Archives par mot-clé : voyageurs

Henry Salt à Aksum (1805)

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Voyage en Abyssinie par Mr Salt, traduit de l’anglais et extrait des voyages de Lord Valentia, Paris et Genève, 1812, tome 1, p. 237-249

16 septembre [1805]
La première impression que me fit l’église d’Axoum fut de me rappeler les manoirs gothiques de la noblesse en Angleterre, avec lesquels elle a une ressemblance frappante. En nous approchant, nous passâmes devant les ruines d’un grand nombre d’obélisques renversés, dont quelques-uns n’offrent rien qui indique qu’autrefois ils aient été embellis d’aucun ornement de sculpture, et dont d’autres au contraire semblent avoir été fort soignés sous ce rapport. À la fin, après avoir passé un grand réservoir sur notre gauche, nous eûmes beaucoup de plaisir à voir un obélisque encore dressé sur sa base, que nous avait caché jusque-là le feuillage d’un grand darou. C’est sans aucun doute celui dont parle Poncet, et que Bruce a décrit et dessiné depuis. Il a environ quatre-vingts pieds de haut ; il est fait d’un seul bloc de granit, sculpté avec soin, et les proportions en sont très belles. Mon attention demeura longtemps fixée sur ce monument aussi beau qu’extraordinaire, dont le dessin, tel que l’a donné le dernier des deux voyageurs que je viens de citer, ne peut donner aucune idée. 1280px-Stelenpark_in_Axum_2010Il est difficile d’imaginer quels moyens durent être mis en œuvre pour dresser cette lourde masse de granit. L’étonnement, produit par un ouvrage de cette nature, est accru par le souvenir de l’état auquel l’Abyssinie se trouve réduite.

Un peu au dessous de cet obélisque, qui seul a bravé les injures du temps, et qui paraît si parfait qu’on le croirait élevé tout récemment, nous nous trouvâmes en face de l’église, que Bruce a mal à propos dépréciée. Si on la compare aux autres églises du Tigré, on trouve qu’il n’y en a aucune qui la vaille, pour la grandeur, la richesse et la sainteté, à l’exception de celle de Chélicut. Les prêtres eurent d’abord beaucoup de répugnance à nous en accorder l’entrée. Mais enfin le nom et l’autorité du Ras les y détermina. Nous sûmes ensuite que l’unique motif de leur résistance était qu’ils n’avaient pu préparer pour notre réception toutes les belles choses qu’ils possèdent. Ce qui frappe d’abord à l’extérieur, est la hauteur de l’église, qui ne peut être moindre de quarante pieds. La colonnade de la face est soutenue par quatre piliers massifs, de forme carrée et d’environ cinq pieds de côté, composés de petites pierres et recouverts de plâtre. Quand nous demandâmes à voir l’intérieur de l’édifice, la porte du fond s’ouvrit, et nous entendîmes chanter dans un appartement éloigné de nous ; ensuite quelques prêtres s’avancèrent en récitant des prières et brûlant de l’encens. Tous les livres, tous les trésors de l’église furent mis sous nos yeux. Les livres sont d’un très grand format, et couverts de dorures et de figures en relief. Quant aux trésors, ils ressemblent tellement à ceux de Chélicut, que ce n’est pas la peine de les décrire. J’appris par les livres, que la première église chrétienne fut fondée à Axoum, il y a onze cent quarante ans, à la même époque où fut fondée celle d’Abrahasuba ; et qu’elle fut détruite par Mahomet Cragné en 1526. L’église actuelle a été bâtie par le Sultan Ayto Fasil, fils d’Ayto Socinios, en 1657.Stela_aksum

Continuer la lecture de Henry Salt à Aksum (1805)

Sur la côte occidentale de Socotra, en 1847

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Charles Guillain, Relation d’un voyage d’exploration à la côte orientale de l’Afrique, réalisé pendant les années 1846, 1847 et 1848 par le brick Le Ducouëdic, tome 1, p. 349-353

J’avais l’intention d’aller mouiller dans la baie de Galan’sié, située dans l’est de Ras Bedou, pour y prendre de l’eau. J’espérais aussi y trouver quelque bateau destiné pour la côte d’Afrique, et auquel je pourrais demander un pilote. Un instant, je crus même que mon espoir allait se réaliser plus tôt : un point blanc, de forme triangulaire et ressemblant à un bateau sous voiles, venait d’être signalé par la vigie ; plus il se dégageait des vapeurs qui couvraient en ce moment l’horizon, plus l’illusion augmentait ; mais notre erreur ne fut pas de longue durée : ce que nous avions pris pour une voile n’était autre chose que la roche Saboyna, qui nous restait alors dans l’ouest, à environ cinq milles. La coupe triangulaire de cet îlot, la couleur blanchâtre du calcaire dont il est formé, rendue plus éclatante par les reflets de lumière qui l’inondaient alors, ce qu’il y a d’étrange dans la saillie abrupte de cette aiguille rocheuse à une assez grande distance de terre, tout, en un mot, rendait possible une méprise. Après midi, nous louvoyâmes avec une brise fraîche et donnant de fortes rafales, pour doubler Ras Bedou et atteindre le mouillage de Galan’sié ; mais, à minuit, nous étions encore sous le vent de ce dernier. Nous continuâmes donc à louvoyer pour gagner dans l’est. (…)

Socotra_76

Continuer la lecture de Sur la côte occidentale de Socotra, en 1847

Séminaire : Christine Gadrat. Deux voyageurs latins dans l’océan Indien, Jordan Catala et Jean de Marignolli

Séminaire Les mondes de l’océan Indien. Résumé de la séance du 3 mars 2011. C. Gadrat est archiviste-paléographe (diplômée de l’Ecole des Chartes), ingénieur de recherche au CNRS (LAMM à Aix-en-Provence).  Contact : gadrat@mmsh.univ-aix.fr. Elle vient de soutenir une thèse sur la diffusion et la réception de Marco Polo. Elle a publié notamment les œuvres du dominicain Jordan Catala et du franciscain Giovanni de’ Marignolli, dont elle nous présente les parcours et les témoignages.

Jordan Catala, originaire de Sévérac-le-Château dans l’Aveyron, se trouve à Tabriz en 1320 après avoir parcouru l’Arménie et la Perse. Il prend part à une mission vers l’Orient avec plusieurs frères franciscains. Alors que ses compagnons subissent le martyre à Thana, près de Bombay en 1321, Jordan Catala parvient à poursuivre sa mission. Il se fixe au sud de l’Inde et fait construire une église à Quilon. De retour en 1329-1330 à Avignon, il y rédige les Mirabilia descripta, une description ordonnée de l’Orient plus qu’un récit de son voyage. Le pape le nomme alors évêque de Quilon et lui fournit des lettres de recommandation pour repartir en Orient, où l’on perd sa trace.

 Giovanni de’ Margnolli, franciscain entré au couvent de Santa-Croce de Florence, part pour l’Orient en 1338. Il participe en effet à une mission, demandée par le pape Benoît XII, en réponse à une délégation émanant du Grand Khan et du peuple des Alains, venue annoncer la mort de Jean de Montecorvino, archevêque de Khanbaliq (Pékin). Au cours de son voyage, Giovanni de’ Margnolli passe quatorze mois à Quilon et séjourne à Ceylan. Certains éléments de cette expérience indienne sont insérés dans une vaste chronique universelle (la Chronique de Bohême), écrite dans les années 1350 pour le roi Charles IV de Bohême, dont il est devenu le chapelain. La structure de son témoignage est donc particulièrement originale, puisque ses souvenirs sont présentés comme des commentaires de la Bible, et en particulier de la Genèse.

 La comparaison des œuvres permet de dégager les conceptions géographiques des deux auteurs. L’Orient est divisé en « trois Indes », dont les limites varient d’un texte à l’autre. La « troisième Inde » correspond pour la première fois chez Jordan Catala à la côte orientale de l’Afrique, qu’il semble concevoir comme une terre se prolongeant vers l’Orient au sud de l’océan Indien. Son image mentale de l’Asie est conforme à la mappemonde de Pietro Vesconte, visible lors de son séjour à Avignon en 1329. La description du paradis terrestre (considéré comme un endroit réel) par les deux voyageurs, reflète les discussions universitaires de l’époque sur le climat tempéré des régions équatoriales. Enfin, Jordan Catala s’intéresse tout particulièrement à la faune et à la flore, et insiste beaucoup sur les couleurs. Il diffère en cela de Marco Polo, qui décrit une géographie essentiellement urbaine. Giovanni de’ Marignolli évoque davantage les villes et l’artisanat, et prête une grande attention aux coutumes religieuses des peuples de l’Inde. A Ceylan, il admire la pureté des moines, et décrit même une statue de Bouddha.

 Il ressort de ces deux témoignages (contrairement à celui d’Odoric de Pordenone, par exemple), une image très positive, admirative, de l’Inde et de ses merveilles.   

 Bibliographie :

 Thèse : « Traduction, diffusion et réception du livre de Marco Polo », sous la direction de Patrick Gautier Dalché, EPHE, IVe section, 2010.

Jordan Catala : Une image de l’Orient au XIVe siècle : les Mirabilia descripta de Jordan Catala de Sévérac, Paris, Coll. « Mémoires et documents de l’École des Chartes », 2005.

Giovanni de’ Marignolli : Jean de Marignolli, Au jardin d’Eden, traduit du latin, présenté et annoté par Christine Gadrat, Toulouse, Anacharsis, 2009.