Archives par mot-clé : Corne de l’Afrique

Archéologie de l’Arabie, de la mer Rouge et du golfe Arabo-Persique: séminaire de François Villeneuve

Programme du séminaire de François Villeneuve 

Les séances ont lieu les mardis de 9 h. 30 à 13 h. 30, à l’Institut d’art et d’archéologie, 13 rue Michelet, Paris (75006),
salle 319 (ex-bibliothèque d’Orient)

8 mars  

  • L’archéologie en Arabie ; Hégra : présentation des recherches et fouilles (Fr. Villeneuve- Université de Paris I)

 

15 mars 

  • Adoulis, un port antique sur la côte africaine de la mer Rouge méridionale ;  la Corne de l’Afrique dans l’Antiquité ( Chiara Zazzaro- Université » L’Orientale », Naples).

Continuer la lecture de Archéologie de l’Arabie, de la mer Rouge et du golfe Arabo-Persique: séminaire de François Villeneuve

Sur la côte occidentale de Socotra, en 1847

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Charles Guillain, Relation d’un voyage d’exploration à la côte orientale de l’Afrique, réalisé pendant les années 1846, 1847 et 1848 par le brick Le Ducouëdic, tome 1, p. 349-353

J’avais l’intention d’aller mouiller dans la baie de Galan’sié, située dans l’est de Ras Bedou, pour y prendre de l’eau. J’espérais aussi y trouver quelque bateau destiné pour la côte d’Afrique, et auquel je pourrais demander un pilote. Un instant, je crus même que mon espoir allait se réaliser plus tôt : un point blanc, de forme triangulaire et ressemblant à un bateau sous voiles, venait d’être signalé par la vigie ; plus il se dégageait des vapeurs qui couvraient en ce moment l’horizon, plus l’illusion augmentait ; mais notre erreur ne fut pas de longue durée : ce que nous avions pris pour une voile n’était autre chose que la roche Saboyna, qui nous restait alors dans l’ouest, à environ cinq milles. La coupe triangulaire de cet îlot, la couleur blanchâtre du calcaire dont il est formé, rendue plus éclatante par les reflets de lumière qui l’inondaient alors, ce qu’il y a d’étrange dans la saillie abrupte de cette aiguille rocheuse à une assez grande distance de terre, tout, en un mot, rendait possible une méprise. Après midi, nous louvoyâmes avec une brise fraîche et donnant de fortes rafales, pour doubler Ras Bedou et atteindre le mouillage de Galan’sié ; mais, à minuit, nous étions encore sous le vent de ce dernier. Nous continuâmes donc à louvoyer pour gagner dans l’est. (…)

Socotra_76

Continuer la lecture de Sur la côte occidentale de Socotra, en 1847