Archives de catégorie : Archives MeDIan

-Archives du programme MeDIan (2009-2013)

Colloque “Autour de l’exposition : L’âge d’or des cartes marines” (3-4 décembre 2012) programme

Colloque international 3-4 décembre 2012

Autour de l’exposition « L’âge d’or des cartes marines »

(BnF, octobre 2012-janvier 2013)

Lieu : auditorium Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Comité scientifique  : Patrick Gautier Dalché, Didier Marcotte, Hélène Richard, Eric Vallet.

Coordination : Catherine Hofmann, Emmanuelle Vagnon

Contacts : portulans@bnf.fr

Entrée libre sur inscription au 01 53 79 49 49

Vous pouvez télécharger le programme final et les résumés

Une visite de l’exposition guidée par les commissaires aura lieu en fin de colloque, le 4 décembre à 18h (Bibliothèque François Mitterrand, hall EST, sur inscription).

La BnF possède l’une des plus importantes collections de cartes et atlas portulans au monde : plus de 500 documents, du XIIIe au XVIIIe siècle. Cette collection, rassemblée à partir du XIXe siècle, mais dont les plus anciens exemplaires (l’Atlas catalan de Charles V) remontent au Moyen Âge, couvre toutes les périodes et les principaux centres de production. Afin de mettre en valeur ces collections, un programme de recensement, de description et de numérisation de l’ensemble des cartes portulans conservés en France dans les bibliothèques et fonds d’archives publics, a été lancé en 2010. Une grande partie des collections est déjà accessible en ligne sur Gallica (http://gallica.bnf.fr ).

Le programme Median de l’Agence Nationale de la Recherche(Les Sociétés Méditerranéennes et l’océan Indien) réunit depuis 2010 des chercheurs autour de la question des contacts entre le monde méditerranéen et l’océan Indien depuis l’Antiquité, à travers des sources historiques et littéraires, archéologiques et cartographiques. Le programme a suscité depuis trois ans de fructueuses rencontres entre historiens et de nombreuses publications.

Ces deux institutions sont partenaires pour l’organisation d’une grande exposition, qui aura lieu à la BnFsur le site François Mitterrand, d’octobre 2012 à janvier 2013. Elle permettra au public de découvrir les plus beaux fleurons des collections françaises de cartes portulans, à travers un parcours à la fois historique et thématique retraçant l’histoire technique et culturelle de ce genre spécifique de cartes. L’exposition accorde une place significative à la cartographie de l’océan Indien de l’Antiquité au XVIe siècle, espace dans lequel l’échange des savoirs peut être particulièrement appréhendé.

Le colloque est organisé sur deux jours par la Bibliothèque nationale de France et Median, avec la collaboration du Comité Français de Cartographie, et de l’International Society for the History of Maps. Il s’inscrit au terme de trois années de programmes de recherche, et vient apporter un éclairage scientifique complémentaire à l’exposition.

Une première journée portera sur le contexte de conception, de fabrication et d’usage des cartes de navigation entre le XIIIe et le XVIIIe siècle. On se propose d’étudier les modalités de leur utilisation en mer, de leur usage technique aux côtés d’autres instruments. La deuxième journée du colloque sera consacrée de manière plus spécifique à la navigation et aux échanges commerciaux dans l’océan Indien, en lien avec la connaissance géographique et la cartographie de cet espace.

 

First International Congress of Eurasian Maritime History (Turkish maritime history)

Ce colloque prestigieux, organisé sur quatre jour par l’Université Piri Reis (école navale, fondée en 2008) et la Chambre de commerce maritime d’Istanbul, réunissait plus de cent participants, venus du monde entier (Union européenne, Etats-Unis, Turquie, Monde arabe et Proche-Orient, Inde, Russie…). Le déroulement du colloque était articulé en sessions plénières de deux heures (en début de matinée puis début d’après-midi), puis en sessions thématiques séparées dans trois ou quatre salles. Toutes les communications avaient lieu en anglais ou en turc, avec traduction simultanée pour les sessions plénières.

L’organisation était parfaite, grâce à une ponctualité et une coordination exemplaires, et l’aide des nombreux étudiants de l’école navale venus assister au conférence et prêter main forte aux organisateurs. L’événement a été également très médiatisé : photographies, enregistrements et interviews télévisées ont accompagné le colloque en permanence.

 Le comité d’organisation était composé d’amiraux, d’historiens et d’universitaires de Turquie, d’Italie (Maria Pia Pedani) et de France (Dejanirah Couto) ; les invités comptaient bon nombre de professeurs et de chercheurs de renommée internationale. Plusieurs invités étaient également des contributeurs du programme MEDIAN : Dejanirah Couto, Jean-Louis Bacqué-Grammont, Jean-Charles Ducène, Emmanuelle Vagnon, ainsi que Rila Mukherjee et Giancarlo Casale.

 Pour ce premier congrès, le propos était centré sur l’histoire maritime liée à l’empire ottoman, dans une acception toutefois très large. La figure tutélaire du colloque, en quelque sorte, était l’amiral ottoman Piri Reis, issu d’une dynastie de pirates, navigateur en Méditerranée et dans l’océan Indien ; il est aussi considéré comme le premier cartographe turc, célèbre pour son recueil de côtes de la Méditerranée(le Kitab i barhiyye) et sa carte du Nouveau Monde de 1513. 

Les thèmes retenus étaient variés : historiographie turque et non turque, archéologie maritime (une très belle présentation des fouilles du port de Yenikapi, dans Istanbul même) et constructions navales, histoire politique, commerce et piraterie, musélogie, archives et ressources documentaires. Plusieurs sessions étaient consacrés à Piri Reis et à la cartographie, et deux sessions à l’océan Indien.

 Un certain nombre de communications portaient sur la définition et la cartographie des espaces maritimes, méditerranéens ou asiatiques : cartographie ottomane (Yasemin Nemlioglu Koca, Cevat Ulkekul, Dimitris Loupis, Jean-Louis Bacqué-Grammont, Sonja Brentjes) ; Piri Reis et ses sources (Jean-Charles Ducène, Grégory McIntosh) ; sources cartographiques (Thomas Goodrich, Emmanuelle Vagnon), mer Rouge (Alexis Wick et Nicola Melis), Maghreb (Jean-Charles Ducène, Leila Maziane), navigations et explorations chinoises (Qi Chen).

 Comme tout colloque réussi, celui-ci offrait des opportunités d’échanges intellectuels et de sociabilité internationale, permettant des prises de contacts et des données bibliographiques précieuses. Au vu de son succès, les organisateurs ont promis une publication rapide des actes et ont appelé à renouveler le congrès d’histoire maritime tous les deux ans.

 

Comité d’organisation et programme :

http://congress2012.pirireis.edu.tr/about-congress.html

Serena Bianchetti, professeur invité à l’université de Reims

Du 22 octobre au 22 novembre 2012, Serena Bianchetti sera professeur invité à l’université de Reims, où elle interviendra dans le séminaire doctoral Littératures techniques et tradition des textes scientifiques de l’Antiquité gréco-romaine (voir Programme du séminaire).

Collaboratrice du programme MeDIan depuis le lancement de celui-ci en décembre 2009, Serena Bianchetti enseigne à l’université de Florence l’histoire grecque et l’histoire de la géographie antique au sein du Dipartimento di Studi storici e geografici. Elle consacre plus spécialement ses travaux à l’étude de l’historiographie grecque et des sciences de l’espace à date classique et hellénistique. Dans ce domaine, elle jouit d’une réputation internationale, qui lui vaut d’être associée à plusieurs projets d’excellence au niveau européen. Elle est ainsi chargée, au sein du programme international des Fragmente der griechischen Historiker (dir. Hans Joachim Gehrke, Fribourg-en-Brisgau et Berlin), de l’édition d’Ératosthène de Cyrène, un des fondateurs de la science géographique à Alexandrie, qui est aussi, avec Eudoxe de Cnide, un des pionniers de la cartographie mathématique. Avec Hans Joachim Gehrke et Michele R. Cataudella, elle coordonne également le projet d’un Companion to Ancient Geography, à paraître chez Brill (Leyde).

Coordonnateur à Florence du programme PRIN 2009 Commento storico ai libri I e IV della Biblioteca storica di Diodoro Siculo (avec l’Università Cattolica de Milan, les universités de Pavie et Bologne), Serena Bianchetti est également membre du comité scientifique du projet I frammenti degli storici greci (dir. Eugenio Lanzillotta, université de Rome Tor Vergata). Les 21 et 22 mai 2012, elle organisait, à l’université de Florence, le colloque Tracce di presenza greca tra Etiopia e India, dont les actes sont à paraître dans la revue Sileno (voir article http://median.hypotheses.org/1096).

Principaux ouvrages de Serena Bianchetti

– Plôta kai poreuta. Sulle tracce di una periegesi anonima, Florence, 1990.

– Pitea di Massalia. L’Oceano. Introduzione, testo, traduzione e commento, Pise-Rome, 1998.

-Geografia storica del mondo antico,  Bologne, 2008.

D’Arrien à William Vincent. Le périple de Néarque et sa postérité (6 novembre 2012)


Dans le cadre du programme ANR MeDIan, l’université de Reims organise, le 6 novembre 2012, une journée d’étude internationale sur la réception du Périple de Néarque, depuis l’époque macédonienne jusqu’à l’aube du Romantisme. Connu de Strabon, retravaillé par Arrien, qui en est pour nous le témoin principal, le périple a été intégré, dans l’Antiquité, parmi les sources les plus autorisées sur l’océan Indien. Il a aussi fait l’objet, à partir de la Renaissance, de multiples lectures qui en ont actualisé l’intérêt dans le contexte des grandes Découvertes et du développement des entreprises européennes en direction de l’Inde. À date napoléonienne, enfin, les traductions et les commentaires auxquels il a été soumis témoignent de la place particulière qu’occupait le texte d’Arrien dans le jeu complexe des relations franco-anglaises en Orient.

La journée s’inscrit dans le séminaire doctoral Littératures techniques et tradition des textes scientifiques de l’Antiquité gréco-romaine, que l’université de Reims, en partenariat avec l’Institut de recherche et d’histoire des textes, organise du 23 octobre au 16 novembre 2012.

Lieu : Université de Reims, UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche, 57 rue Pierre Taittinger, 51100 Reims.

Contacts: Didier Marcotte ; Benoît Roux – benoit.roux@univ-reims.fr (suivi scientifique) ; Ségolène Buffet – segolene.buffet@univ-reims.fr (suivi administratif).

Néarque
© Conception Benoît Roux (URCA – CRIMEL EA 3311)

Programme

Pierre Briant (Collège de France), La figure de Néarque dans l’historiographie européenne (XVIIe-XIXe siècle).

Veronica Bucciantini (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg), Le annotazioni manoscritte del Decano William Vincent al volume “The voyage of Nearchus” conservato nella Westminster Abbey Library.

Marica Milanesi (Università degli Studi di Pavia), “Comme le disent les historiens anciens”. L’autorité de Néarque et d’Arrien à l’époque de Mercator.

Pierre Schneider (Université d’Artois), “Restez barbares et ichtyophages ; vous en vivrez plus tranquilles, meilleurs peut-être et sûrement plus heureux” (J.-J. Rousseau). La longue postérité des Ichtyophages.

Andrea Zambrini (Università degli Studi della Tuscia), Le récit du retour de Néarque, une fois publié, a-t-il uniquement une valeur informative ?

Pierre-Olivier Leroy (Université de Reims Champagne-Ardenne), Le Néarque de Strabon.

Jean-François Salles (CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée), Néarque à la découverte d’une île déserte à l’entrée du golfe Persique.

Programme journée d’étude Néarque (pdf)

4th Southeast Asian Archaeology Workshop, Paris, Friday 29th June 2012

Coordination : Berenice Bellina et Oliver Pryce

You are cordially invited to the 4th Southeast Asian Archaeology Workshop, to be held at the à la Maison de l’Asie (22, avenue du Président Wilson, 75116) in Paris on Friday 29th June 2012.

 

From its foundation at UCL in 2006, the biannual Workshop has been intended to provide a predominantly Anglo-French forum for the informal dissemination and discussion of state-of-the-art regional research, particularly from post-graduate and post-doctoral scholars, complementary to the larger international format of the European Association of Southeast Asian Archaeologists meetings.

 

Recent and laudable advances in archaeobotanical “Indian Ocean” research have only emphasised the dearth of material culture data on this topic, especially pottery, and thus, for 2012, the Workshop will have a specific focus on “Ceramics related to maritime exchange networks between the Indian Ocean and South China Sea, c. 500 BC to c. 500 AD.”

Program

Southeast Asian Archaeology Workshop IV

09:30 – 10:00 Arrival and coffee

 

10:00 – 10:15 Opening address from Bérénice Bellina and Oli Pryce

 

10:15 – 10:45 Yvette Balbaligo (University College London) Ceramic and social practices at Ille Cave, Philippines

Abstract: This paper discusses the ceramics from Ille Cave, a multi-period burial and occupation site dating from 9000 BC, and other caves sites in the Dewil Valley where Ille Cave is situated. The pottery shows a range of decorations, and forms suggest that vessels were associated with burial rituals. While some of the pottery share similar styles with earthenware found in Island Southeast Asia, there are technical and stylistic differences within the earthenware pottery from Ille Cave and between it and other cave sites in the Dewil Valley. This paper discusses the communities of practice who produced this range of pottery and its role in burial practices, to evaluate what this can tell us about the social organisation of the people who used the Dewil Valley. This paper will also assess the cultural links between the Dewil Valley and wider Island Southeast Asia, and consider how pottery and burial practices at the site relate to larger scale and longer term chronologies in the region.

 

10:45 – 11:15 Phaedra Bouvet (Paris X) Indian and Indian style ceramics from Khao Sam Kaeo (peninsular Thailand, Chumphon province : 4th – 2nd century B.C.) : how a technological approach combined with the GIS can help rough out the social environment of a site?

Abstract:

Indian fine wares (the so-called “rouletted wares”) and Indian style local ceramics have been discovered at Khao Sam Kaeo. The study of their “chaîne opératoire” and the analysis of their distribution at the site provide information about the different social groups who lived at Khao Sam Kaeo and who used those wares : Were they Indian and/or local people? Did they live side by side, or did they live in separate “neighborhoods”? Did their coexistence at the site generate cultural transfers between the groups? With these questions arises the issue of “indianisation before indianisation”

 

11:15 – 11:45 Break

 

11:45 – 12:15 Franca Cole (University of Cambridge) TBC

Abstract: TBC

 

12:15 – 12:45 Aude Favereau (Paris X) and Bérénice Bellina (C.N.R.S.) Upper Peninsula Thailand ceramics indicative of late prehistoric exchange with the South China Sea

Abstract: Since 2005, the Thai-French archaeological mission in Upper Peninsula Thailand has been excavating and surveying sites belonging to various environments, social groups and of multiple uses. Those include a proto-urban settlement of cosmopolitan nature, Khao Sam Kaeo, and caves sites used as camp sites or burials along the coast such as Tham Tuay, Tham Pla (province of Chumphon) and on islands off shore such as Koh Din (province of Surat Thani) as well as in the interior along the earliest transpeninsular routes (sites in the district of Sawi).

 

Some of these ceramics share a common morpho-stylistic repertoire, amongst which the Sa Huynh-Kalanay-related type, that may be indicative of links to the South China Sea cultural sphere. This assemblage thus helps questioning the interplay between the various groups present in or in contact with the Upper Peninsula and how their circulation and exchange participated in the fashioning of their identity.

 

12:45 – 14:15 Lunch

 

14:15 – 14:45 Coline Lefrancq (Université Libre de Bruxelles) Ceramic productions from the early levels of the Mazar area at Mahasthangarh, Bangladesh

Abstract:

My study is based on the analysis of pottery from the Mazar area of the Mahasthangarh archaeological site in Bangladesh. This corpus, containing 95% common wares and 5% fine wares, of which most are Northern Black Polished and Rouletted wares, has not been studied yet. In 2001, the Bangla-French mission opened a new area called Mazar, located near a mosque. Given the information from ten seasons (to 2011), the excavators have delimited a general occupation of the site from the Maurya period to the XIII c. A.D.

 

In the same spirit as Sandrine Elaigne’s and Dominique Allios’ study of the material from the East Rampart, I am applying a techno-morpho-functional approach to the fine wares discovered during the last four campaigns. I study the diverse productions through the fabric analysis, clay identification and morphological types to reconstruct the chaîne opératoire and to propose possible uses of the vases. Finally, I will compare the results with published assemblages in order to shed a new light on economic exchange networks that developed during the different periods in the area of Mahasthangarh and in the Gulf of Bengal.

 

14:45 – 15:15 Noémie Martin (CEROI-INALCO) Madagascar, une île au carrefour d’influences

Abstract: La question de l’origine du peuplement malgache a été abordée tout au long du 20e siècle par différentes disciplines. Les études génétiques récentes ont confirmé l’hypothèse de vagues de migration vers Madagascar essentiellement depuis l’Asie du Sud-Est et la côte est-africaine.

Face à cet apport de populations d’origine bantu et austronésienne, la question s’est posée de savoir si la Grande Île s’inscrivait dans un continuum culturel avec l’Asie du Sud-Est ou avec la côte orientale de l’Afrique. J’ai choisi d’aborder cette problématique par le biais d’ensembles céramiques datés entre le 7e et le 16e siècle et qui reflètent la diversité des productions existantes dans l’île.

Les résultats qui seront exposés dans le cadre de cette communication constituent le point de départ d’une réflexion plus large sur la pénétration du monde culturel austronésien en direction de la côte est-africaine et à l’inverse, l’avancée du monde culturel bantu vers Madagascar.

 

15:15 – 15:45 Break

 

15:20 – 15:45 Oli Pryce (University of Oxford) Not just pots: building materials, furnaces, moulds, and tuyères are ceramic too!

Abstract: Technical ceramics are a vital component of settlement (archaeological building materials, ‘ABMs’) and high-temperature industrial activities. I will concentrate here on my area of ‘expertise’, metallurgy, but my observations are largely applicable to glass and pottery, which also require kilns and/or crucibles whose design and operation are behaviours liable to be transmitted at variable fidelity through cultural contact and/or migration.

 

I will focus on two examples: firstly iron smelting furnaces, which as others have noted, provide for an enormous range of technological styles suitable for diachronic and multiscalar comparison between South and Southeast Asia, and potentially East Africa; secondly, high-tin bronze production crucibles/moulds demonstrating an imperfect transmission of a very highly skilled activity across the Bay of Bengal. Advancing non-pottery ceramic studies in trans-Asian research will require enhanced cooperation between material specialists where ancient technologies imply crosscutting skillsets and resource exploitation.

 

15:45 – 16:15 Jo Shoebridge (Durham University) The impression that the peacock left: Arikamedu Type 10 and Early Historic Indian Ocean networks of contact

Abstract: The South Asian ceramic Arikamedu Type 10 provides a wealth of unique stylistic attributes which, on interpretation, will aid the reconstruction of Early Historic Indian Ocean networks of contact.  This ceramic was first recorded by Sir Mortimer Wheeler during his excavations at Arikamedu on the Coromandel Coast, South India in 1945 (Wheeler et al: 1946) and has since been recorded at sites on the eastern coast of India, Sri Lanka, Egypt and Indonesia.  Previous research including Ford et al (2005) and Krishnan & Coningham (1997) have attempted to investigate the provenance of the raw material of this ceramic but have been unsuccessful.  Therefore this situation is currently being addressed through the development of an analytical technique specifically designed for this research, which principally uses image analysis.

 

This paper will discuss the initial development of the image analysis technique and the preliminary application of the method to the reconstruction of Early Historic Indian Ocean networks of contact.  It will also introduce the current phase of this research, namely the expansion of the methodology and the widening of the dataset.

 

16:15 – 16:45 Break

 

16:45 – 17:15 Roberta Tomber (British Museum) Closing address and discussion

 

17:15 onwards – Reception

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

De l’Éthiopie à l’Inde : les traces d’une présence grecque

programme florenceL’université de Florence, partenaire associé du programme MeDIan, organise les 21 et 22 mai un colloque intitulé Tracce di presenza greca tra Etiopia e India, sur une initiative de Serena Bianchetti, professeur d’histoire grecque. Huit collaborateurs de MeDIan y présenteront une communication (voir programme ci-joint). Le colloque étudiera l’héritage macédonien d’une rive à l’autre de l’océan Indien, les essais de représentation cartographique dont la zone a été le laboratoire d’Ératosthène à Ptolémée, les conditions de la traversée vers les places de commerce indiennes. Une attention particulière sera portée au monde éthiopien, de ses premières mentions dans les sources méditerranéennes jusqu’aux relations de voyage qui lui ont été consacrées dans l’antiquité tardive; le cadre ethnographique sera considéré aussi, depuis les travaux menés sur le Haut-Nil par le Musée d’Alexandrie jusqu’à leur réception dans la Florence du XVe siècle.

 

Nouvelle parution : traduction de Sanjay Subrahmanyam, Vasco de Gama

Sanjay Subrahmanyam, Vasco de Gama. Légende et tribulations du vice-roi des Indes, traduit de l’anglais par Myriam Dennehy, Paris, 2012.

Traduction  de  The Career and Legend of Vasco Da Gama, Cambridge University Press, 1997.

Présentation du livre par l’éditeur :

Comment s’est forgée la légende de Vasco de Gama, ce navigateur qui contrairement à Christophe Colomb ne tint pas de journal de bord ? Quelles furent exactement les tribulations de cet  aventurier ? C’est à ces deux questions que l’historien répond. Concernant la légende, Sanjay Subrahmanyam analyse à parts égales les archives orientales et celles de l’occident. Concernant l’expédition à Calicut qui jeta les bases de l’expansion commerciale des Portugais dans l’Océan indien, il décrit longuement les conditions concrètes de la traversée. Ce livre, plein de bruit et de fureur, satisfera donc non seulement les amateurs de biographie, de récits d’aventure et de voyage mais aussi tous ceux qu’intéresse la fin de l’ethnocentrisme occidental. Car le monde qui revit sous nos yeux n’est plus celui du face-à-face entre un Orient à prendre et un Occident curieux et conquérant. Il s’agit, tout au contraire, d’un monde tissé d’interconnaissances, où interviennent à la fois les marchands du Kerala ou du Gujurat, les sultans mamelouks d’Égypte et les souverains d’Afrique orientale, les brahmanes indiens et les chrétiens syriaques…

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

Deuxième journée d’étude ARGO. Les ports : lieux d’échanges, lieux de cultes

Deuxième Journée d’Études ARGO

Les ports : lieux d’échanges, lieux de cultes

vendredi 24 février 2012, de 10h00 à 18h00
Centre AnHiMA (UMR 8210)
Salle Fabri de Peiresc (INHA)
6 Rue des Petits Champs (ou 2 rue Vivienne), 75002 Paris

http://anhima.fr

Organisatrices : Cecilia D’Ercole, Barbara Kowalzig, Gabriella Piront

Présentation

 

Au cours de la première journée ARGO (novembre 2010), nous avons lancé le projet d’un réseau scientifique explorant les liens entre « maritimité, religion et économie dans la Méditerranée ancienne ». Nous avons envisagé cette « triangulation conceptuelle » comme un possible outil heuristique permettant d’éclairer un système de comportements et de relations propres aux mondes anciens. Lors de cette première journée, qui a eu un caractère intentionnellement ouvert, plusieurs questions ont surgi, portant sur les termes de l’intersection envisagée entre espace maritime, religion et économie. Qu’est-ce qu’on peut définir maritime ? Quelle est la durée chronologique du modèle proposé ? Y a-t-il une spécificité « maritime » de l’interaction entre économie et religion ? Si oui, comment la définir ?

Afin de débattre toutes ces questions, nous souhaiterions maintenant vérifier le caractère opératoire de notre hypothèse d’interprétation par rapport à un cadre spatial défini : l’espace portuaire. En concentrant l’analyse sur le port urbanisé, nous envisageons ainsi de l’étudier dans une dimension temporelle ouverte sur plusieurs époques, de la période archaïque jusqu’au Bas Moyen-Âge. Depuis Max Weber, on sait l’importance de la ville côtière dans les dynamiques du développement économique des sociétés anciennes. Par ailleurs, les recherches récentes sur les emporia anciens, menées à la fois sur les textes littéraires et épigraphiques et sur les contextes archéologiques, ont souvent montré l’efficacité du triangle heuristique que nous avons proposé. En effet, les ports sont à la fois les lieux des échanges et un espace balisé par plusieurs lieux de cultes. Mais le port ainsi envisagé est aussi un espace où se concrétise le rapport entre la cité et la côte, un front de mer « urbanisé » et parfois même monumentalisé, telle une sorte d’affichage extérieur de la cité. Dans la perspective des voyageurs, des marchands, des pèlerins, des guerriers, le port représente en effet le premier aperçu d’une réalité urbaine étrangère, et offre souvent le seul regard possible sur des lieux où on ne choisira pas forcément – ou systématiquement – de s’y arrêter, selon les dynamiques propres à la circulation maritime. Dans un sens plus large, le front de mer est l’espace de la négociation : entre l’extérieur et la cité, entre la cité et son arrière-pays. C’est le lieu où les normes de la négociation et les estimations partagées de la valeur s’établissent dans le cadre des relations d’échange. Il s’agit alors d’analyser les formes possibles des relations politiques, économiques et culturelles qui en découlent.

Espace intermédiaire entre la circulation maritime et la normativité politique, « le port antique » nous paraît offrir les ouvertures les plus stimulantes pour aborder notre deuxième journée d’études ARGO.

 

Programme

10h00 Accueil des intervenants et ouverture des travaux par François DE POLIGNAC,
Cecilia D’ERCOLE, Gabriella PIRONTI

10h15 Barbara KOWALZIG (New York) : « Les espaces portuaires entre économie et
religion : perspectives d’anthropologie historique ».

10h45 Roland ETIENNE (Paris) : « Mer, religion et commerce à Délos »
Respondent : Cecilia D’ERCOLE (Paris)

11h30 Pause

11h45 Irad MALKIN (Tel Aviv) : « L’Anabase de Xénophon : perspectives maritimes,
régions côtières et arrière-pays »
Respondent : Ivana SAVALLI (Paris)

12h30 Annick FENET (Paris) : « Le port, lieu de tous les dangers ? Heurs et malheurs de
la vie portuaire en Grèce ancienne »
Respondent : Gabriella PIRONTI (Naples)

13h30 Pause déjeuner

15h00 Nicolas CARAYON (Rome) : « Rituels, lieux de culte et sanctuaires au sein des
espaces portuaires phénico-puniques »
Respondent : Corinne Bonnet (Toulouse)

15h45 Eric VALLET (Paris) : « Aden/Alexandrie : la fabrique des ports islamiques (VIIe-
XVe siècle) »
Respondent : Hinnerk BRUHNS (Paris)

16h30-17h45 Discussion générale, animée par Michel GRAS (Paris)

18h00 Cocktail

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

Parution : Cartographier l’Afrique. Construction, transmission et circulation des savoirs géographiques du Moyen Âge au XIXe siècle

Le dernier numéro de la revue du Comité français de cartographie (CFC) – désormais intitulée Cartes et géomatique – vient de paraître. Ce volume est consacré à l’édition des actes du colloque “Cartographier l’Afrique”, qui s’était tenu les 2 et 3 décembre 2011. S’inscrivant dans le cadre des journées d’étude annuelles de la commission “histoire” du CFC, cette rencontre avait pris cette année la forme d’un colloque organisé en partenariat avec le CEMAf et le département des cartes et plans de la BnF. Voir ci-dessous pour la liste des contributions de ce numéro.

•    Introduction
par Robin Seignobos et Vincent Hiribarren

•    L’Afrique dans les mappemondes circulaires arabes médiévales
Typologie d’une représentation
par Jean-Charles Ducène

•    L’Afrique entre cartographes et cosmographes
Imaginaire et représentation d’Ibn Hawqal à Pīrī Re’īs d’après les collections de la BnF
par Anna Caiozzo et Annie Vernay-Nouri

•    Le livre et la carte
Représentations de l’Afrique par Bakrī (XIe siècle) et Idrīsī (XIIe siècle)
par Emmanuelle Tixier Du Mesnil

•    Les rivages africains de l’Océan Indien
Cartographies occidentales du XIVe au XVIe siècle
par Emmanuelle Vagnon

•    La Nubie entre Nil et Niger
Hydrographie et articulation des sources dans la cartographie de l’Afrique intérieure au XVIe siècle
par Robin Seignobos

•    La carte a-t-elle horreur du vide ?
Réexaminer les enjeux du tournant épistémologique du XVIIIe siècle à la lumière de la cartographie occidentale de l’Égypte
par Lucile Haguet

•    Cartographier Bourbon aux XVIIe-XIXe siècles
Voyage cartographique dans l’une des quatre principales îles des mers de l’Afrique
par Christian Germanaz

•    La carte de l’Afrique en dix feuilles de Hermann Habenicht, publiée à Gotha en 1885
par Wulf Bodenstein

•    Jules Hansen (1849-1931) : dessinateur géographe
L’exploration de l’Afrique mise en cartes
par Olivier Loiseaux

•    Cartographie missionnaire et savoirs vernaculaires au Lesotho, au XIXe siècle
par Wendy N’guia Kahma

•    Robert Moffat, Jr. and his “Map of South Eastern Africa, 1848-51”
Cartography in a time of uncertainty
par Norman Etherington

•    Le pays des Mossi en carte
Vade-mecum pour une histoire de la rencontre coloniale en terre voltaïque
par Benoît Beucher

•    La cartographie du roi Njoya (royaume bamoun, Ouest Cameroun)
Représenter/traduire son espace monde
par Alexandra Loumpet-Galitzine

Pour citer ce numéro: HIRIBARREN, V., SEIGNOBOS, R., dir., « Cartographier l’Afrique : Construction, transmission et circulation des savoirs géographiques du Moyen-Age au XIXe siècle », Cartes et géomatique, 210, 2011, 198 p. (77 cartes en couleur).

Diffusion sur abonnement ou au numéro. Contacter le secrétariat du CFC  à l’adresse http://www.lecfc.fr/index.php?page=nous_ecrire ou par téléphone (mardi et jeudi après-midi) : 01 45 62 71 75

Le numéro sera mis en ligne sur le site du CFC un an après sa publication (décembre 2012).

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

Séminaire 2011-2012 : Archéologie de l’est de l’Océan Indien / Archaeology of the Eastern Indian Ocean

 

Archéologie de l’est de l’océan Indien : Echanges préhistoriques et du début de la période historique depuis les confins iraniens jusqu’à la Mer de Chine Méridionale 

Organisateur : Bérénice Bellina (CNRS- UMR “Mondes iranien et indien”)

Séminaire de l’UMR 7528 « Mondes iranien et indien », Maison de l’Asie –

salon au premier étage

22, avenue du Président Wilson, Paris 16ème

 

Dans ce séminaire, nous nous intéresserons aux indices récents d’échanges locaux, régionaux et inter-régionaux maritimes qui ont intégré différents écosystèmes et groupes sociaux depuis les confins du monde iranien et jusqu’à la mer de Chine méridionale au cours de la préhistoire et jusqu’au premier millénaire de notre ère.

Dépassant les frontières politiques et disciplinaires traditionnelles, les participants examineront les différents types d’interconnections qui ont lié des populations variées depuis le Golfe arabo-persique jusqu’à la Mer de Chine à la lumière de l’histoire, de l’archéologie, de la botanique, de la génétique, de la linguistique, de l’histoire de l’art et de l’anthropologie. Embrassant de larges échelles chronologiques et géographiques, ce séminaire privilégie une approche comparative. Autant que faire se peut, les participants s’attacheront à discuter comment ces connexions ont contribué à façonner les paysages sociaux, économiques et politiques et ont pu donner naissance à des configurations socio-culturelles communes aux sociétés qui y participaient.

Archaeology of the Eastern Indian Ocean: Prehistoric and Early Historical Exchange from the Iranian borders to the South China Sea

Organiser: Dr Bérénice Bellina

 

In this seminar we wish to examine recent evidence for local, regional, and inter-regional networks integrating various ecosystems and social groups from the border of Iranian coasts to the South China Sea from the prehistoric period to the first millennium CE.

Seeking to erode traditional political and disciplinary frontiers in favour of more diverse perspectives, we invite participants to draw together varied lines of enquiry ranging from botany, genetics, history, linguistics, art history and anthropology to examine the different types of interconnections which brought together various populations, extending from the Persian Gulf to the South China Sea. This seminar encourages studies employing a comparative approach looking over extended time and geographic scales. Whenever possible, participants shall discuss how those connections participated in fashioning the social, economical and political landscapes and gave rise to shared socio-cultural configurations in many of those integrated societies.

 

Le séminaire se tiendra un mardi par mois (précisions dans le programme) de 10h à 11h30 dans le salon au premier étage

 

Programme

 

– 8 Novembre 

Noémie Martin, Post-doctorante Centre d’étude et de recherche sur l’océan Indien occidental (CEROI-INALCO)

« Production céramique de l’Océan indien occidental »

 

– 6 Décembre

Jean-François Salles, Directeur de Recherche au CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée

« Le site archéologique de Mahasthan dans le contexte historique du Bengale oriental – IVe s. av. J.-C. – XIIe s. ap. J.-C. »

 

– 27 mars

François-Xavier Ricaut; CNRS UMR 5288, Laboratoire d´Anthropobiologie Moléculaire et Imagerie de Synthèse (AMIS), Université de Toulouse (Paul Sabatier) –

“Comment l’anthropologie génétique interprète les liens entre Madagascar et l’Asie du Sud Est et leurs impacts sur la genèse des populations malgaches”

– 24 Avril

Jane Allen, Geo-archéologue, International Archaeological Research Institute, Hawaii

“Trade, Its Agricultural Support Base, and a Changing Landscape at Early Trade Sites in Peninsular Malaysia and Thailand.”

 

– 29 Mai

Nicole Boivin, Senior Research Fellow, School of Archaeology, Oxford.

“Multidisciplinary perspectives on early maritime connections between Southeast Asia and Africa”.

 

5 Juin

Roberta Tomber, British Museum, London

“East coast of India in contrast to the west?”

 

 

 

 

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts