APIM: informations sur un atlas

Ports et réseaux de commerce de la mer Rouge

Responsable : Éric Vallet, Université Paris 1

La mer Rouge a longtemps été considérée comme une mer « sans histoire ». Bien connue des marchands et des navigateurs du monde gréco-romain, la mer « Érythrée », décrite dans un fameux Périple dès le Ier siècle de notre ère, aurait surtout été un espace de transit sur la route des Indes. Ses rivages, bordés de récifs dangereux et accablés par une chaleur étouffante, n’auraient abrité que quelques escales inhospitalières. De fait, en dehors de quelques entrepôts retrouvés sur la côte égyptienne, les vestiges portuaires mis au jour sont bien rares. Et les sources écrites ne lui accordent qu’une place périphérique. Plus encore, tout concourt à donner de cette mer une image éclatée, un phénomène que les fractures et les frontières héritées du XIXe et du XXe siècles ont largement accentué. Aujourd’hui encore, de l’Égypte au Yémen, de l’Arabie Saoudite à l’Éthiopie, des historiens s’emploient, au mieux, à inscrire « leurs » rivages dans une historiographie nationale sans faire justice à ce qui fut (et reste), bien plus qu’une fracture insurmontable, un bassin d’échanges intenses entre Afrique et Arabie, entre monde méditerranéen et monde indien.

La découverte ou l’étude approfondie d’importants fonds documentaires permet toutefois d’envisager l’histoire de la mer Rouge comme espace d’échange et de commerce sous un jour neuf :
L’apport des documents de la Geniza du Caire, magistralement rassemblés et mis en perspective par S. D. Goitein dans A Mediterranean Society, n’est plus à démontrer. L’édition et la publication récente de l’ensemble des textes de ce fonds portant sur le commerce en mer Rouge et l’océan Indien (éd. Friedman, Brill, 2007) ouvre la voie à de nouveaux approfondissements, en particulier sur la période qui s’étend de la fin du xie au début du xiiie siècle.
Par ailleurs, l’édition, la traduction et l’étude des papiers retrouvés lors des premières campagnes de fouilles de l’ancien port égyptien de Qusayr (éd. L. Guo, Brill, 2004) a de son côté mis en lumière le rôle de cette escale sur la route du pèlerinage de La Mecque à la fin du xiie et au début du xiiie siècle. L’étude en cours de nouveaux papiers découverts lors des fouilles de Qusayr par l’université de Southampton entre 1999 et 2003 (dir. Peacock et L. Blue) devrait permettre d’enrichir encore notre connaissance des réseaux.
À partir du xiiie siècle, les sources du sultanat rasûlide du Yémen (1229-1454), qu’il s’agisse des quatre recueils administratifs conservés jusqu’à nos jours ou des ouvrages biographiques, projettent une lumière vive sur l’ensemble des réseaux de commerce, en particulier dans le bassin sud de la mer Rouge, entre Aden et Djedda, et dans le golfe d’Aden.
Enfin, les prospections et/ou les fouilles archéologiques menées depuis les années 1990 à Tûr-Sinaï ou Aqaba, mais aussi le long des côtes saoudiennes ou yéménites nous donnent enfin une image plus fine de l’évolution des sites côtiers sur la longue durée, ainsi que d’une bonne partie des produits qui étaient échangés.

Envisager l’histoire des réseaux de commerce en mer Rouge dans leur globalité implique de répondre à trois questions principales :
– la structuration des espaces d’échange : quels étaient les rapports entre réseaux de commerce local, régional et transrégional ? Cette journée d’étude a notamment pour but d’engager un dialogue entre spécialistes de la côte africaine et de la côte arabe, en particulier sur la place des échanges entre le Yémen et l’Abyssinie dans un vaste ensemble incluant la mer Rouge proprement dite et le golfe d’Aden. L’analyse des sites portuaires égyptiens mérite aussi d’être reconsidérée à la lumière de cette hiérarchisation spatiale des réseaux.
– la périodisation : les sources matérielles et écrites permettent-elles de dégager une périodisation fine différente des découpages habituels calqués sur l’histoire politique et dynastique de l’Égypte musulmane, puissance dominante dans la région au cours de la période ?
– les acteurs : au-delà des évolutions du monde des marins et des marchands, la question principale reste celle de l’intervention de l’État, de ses soldats et de ses administrateurs dans la structuration des réseaux de commerce, l’enracinement et l’organisation des espaces portuaires.

L’ensemble de ces questions a été abordé au cours de la journée d’études du 6 juin 2008, « Ports et réseaux de commerce en mer Rouge (VIIe-XVe siècle), organisée par le Laboratoire Islam médiéval à Ivry.