Entrer dans le golfe de Cambaye (Pietro della Valle)

Quatrième et dernière partie des voyages de Pietro della Valle, gentilhomme romain surnommé l’illustre voyageur, contenant la description des villes et des lieux les plus considérables des Indes (…), à Paris chez Gervais Clouzier, 1664, p. 2-18.

Monsieur,

J’ai toujours été si soigneux de vous donner de mes nouvelles, que même au commencement de cette année 1623, sur le point d’abandonner la Perse, je vous écrivis la dernière fois du vaisseau de la Baleine, dans lequel je m’étais embarqué, sans pourtant avoir encore levé l’ancre pour faire ce trajet. Mais à cette heure que j’ai croisé les mers, sans que j’ai déjà parcouru l’océan et que je sois arrivé dans ces fameuses contrées de l’Inde, et dont à présent une grande partie ne m’est pas inconnue, j’ai cru que je ne devais pas négliger l’occasion de ce même vaisseau qui m’a porté en ce pays  et qui ne tardera pas longtemps à faire voile du côté de Mucha dans le golfe Arabique, et d’autant plus qu’un gentilhomme allemand de mes amis, qui doit s’y embarquer dans le dessein de se rendre de là en Éthiopie pour y satisfaire sa curiosité, m’a donné sa parole qu’il veillerait incessamment sur les moyens de faire tenir en Italie cette lettre que je lui ai confiée (…).

Mais pour commencer vous saurez que le jeudi 19 de janvier, après avoir pourvu à toutes les choses nécessaires à notre embarquement, et pour un voyage de cette conséquence, après, dis-je, après avoir fait tirer quelques volées de canon selon la coutume, nous commençâmes insensiblement à dégager les voiles, balançant cependant agréablement sur les ondes, en attendant la barque du vaisseau qui était encore à terre (….) Incontinent après qu’elle fut rendue à notre bord, nous donnâmes toutes nos voiles au vent et quoi qu’il fut fort médiocre, nous prîmes notre cours entre les îles d’Ormus et de Kesem passant derrière Ormus du côté d’Arabie, parce que ordinairement les eaux sont basses du côté de la Perse, et qu’il n’y avait pas de sûreté pour de gros vaisseaux comme les nôtres, qui auraient sans doute donné contre terre (…)

 

Sur le midi le calme nous ayant arrêté à la vue de Larek, nous mouillâmes sans baisser les voiles, et en même temps notre capitaine envoya la grande barque à terre vers Larek avec deux lévriers dont les Anglais de Combrù lui avaient fait présent pour le divertir quelquefois à la chasse. Mais le vent ayant ayant un peu augmenté nous ramenâmes les voiles et demeurâmes là en attendant le retour de la barque, faisant même quelque décharge de notre mousqueterie, afin de lui faire connaître l’endroit où nous étions, parce que comme il était déjà nuit, et que nous n’avions aucune nouvelle de nos gens, nous appréhendions qu’il ne leur fut arrivé quelque accident, à cause que Larek est ordinairement rempli d’une infinité de ces voleurs arabes qui se nomment noutek et qui piratent incessamment sur cette mer, et se retirent bien souvent dans cette même île de Larek. Continuer la lecture de Entrer dans le golfe de Cambaye (Pietro della Valle)