La plus ancienne attestation de riz asiatique dans la péninsule Arabique

 

Dabrowski V., Bouchaud C., Tengberg M., Mouton M. “Crop processing, consumption and trade of Asian rice (Oryza sativa L.) in the Arabian Peninsula during Antiquity: earliest evidence from Mleiha (third c. AD), United Arab Emirates”, Archaeological and Anthropological Sciences 13 (34) (publié en ligne le 30 janvier 2021). https://doi.org/10.1007/s12520-021-01277-5

Abstract

Asian rice (Oryza sativa L.) was identified, among other plant remains, from several contexts in a fortified elite residence at the site of Mleiha (United Arab Emirates) that was partially destroyed by fire in the third century AD. These remains, present both as isolated grains and as clusters of rice, constitute the earliest example of the species in the Arabian Peninsula and raise numerous questions on the role of rice in local economies during the Late Pre-Islamic period. The discussion focuses on two aspects of the finds. On the one hand, the state of preservation and the archaeological contexts of the rice remains are investigated in detail in order to reconstruct crop processing activities that might have taken place within the building as well as different aspects of the preparation and consumption of what seems to have been a rare crop. On the other hand, we discuss the origin of the Mleiha rice weighing the possible cultivation in local irrigated date palm gardens against its importation through the long-distance trade networks across the Persian Gulf and the Indian Ocean that are well attested by archaeological and textual sources for the period
of concern.

Résumé

Du riz asiatique (Oryza sativa L.) a été identifié, parmi d’autres restes archéobotaniques, au sein de plusieurs contextes d’une résidence élitaire fortifiée sur le site de Mleiha (Emirats Arabes Unis) qui a été partiellement détruite par le feu au 3ème s. ap. J.-C. Ces restes, attestés sous forme de grains isolés et d’amas de grains fusionnés par la carbonisation, représente l’attestation la plus ancienne de cette plante dans la péninsule Arabique et soulève de nombreuses questions sur la place occupée par e riz au sein des économies locales durant la période Pré-Islamique Récente (PIR). La discussion se concentre sur deux aspects des découvertes. Dans un premier temps, l’état de préservation et les contextes archéologiques des grains de riz sont considérés en détails afin de reconstituer les activités de traitement de cette céréale qui ont pu avoir pris place à l’intérieur du bâtiment ainsi que différents aspects de la préparation et de la consommation de ce qui semble avoir été un produit rare. Dans un deuxième temps, l’origine du riz trouvé à Mleiha est discutée, comparant la possibilité d’une mise en culture locale dans les oasis irriguées avec une importation par le biais de réseaux commerciaux longue distance du golfe Persique et de l’océan Indien qui sont bien documentés grâce aux témoignages archéologiques et textuels pour la période concernée.