this research blog focuses. We welcome submissions no longer than 2000 words, not including endnotes and bibliography which must not exceed 300 words. Submissions must be sent to the two editors, Didier Marcotte (didier.marcotte@univ-reims.fr) and Pierre Schneider (pierre.schneider@univ-artois.fr), who will review them (no peer-review process). If necessary we will ask colleagues for advice and further information. Texts will be published on line immediately after acceptation.

Didier Marcotte ; Pierre Schneider

La mousson de sud-ouest, ou mousson d’été, d’après un routier moderne

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Pilote du golfe d’Aden. Choix de documents extraits des mémoires des officiers de la marine de l’Inde par le commandant C. Y. Yard, L. N., traduits par M.-J. Lafont, Paris, 1866, p. 1-4; 10-11.

La mousson de sud-ouest (S.O.)

La mousson de S. O. commence, dans la mer d’Arabie, vers le milieu ou la fin d’avril et dure jusqu’à la fin de septembre. Elle est sujette à des variations de 10 à 15 jours, s’établissant tantôt plus tard ; on ne la ressent dans toute sa force qu’en mai ou même en juin. Elle continue à avoir toute sa force pendant les mois de juin, juillet et août, et souffle alors fortement et régulièrement en soulevant une mer plus grosse au large que sur les côtes. Près des côtes de l’Hindoustan, le vent varie de direction et souffle par grains accompagnés de forte pluie, principalement de l’ouest au nord. Sur la côte de Sindh, de grosses brises de l’O.S.O. s’établissent vers le commencement d’avril et produisent une grosse houle : à la même époque, de fortes brises d’ouest soufflent à l’ouest de Ceylan, et des vents de N.O. à la partie la plus basse de la côte de Malabar.
Sur la côte d’Afrique, la brise souffle très fortement du S.S.O. ; elle s’étend avec la même force dans le chenal compris entre l’île de Sokotra et Ras Asir (cap Gardafui), et de là dans le golfe d’Aden jusqu’à Ras Rehmat (qui en arabe signifie « cap de la mort du vent »), cap situé dans le S.O. de Makalleh. C’est sur cette ligne que les navires rencontrent généralement la mousson quand ils se rendent de la mer Rouge dans l’est. Continuer la lecture de La mousson de sud-ouest, ou mousson d’été, d’après un routier moderne