Tous les articles par Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Table ronde L’Occident, la croisade et l’Éthiopie (XIIe-XVIe siècle)

LIEU : Cemaf-Ivry / CNRS Délégation Paris-A 27, rue Paul Bert Ivry-sur Seine

vendredi 8 avril 2011

Organisée par Benjamin Weber (université de Pau-Pays de l’Adour) et Robin Seignobos (Paris-I-CEMAF) avec le soutien du Centre d’étude des mondes africains (CEMAF-UM 8171)

Présentation

A partir du XIIe siècle, le vaste mouvement que l’on résume sous le nom de croisade incite l’Occident à s’ouvrir davantage au monde, physiquement comme mentalement. Ses implications dans les relations avec les musulmans, les chrétiens d’Orient ou encore les Mongols sont bien connues et ont fait l’objet de nombreux travaux. En revanche, les études récentes consacrées aux liens entre l’Occident et le royaume chrétien d’Éthiopie restent encore rares et fragmentaires.

Il est vrai que la dispersion et la diversité des sources rendent l’analyse de ces connexions délicate. Cette table ronde est d’abord conçue comme une occasion de rencontres et d’échanges pour saisir l’ampleur du phénomène et évaluer ses possibilités d’étude. Elle voudrait aussi jeter des bases pour mieux saisir la place stratégique, politique, économique ou symbolique de l’Éthiopie dans les rapports entre Occident et Islam ainsi que l’extension et les limites de son intégration à l’orbis christianus.

Programme

- 9h Accueil des participants et introduction

Sources et transmission des savoirs

Les textes

- 9h30, Patrick Gautier Dalché (CNRS-IRHT), L’Ethiopie selon Gryphon de Flandres, Martino Segono de Novo Brdo et Pietro Ranzano

- 10h, Jacques Paviot (université Paris XII), L’Éthiopie dans le Voyage d’Outre-mer de Bertrandon de la Broquière (1432)

10h30 Questions et débats

11h Pause café

Les sources non-textuelles

- 11h20, Emmanuelle Vagnon (CNRS/BNF – département des cartes et plans), Comment localiser l’Ethiopie : la confrontation des sources antiques et des témoignages modernes au XVe siècle

- 11h50, Claudine Delacroix-Besnier (université de Picardie), Les inscriptions polyglottes de Santo Stefano protomartire au Vatican

12h20 Questions et débats

12h50 Déjeuner au restaurant du CNRS

Voyages et rencontres

Connexions indirectes

- 14h30, Julien Loiseau (IUF/université Montpellier III), Le Caire, nid d’espions. Le sultanat mamelouk et les relations entre l’Occident et l’Éthiopie

- 15h, Robin Seignobos (université Paris-I-CEMAF), L’autre royaume du Prêtre Jean. La Nubie chrétienne et la croisade

15h30 Questions et débats

16h Pause café

Connexions directes

- 16h20, Hervé Pennec (CNRS-CEMAf) La Brève Relation de João Bermudes : un récit de revendications

- 16h50, Benjamin Weber (université de Pau-Pays de l’Adour) Faux et vrais éthiopiens en Occident au XVe siècle : du bon usage des connexions

17h20 Questions et débats

17h50 Conclusion

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

Séminaire Les mondes de l’océan Indien (Ier-XVIIIe siècle) 2010-2011

Programme mis à jour le 15 février 2011

Séminaire commun du CEMAf et du Laboratoire Islam médiéval UMR 8167, avec le soutien de l’ANR MEDIAN

Organisateurs : Philippe Beaujard, Dejanirah Couto, Emmanuelle Vagnon, Eric Vallet, Thomas Vernet

Horaire en 2010-2011 : Jeudi 10h-12h

Lieu : Salle 109, Centre Malher, 9 rue Malher, Paris 4e

  Continuer la lecture de Séminaire Les mondes de l’océan Indien (Ier-XVIIIe siècle) 2010-2011

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

Nouvelle publication : Eric Vallet, L’Arabie marchande

Eric Vallet, L’Arabie marchande. Etat et commerce sous les sultans rasûlides du Yémen (626-858/1229-1454), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010 (Bibliothèque historique des pays d’Islam, 1), ISBN 978-2-85944-637-6.

Présentation de l’éditeur :

Durant les derniers siècles du Moyen Âge, Aden, grand port du Sud de l’Arabie, solidement arrimé aux pans d’un volcan insulaire, occupa une place exceptionnelle sur la route des épices, entre Orient et Occident.

Escale essentielle pour les navires, où se croisaient marchands et produits les plus recherchés, relais majeur de la propagation de l’islam dans l’aire indo-océanique, Aden fut la pièce maîtresse d’une politique de vaste ampleur, menée avec obstination par les sultans rasulides du Yémen. Fondée en 1229, la dynastie rasulide imposa en effet jusqu’en 1454 son autorité et son hégémonie sur l’ensemble du Sud de la péninsule Arabique.

Dominant la mer Rouge, craint et respecté par les tribus de l’Arabie et les puissances riveraines de l’océan Indien, l’État rasulide eut une longévité remarquable en construisant pour partie sa réussite sur l’ouverture de l’Arabie au grand commerce : des rivages d’Aden aux citadelles du Yémen, des portes de La Mekke aux marchés d’Alexandrie, des routes de l’Abyssinie aux vaisseaux de l’Inde.

L’histoire du grand commerce oriental et celle du Yémen médiéval ont été longtemps écrites l’une sans l’autre, l’étude d’Éric Vallet permet enfin de les confronter. Abondamment nourrie par des sources originales – archives  administratives et fiscales rasulides récemment découvertes – , et des corpus peu connus – l’historiographie du
Yémen et de La Mekke – , cette somme érudite met en lumière les ambitions et les conflits qui animèrent l’un des coeurs de l’économie mondiale à la fin du Moyen Âge.

En savoir plus…

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

Séminaire : Jean-Charles Ducène, L’océan Indien dans la géographie astronomique arabe (al-Bīrūnī et les tables rasūlides)

Séminaire Les mondes de l’océan Indien. Résumé de la séance du 25 novembre 2010

Jean-Charles Ducène est maître de conférences à l’Université Libre de Bruxelles

Contact : jean-charles.ducene@ulb.ac.be

La géographie mathématique arabe apparaît dès le IXe siècle, à la croisée de la cartographie ptoléméenne et de l’astronomie mathématique. Le développement des procédés trigonométriques pour calculer les coordonnées ou simplement les estimer, ainsi que la diffusion des formules mathématiques pour l’orientation de la qibla, comme les essais ponctuels de dresser des cartes orthonormées entraînent la rédaction de tables de coordonnées. Celles-ci sont bien souvent des parties de tables astronomiques plus vastes, communément appelées zīǧ.

Quelle est la place qu’occupe l’océan Indien dans ce genre d’ouvrage, en partant du Qānūn al-mas’ūdī d’al-Bīrūnī, qui livre les coordonnées de 604 localités, et des tables anonymes compilées plus tardivement pour le sultan rasūlide al-Afḍal (m. 1377), qui situent 515 lieux ?

Dans le premier cas, il apparaît qu’en prenant les localités côtières de l’océan Indien, y compris au Sind, on approche approximativement 86 toponymes, soit 14% de la table. Les coordonnées sont cependant largement erronées pour la côte africaine (Qanbalu), les îles (Suquṭra, Sarandīb, Lankabālus) mais les localités de la côte occidentale de l’Inde (Ṣaymūr, Tāna, Sandān) ont des latitudes plus justes, approximatives à 30′.

Dans le second cas, si on se limite aux localités expressément situées au Sind, dans les îles orientales et en Inde, on en a 58, ce qui représente 11% de l’ensemble. Seulement, quand la comparaison est possible, il apparaît que les coordonnées sont, en générale, identiques à celles d’al-Bīrūnī, en tenant compte de la conversion des longitudes, les deux tables n’ayant pas le même méridien de référence. En outre, bien que cette table ait la particularité de fournir une courte notice descriptive pour les localités mentionnées, dans le cas de l’océan Indien, elles ne sont guère originales, remontant à Ibn Ḫurradaḏbih, Ibn Ḥawqal ou al-Bīrūnī.

Bref, dans ces exemples, la géographie astronomique ne s’avère guère enrichissante pour notre connaissance de l’océan Indien médiéval, hormis par l’attestation de toponymes.

Bibliographie

– Al-Bīrūnī, Al-Qānūn al-mas‘ūdī, Beyrouth, 2002, 3 vols.

– Ducène, J.-Ch., Les tables géographiques du manuscrit du sultan rasūlide al-Malik al-Afḍal (m. 1377), Chronique du manuscrit yéménite, 11, février 2011.

– Kennedy, E.S. et M.H., Geographical Coordinates of localities from Islamic Sources, Frankfurt am Main, 1987.

– Sezgin, F., Mathematical Geography and Cartography in Islam and their Continuation in the Occident, I. Historical Presentation, Frankfurt am Main, 2005, 2 vols, (G.A.S X et XI).

—, Mathematishe Geographie und Kartographie im Islam und ihr Fortleben im Abendland. Autoren, Frankfurt am Main, 2007 (G.A.S. XIII).

– Togan, Z. V., Bīrūnī’s Picture of the World, New Dehli, 1934, 2nd ed. 1999.

– Varisco, D. M., and Rex Smith, G. (eds), The Manuscript of al-Malik al-Afḍal al-‘Abbās b. ‘Alī b. Dā’ūd b. Yūsuf b. ‘Umar b. ‘Alī ibn Rasūl (d. 778/1377). A Medieval Arabic Anthology from the Yemen, London, 1998.

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

Séminaire : Jean-Charles Ducène, Nouvelles données sur le Livre des Merveilles de l’Inde

Séminaire Les mondes de l’océan Indien. Résumé de la séance du 18 novembre 2010

Jean-Charles Ducène est maître de conférences à l’Université Libre de Bruxelles

Contact : jean-charles.ducene@ulb.ac.be

Le Livre des merveilles de l’Inde (‘Aǧā’ib al-Hind) est connu depuis son édition par van der Lith et Devic en 1883-1886, à partir d’un manuscrit unique conservé à Istanbul (Aya Sofia 3306, copié en 644/1246). Par la critique interne, sa composition était datée des environs de 339/950, alors qu’une note sur la page de titre avait permis, à titre d’hypothèse, de l’attribuer à un certain Buzurg ibn Šahriyār, par ailleurs inconnu. C’est un recueil qui fournit 132 ou 134 (selon les divisions) courtes histoires collectées auprès des gens de la mer.

Mais voilà que la parution du facsimilé du Masālik al-abṣār fī mamālik al-amṣār d’Ibn Faḍl Allāh al-‘Umarī (m. 1349), puis sa double édition à Abu Dhabi ont renouvelé nos connaissances sur ce texte. En effet, à propos des merveilles de la mer, al-‘Umarī fait de longs emprunts à un ouvrage intitulé Al-ṣaḥīḥ min aḫbār al-biḥār wa-‘aǧā’ibihā (litt. « Ce qui est vrai des informations de la mer et de ses merveilles ») , attribué à Abū ‘Imrān Mūsā ibn Rabāḥ al-Awsī al-Sīrāfī. Enfin l’ouvrage a été l’objet d’une édition par Yūsuf al-Hādī à Damas, en 2006.

Abū ‘Imrān Mūsā ibn Rabāḥ al-Awsī al-Sīrāfī est connu comme un savant mu‘tazilite, présent dans l’entourage du vizir Ibn al-Furāt en 326/937 et que l’on retrouve en Egypte en 375/985. Or, l’ouvrage dans la version conservée par al-‘Umarī est justement dédicacé à Kāfūr al-Iḫšīdī (m. 357/968). Alors se pose un autre problème : dans la version du ms. Aya Sofia, le dernier événement daté remontait à 342/953 alors que dans la version d’al-‘Umarī la date la plus récente est 367/977. En outre, les deux textes ne sont pas identiques, même pour les anecdotes qu’ils ont en commun, la version d’al-‘Umarī étant souvent abrégée et n’ayant pas la préface qui se trouvait dans les Merveilles de l’Inde. On peut accepter l’hypothèse d’al-Hādī, pour qui la solution serait que Mūsā ibn Rabāḥ al-Awsī a bien écrit son ouvrage pour Kāfūr mais qu’après la mort de ce dernier, il s’y soit remis pour le compléter par de nouveaux récits. La version conservée par le ms. Aya Sofia 3306 dépendrait de la première rédaction tandis que le texte démarqué par al-‘Umarī de la seconde. Le texte, par moment résumé chez al-‘Umarī, proviendrait de l’état du ms qu’il avait sous les yeux.

Les histoires inédites dans le aḥīḥ min aḫbār al-biḥār wa-‘aǧā’ibihā sont au nombre de vingt-trois et sur les onze informateurs qui les rapportent, quatre étaient déjà mentionnés dans les Merveilles de l’Inde. Quant aux nouvelles anecdotes elles-mêmes, on peut remarquer qu’elles ont surtout comme cadre géographique les côtes indiennes ou les îles de l’Asie du sud-est. Une seule est relative à l’Afrique de l’Est. Les observateurs ont rapporté les faits culturels qu’ils ne connaissaient pas et qui les ont frappés : ascètisme extrême en Inde qui va jusqu’à la mutilation et la mort, pratiques commerciales particulières, prostitution (?) organisée près de certains temples en Inde, éléphant domestiqué au Tchampa. Nous avons par ailleurs la mention du sacrifice préalable à la récolte du camphre à Fanṣūr, qui sera mentionné également plus tard par Ibn Baṭṭūṭa. Toujours pour Fanṣūr apparaît la plus ancienne attestation du gentilice Bātak pour désigner une population de « coupeurs de têtes ». Dans la narration d’incidents survenus entre une petite communauté musulmane et des autochtones, on retrouve le rôle particulier de juge que jouaient certains responsables musulmans. Nous lisons enfin plusieurs anecdotes qui, par les faits ou les incidents relatés, éclairent les relations entre Kalā et Sribuza. D’un point de vue général, on rencontre une petite dizaine de toponymes relatifs à ces régions et jusqu’ici inconnus dans les sources arabes.

Ce « complément » aux Merveilles de l’Inde, que livre l’encyclopédie d’al-‘Umarī, éclaire une fois pour toute l’origine et l’auteur de cet important ouvrage, mais il complexifie aussi l’histoire de sa transmission.

Bibliographie

– Abū ‘Imrān Mūsā ibn Rabāḥ al-Awsī al-Sīrāfī, Al-ṣaḥīḥ min aḫbār al-baḥr wa-‘aǧā‘ibihā Al-ṣaḥīḥ min aḫbār al-baḥr wa-‘aǧā‘ibihā, éd. al-Hādī, Y., Damas, 1326/2006.

– Ducène, J.-Ch., Compte rendu de Abū ‘Imrān Mūsā ibn Rabāḥ al-Awsī al-Sīrāfī, Al-ṣaḥīḥ min aḫbār al-baḥr (…), Damas, 1326/2006, in : Journal Asiatique, 298/2 (2010), pp. 523-528.

– Hikoichi, Yajima, A New Material on Buzurk b. Shariyar’s Kitāb ‘Ajā’ib al-Hind, Journal of Asian and African Studies, (2000) 59, pp. 1-30. [en japonais].

– Ibn Faḍl Allāh al-‘Umarī, Masālik al-abṣār fī mamālik al-amṣār, Sezgin, F. (ed.), Frankfurt am Main, 1988.

—, Masālik al-abṣār fī mamālik al-amṣār, éd. ‘Abd Allāh ibn Yaḥyā al-Sarīḥī,  Abū Ẓābī : Manšūrāt al-maǧma‘ al-ṯaqāfī/Cultural Foundation Publications, Abu Dhabi, 2006, vol. 2.

—, Masālik al-abṣār fī mamālik al-amṣār, éd. Maḥmūd Muḥammad al-Maġribī , Zayed Center for Heritage and History, Abu Dhabi, 2008, vol. 2.

– Van der Lith, P.A et Devic, L. M., Livre des merveilles de l’Inde, Leiden, 1883-1886.

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

Séminaire Archéologie de l’est de l’Océan Indien 2010-2011

Archéologie de l’est de l’Océan Indien : échanges préhistoriques et du début de la période historique depuis les confins iraniens jusqu’à la Mer de Chine Méridionale

Organisateur : Bérénice Bellina (CNRS- UMR “Mondes iranien et indien”)

Séminaire de l’UMR 7528 « Mondes iranien et indien », Maison de l’Asie –  rez-de-chaussée

22, avenue du Président Wilson, Paris 16ème

Dans ce séminaire, nous nous intéresserons aux indices récents d’échanges locaux, régionaux et inter-régionaux maritimes qui ont intégré différents écosystèmes et groupes sociaux depuis les confins du monde iranien et jusqu’à la mer de Chine méridionale au cours de la préhistoire et jusqu’au premier millénaire de notre ère.

Dépassant les frontières politiques et disciplinaires traditionnelles, les participants examineront les différents types d’interconnections qui ont lié des populations variées depuis le Golfe arabo-persique jusqu’à la Mer de Chine à la lumière de l’histoire, de l’archéologie, de la botanique, de la génétique, de la linguistique, de l’histoire de l’art et de l’anthropologie. Embrassant de larges échelles chronologiques et géographiques, ce séminaire privilégie une approche comparative. Autant que faire se peut, les participants s’attacheront à discuter comment ces connexions ont contribué à façonner les paysages sociaux, économiques et politiques et ont pu donner naissance à des configurations socio-culturelles communes aux sociétés qui y participaient.

Archaeology of the Eastern Indian Ocean: Prehistoric and Early Historical Exchange from the Iranian borders to the South China Sea

Organiser: Dr Bérénice Bellina

In this seminar we wish to examine recent evidence for local, regional, and inter-regional networks integrating various ecosystems and social groups from the border of Iranian coasts to the South China Sea from the prehistoric period to the first millennium CE.

Seeking to erode traditional political and disciplinary frontiers in favour of more diverse perspectives, we invite participants to draw together varied lines of enquiry ranging from botany, genetics, history, linguistics, art history and anthropology to examine the different types of interconnections which brought together various populations, extending from the Persian Gulf to the South China Sea. This seminar encourages studies employing a comparative approach looking over extended time and geographic scales. Whenever possible, participants shall discuss how those connections participated in fashioning the social, economical and political landscapes and gave rise to shared socio-cultural configurations in many of those integrated societies.

Le séminaire se tiendra un mardi par mois (précisions dans le programme) de 10 à 11h30.

Programme

Mardi 16 novembre 2010

– Roger Blench (Linguiste et anthropologue. Kay Williamson Educational Foundation), « L’Océan Indien, 80,000 BP à 1500 AD. Méthodes et théories pour les approches pluridisciplinaires »

L’histoire des échanges entre les continents via les routes maritimes a récemment connu un formidable essor grâce à la disponibilité de matériaux nouveaux et à l’accessibilité à des régions variées d’Asie Sud-Est. En particulier, l’étude sur l’Océan Indien a connu des progrès considérables grâce aux synthèses de données issues de l’Afrique, de l’Inde et de l’Asie Sud-Est. La communication présente un état de la question des découvertes récentes, en commençant par la circumambulation sur le pourtour de l’Océan Indien depuis les premières migrations d’Homo sapiens jusqu’à la période des contacts avec les Européens. La présentation porte une attention particulière à la synthèse d’une grande variété de disciplines qui comprennent l’archéologie, la linguistique, les textes et l’épigraphie, la culture matérielle, l’iconographie, la génétique, la biogéographie et elle comment leurs résultats permettent d’élaborer une narration plus riche de la préhistoire.

“The Indian Ocean, 80,000 BP to 1500 AD. Methods and theories in interdisciplinary approaches”

The history of interchanges between continents through sea routes has only recently opened up with the new availability of scholarly materials and accessibility of various nations. In particular, the Indian Ocean has seen considerable progress from the synthesis of evidence from Africa, India and SE Asia. The presentation summarises a series of recent discoveries, starting from the earliest circumambulation of the rim of the Indian Ocean to the period of early European contact. It focuses particularly on the integration of a wide variety of disciplines, including: Archaeology, Linguistics, Text and epigraphy, Synchronic material culture, Iconography, Genetics, Biogeography and how we use their results to produce a richer narrative of prehistory.

Mardi 7 décembre 2010 (date à confirmer)

– Cristina Castillo (PhD candidate, UCL Institute of Archaeology), “Plants that travelled: the Archaeobotany of Prehistoric Thailand”

Archaeobotany has demonstrated in archaeological sites the importance of plants as trade and economic items. This seminar will look into the translocation of plants from and into Southeast Asia. In particular, research conducted in the Southern Peninsula of Thailand will show the far reaching links with South Asia and East Asia during the Late Prehistoric period.

Mardi 11 janvier 2011

Daniel Perret (Maître de conférence à l’Ecole française d’Extrême-Orient, Archéologie du monde malais), « Sumatra et l’Océan Indien: le cas de Barus (de fin IXe à mi-XVIIe s.) »

Mardi  1er février 2011

– Philippe Beaujard (Anthropologue et historien, Directeur de recherche au CNRS, Cemaf), « L’Afrique de l’Est et Madagascar dans les réseaux de l’océan Indien avant le 11e siècle »

Mars- en mission, pas de séminaire

Mardi 26 avril 2011

– Cédric Ferrier, Historien (agrégé), « Le Bengale, confin ou périphérie de l’empire gupta  ».

Il s’agira de montrer l’intégration politique et économique de cette région excentrée dans l’empire des Gupta en insistant autant que faire se peut sur l’ouverture maritime.

Mardi 17 mai 2011

– Derek Kennett (Archaeologist, Lecturer in South Asian Archaeology, University of Durham), “Trade and economic contact in the Western Indian ocean from the Roman period to the late Islamic period”.

Derek Kennett will consider a range of questions about interaction, economic specialisation at different periods. He will also discuss the role that archaeology can play in understanding the development of Indian Ocean trade.

Mardi 21 juin 2010

Michel Mouton (Archéologue, Chargé de recherche au CNRS, UMR 7041 / Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie), «Céramiques indiennes dans le Golfe Arabo-Persique au 1er millénaire EC»

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

Séminaire : Bianca Maria Altomare, Le Périple de la mer Extérieure de Marcien d’Héraclée

 Séminaire Les mondes de l’océan Indien : résumé de la séance du  du 4 novembre 2010

Bianca Maria Altomare est docteur de l’Università degli Studi di Bari, post-doctorante associée à l’Université de Reims dans le cadre du programme MEDIAN.

Contact : biancaltomare@gmail.com

Le Périple de la Mer Extérieure de Marcien d’Héraclée (IV-Ve siècle) ouvre le corpus de géographes grecs transmis par le manuscrit de Paris, Supplément Grec 443 (fin XIIIe siècle); il s’agit d’une œuvre incomplète et hétérogène dans laquelle on peut relever l’intervention postérieure d’un epitomator, qui a retravaillé la description géographique que donnait Marcien. On peut en effet relever des omissions nombreuses: originellement, à la description générale de la région  devait faire suite un périple particulier , souvent absent dans le texte du manuscrit. C’est à travers le constat de ces vacua que l’on peut reconstruire la structure originelle de l’œuvre et mieux apprécier l’effort de Marcien de créer une description globale de l’oikoumene.

Le cas du périple de l’Océan Indien est, à cet égard, exemplaire: en procédant dans le sens trigonométrique, l’auteur considère d’abord les régions de la côte orientale du Golfe Arabique, du Cap Prasum à l’ile Menuthiades, puis les régions occidentales (de l’Arabia Felix à la Chine) de façon complètement différente; dans le cas des premières, la description de Marcien offre des données imprécises et vagues, et elle occupe seulement quatre paragraphes (Mar. Ext. I, 11-14) ; dans le cas des secondes la description est beaucoup plus détaillée (Mar. Ext. 15-48): on peut y reconnaître un périple particulier de plusieurs régions (Sousiane, Perside, Carmanie, Gedrosie) qui prend en compte tous les toponymes (à cet égard, la comparaison avec Ptolémée sera fructueuse); quand le périple particulier manque (Arabia Felix, Inde intra et extra Gangem, Chine) à cause de la négligence de l’epitomator, la tradition indirecte, et notamment les lemmata contenus dans les Ethnikà d’Etienne de Byzance (VIe siècle), nous permettent de compléter la description, pauvre et lacunaire, que nous lisons dans le manuscrit.

 

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

La Lettre APIM n°1 – 2010

APIM
APIM

Cette lettre recense l’actualité de la recherche sur les ports de l’Islam médiéval, aussi bien de l’océan Indien que de la Méditerranée, avec de brefs articles rédigés par des collaborateurs du programme APIM (Atlas des Ports et Itinéraires maritimes de l’Islam médiéval).

APIM est un programme du Laboratoire Islam médiéval, soutenu par le programme ANR MEDIAN.

Pour télécharger la lettre : apim_lettre

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

Séminaire Les mondes de l’océan Indien (Ier-XVIIIe siècle) 2009-2010

Séminaire commun du CEMAF et du Laboratoire Islam médiéval UMR 8167, organisé avec le soutien de l’ANR MEDIAN

Organisateurs : Philippe Beaujard, Dejanirah Couto, Eric Vallet, Thomas Vernet

Lieu : Centre Malher, Paris 3e

Horaire : jeudi 11-13h

Axe 1 : Interactions culturelles sur la longue durée

On s’attachera à montrer comment les interactions trans-culturelles ont réalisé une progressive intégration des différentes régions de l’Ancien Monde, où l’océan Indien occupe une place centrale, les constituant peut-être en système-monde à partir du début de l’ère chrétienne. Une approche systémique, prenant en compte l’ensemble des interactions entre global, régional et local, ouvre à une nouvelle compréhension de l’histoire du monde pour une période allant du ier au xvie siècle, qui ne signifie pas pour l’océan Indien la rupture que l’on a parfois voulu y voir, mais qui représente une période historiquement cruciale, le capitalisme émergeant comme mode de production dominant dans une Europe qui construit autour d’elle un nouvel espace ayant l’Afrique de l’Ouest et les Amériques pour périphéries.

Longtemps l’historiographie de l’océan Indien entre XVIe et XVIIIe siècle s’est principalement réduite à une histoire impériale européo-centrée, focalisée sur les aléas de l’empire portugais d’Asie et l’expansionnisme des grandes compagnies néerlandaises, anglaises et françaises. Dans cette perspective, les sociétés asiatiques et africaines étaient avant tout abordées dans leurs rapports aux empires européens et à leurs représentants. D’autres approches, rejetant cette tendance, ont à l’inverse privilégié un cadre d’étude reposant sur les aires culturelles, au risque de cloisonner les espaces et de minimiser les interactions à l’échelle globale. Afin de s’extraire des limitations propres à ces approches contradictoires, il semble indispensable d’envisager – sur la très longue durée- l’océan Indien en tant que creuset culturel et bassin d’interactions multiples et décentrées, dont les Européens ne constituent à l’époque moderne que des acteurs certes puissants mais parmi d’autres. L’étude des réseaux, des circulations (des hommes, des concepts, des objets), et des transferts s’impose par conséquent ; sans pour autant négliger ou sous-estimer les rapports de force et les formes de la domination, qu’elles soient imposées de l’extérieur ou nées des dynamiques propres à chaque société. Sans rejeter les approches holistes, dont l’intérêt ne fait pas de doute, il apparaît indispensable de redescendre à l’échelle des acteurs – de toutes conditions – et de porter à nouveau un regard affuté sur les sources. De la sorte nous pourrons en particulier éclairer l’histoire des empires « par le bas » et sortir du grand récit de l’occidentalisation du monde.

5 novembre 2009 : La formation d’un système-monde afro-eurasien. Expansion et repli des échanges entre 1er et 6e siècle, Philippe Beaujard

12 novembre 2009 : L’océan Indien, entre empire tang et empire musulman (7e-10e siècles), Philippe Beaujard

3 décembre 2009 : Les globalisations dans le système-monde afro-eurasien aux temps des Song puis de l’expansion mongole (10e-14e siècle), Philippe Beaujard

10 décembre 2009, Approches historiographiques : côte orientale de l’Afrique et océan Indien, Thomas Vernet

17 décembre 2009 : Approches historiographique : commerce et pouvoir dans l’océan Indien médiéval, Eric Valle

25 mars 2010, Système-monde afro-eurasien au XVe siècle, Philippe Beaujard

1er avril 2010, Séance de conclusion sur le système-monde afro-eurasien, Philippe Beaujard

3 mai 2010 : Historiographie des traites indo-océaniques, Henri Médard (CEMAF, Paris 1)

6 mai 2010, De la mer Erythrée à l’océan Indien: fouille de quelques sites portuaires, des bouches du Tigre à celles de l’Indus, Monik Kervran (Laboratoire Islam médiéval)

3 juin 2010, Un « évènement » pour qui ? Les premières rencontres entre Javanais et Hollandais,(1596-c. 1630), Romain Bertrand (Directeur de recherche, Sciences Po / CERI)

10 juin 2010, Madagascar between the Indian Ocean World and the Atlantic World, ca. 1600-1800, Arne Bialuschewski (Assistant Professor, Trent University, Ontario)

Axe 2 : Textes et représentations

Des premiers périples grecs aux routiers portugais, l’océan Indien a été décrit dans de nombreux textes, chez des auteurs issus du pourtour de la Méditerranée, composant en langue grecque, latine, syriaque, arabe, persane, turque, italienne et portugaise. L’ensemble de ces textes a constitué un patrimoine textuel partagé, tissé de références communes, nourri par des échanges réciproques, des appropriations mutuelles au-delà des différences de langues et de cultures du Bassin méditerranéen.

Dans le cadre de cette première année de séminaire, on se consacrera à l’exploration des sources sur l’océan Indien de l’Antiquité au xvie siècle, écrites en grec, arabe, persan, ou dans les diverses langues latines, en vue de l’élaboration d’un inventaire critique de ces sources, première étape du projet ANR Median.

11 février 2009 : La mer Érythrée dans les textes grecs, Didier Marcotte (Université de Reims)

18 février 2010 : L’océan Indien dans les textes géographiques arabes (IXe-XIIe siècle), Jean-Charles Ducène (Université Libre de Bruxelles)

25 février 2010 : L’océan Indien dans la littérature géographique persane (Xe –XVe siècle), Jean-Charles Ducène (Université Libre de Bruxelles)

4 mars 2010 : L’océan Indien dans les sources arabes des XIIIe–XVIe siècles : l’émergence d’une nouvelle représentation ? Eric Vallet et Guy Ducatez (Laboratoire Islam médiéval)

11 mars 2010 : Le regard occidental sur l’océan Indien : encyclopédies, cosmographies, récits de voyage à l’époque médiévale, Eric Vallet, Robin Seignobos, Thomas Vernet

18 mars 2010 : Les textes médiévaux sur l’océan Indien : bilan, questions de typologie et de transmission, Eric Vallet

15 avril 2010, Les textes portugais (1), Dejanirah Couto

20 mai 2010, Les textes portugais (2), Thomas Vernet

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts