Aden dans les années 1880

Alfred Bardey, Barr-Adjam. Souvenirs d’Afrique orientale (1880-1887), éditions du C.N.R.S., Paris, 1981, p. 28-32.

Le lendemain nous quittons l’hôtel pour nous rendre à la ville d’Aden (Aden town ou Aden camp), située dans le cratère même de l’ancien volcan qui a formé la presqu’île, et à cinq milles ou huit kilomètres de Steamer Point. M. Suel veut bien nous renseigner afin de nous donner tous les renseignements que nous désirerons. Montés dans une américaine brinquebalante attelée de deux petits chevaux étiques et conduite par un gari walla nous longeons la mer à quelque distance et dépassons les grands dépôts de charbon qui livrent en moyenne 1000 tonnes par jour aux paquebots et aux autres navires de passage. A côté sont des quais primitifs où les balles de café, de gommes, de peaux etc. s’accumulent sans abri, car il ne pleut qu’une fois tous les cinq ans.

La route que nous suivons traverse une plaine pierreuse, au bout de laquelle s’étale un important village de paillotes somalies du nom de Maalah. En face, et tout au fond de la rade, se trouve un port du même nom, réservé aux sambouks arabes et somalis, voiliers de 40 à 100 tonnes. La forme de ces bateaux, qui n’ont qu’un mât et qu’une voile, est très ancienne. Non pontés et bas de l’avant, ils ont un arrière élevé et en plate-forme. Ceux qui appartiennent aux indigènes de la côte d’Afrique sont faits de planches cousues sur les bords au moyen de cordelettes et enduits d’une couche de madrépores pilés mélangés d’huile de poisson.

Continuer la lecture de Aden dans les années 1880