De Djeddah à Kilwa

Ibn Batoutah, Voyages, texte arabe, accompagné d’une traduction par C. Defremery et le Dr B. R. Sanguinetti, Volume 2, Paris, 1874.

Je quittai la Mecque à cette époque-là, me dirigeant vers le Yémen, et j’arrivai à Haddah, qui est à moitié chemin entre la Mecque et Djouddah. Puis j’atteignis cette dernière ville, qui est ancienne, et située sur le bord de la mer; l’on dit que Djouddah a été fondée par les Persans. A l’extérieur de cette cité il y a des citernes antiques, et dans la ville même des puits pour l’eau, creusés dans la pierre dure. Ils sont très rapprochés l’un de l’autre, et l’on ne peut pas les compter, tant leur nombre est considérable. L’année dont il s’agit manqua de pluie, et l’on transportait l’eau à Djouddah, de la distance d’une journée. Les pèlerins en demandaient aux habitants des maisons. (…)

Nous nous embarquâmes dans cette ville sur un bâtiment appelé djalbah qui appartenait à Rachid eddîn Alalfy alyamany, originaire de l’Abyssinie. Le chérif Mansour, fils d’Abou Nemy, monta sur un autre bâtiment de ce genre, et me pria d’aller avec lui. Je ne le fis pas, car il avait embarqué des chameaux sur son navire, et je fus effrayé de cela, vu que je n’avais point, jusqu’à ce moment, traversé la mer. Il y avait alors à Djouddah une troupe d’habitants du Yémen qui avaient déjà déposé leurs provisions de route et leurs effets dans les navires, et qui étaient prêts pour le voyage.
Lorsque nous prîmes la mer, le chérif Mansour ordonna à un de ses esclaves de lui apporter une ‘adîlah de farine, c’est-à-dire la moitié d’une charge, ainsi qu’un pot de beurre, à enlever l’un et l’autre des navires des gens du Yémen. Il le fit, et apporta ces objets au chérif; Les marchands vinrent à moi tout en pleurs; ils me dirent que dans le milieu de l’adîlah il y avait dix mille dirhems en argent, et me prièrent de demander à Mansour sa restitution, et qu’il en prit une autre en échange. J’allai le trouver et lui parlai à ce sujet, en lui disant que, dans le centre de cette ‘adîlah, il y avait quelque chose appartenant aux marchands. Il répondit : « Si c’est du vin (sacar), je ne le leur rendrai pas; mais si c’est autre chose, ce sera pour eux. » On rouvrit, et l’on trouva les pièces d’argent, que Mansour leur rendit. Il me dit alors : « Si c’eût été ‘Adjlân, il ne les aurait point rendues. » Celui-ci est le fils de son frère Romaïthah; il était entré peu de jours auparavant dans la maison d’un marchand de Damas, qui se rendait dans le Yémen, et il avait enlevé la majeure partie de ce qui s’y trouvait. ‘Adjlân est maintenant émir de la Mecque ; il a redressé sa conduite, et a fait paraître de l’équité et de la vertu. Continuer la lecture de De Djeddah à Kilwa