La pêche des perles en mer Rouge et à Bahrein

Pêcheurs de perles fut à l’origine une série d’articles pour « Le petit Parisien »,  parus entre le 19 octobre 1930 et le 16 novembre 1930. Ils furent rassemblé dans un livre dont le titre originellement prévu était A ce prix, Mesdames. Le livre numérique  complet est disponible dans la bibliothèque Gallica.

p.51-52
Lou-lou veut dire perle en arabe. Dans les souks, à Djeddah, les marchands de lou-lou se distinguent entre tous, tranchant crûment sur le fond bédouin et le reste de la racaille. On les prendrait, en allant vite, pour des courtisans d’antichambre royale (…) groupés devant deux ou trois boutiques qui ne sont pas les leurs, ils semblent réunis là plutôt pour causer des affaires du royaume que pour attendre une vile clientèle

p.52-55
Abdallah Kafir ben Ibrahim, en dépit de son nom sans fin, n’est qu’un pêcheur de perles. Il guette sans fin notre arrivée au milieu des marchands. C’est un homme petit et chétif , pas encore aveugle, et qui entend suffisamment d’une oreille. Il est venu de Rouyéïs, son village, pour nous prendre et nous y conduire. (…) tout près de Djeddah, sur la mer Rouge, est un village qui existe à peine : quelques demeures bâties en pierre de corail et protégées du vent de sable par de bas murs de mêmes pierres. C’est si pauvre à la vue que les bras vous en tomberaient (…) C’est là Rouyéïs. (…)le pêcheur de perles nous pria d’avancer. Il fallut nous baisser pour entrer dans son refuge (…) ce n’était pas une tannerie, mais une tanière : plafond bas, natte usée, quatre hommes au torse nu y racommodant une voile. Une inscription arabe était charbonnée sur le mur.
Ya-Mal, proclamait-elle. Et Ya-Mal veut dire : « Fortune. O Fortune!». (…)

Continuer la lecture de La pêche des perles en mer Rouge et à Bahrein