Ibn Kordadbeh : le livre des routes et des provinces

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Ibn Kordadbeh (flor. : 9e siècle),  Le livre des routes et des provinces, traduit et annoté par C. Barbier de Meynard (Journal asiatique, janvier-février 1865), extraits divers.

ROUTE DE BASRAH À L’OMAN, LE LONG DE LA CÔTE.

Abbadân, Hadaryah, Arfadja, Zabounah, El-Maaz, El-Assa, El-Migras, Holeïdjah, Haçan, El-Rora, Moçeïlaba (Ed. Maslakha), Hamadh, Hadjar, Mokabar (Kod. Mokayr), El-Katan, la Sabkhah, Oman ou Sohar.

ROUTE (DE BASRAH) VERS L’ORIENT, PAR MER.

De Basrah à Abbadân, 12 fars. — Les Estacades, 2 fars. c’est là qu’on s’embarque. La côte située à droite appartient aux Arabes, celle de gauche aux Persans; elles sont séparées par un bras de mer qui a 70 fars. de largeur. Dans ces parages se trouvent les deux montagnes nommées Koçaïr et Owaïr. La profondeur de la mer, en cet endroit, est de 70 à 80 brasses. Des estacades de Basrah à la capitale du Bahreïn, sur la côte des Arabes, il y a 70 fars. Les habitants du Bahreïn sont des pirates; ils n’ont pas de champs cultivés, mais possèdent des ruches d’abeilles et des chameaux. De là au Dourdour, 150 fars. — de là à Oman, 50 fars. — De Chihr à Aden, 100 fars. Aden est un des principaux points de relâche dans cette mer. On n’y trouve ni blé, ni troupeaux; mais l’ambre, l’aloès, le musc y abondent. Aden est l’entrepôt des marchandises du Sind, de l’Inde, de la Chine, du Zendj, de l’Abyssinie, de Basrah, de Djeddah et de Kolzoum (Suez). La grande mer orientale produit de l’ambre excellent. Elle recèle dans ses flots un poisson long de cent à deux cents coudées; les marins le redoutent, et, pour l’éloigner, ils choquent des morceaux de bois l’un contre l’autre. On trouve dans les mêmes parages un poisson volant, long d’une coudée, à face de chouette; un poisson, long de vingt coudées et qui renferme dans son ventre jusqu’à quatre poissons du même genre ; une tortue ronde de vingt coudées, qui pond mille œufs à la fois ; sa carapace fournit une écaille excellente : cet animal est vivipare. (On y trouve aussi) un poisson vivipare qui ressemble au chameau; enfin, un oiseau qui pond et couve ses œufs à la surface des vagues, sans jamais se poser sur le rivage.

ROUTE DU FARS (GOLFE PERSIQUE) VERS L’ORIENT.

D’Obollah à Kharek, 50 fars. Cette île, qui a un farsakh en long et en large, produit du blé, des palmiers et des vignes. — De Kharek à Lafet, 80 fars. Lafet a 2 fars. en long et en large; elle produit du blé et des palmiers. — De là à Aval (ou Abroun), île longue et large d’un fars. et qui produit du blé et des palmiers, 7 fars. — De là à Khîn, île déserte qui n’a pas plus d’un demi-farsakh d’étendue, 7 fars. — Kîs (Kîch), île qui a 4 fars. On y trouve du blé, des palmiers et des troupeaux ; il y a dans ces parages une pêcherie de perles très estimées, 7 fars. — Ile des Bènou-Kavân, 3 fars. d’étendue et de largeur ; elle est habitée par des hérétiques de la secte des Ibadites, 18 fars. — Ormuz, 7 fars. — Narmechîreh, qui est la ligne de démarcation entre la Perse et le Sind, 7 journées de navigation. — Daïbal, 8 journées. Cette ville est à 2 fars. des bouches du Mehrân (Indus). Le pays du Sind produit le koust, le rotang et le bambou. — Du fleuve Mehrân à…où commence le territoire indien, 4 journées. On y récolte le rotang dans les montagnes et le blé dans les vallées; les habitants, divisés en tribus, vivent de brigandages. Deux farsakhs plus loin, habite une autre peuplade qui se livre au vol, ce sont les Meyd.— De là à Koul (ou Koula), 2 fars.— De Koul à Sendân, où l’on récolte le bois de teck « sadj » et le rotang, 18 fars. — De Sendân à Mely (Malabar), pays du poivre et du rotang, 5 journées. Au dire des marins, chaque grappe du poivrier est surmontée d’une feuille qui l’abrite de la pluie ; lorsque la pluie cesse, le feuillage s’écarte; s’il recommence à pleuvoir, il recouvre de nouveau le fruit.— De Mely à Balîn, 2 journées.— De là au grand golfe, 2 journées. A Balîn, la route se partage. En suivant la côte, on arrive à Baneh (ou Bas), qui produit du riz qu’on porte à Serendîb, 2 journées. — Sandy et Askan, pays qui produit du riz, 2 journées. — Koura, où se jettent plusieurs fleuves, 3 fars. — Kilakân (Ed. Kilkayân), Louar et Kendjeh, 2 journées. Ce pays produit du froment et du riz ; on y expédie de l’aloès par voie d’eau douce, de contrées situées à une distance de 15 journées, comme Kamoul et d’autres lieux. — De Semender à Ourtasîr , grand royaume où abondent l’éléphant, le cheval, le buffle et toutes sortes de productions, 12 fars. Le roi de ce pays est très puissant. — D’Ourtasîr à Aïneh, où l’on trouve aussi des éléphants, 4 journées. — De Houbalîn (?) à Serendîb, 2 journées.

Serendîb (Ceylan) a 80 fars. en long et en large. On y voit la montagne sur laquelle Adam fut précipité. Le sommet se perd dans les nues, et il est aperçu des navigateurs à une distance d’environ vingt journées (sic). Les Brahmanes, qui sont les dévots de l’Inde, montrent sur cette montagne l’empreinte de l’un des pieds d’Adam; l’autre empreinte se trouve dans l’Inde, à une distance de deux ou trois journées de la première. On recueille dans cette montagne l’aloès, le poivre, plusieurs espèces d’aromates et de parfums. On trouve dans les environs différentes variétés de rubis et d’autres pierres précieuses; enfin, dans la vallée, une mine de diamants et des chèvres à musc. Les habitants de l’Inde disent que le pied d’Adam n’a laissé qu’une seule empreinte dans le roc, et qu’une flamme jaillit sans cesse, comme un éclair, du sommet de la montagne. Serendîb produit le cocotier, et l’émeri, qui sert à essayer les métaux; on trouve dans ses rivières le cristal de roche, et le long de ses côtes sont établies des pêcheries de perles.

800px-sri_pada

Au delà de Serendîb, est l’île de Ramy, où vit le rhinocéros. Elle produit le bokam  dont les racines sont efficaces contre les poisons mortels. Ce remède s’emploie surtout avec succès pour les morsures de vipères. On y trouve aussi des buffles sans queue (lacune de quelques mots).

. . . Les habitants de ces îles vont nus, et s’abritent au milieu des fourrés. Leur langage est une sorte de sifflement inintelligible. Ils évitent la société des autres hommes. Leur taille est de 4 chibr ; les parties génitales, dans les deux sexes, sont de petite dimension ; ils ont les cheveux rouges et crépus. Ils grimpent aux arbres avec les mains… Il existe sur le rivage de cette mer une race de blancs qui peuvent atteindre à la nage les bâtiments, même lorsqu’il vente grand frais. Ils échangent, contre du fer, de l’ambre qu’ils apportent entre leurs dents.— Une autre île est habitée par des noirs, qui mangent leurs prisonniers tout vivants, après les avoir suspendus et en avoir partagé les membres ….. Une montagne, dont la terre est mêlée d’argent. Soumise à l’action du feu……

Dans les montagnes du Zendj (Zabedj ?) il y a d’énormes serpents qui dévorent les hommes et les buffles; on en trouve même qui dévorent les éléphants. Ce pays produit le camphrier qui a, à peu de chose près, la taille de l’homme. On pratique, au sommet de l’arbre, une incision par laquelle s’échappe l’eau (la résine) de camphre. On la recueille; puis on fait une autre incision au-dessous, vers le milieu de l’arbre, et le camphre en découle goutte à goutte. Après cela, l’arbre se dessèche et meurt; Cette île renferme une foule de merveilles qu’on ne saurait ni énumérer, ni décrire.

La route de Chine fait un coude à Balîn, et laisse à gauche l’île de Serendib. De Serendîb, on se rend, en dix ou quinze journées de navigation, à l’île de Likbalous. Les habitants de cette île vont nus; ils vivent de bananes, de poisson cru et de cocos; leur principale richesse est le fer. Ils fréquentent les marchands étrangers.

De Likbalous à l’île de Kalah, six journées de navigation. Cette île appartient au Djabah de l’Inde. Elle renferme des mines d’étain alka’ly et des plantations de bambou. — A gauche et à deux journées de Kalah est l’ile de Balous, habitée par des anthropophages. Productions : camphre excellent, bananes, cocotiers, canne à sucre. Deux fars. plus loin est l’île du Djabah de Chelahet, nommé Maharadja. Cette île est très vaste; le roi qui la possède est vêtu d’une robe et d’un chaperon (Kalansoua) d’or; il adore le Bouddab. Productions : cocotiers, bananes, canne à sucre, bois de sandal, jacinthe, giroflier. Près de là se trouve une petite montagne qui vomit des flammes, sur un circuit de cent coudées et à la hauteur d’une lance; le jour il en sort de la fumée, et le feu ne se montre que durant la nuit. Après quinze jours de traversée, on arrive au pays du coton. Entre Djaba et Chelahet, on compte environ…. Les rois et les peuples de l’Inde s’abstiennent de boire du vin ; mais ils considèrent l’adultère comme une action licite, à l’exception du roi de Komar, qui s’interdit et l’adultère et l’usage du vin. Au contraire, le roi de Serendîb fait venir les vins de l’Irak pour sa consommation. Tous ces rois font grand cas de l’éléphant, et ils s’en disputent l’acquisition à prix d’or. Le maximum de la taille chez cet animal est neuf coudées; cependant, on trouve dans les ghobb des éléphants qui ont jusqu’à dix et onze coudées de haut. Le plus puissant souverain de l’Inde est le Balhara, dont le nom signifie « roi des rois. » Sur le chaton de sa bague, est gravée cette devise : « Ce qu’on entreprend avec passion finit toujours par réussir. » Après lui viennent le roi de Tafen ; le roi de Djabah (Java); le roi de Djozr (Guzerat?), chez lequel ont cours les dirhems dits tatherides; le roi d’Anah et le Rahma. Les Etats de ce dernier sont distants de tous les autres d’une année de marche. Le Rahma possède cinquante mille éléphants, des étoffes de coton et de l’aloès. Après lui vient le roi de Kamroun, dont le royaume touche à la Chine, et abonde en rhinocéros. Cet animal porte sur le front une corne, longue d’une coudée, et épaisse de deux palmes; on y remarque une sorte de figure dans le sens de sa longueur. Quand on la fend, on trouve dans l’intérieur, et se détachant en blanc sur un fond noir, l’image de l’homme, du cheval ; du poisson, du paon, ou de quelque autre oiseau. Les Chinois les achètent et en fabriquent des ceintures dont le prix varie depuis deux cents dinars jusqu’à trois et quatre mille dinars.

Tous les rois dont il vient d’être parlé ont les oreilles percées. Le roi du Zabedj est nommé Maharadja; il possède dans ses Etats une île nommée Dhou-Taïl, qui retentit du son des tambours et des timbales. Au rapport des navigateurs, on trouve dans ces parages un cheval qui ressemble à l’espèce chevaline répandue parmi nous, mais dont la crinière est si longue qu’elle traîne par terre. — Le Maharadja perçoit chaque jour une contribution de 200… d’or; il fait fondre cette somme en un seul lingot et la jette dans l’eau en disant : voilà mon trésor. Il y a dans cette mer une île où vivent des singes qui ont la taille de l’âne.  (…)

ITINÉRAIRE DE LA CHINE.

(…)  Ce qui est au delà de la Chine n’est pas connu. En face de Kantou, s’élèvent de hautes montagnes. C’est le pays de Sila  où l’or abonde. Les Musulmans qui s’y rendent s’établissent définitivement dans cette contrée, à cause de tous les avantages qu’elle présente. On ignore ce qui est situé au delà. Le pays de Sila fournit à l’exportation : le ghorraïb, la gomme kino, le musc, l’aloès, le camphre, des voiles, des selles, de la porcelaine, du satin, le cinnamome et le galanga. Du pays des Wakwak, on tire l’or et l’ébène; de l’Inde, l’aloès, le camphre, la muscade, le clou de girofle, la racine de nymphaea, le cubèbe, le coco, des tissus de coton et de velours, des éléphants. On exporte de Ceylan toutes les variétés du rubis et d’autres pierres de ce genre, le diamant, les perles et l’émeri qui sert à essayer les métaux, de Mely et de Sendân, le poivre et le cristal de roche ; de Kalah, le plomb dit alka’ly; des régions du Sud, le bois de bokam (bois de Brésil) et le dary,le costus, le rotang et le bambou. -— La longueur de cette mer, entre Kolzoum (Suez) et le pays des Wakwak, est de 4.500 fars.  — On tire principalement du Yémen les soies rayées de diverses couleurs et plusieurs autres étoffes, l’ambre, le wars et la gomme.

L’Inde est partagée en sept castes : 1° Les Sabek-ferya ; c’est la caste des nobles et du roi. Toutes les autres castes se prosternent devant eux ; mais ils ne rendent cet hommage à personne. 2° Les Brahmanes, qui ne boivent ni vin, ni liqueur fermentée. 3° Les Kesry ; ils boivent trois coupes de vin seulement; ils ne peuvent contracter alliance dans les familles des Brahmanes; mais ceux-ci épousent leurs filles. 4° Les Soudarya  ou cultivateurs. 5° Les Meïsera, artisans et ouvriers. 6° Les Sandalya, gens de service et d’escorte. 7° Les Zenya, musiciens et jongleurs. Il y a quarante-deux sectes religieuses parmi les Hindous ; les unes croient en Dieu (que son saint nom soit glorifié!) et en la mission des prophètes; d’autres rejettent les prophètes, d’autres rejettent toutes ces croyances à la fois. On trouve dans ce pays une classe de magiciens qui réalisent tout ce qu’ils veulent, par leurs enchantements, et guérissent toutes les maladies. Versés dans les sciences occultes et dans l’art de la divination, ils exercent une autorité absolue, font le bien et le mal, évoquent des apparitions et des fantômes qui frappent l’esprit d’épouvante, commandent à la pluie et à la grêle

Crédits: Adam’s Peak, Sri Lanka from the bottom (auteur : Bourgeois – Wikimedia Commons)