La 8e Red Sea conference à Varsovie, du 4 au 9 juillet

La conférence Red Sea VIII se tiendra du 4 au 9 juillet 2017 à Varsovie, sur le thème : Coveted treasure. The economy of natural resources: extraction, processing and trade.

 

Elle sera précédée d’un workshop le 3 juillet: The Arabian Red Sea Route.

Pour accéder à toutes les informations, et en particulier au programme de la conférence, cliquer sur le lien suivant: Red Sea viii.

Workshop « Thinking about luxury » au Collège d’études mondiales

Pierre Schneider donnera une communication le jeudi 15 juin 2017 au sujet de la consommation des produits « de luxe » importés des contrées de l’océan Indien dans le monde romain. Elle prend place dans le workshop « Thinking about luxury » organisé par Marc Abélès, titulaire de la chaire « Anthropologie globale du luxe » au Collège d’études mondiales (http://www.fmsh.fr/fr/college-etudesmondiales/28355)

Argumentaire et programme ci-dessous.

Continuer la lecture de Workshop « Thinking about luxury » au Collège d’études mondiales

« Aventuriers des mers : Méditerranée—océan Indien, VIIe-XVIIe siècles » au MUCEM

L’exposition « Aventuriers des mers » s’installe à partir du 7 juin au Mucem.

De l’Empire perse aux conquêtes d’Alexandre le Grand, de  l’expansion de l’islam aux explorations chinoises et des aventures portugaises aux navigations hollandaises, c’est entre Méditerranée et océan Indien que se sont déroulées les grandes aventures maritimes fondatrices du monde d’aujourd’hui. L’exposition débute par la mise en place, au VIIe siècle, d’un empire des deux mers, celui des Omeyyades, lequel ouvrira les voies d’un monde dont le destin se joue principalement à la bascule du XVe et du XVIe siècle. Cette exposition, riche de plus de deux cents œuvres provenant de cinquante musées et institutions, de Lisbonne à Singapour, conduit le visiteur au croisement de l’or d’Afrique et de l’argent d’Occident, des verreries de Venise, des cotonnades indiennes, des porcelaines et des épices venues des mers de Chine.

Les océans ont historiquement permis d’aller à la rencontre des autres, d’échanger et de commercer. Après avoir longtemps pensé la mer comme un espace périlleux, les hommes ont très tôt élaboré de multiples savoirs pour s’aventurer toujours plus loin et plus sûrement, à la recherche des trésors de l’Orient. Le développement des connaissances et des navigations exploratoires a permis de penser la géographie du monde dans son ensemble. Avec la belle énergie des pionniers, marins et commerçants se sont alors lancés sur les mers à la recherche de fortunes à faire, d’âmes à convertir, de nouveautés à découvrir. Continuer la lecture de « Aventuriers des mers : Méditerranée—océan Indien, VIIe-XVIIe siècles » au MUCEM

La pêche des perles en mer Rouge et à Bahrein

Pêcheurs de perles fut à l’origine une série d’articles pour « Le petit Parisien »,  parus entre le 19 octobre 1930 et le 16 novembre 1930. Ils furent rassemblé dans un livre dont le titre originellement prévu était A ce prix, Mesdames. Le livre numérique  complet est disponible dans la bibliothèque Gallica.

p.51-52
Lou-lou veut dire perle en arabe. Dans les souks, à Djeddah, les marchands de lou-lou se distinguent entre tous, tranchant crûment sur le fond bédouin et le reste de la racaille. On les prendrait, en allant vite, pour des courtisans d’antichambre royale (…) groupés devant deux ou trois boutiques qui ne sont pas les leurs, ils semblent réunis là plutôt pour causer des affaires du royaume que pour attendre une vile clientèle

p.52-55
Abdallah Kafir ben Ibrahim, en dépit de son nom sans fin, n’est qu’un pêcheur de perles. Il guette sans fin notre arrivée au milieu des marchands. C’est un homme petit et chétif , pas encore aveugle, et qui entend suffisamment d’une oreille. Il est venu de Rouyéïs, son village, pour nous prendre et nous y conduire. (…) tout près de Djeddah, sur la mer Rouge, est un village qui existe à peine : quelques demeures bâties en pierre de corail et protégées du vent de sable par de bas murs de mêmes pierres. C’est si pauvre à la vue que les bras vous en tomberaient (…) C’est là Rouyéïs. (…)le pêcheur de perles nous pria d’avancer. Il fallut nous baisser pour entrer dans son refuge (…) ce n’était pas une tannerie, mais une tanière : plafond bas, natte usée, quatre hommes au torse nu y racommodant une voile. Une inscription arabe était charbonnée sur le mur.
Ya-Mal, proclamait-elle. Et Ya-Mal veut dire : « Fortune. O Fortune!». (…)

Continuer la lecture de La pêche des perles en mer Rouge et à Bahrein