Tous les articles par median

APIM: informations sur un atlas

Ports et réseaux de commerce de la mer Rouge

Responsable : Éric Vallet, Université Paris 1

La mer Rouge a longtemps été considérée comme une mer « sans histoire ». Bien connue des marchands et des navigateurs du monde gréco-romain, la mer « Érythrée », décrite dans un fameux Périple dès le Ier siècle de notre ère, aurait surtout été un espace de transit sur la route des Indes. Ses rivages, bordés de récifs dangereux et accablés par une chaleur étouffante, n’auraient abrité que quelques escales inhospitalières. De fait, en dehors de quelques entrepôts retrouvés sur la côte égyptienne, les vestiges portuaires mis au jour sont bien rares. Et les sources écrites ne lui accordent qu’une place périphérique. Plus encore, tout concourt à donner de cette mer une image éclatée, un phénomène que les fractures et les frontières héritées du XIXe et du XXe siècles ont largement accentué. Aujourd’hui encore, de l’Égypte au Yémen, de l’Arabie Saoudite à l’Éthiopie, des historiens s’emploient, au mieux, à inscrire « leurs » rivages dans une historiographie nationale sans faire justice à ce qui fut (et reste), bien plus qu’une fracture insurmontable, un bassin d’échanges intenses entre Afrique et Arabie, entre monde méditerranéen et monde indien.

La découverte ou l’étude approfondie d’importants fonds documentaires permet toutefois d’envisager l’histoire de la mer Rouge comme espace d’échange et de commerce sous un jour neuf :
L’apport des documents de la Geniza du Caire, magistralement rassemblés et mis en perspective par S. D. Goitein dans A Mediterranean Society, n’est plus à démontrer. L’édition et la publication récente de l’ensemble des textes de ce fonds portant sur le commerce en mer Rouge et l’océan Indien (éd. Friedman, Brill, 2007) ouvre la voie à de nouveaux approfondissements, en particulier sur la période qui s’étend de la fin du xie au début du xiiie siècle.
Par ailleurs, l’édition, la traduction et l’étude des papiers retrouvés lors des premières campagnes de fouilles de l’ancien port égyptien de Qusayr (éd. L. Guo, Brill, 2004) a de son côté mis en lumière le rôle de cette escale sur la route du pèlerinage de La Mecque à la fin du xiie et au début du xiiie siècle. L’étude en cours de nouveaux papiers découverts lors des fouilles de Qusayr par l’université de Southampton entre 1999 et 2003 (dir. Peacock et L. Blue) devrait permettre d’enrichir encore notre connaissance des réseaux.
À partir du xiiie siècle, les sources du sultanat rasûlide du Yémen (1229-1454), qu’il s’agisse des quatre recueils administratifs conservés jusqu’à nos jours ou des ouvrages biographiques, projettent une lumière vive sur l’ensemble des réseaux de commerce, en particulier dans le bassin sud de la mer Rouge, entre Aden et Djedda, et dans le golfe d’Aden.
Enfin, les prospections et/ou les fouilles archéologiques menées depuis les années 1990 à Tûr-Sinaï ou Aqaba, mais aussi le long des côtes saoudiennes ou yéménites nous donnent enfin une image plus fine de l’évolution des sites côtiers sur la longue durée, ainsi que d’une bonne partie des produits qui étaient échangés.

Envisager l’histoire des réseaux de commerce en mer Rouge dans leur globalité implique de répondre à trois questions principales :
– la structuration des espaces d’échange : quels étaient les rapports entre réseaux de commerce local, régional et transrégional ? Cette journée d’étude a notamment pour but d’engager un dialogue entre spécialistes de la côte africaine et de la côte arabe, en particulier sur la place des échanges entre le Yémen et l’Abyssinie dans un vaste ensemble incluant la mer Rouge proprement dite et le golfe d’Aden. L’analyse des sites portuaires égyptiens mérite aussi d’être reconsidérée à la lumière de cette hiérarchisation spatiale des réseaux.
– la périodisation : les sources matérielles et écrites permettent-elles de dégager une périodisation fine différente des découpages habituels calqués sur l’histoire politique et dynastique de l’Égypte musulmane, puissance dominante dans la région au cours de la période ?
– les acteurs : au-delà des évolutions du monde des marins et des marchands, la question principale reste celle de l’intervention de l’État, de ses soldats et de ses administrateurs dans la structuration des réseaux de commerce, l’enracinement et l’organisation des espaces portuaires.

L’ensemble de ces questions a été abordé au cours de la journée d’études du 6 juin 2008, « Ports et réseaux de commerce en mer Rouge (VIIe-XVe siècle), organisée par le Laboratoire Islam médiéval à Ivry.

L’équipe du programme MeDIan (2013-2013)

Équipe Université de Reims

Didier MARCOTTE, PR Univ. Reims, EA 3311 CRIMEL, coordinateur du programme (didier.marcotte@univ-reims.fr ; voir DM)

Stefano MICUNCO, docteur Univ. Reims, EA 3311 CRIMEL (stefano.micunco@univ-reims.fr)

Pierre-Olivier LEROY, docteur Univ. Reims, EA 3311 CRIMEL (pierre-olivier.leroy@etudiant.univ-reims.fr ; voir fiche POL et publications)

Bianca ALTOMARE, post-doctorant Univ. Reims, EA 3311 CRIMEL (bianca-maria.altomare@univ-reims.fr ; voir fiche BMA)

Benoit ROUX, ingénieur Univ. Reims, EA 3311 CRIMEL (benoit.roux@univ-reims.fr ; voir publications)

Ségolène BUFFET, secrétaire Univ. Reims, EA 3311 CRIMEL (segolene.buffet@univ-reims.fr)

Patrick GAUTIER DALCHÉ, DE EPHE, DR CNRS, UPR 841 IRHT, directeur de Terrarum orbis, Brepols (p.gautierdalche@free.fr)

Partenaires associés

Serena BIANCHETTI, PR Univ. Florence (serena.bianchetti@yahoo.it)

Veronica BUCCIANTINI, Dr. Univ. Fribourg-en-Brisgau, coordinatrice des FGrHist V (veronica.bucciantini@geschichte.uni-freiburg.de)

Hans-Joachim GEHRKE, PR Univ. Fribourg-en-Brisgau, ancien Président du Deutsches Archäologisches Institut Berlin (hj-g-gehrke@t-online.de)

Marica MILANESI, PR Univ. Pavie (marica.milanesi@unipv.it)

Francesco PRONTERA, PR Univ. Pérouse, directeur de rédaction de Geographia antiqua (prontera@unipg.it)

Équipe Maison de l’Orient et de la Méditerranée

Jean-Baptiste YON, CR CNRS, UMR 5189-HiSoMA, coordinateur (jean-baptiste.yon@mom.fr)

Claude ALLIBERT, PR INALCO, EA 1439 CEROI (claude.allibert@inalco.fr)

Pascal ARNAUD, PR Univ. Lyon 2 (pascal.arnaud@mom.fr)

Nadia BELKHEIR, doctorante, Univ. Lyon 2

Ernelle BERLIET, chercheur EFEO, Bangkok (ernelle.berliet@efeo.net)

Marie-Françoise BOUSSAC, PR Univ. Paris Ouest Nanterre (marie-francoise.boussac@mom.fr)

Caroline DURAND, post-doctorante, FR 538-MOM (caroline.durand@mom.fr)

Jean-François SALLES, DR CNRS, FR 538-MOM (jean-francois.salles@mom.fr)

Pierre SCHNEIDER, MCF Univ. Arras, UMR 5189-HiSoMA (pierre.schneider@univ-artois.fr)

Partenaires associés

Lucy BLUE, Univ. Southampton (l.blue@soton.ac.uk)

Mikhail BUKHARIN, Académie des Sciences de Russie, Moscou

Federico DE ROMANIS, PR Univ. Rome 2

Himanshu P. RAY, Jawaharlal Nehru University, Delhi

Alexander SEDOV, Académie des Sciences de Russie, Moscou (asedov@orientmuseum.ru)

Eivind SELAND, Univ. Bergen (eivind.seland@ahkr.uib.no)

Gautam SENGUPTA, Directeur Général Archaeological Survey of India

Équipe Laboratoire Islam médiéval (UMR 8167)

Eric Vallet, MCF, Université Paris 1, Laboratoire Islam médiéval, coordinateur (evallet@univ-paris1.fr)

Philippe Beaujard, DR CNRS, EHESS, CEMAF (beaujard@ehess.fr)

David Bramoullé, doctorant, Université Paris 1 (davidbramoulle@hotmail.fr)

Ernestine Carreira, MCF, Université de Provence, CEMAf (ecarreira@club-internet.fr)

Dejanirah Couto, MCF EPHE, UMR 7528  (dejanirahcouto@noos.fr)

Yann Dejugnat, doctorant, Université Paris 1 (yanndejugnat@hotmail.fr)

Moez Dridi, post-doc, Laboratoire Islam médiéval (muez70@yahoo.com)

Guy Ducatez, CR honoraire, CNRS, Laboratoire Islam médiéval

Claire Hardy-Guilbert, CR, CNRS, Laboratoire Islam médiéval (claire.hardy-guilbert@wanadoo.fr)

Bertrand Hirsch, PR, Université Paris 1, CEMAf (bertrand.hirsch@univ-paris1.fr)

Monik Kervran, DR émérite, Laboratoire Islam médiéval (monik.kervran@orange.fr)

Françoise Micheau, PR, Université Paris 1, Laboratoire Islam médiéval (francoise.micheau@univ-paris1.fr)

Christophe Picard, PR, Université Paris 1, Laboratoire Islam médiéval (christophe.picard@univ-paris1.fr)

Axelle Rougeulle, CR, CNRS, Laboratoire Islam médiéval (arougeulle@aol.com)

Hélène Renel, IGE, CNRS, Laboratoire Islam médiéval (h.renel@ivry.cnrs.fr)

Camille Rhoné, doctorante, Université Paris 1 (cam.rhone@wanadoo.fr)

Michel Tuchscherer, PR émérite, Université Aix-Marseille (m.tuchscherer@cefas.com.ye)

Thomas Vernet, MCF, Université Paris 1, CEMAf (thomas.vernet@univ-paris1.fr)

Partenaires associés

Jean-Charles Ducène, MCF, Université Libre de Bruxelles directeur d’études EPHE, Paris (jean-charles.ducene@ulb.ac.be)

Giancarlo Casale, Ass. Prof., University of Minnesota

Roxani E. Margariti, Ass. Prof., University of Emory (rmargar@emory.edu)

Abdul Sheriff, directeur du ZIORI

Valeria Piacentini, PR,  Università del Sacre Cuore, Milan (valeria.piacentini@unicatt.it)

Stéphane Pradines, PR, Aga Khan University, Londres (stephane.pradines@aku.edu)

Équipe Bibliothèque nationale de France

Catherine HOFMANN, conservateur des bibliothèques, département des Cartes et Plans de la BNF (catherine.hofmann@bnf.fr)

Emmanuelle VAGNON, docteur en histoire médiévale (evagnon@yahoo.fr)

Jean-Yves SARAZIN, directeur du département des cartes et Plans de la BNF (jean-yves.sarazin@bnf.fr)

Partenaires associés

Chet VAN DUZER, Stanford (chetv@aol.com)

Rui LOUREIRO, Lisbonne Nouvelle (descobrimentos@gmail.com)

Présentation du programme MeDIan (2010-2013)

PRÉSENTATION DU PROGRAMMEprojet MeDIan

Le programme MeDIan envisage l’océan Indien comme objet d’étude et de connaissance dans les sociétés méditerranéennes, de ses premières mentions dans les sources grecques sous le nom de mer Érythrée, jusqu’à la fin du XVIe s. On entendra ici par « méditerranéennes » l’ensemble des cultures qui se sont épanouies autour de la Méditerranée et qui ont entretenu entre elles des rapports souvent étroits, par des processus ininterrompus de transmission, d’échanges, de relectures ou de redécouvertes de leurs modèles communs.

Des périples grecs aux descriptions minutieuses de la « mer des Indes » par les Portugais au XVIe siècle, un véritable savoir s’est en effet constitué et transmis sur ce que nous appelons aujourd’hui l’océan Indien. Ces connaissances sur l’océan, sans cesse recopiées, revues et enrichies, ont circulé dans les sociétés du monde méditerranéen pré-moderne, qu’elles soient de culture et de langue grecque, latine, syriaque, arabe, persane, italienne, turque ou portugaise, sous des formes diverses (descriptions géographiques ou ethnographiques, cartes, itinéraires de marins ou guides de la pratique marchande, récits de voyage). Le projet MeDIan a pour objet d’étudier la constitution du savoir sur l’océan Indien dans l’ensemble de ces aires linguistiques, sur le temps long, de l’Antiquité aux débuts de la période moderne (1580). Il tentera ainsi d’éclairer sous un jour nouveau les connaissances produites lors de la première mondialisation opérée par les Portugais, en les replaçant dans le contexte plus large des interactions établies de longue date, dès l’Antiquité et au cours du moyen âge, entre la Méditerranée et l’océan Indien, et dans une perspective d’histoire des sciences, des savoirs et des techniques d’un monde méditerranéen pluri-culturel.porte sur l’invention scientifique de l’océan Indien dans les sociétés méditerranéennes, processus dont il s’agit de retracer les étapes et de comprendre la dynamique, de la royauté perse à la formation de la monarchie ibérique, au milieu du XVIe siècle, quand la vision ibérique de l’espace, liée à celle de territoire, s’impose à la conception portugaise de l’empire comme réseau.

Le programme portera plus particulièrement sur l’évolution de la représentation de l’espace physique et humain que constitue l’océan Indien, appellation qui apparaît tardivement dans les cultures européennes en tant que telle, mais qui renvoie à un espace perçu de longue date comme différent et complémentaire du Bassin méditerranéen. Avec la formation d’un monde globalisé à date portugaise, les rapports entre le monde méditerranéen et le monde de l’océan Indien sont progressivement renouvelés, voire transformés au cours du xvie siècle. On prendra ainsi pour terme de ce programme de trois années la formation de la monarchie ibérique, quand Philippe II prend la couronne du Portugal et que la vision ibérique de l’espace, liée à celle de territoire, s’impose à la conception portugaise de l’empire comme réseau.

Le projet est parti du constat que la mer Érythrée, l’océan Indien des Anciens, a été tôt perçue comme présentant une unité climatique (au sens grec du terme) et que, des géographes grecs aux cosmographes arabes et de ceux-ci aux Portugais, on peut reconnaître un continuum dans sa représentation. À partir de ce constat, trois thèmes de recherche ont été définis : la constitution et la tradition d’un patrimoine textuel commun, des premiers témoins grecs aux sources portugaises ; le processus de la formation d’un discours sur l’océan et ses confins, ses peuples riverains, les sagesses qui s’y perpétuent; la caractérisation des acteurs et des outils de ce discours et de ce savoir sur l’océan. Il s’agit notamment de mettre en lumière les rôles respectifs des géographes, des voyageurs, des marins, des marchands dans la connaissance de l’océan Indien et dans sa représentation, et d’évaluer quel enjeu le savoir sur l’océan a pu représenter pour les sociétés méditerranéennes. On attachera une importance particulière au savoir globalisé et à l’instrument de pouvoir qu’est la science des cartes, en isolant les moments de la transformation de l’image ptoléméenne du sud-est de l’œkoumène par l’expérience de l’océan et de ses golfes dans la science arabe, ottomane et portugaise.

ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

Le programme MeDIan est financé depuis décembre 2009 par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). Piloté par l’Université de Reims Champagne Ardenne (coord. D. Marcotte), il a pour partenaires la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (dir. R. Boucharlat ; resp. scientifique J.-B. Yon), le laboratoire Islam médiéval de l’UMR 8167 Orient & Méditerranée (dir. F. Micheau ; resp. scientifique E. Vallet) et la Bibliothèque Nationale de France (Département de Cartes et Plans, resp. scientifique C. Hofmann).

Il se développe en partenariat avec de nombreuses institutions internationales : le Deutsches Archäologisches Intitut (Berlin, présid. H. J. Gehrke), l’Institut d’archéologie de l’Université de Bergen (dir. C. J. Meyer), l’Institut d’Histoire de l’Universidade Nova de Lisbonne, le Centre Français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa (dir. M. Tuscherer), l’Archaeological Survey of India (dir. G. Sengupta) ; le Centre for Archaeological Studies and Training, Eastern India (Kolkata), le Department of Archaeology, Bangladesh, le Zanzibar Indian Ocean Research Institute (dir. A. Sheriff).