Transferts de savoir dans les cartographies de l’océan Indien : résumé de Pierre Schneider

Journée d’étude du 28 octobre 2011, BnF, Salle des commissions. 

Savoir antique et mappae mundi médiévales : l’océan Indien dans les cartes dites « de Saint Jérôme » (BM 10049)

Pierre Schneider (Université d’Artois, MOM)

pierre.schneider@univ-artois.fr

Il y a trois ans, P. Gautier Dalché lançait le projet d’une édition commentée des deux cartes médiévales dites « de Saint-Jérôme », projet dont l’originalité consistait à associer des antiquisants et des médiévistes. Il revenait à l’équipe de spécialistes de l’Antiquité, conduite par S. Lebreton, de s’interroger sur les racines antiques du savoir élaboré ensuite sous la forme de « mappemondes ». Bien que ces cartes soient centrées, l’une sur l’Asie Mineure, et l’autre surla Palestine, les marges du monde y figurent partiellement. On y voit donc apparaître, aux confins orientaux et méridionaux, l’Indicus oceanus et le mare Rubrum, ainsi que leurs îles et les contrées que bordent ces mers : India, Arabia, Carmania etc. Les cartes comportent des légendes (toponymes principalement) : c’est par ce texte que l’on peut pister le savoir antique que les cartes ont mis en oeuvre. En retrouver les traces directes (Solin, Orose) ou indirectes (Isidore de Séville) est sans doute la tâche la moins difficile, car on ne discerne que partiellement la démarche du « cartographe » dans son traitement du savoir antique. C’est ici que s’arrêtent les compétences de l’antiquisant : comprendre la genèse et la signification de cet « objet cartographique » appartient aux médiévistes.