Archives par mot-clé : océan Indien

Ibn Kordadbeh : le livre des routes et des provinces

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Ibn Kordadbeh (flor. : 9e siècle),  Le livre des routes et des provinces, traduit et annoté par C. Barbier de Meynard (Journal asiatique, janvier-février 1865), extraits divers.

ROUTE DE BASRAH À L’OMAN, LE LONG DE LA CÔTE.

Abbadân, Hadaryah, Arfadja, Zabounah, El-Maaz, El-Assa, El-Migras, Holeïdjah, Haçan, El-Rora, Moçeïlaba (Ed. Maslakha), Hamadh, Hadjar, Mokabar (Kod. Mokayr), El-Katan, la Sabkhah, Oman ou Sohar.

ROUTE (DE BASRAH) VERS L’ORIENT, PAR MER.

De Basrah à Abbadân, 12 fars. — Les Estacades, 2 fars. c’est là qu’on s’embarque. La côte située à droite appartient aux Arabes, celle de gauche aux Persans; elles sont séparées par un bras de mer qui a 70 fars. de largeur. Dans ces parages se trouvent les deux montagnes nommées Koçaïr et Owaïr. La profondeur de la mer, en cet endroit, est de 70 à 80 brasses. Des estacades de Basrah à la capitale du Bahreïn, sur la côte des Arabes, il y a 70 fars. Les habitants du Bahreïn sont des pirates; ils n’ont pas de champs cultivés, mais possèdent des ruches d’abeilles et des chameaux. De là au Dourdour, 150 fars. — de là à Oman, 50 fars. — De Chihr à Aden, 100 fars. Aden est un des principaux points de relâche dans cette mer. On n’y trouve ni blé, ni troupeaux; mais l’ambre, l’aloès, le musc y abondent. Aden est l’entrepôt des marchandises du Sind, de l’Inde, de la Chine, du Zendj, de l’Abyssinie, de Basrah, de Djeddah et de Kolzoum (Suez). La grande mer orientale produit de l’ambre excellent. Elle recèle dans ses flots un poisson long de cent à deux cents coudées; les marins le redoutent, et, pour l’éloigner, ils choquent des morceaux de bois l’un contre l’autre. On trouve dans les mêmes parages un poisson volant, long d’une coudée, à face de chouette; un poisson, long de vingt coudées et qui renferme dans son ventre jusqu’à quatre poissons du même genre ; une tortue ronde de vingt coudées, qui pond mille œufs à la fois ; sa carapace fournit une écaille excellente : cet animal est vivipare. (On y trouve aussi) un poisson vivipare qui ressemble au chameau; enfin, un oiseau qui pond et couve ses œufs à la surface des vagues, sans jamais se poser sur le rivage.

Continuer la lecture de Ibn Kordadbeh : le livre des routes et des provinces

Le pays des Zendj

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Al-Mas’ûdî, Chaîne des chroniques (Reinaud, Relation des voyages faits par les Arabes et les Persans dans l’Inde et à la Chine dans le IXe siècle de l’ère chrétienne. Texte arabe imprimé en 1811 par les soins de feu Langlès, pub. avec de corrections et additions et accompagné d’une traduction française et d’éclaircissements par M. Reinaud , tome 1, Paris, 1845, p. 137-148)

 

Le pays des Zendj ; l’île de Socotra ; la mer de Colzom (mer Rouge) ; l’ambre et la perle

Le pays des Zendj est vaste. Les plantes qui y croissent, telles que le dorra, qui est la base de leur nourriture, la canne à sucre et les autres plantes, y sont d’une couleur noire. Les Zendj ont plusieurs rois en guerre les uns avec les autres; les rois ont à leur service des hommes connus sous le titre de almokhazzamonn (ceux qui ont la narine percée), parce qu’on leur a percé le nez. Un anneau a été passé dans leur narine, et à l’anneau sont attachées des chaînes. En temps de guerre, ces hommes marchent à la tête des combattants; il y a pour chacun d’eux quelqu’un qui prend le bout de la chaîne et qui la tire, en empêchant l’homme d’aller en avant. Des négociateurs s’entremettent auprès des deux partis ; si l’on s’accorde pour un arrangement, on se retire; sinon, la chaîne est roulée autour du cou du guerrier ; le guerrier est laissé à lui-même ; personne ne quitte sa place, tous se font tuer à leur poste. Les Arabes exercent un grand ascendant sur ce peuple; quand un homme de cette nation aperçoit un Arabe, il se prosterne devant lui et dit : « Voilà un homme du pays qui produit la datte ; » tant cette nation aime la datte, et tant les cœurs sont frappés.

Des discours religieux sont prononcés devant ce peuple; on ne trouverait chez aucune nation des prédicateurs aussi constants que le sont ceux de ce peuple dans sa langue. Dans ce pays, il y a des hommes, adonnés à la vie dévote, qui se couvrent de peaux de panthères ou de peaux de singes; ils ont un bâton à la main, et s’avancent vers les habitations; les habitants se réunissent aussitôt; le dévot reste quelquefois tout un jour jusqu’au soir, sur ses jambes, occupé à les prêcher et à les rappeler au souvenir de Dieu, qu’il soit exalté! Il leur expose le sort qui a été éprouvé par ceux de leur nation qui sont morts. On exporte de ce pays les panthères zendjyennes, dont la peau, mêlée de rouge et de blanc, est très grande et très large.

La même mer renferme l’île de Socothora, où pousse l’aloès socothorien. La situation de cette île est près du pays des Zendj et de celui des Arabes. La plupart de ses habitants sont chrétiens; cette circonstance vient de ce que, lorsque Alexandre fit la conquête de la Perse, il était en correspondance avec son maître, Aristote, et lui rendait compte des pays qu’il parcourait successivement. Aristote engagea Alexandre à soumettre une île nommée Socothora, qui produit le sabr, nom d’une drogue du premier ordre, sans laquelle un médicament ne pourrait pas être complet. Aristote conseilla de faire évacuer l’île par les indigènes, et d’y établir des Grecs, qui seraient chargés de la garder, et qui enverraient la drogue en Syrie, dans la Grèce et en Egypte. Alexandre fit évacuer l’île et y envoya une colonie de Grecs. En même temps, il ordonna aux gouverneurs de provinces, qui, depuis la mort de Darius, obéissaient à lui seul, de veiller à la garde de cette île. Les habitants se trouvèrent donc en sûreté, jusqu’à l’avènement du Messie. Les Grecs de l’île entendirent parler de Jésus, et, à l’exemple des Romains, ils embrassèrent la religion chrétienne. Les restes de ces Grecs se sont maintenus jusqu’aujourd’hui, bien que, dans l’île, il se soit conservé des hommes d’une autre race. Continuer la lecture de Le pays des Zendj

Archéologie de l’Arabie, de la mer Rouge et du golfe Arabo-Persique: séminaire de François Villeneuve

Programme du séminaire de François Villeneuve 

Les séances ont lieu les mardis de 9 h. 30 à 13 h. 30, à l’Institut d’art et d’archéologie, 13 rue Michelet, Paris (75006),
salle 319 (ex-bibliothèque d’Orient)

8 mars  

  • L’archéologie en Arabie ; Hégra : présentation des recherches et fouilles (Fr. Villeneuve- Université de Paris I)

 

15 mars 

  • Adoulis, un port antique sur la côte africaine de la mer Rouge méridionale ;  la Corne de l’Afrique dans l’Antiquité ( Chiara Zazzaro- Université » L’Orientale », Naples).

Continuer la lecture de Archéologie de l’Arabie, de la mer Rouge et du golfe Arabo-Persique: séminaire de François Villeneuve

Discussions d’histoire économique: commerce à longue distance, biens de luxe, mondialisation

Deux rencontres autour des échanges à longue distance entre la Méditerranée et l’océan Indien

 

Autour de la consommation des produits de luxe à Rome: le cas des perles de l’océan Indien (Pierre Schneider, Université d’Artois / Hisoma -Maison de l’Orient et de la Méditerranée)

 

Les premières globalisations : autour de Ph. Norel, L’invention du marché. Une histoire économique de la mondialisation, Paris, Seuil, 2004 (http://www.seuil.com/livre-9782020410915.htm) – discussion animée par Pierre Schneider et Jérôme Maucourant.

 

F. de Romanis et M. Maiuro (éditeurs): Across the Ocean. Nine Essays on Indo-Mediterranean Trade

 

FDRIssu d’un colloque tenu à la Columbia University en 2011, cet ouvrage regroupe neuf contributions réparties en deux parties:

  • la première section est spécifiquement consacrée à l’Antiquité, et particulièrement aux produits et routes du commerce empruntant les chemins de la mer Rouge et du désert oriental égyptien.
  • la seconde section se place dans la perspective de la « longue durée » et de l’approche comparatiste.

Table des matières et aperçu

Séminaire : Emmanuelle Vagnon. Cartographie de l’Océan Indien de l’Antiquité au XVIe siècle. Constitution d’un atlas historique.

Séminaire Les Mondes de l’océan Indien. Résumé de la séance du 28 avril 2011. Emmanuelle Vagnon, spécialiste de la cartographie médiévale occidentale, est en post-doctorat, chargée de recherches auprès du CNRS et du département des Cartes et Plans de la BnF, dans le cadre du programme Median. Contact : emmanuelle.vagnon@bnf.fr.

Le programme Median, en partenariat avec le Département des Cartes et Plans de la Bibliothèque nationale de France, comporte un projet de recherche sur les représentations cartographique de l’océan Indien de l’Antiquité au XVIe siècle. Cette séance a permis de présenter aux membres de l’équipe du laboratoire islam médiéval l’avancée du projet et ses enjeux méthodologiques. Après un rapide panorama de la recherche bibliographique et des ressources en ligne pour sélectionner un corpus de cartes significatives, on s’interroge sur la forme envisagée pour ce livre. La méthode utilisée pour l’Atlas historique du golfe Persique (Couto, Bacqué-Grammont, Taleghani, Biedermann 2006) ne peut pas s’appliquer entièrement au projet Median. Celui-ci a pour objectif de comparer les regards et les savoirs sur l’ensemble de l’océan Indien et sur une période très longue. L’Atlas du golfe persique au contraire est une étude détaillée d’un espace relativement modeste et dont le corpus est centré sur la cartographie européenne de l’époque moderne, du début du XVIe au XVIIIe s. , en privilégiant les sources portugaises.

L’atlas Median doit au contraire souligner l’importance du contexte de production des cartes, les différents modèles utilisés à travers les siècles (mappemondes, cartographie arabe, cartographie nautique, cartographie ptoléméenne…) et le croisement des sources. Il est nécessaire d’insister sur les intentions des auteurs des cartes, les choix qu’ils ont opérés entre plusieurs hypothèses divergentes, et le public qu’ils visaient, tout en prêtant attention à la généalogie des cartes, issues de copies et de compilations qui ont elles-mêmes leur histoire. Un autre problème abordé est celui de l’étude toponymique d’un si vaste espace : la solution proposée est de concentrer les efforts de l’équipe de chercheurs sur un espace limité (par exemple, la côte occidentale de l’Inde, abordée à l’occasion du colloque de Kolkata en février, ou la mer Rouge). La dernière partie de la séance expose enfin les grandes lignes de l’évolution de la cartographie occidentale de l’océan Indien. Celui-ci est d’abord imaginé à partir des sources latines jusqu’au début du XIVe siècle ; puis des informations nouvelles et l’utilisation des cartes marines, et de la Géographie de Ptolémée conduisent à l’élaboration de cartes hybrides explorant des hypothèses divergentes sur la forme et l’étendue de l’océan Indien, et dont l’apogée est la mappemonde de Fra Mauro de Venise (1459) ; enfin au XVIe siècle, les cartes issues des navigations européennes fournissent de nouveaux renseignements et de nouveaux toponymes, tout en utilisant à la fois le canevas ptoléméen et le modèle des cartes-portulans. La séance se conclut par une discussion sur le projet d’étudier aussi, dans cette anthologie de cartes de l’océan Indien, les cartes arabes et les sources orientales, et de construire une étude comparative, telle qu’elle est déjà menée à travers les différents aspects du programme Median.

Séminaire : Patrick Gautier Dalché, L’habitabilité de la zone équatoriale et de l’océan Indien d’après les naturalistes médiévaux

Séminaire « Les mondes de l’océan Indien ». Résumé de la séance du Jeudi 10 mars 2011.

Patrick Gautier Dalché est directeur d’étude à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, spécialiste renommé des représentations de l’espace de l’Antiquité à la Renaissance. Son dernier ouvrage, La Géographie de Ptolémée en Occident, IVe-XVIe s., Turnhout, Brepols, 2009, remet en cause de manière radicale nombre d’idées reçues sur la réception et la compréhension de ce texte, de la fin de l’Antiquité à la Renaissance. Son séminaire : Représentations de l’espace de l’Antiquité tardive au XVIème siècle (jeudi 11h-13h, EPHE, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 122). Contact : p.gautierdalche@free.fr

http://www.ephe.sorbonne.fr/details/1892-gautier-dalche-patrick-representations-de-lespace-de-lantiquite-tardive-au-xvieme-siecle.html

Lors d’une séance commune de son séminaire à l’EPHE avec le séminaire MeDian « Les mondes de l’Océan Indien », Patrick Gautier Dalché nous a lu et commenté plusieurs textes en latin, datés du XIIe au XVe siècle, illustrant les conceptions et les connaissances du monde latin concernant l’habitabilité de la zone équatoriale de la sphère terrestre, et de là, la position et l’habitabilité de l’océan Indien. Ces textes témoignent du transfert culturel entre les connaissances des géographes arabes (en partie issues du savoir grec antique), et le monde latin, par l’intermédiaire des traductions de textes scientifiques à partir du XIIe siècle. Ce renouveau du savoir sur le monde s’inscrit ainsi dans la « Renaissance du XIIe siècle » et témoigne de l’essor de la réflexion géographique et cosmographique en Occident, bien avant la traduction latine de la Géographie de Ptolémée au début du XVe siècle.  

1) Petrus Alfonsi, juif espagnol converti au début du XIIe siècle, présente dans ses Dialogues l’opposition entre deux théories cosmographiques. La théorie tardo-antique latine (Macrobe) présente cinq zones terrestres, glacées aux pôles, tempérées dans les latitudes moyennes, « torride » au niveau de l’équateur Au contraire, la théorie gréco-arabe des climata (bandes latitudinales définies par la durée du jour au solstice d’été), présentée comme la plus exacte, donne l’oecumène comme habitable dès l’équateur (premier clima), et situe la ville d’Arin in medio habitabilis regionis, dans une zone particulièrement agréable à la vie.

2) La traduction d’al-Farghani (ou Alfraganus) par Jean de Séville, au XIIe siècle, décrit les sept climata et les « cités remarquables » (terme ptoléméen) qui s’y trouvent. On comprend que l’océan Indien occupe le premier et le deuxième clima, depuis la Chine (ab Oriente ex finibus regionum Asin), jusqu’à la péninsule arabe ( postea vadit in mare post insulam Arabum).

3) Le traité d’al-Battani (Albategnus) est traduit entre 1134 et 1145 par Platon de Tivoli. C’est entre autres par ce texte que les savants d’Occident ont eu connaissance de l’existence de la Géographie de Ptolémée, encore inaccessible dans le monde latin alors que l’Almageste et la Tétrabible y étaient traduits dès le XIIe et XIIIe s. La description des climata comporte encore davantage de détails, avec notamment une tentative de mesure de l’océan Indien dans son ensemble et dans ses différentes parties. On identifie plusieurs noms de régions asiatiques, transcrites de l’arabe ou du grec : le golfe persique, le Hedjaz (Alhiges) et le Yemen (Algeman), la Chine (Asin), Taprobane ou Ceylan (Tibrane quod est Sarandib).

4) Ces traités traduits de l’arabe ont connu une large réception, car ils ont été utilisés dans l’enseignement des arts libéraux des universités médiévales dès le XIIIe siècle, et notamment dans un manuel très répandu, le Traité de la Sphère de Jean de Sacrobosco (en usage jusqu’au XVIIe siècle ! ). Ici, un commentaire de ce traité par Robert l’Anglais (Montpellier, 1271), cite Alfraganus, Ptolémée et Avicenne et répète que la zone équatoriale, non seulement est habitable, mais est le meilleur des lieux habitables (dico quod locus sub equinoctiali est habitabilis, et non solum habitabilis, immo optime habitabilis). Si bien que certains disent que le Paradis terrestre, qui est l’endroit le plus agréable du monde, se trouve sur l’équateur (Paradisus etiam terrestris dicitur esse sub equinoctiali ).

5) Albert le Grand (1200-1280), dans le De natura loci s’attache aussi à commenter Ptolémée, Avicenne, Alfraganus et cite des peuples qui habitent dans la zone équatoriale. Contrairement à Robert l’Anglais, il atteste que des habitants de ces régions sont venus jusqu’en Occident pour en témoigner (quarum habitatores plures ad nos devenerunt). Il mentionne le littoral de l’océan Indien, dont le fond est couvert de diamants, et ses nombreuses îles habitables. La vie dans ces régions est délectable grâce à la position particulière des rayons du soleil (continua et delectabilis est habitatio).   

6) C’est enfin un extrait de l’Opus Majus de Roger Bacon (1214-1294) qui témoigne de l’intérêt des savants occidentaux pour la zone équatoriale, et l’océan Indien en particulier. Précédant en cela la réflexion de Pierre d’Ailly au XVe siècle, le philosophe anglais évalue la distance qui sépare l’océan Indien de l’Espagne, préparant ainsi les explorations maritimes de la Renaissance.

Séminaire : Christine Gadrat. Deux voyageurs latins dans l’océan Indien, Jordan Catala et Jean de Marignolli

Séminaire Les mondes de l’océan Indien. Résumé de la séance du 3 mars 2011. C. Gadrat est archiviste-paléographe (diplômée de l’Ecole des Chartes), ingénieur de recherche au CNRS (LAMM à Aix-en-Provence).  Contact : gadrat@mmsh.univ-aix.fr. Elle vient de soutenir une thèse sur la diffusion et la réception de Marco Polo. Elle a publié notamment les œuvres du dominicain Jordan Catala et du franciscain Giovanni de’ Marignolli, dont elle nous présente les parcours et les témoignages.

Jordan Catala, originaire de Sévérac-le-Château dans l’Aveyron, se trouve à Tabriz en 1320 après avoir parcouru l’Arménie et la Perse. Il prend part à une mission vers l’Orient avec plusieurs frères franciscains. Alors que ses compagnons subissent le martyre à Thana, près de Bombay en 1321, Jordan Catala parvient à poursuivre sa mission. Il se fixe au sud de l’Inde et fait construire une église à Quilon. De retour en 1329-1330 à Avignon, il y rédige les Mirabilia descripta, une description ordonnée de l’Orient plus qu’un récit de son voyage. Le pape le nomme alors évêque de Quilon et lui fournit des lettres de recommandation pour repartir en Orient, où l’on perd sa trace.

 Giovanni de’ Margnolli, franciscain entré au couvent de Santa-Croce de Florence, part pour l’Orient en 1338. Il participe en effet à une mission, demandée par le pape Benoît XII, en réponse à une délégation émanant du Grand Khan et du peuple des Alains, venue annoncer la mort de Jean de Montecorvino, archevêque de Khanbaliq (Pékin). Au cours de son voyage, Giovanni de’ Margnolli passe quatorze mois à Quilon et séjourne à Ceylan. Certains éléments de cette expérience indienne sont insérés dans une vaste chronique universelle (la Chronique de Bohême), écrite dans les années 1350 pour le roi Charles IV de Bohême, dont il est devenu le chapelain. La structure de son témoignage est donc particulièrement originale, puisque ses souvenirs sont présentés comme des commentaires de la Bible, et en particulier de la Genèse.

 La comparaison des œuvres permet de dégager les conceptions géographiques des deux auteurs. L’Orient est divisé en « trois Indes », dont les limites varient d’un texte à l’autre. La « troisième Inde » correspond pour la première fois chez Jordan Catala à la côte orientale de l’Afrique, qu’il semble concevoir comme une terre se prolongeant vers l’Orient au sud de l’océan Indien. Son image mentale de l’Asie est conforme à la mappemonde de Pietro Vesconte, visible lors de son séjour à Avignon en 1329. La description du paradis terrestre (considéré comme un endroit réel) par les deux voyageurs, reflète les discussions universitaires de l’époque sur le climat tempéré des régions équatoriales. Enfin, Jordan Catala s’intéresse tout particulièrement à la faune et à la flore, et insiste beaucoup sur les couleurs. Il diffère en cela de Marco Polo, qui décrit une géographie essentiellement urbaine. Giovanni de’ Marignolli évoque davantage les villes et l’artisanat, et prête une grande attention aux coutumes religieuses des peuples de l’Inde. A Ceylan, il admire la pureté des moines, et décrit même une statue de Bouddha.

 Il ressort de ces deux témoignages (contrairement à celui d’Odoric de Pordenone, par exemple), une image très positive, admirative, de l’Inde et de ses merveilles.   

 Bibliographie :

 Thèse : « Traduction, diffusion et réception du livre de Marco Polo », sous la direction de Patrick Gautier Dalché, EPHE, IVe section, 2010.

Jordan Catala : Une image de l’Orient au XIVe siècle : les Mirabilia descripta de Jordan Catala de Sévérac, Paris, Coll. « Mémoires et documents de l’École des Chartes », 2005.

Giovanni de’ Marignolli : Jean de Marignolli, Au jardin d’Eden, traduit du latin, présenté et annoté par Christine Gadrat, Toulouse, Anacharsis, 2009.

Séminaire Les mondes de l’océan Indien (Ier-XVIIIe siècle) 2010-2011

Programme mis à jour le 15 février 2011

Séminaire commun du CEMAf et du Laboratoire Islam médiéval UMR 8167, avec le soutien de l’ANR MEDIAN

Organisateurs : Philippe Beaujard, Dejanirah Couto, Emmanuelle Vagnon, Eric Vallet, Thomas Vernet

Horaire en 2010-2011 : Jeudi 10h-12h

Lieu : Salle 109, Centre Malher, 9 rue Malher, Paris 4e

  Continuer la lecture de Séminaire Les mondes de l’océan Indien (Ier-XVIIIe siècle) 2010-2011

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts