Archives de catégorie : Archives MeDIan

-Archives du programme MeDIan (2009-2013)

Conférence : Chantal Radimilahy, La céramique chinoise dans la collection du Musée d’Art et d’Archéologie de l’Université d’Antananarivo

Dans le cadre de la série de conférences

« Actualité de la recherche en céramique chinoise »

(Responsable : ZHAO Bing, CNRS UMR 8155 CRCAO)

Mme Chantal Radimilahy (Institut des Civilisations/Musée d’Art et d’Archéologie de l’Université d’Antananarivo,  Madagascar) donnera une conférence intitulée :

La céramique chinoise dans la collection du Musée d’Art et d’Archéologie de l’Université d’Antananarivo

Discutante : Mme Michèle Pirazzoli-t’Serstevens (EPHE)

Le 14 décembre 2011 à 10h00

Dans le salon de la Maison de l’Asie

(22, avenue du Président Wilson, 75116, Paris)

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

Séminaire Les mondes de l’océan Indien 2011-2012

 Séminaire commun du CEMAf et du Laboratoire Islam médiéval UMR 8167.

Jeudi 10h-12h

Salle 107, Centre Malher, 9 rue Malher, Paris 4e .

 

Séminaire organisé avec le soutien de l’ANR (Projet MEDIAN) par Philippe Beaujard, Dejanirah Couto, Emmanuelle Vagnon, Eric Vallet et  Thomas Vernet

Pour sa troisième année, le séminaire sera organisé en trois séries. La première, Textes et archéologie, prolongera les réflexions menées au cours des deux années précédentes sur les sources de l’histoire de l’océan Indien. Il permettra de faire le point sur les recherches archéologiques les plus récentes, et de revenir sur quelques oeuvres décisives de l’humanisme italien (Pomponio Leto, Ramusio). La seconde série sera consacrée à l’histoire des produits de l’échange dans la longue durée au sein du monde indo-océanique. Chaque séance sera l’occasion de se concentrer sur un produit ou type de produit particulier, en croisant les apports des textes et de l’archéologie. La troisième série prolongera les travaux présentés les deux années précédentes sur l’océan Indien comme système-monde. Elle s’attardera plus particulièrement sur les

, à partir d’études de cas pris dans l’ensemble des régions de l’océan Indien, de l’Afrique de l’Est à l’Asie du Sud-Est en passant par l’Arabie.

 

Programme

 

Série Textes et archéologie

 

Jeudi 3 novembre 2011 : Monique Kervran (Laboratoire Islam médiéval), Daybul, port et ville du Sind médiéval. Nouvelles données archéologiques

 

jeudi 10 novembre : Stephanie Wynne-Jones (University of York) et Jeffrey Fleisher (Rice University, Houston), Swahili Urban Space in the Kilwa Archipelago : Songo Mnara in the 14th – 15th centuries

 

jeudi 17 novembre : Didier Marcotte (Université de Reims), L’image antique du monde à l’aube des Grandes Découvertes: Pomponio Leto et l’ouverture de l’océan Indien

 

jeudi 24 novembre : Stéphane Pradines (IFAO), De Gedi à Kilwa : islamisation et commerce dans l’Afrique orientale médiévale

 

jeudi 1er décembre : Marica Milanesi (Université de Pavie), Ramusio et l’océan Indien

 

jeudi 8 décembre : Pier Larson (John Hopkins) Les Mascareignes et les Antilles : deux océans de colonisation française

 

jeudi 15 décembre : Chantal Radimilahy (ICMAA, Université d’Antananarivo), Actualité de la recherche archéologique sur les sites littoraux à Madagascar (à confirmer)

Série Produits de l’échange

Jeudi 10h-12h
Salle 409, Centre Malher, 9 rue Malher, Paris 4e .

jeudi 2 février : Eric Vallet (Paris 1/Islam médiéval), Du /Périple/  à la /Suma Oriental/, jalons pour une histoire des produits de  l’océan Indien

jeudi 9 février : Thomas Guindeuil (CEMAf) : Une culture alimentaire  entre Afrique orientale, mer Rouge et océan Indien, une histoire  connectée de la cuisine des hauts plateaux éthiopiens du royaume  d’Aksum au XIXe siècle

jeudi 16 février : Philippe Beaujard (CEMAf), La circulation des  plantes dans l’océan Indien : une histoire sur le temps long

jeudi 23 février : Bianca Maria Altomare (ANR MeDIan/Université de  Reims), Madagascar avant Madagascar : l’île Ménuthias des Anciens  dans les textes géographiques du début du XVIe siècle.

jeudi 1er mars : Thomas Vernet (Paris 1/CEMAf) et Philippe Beaujard  (CNRS/CEMAf), La production et l’exportation d’ivoire depuis  l’Afrique orientale, VIIe-XVIIIe siècle

jeudi 8 mars : Emmanuelle Vagnon (ANR MeDIan, CNRS/BnF), La  fabrique de l’océan Indien dans la cartographie ancienne : jalons  pour un atlas

jeudi 15 mars : Catherine Noppe (Musée royal de Mariemont), La cargaison de céramique chinoise de l’épave de Cirebon (fin Xe siècle)

 

Série Constructions étatiques et processus de globalisation dans l’océan Indien

jeudi 22 mars : Romain Bertrand (Sciences Po, Centre d’études et de recherches internationales), Les connexions au long cours de Java et du monde malais au tournant du XVIIe siècle

jeudi 29 mars : Paul Wormser (INALCO), La transmission des techniques d’administration et de légitimation du pouvoir du monde arabo-persan au monde malais (XIIIe-XVIIe siècles)

jeudi 5 avril : Thomas Vernet et Olga Andriyanova (Paris 1, CEMAf), Profits et conflits. Les formes de l’expansion omanaise dans l’espace swahili, 1650-1804

jeudi 12 avril : Eric Vallet et Philippe Pétriat (Paris 1), Réseaux hadramis et construction de l’Etat dans la péninsule Arabique et l’océan Indien occidental. Etude de cas, xiiie-xxe siècle

jeudi 3 mai : Ravi Palat (Binghamnton University), State formation in Asia, 1000-1550

jeudi 10 mai : John Meloy (American University of Beirut), Transregional connectivity and the rise of Mecca in the 15th century SEANCE ANNULEE

jeudi 24 mai : Claude Markovits (CNRS / Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud), Une construction étatique dans la première mondialisation: le cas de l’East India Company (autour du livre de Philip J. Stern, The Company-State. Corporate Sovereignty & the Early Modern Foundations of the British Empire in India, New York, Oxford University Press, 2011)

jeudi 31 mai : Laurent Berger (Musée du quai Branly / Laboratoire d’Anthropologie Sociale), Le royaume Tingimaro aux marges de la mondialisation ibérique (16e-17e siècle): une nouvelle approche des processus d’étatisation à Madagascar

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

Nouvelle parution : Early Interactions between South and Southeast Asia: Reflections on Cross-cultural Exchange, ed. Pierre-Yves Manguin, A. Mani and Geoff Wade


Institute of Southeast Asian Studies, 2011.

Présentation de l’éditeur

This book takes stock of the results of some two decades of intensive archaeological research carried out on both sides of the Bay of Bengal, in combination with renewed approaches to textual sources and to art history. To improve our understanding of the trans-cultural process commonly referred to as Indianisation, it brings together specialists of both India and Southeast Asia, in a fertile inter-disciplinary confrontation. Most of the essays reappraise the millennium-long historiographic no-man’s land during which exchanges between the two shores of the Bay of Bengal led, among other processes, to the Indianisation of those parts of the region that straddled the main routes of exchange. Some essays follow up these processes into better known “classical” times or even into modern times, showing that the localisation process of Indian themes has long remained at work, allowing local societies to produce their own social space and express their own ethos.

Sommaire

Foreword by K. Kesavapany

Preface by Pierre-Yves Manguin, A. Mani and Geoff Wade

Introduction
Pierre-Yves Manguin

I. New Archaeological Evidence from South Asia and Southeast Asia

1. Central Vietnam during the Period from 500 BCE to CE 500
– Lam Thi My Dzung

2. Ban Don Ta Phet and Khao Sam Kaeo: The Earliest Indian Contacts Re-assessed
– Ian C. Glover and Bérénice Bellina

3. Preliminary Study of Indian and Indian Style Wares from Khao Sam Kaeo (Chumphon, Peninsular Thailand), Fourth-Second Centuries BCE
– Phaedra Bouvet

4. Early Contacts between India and the Andaman Coast in Thailand from the Second Century BCE to Eleventh Century CE
– Boonyarit Chaisuwan

5. The Batujaya Site: New Evidence of Early Indian Influence in West Java
– Pierre-Yves Manguin and Agustijanto Indradjaja

6. Continuity and Change in South Indian Involvement in Northern Sumatra: The Inferences of Archaeological Evidence from Kota Cina and Lamreh
– E. Edwards McKinnon

7. South Asia and the Tapanuli Area (North-West Sumatra): Ninth-Fourteenth Centuries CE
– Daniel Perret and Heddy Surachman

8. Emergence of Early Historic Trade in Peninsular India
– K. Rajan

9. Contacts between India and Southeast Asia in Ceramic and Boat Building Traditions
– V. Selvakumar

10. Marine Archaeological Investigations along the Tamil Nadu Coast and its Implications for Understanding the Cultural Expansion to Southeast Asian Countries
– Sundaresh and A.S. Gaur

II. Localisation in Southeast Asia

11. Tamil Merchants and the Hindu-Buddhist Diaspora in Early Southeast Asia
– John Guy

12. The Spread of Sanskrit in Southeast Asia
– Johannes Bronkhorst

13. The Early Inscriptions of Indonesia and the Problem of the Sanskrit Cosmopolis
– Daud Ali

14. Indian Architecture in the ‘Sanskrit Cosmopolis’: The Temples of the Dieng Plateau
– Julie Romain

15. The Importance of Gupta-period Sculpture in Southeast Asian Art History
– Robert L. Brown

16. Individuals under the Glaze: Local Transformations of Indianisation in the Decorative Lintels of Angkor
– Martin Polkinghorne

17. Early Musical Exchange between India and Southeast Asia
– Arsenio Nicolas

18. Buddhism and the Circulation of Ritual in Early Peninsular Southeast Asia
– Peter Skilling

19. Early Buddhism in Myanmar: Ye Dhammā Inscriptions from Arakan
– Kyaw Minn Htin

20. Hindu Deities in Southern Vietnam: Images on Small Archaeological Artefacts
– Le Thi Lien

21. ‘The Depositing of the Embryo’ – Temple Consecration Rituals in the Hindu Tradition of South and Southeast Asia: A Study of the Textual and Archaeological Evidence
– Anna A. Ślączka

22. Localisation of Indian Influences as Reflected in the Laotian Versions of the Ramayana
– Sachchidanand Sahai

23. Broken Threads: Contested Histories of Brahminism in Cambodia and Thailand and the Construction of Ritual Authority
– Boreth Ly

List of Contributors

Index

Plus d’informations : http://nsc.iseas.edu.sg/others/early_interactions_book.htm

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

Des nouvelles de la future base “Érythrée” / Some fresh news about the “Érythrée” database project

Des nouvelles de la future base
“Érythrée”

Cette base de données a été conçue pour regrouper et
rendre accessibles les textes classiques (en langues grecque et latine)
relatifs à l’océan Indien. Toutes les occurrences de “Erythrè thalassa“,
mare Rubrum“, “oceanus Indicusetc.
seront à terme recensées. Les textes seront indexés par des mots-clés, afin de
permettre des recherches thématiques faciles.

Après plusieurs mois d’ajustements techniques avec la
collaboration d’Ange Hernandez, la structure de la base a été mise au point. Le
travail est entré dans sa phase opérationnelle, c’est-à-dire la création des
“fiches”. Les enregistrements sont créés chaque fois que l’œuvre d’un
auteur a été dépouillé. Une quinzaine d’auteurs (soit environ 100 fiches) sont
à ce jour entrés dans la base.

Pierre Schneider

 

Some fresh news about the “Érythrée”
database project.

The “Érythrée” database aims to collect
classical textual evidence (viz Greek and Roman texts) related to the
Indian ocean as seen by the Greco-Romans, in order to help scholars interested
in this subject. Every sentence having words such as “Erythra thalassa“,
mare Rubrum“, “oceanus Indicus etc.
will appear in the database, with key-words making the queries easier.

With the help of Ange Hernandez,  I spent a few months to build the structure of
the database. The second step has started and the base is now being
“fed”. About 15 authors (~ 100 records) are present in the database
so far.

Pierre Schneider

 

Call for Papers : Textile Trades and Consumption in the Indian Ocean World, from Early Times to the Present

International Conference organized by the Indian Ocean World Centre (IOWC), McGill University, Montreal, Canada

2-4 November 2012

Co-Organisers: Gwyn Campbell (IOWC, McGill University), Sarah Fee (Royal Ontario Museum),
and Pedro Machado (Indiana University)

This multi-disciplinary international conference aims to bring together scholars from
across the humanities and social sciences to share findings, methodologies and
theoretical perspectives on cloth’s critical role in driving exchanges in the Indian
Ocean World from early times to the present day.

Oceans have emerged as promising intellectual frameworks for reinterpreting past and
present spatial and temporal constructs. The Indian Ocean World (IOW) in particular has
recently attracted academic attention as a space of movement and inter-relation that transcends conventional paradigms centring on the nation
state, regional studies, and European empires. Stretching from East Africa through the
Middle East, South and Southeast Asia to China, the IOW forms a unique macro-region where
the monsoon regime of winds and currents largely moulded production and exchange. Indeed,
the IOW emerged during the first millennium CE as arguably the first “global” economy,
defined as a sophisticated and durable system of long-distance exchange. There is further
debate as to the impact on the IOW trading structure of Europeans from the sixteenth
century, the international economy of the nineteenth century, European colonialism and
its aftermath, and modern globalisation.

Central to these debates is the role of textiles. For centuries, cloths of various
origins, fibres, colours and patterns have been carried along coasts and across vast
distances to communities that demanded certain types in accordance with their specific
cultural, social and political universes. Rather than take a particular fibre, ‘country’
or European company as the unit of study, this conference aims to explore the broader
cross-currents of textile flows in the IOW. It seeks to explore, in particular,
structures of trade, distribution, demand, marketing and consumption – in all of which
finance and credit played vital roles. It also strives to understand local consumer
demand as a vital force in shaping the economic, political, social, and artistic history
in both producer and consumer communities. Emerging from the wider scholarship of
culturally inflected material histories of the movement and exchange of commodities, the
study of textile consumption and the logics of consumer tastes, as socially and
culturally embedded processes, can offer compelling insight into how societies,
communities and people create and maintain identities through strategies of
self-fashioning, and thereby shape the world around them. Moreover, it is when studied
within the same analytical frame as the production, distribution and marketing of
textiles that consumption can contribute most profoundly to an understanding of the
dynamics of the worlds of the Indian Ocean stretching from Africa to East Asia.

This multi-disciplinary international conference invites paper proposals that examine any
aspect of the trade, exchange and consumption of textiles in the Indian Ocean world from
early times to the present day. We particularly welcome papers that explore networks and
structures of:

– local finance and credit

– distribution and marketing

– demand and consumption

and within these the significance of (i) gender and age; and (ii) religious practice and
ideology  (including the ritual, political and social uses and meanings attached to
imported cloth)

Dates and Registration:

*  Deadline for submission of abstracts (title; 1-2 paragraphs): 21 October 2011.

* The review process will be completed by 1st November 2001.

*  Papers selected for the conference must be submitted no later than 1st September 2012.

*  The registration fee is $175 US ($75 US for students) payable by 1st September 2012.

*  The late registration fee (after 1st September 2012) is $200 US and $100 US for
students

Kindly contact Sarah Fee <sarahf@rom.on.ca> or Pedro Machado <pmachado@indiana.edu> with
proposals (or with any queries).

http://indianoceanworldcentre.com/

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

Transferts de savoir dans les cartographies de l’océan Indien (Orient/Occident, de l’Antiquité au XVIe siècle)


Journée d’étude dans le cadre du programme MEDIAN (http://median.hypotheses.org) de l’Agence nationale de la recherche (ANR)

 

Organisée par le Laboratoire Islam Médiéval (UMR 8167) (http://www.islam-medieval.cnrs.fr) et la Bibliothèque nationale de France (Département des Cartes et Plans) (http://www.bnf.fr)

 

vendredi 28 octobre 2011

 

Paris, Bibliothèque nationale de France (site Richelieu)

Salle des Commissions, 3 rue Vivienne, 75002 Paris.

Accès libre dans la limite des places disponibles.

 

 

Responsables scientifiques :

Jean-Charles Ducène (Université Libre de Bruxelles)

Eric Vallet (Laboratoire Islam Médiéval, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Emmanuelle Vagnon (post-doctorante ANR Median, CNRS/BnF)

Contact : emmanuelle.vagnon@bnf.fr et evallet@univ-paris1.fr.

Présentation

La question des rapports entre différents types de cartographie ancienne, et notamment entre la cartographie arabe et la cartographie occidentale du Moyen Âge, a été souvent présentée de manière polémique, en terme de rapports de force ou d’influences de l’une sur l’autre, sans étude poussée des modalités et des formes de ces transferts de savoir. Cette question demanderait pourtant des études de cas précises dans une perspective débarrassée de préjugés. En effet, s’il y a eu des transferts de savoir avérés, attestés par des traductions, dans plusieurs disciplines scientifiques, entre le monde arabo-musulman et la chrétienté latine, les moyens et les voies de transmission du savoir géographique et cartographique sont moins connus et peu étudiés jusqu’à présent. Aborder cette question implique au préalable de s’affranchir des cadres géographiques ou chronologiques qui définissent a priori des aires culturelles figées entre lesquelles ce savoir a circulé. Les informations portées sur les cartes circulent certes entre des régions du monde, des peuples et des langues divers, mais passent aussi par des registres variés, information écrite et orale, transmissions vernaculaire ou savante. Les formes voyagent elles aussi, car les cartes ne sont pas de simples compilations de savoirs géographiques, mais des représentations, construites selon des conventions qui varient selon les lieux et les époques.

L’océan Indien, de la mer de Chine à l’isthme de Suez, est un espace géographique qui se prête bien à l’étude de ces transferts de savoir. Peu fréquentées par les Occidentaux jusqu’au XVIe siècle, les rives de l’océan voient des populations très diverses se côtoyer depuis l’Antiquité. Comment appréhender le contenu géographique des cartes de l’océan Indien, sa transmission et son interprétation dans différentes traditions culturelles de l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne ? Quelles ont été les voies de la transmission du savoir géographique sur cette région : observations directes, traditions orales ou textuelles, traductions, copies, interprétations ? Peut-on analyser les conventions cartographiques pour représenter cet espace, leur évolution et la diffusion de certains modèles ? Dans le cadre du projet MeDian, le Département des Cartes et Plans de la BnF coordonne la réalisation d’un atlas de cartes anciennes de l’océan Indien, rassemblant des cartes représentatives des différents regards qui furent portés sur cet espace et exhumant les sources géographiques mises en œuvre pour le conceptualiser et le cartographier. La journée d’étude se présente comme une contribution à ce projet, les interventions étant appelées à enrichir cet atlas en cours de constitution.

 

Programme

 Cliquer sur le lien pour lire le résumé

9h00    Accueil et présentation, Catherine Hofmann (BNF, Département des Cartes et Plans)

9h15    Introduction, Emmanuelle Vagnon (post-doctorante ANR Median, CNRS/BnF) et Eric Vallet (Paris 1 / Laboratoire Islam médiéval).

 

1er atelier. Réception du savoir antique dans les cartographies médiévales de l’océan Indien

 

9h40 Jean-Charles Ducène (Université libre de Bruxelles), La nomenclature et les dimensions des mers indiennes dans les sources proches-orientales médiévales

 

10h Marina Tolmacheva (Université de Washington), From Ptolemy to Ahmad ibn Majid: Exploring the Transmission of Knowledge of the Western Indian Ocean

 

10h20 Pierre Schneider (Université d’Artois, MOM), Savoir antique et mappae mundi médiévales : l’océan Indien dans les cartes dites « de Saint Jérôme » (BM 10049)

 

10h40   Discussion et pause

 

2e atelier. Du Caire à Venise, perspectives méditerranéennes sur l’océan Indien

 

11h20 Yossef Rapoport (Queen Mary, University of London), ‘Deciphering the Fatimid representation of the Indian Ocean: Coast-hugging in Somalia and ants in the Philippines’

 

11h40 Piero Falchetta (Venise, Bibliothèque Marciana), La forme de l’eau: l’océan Indien de Fra Mauro

 

12h Discussion et pause déjeuner

 

3e atelier. Extrême-Occident et Extrême-Orient : regards cartographiques croisés

 

– 14h00 Angelo Cattaneo (Centro de História de Além-Mar – Faculdade de Ciências Sociais e Humanas – Universidade Nova de Lisboa), La mappemonde de Fra Mauro (Venise, c. 1450) et la carte Honil kangni yŏktae kukto chi to (Corée, c. 1479-85). Un regard croisé sur le monde du XVe siècle

 

– 14h20 Philippe Forêt (Université de Stockholm, Département des langues orientales – Institut d’Etudes Avancées de Nantes), L’océan Indien dans le Wu bei zhi

 

– 14h 40 Discussion et pause

 

4e atelier. Cartes nautiques et modèles humanistes : les convergences du XVIe siècle


– 15h00 Déjanirah Couto (EPHE, Paris), Stratégies politico-commerciales et information géographique : le Livro de Francisco Rodrigues.


– 15h20 Nathalie Bouloux (Université de Tours), L’océan Indien dans la description du monde de Sebastiano Compagni.


– 15h40 Zoltán Biedermann (Birkbeck University of London), Quelques remarques sur les sources de la cartographie portugaise de l’océan Indien.

 

– 16h00 Discussion

– 16h 30 Conclusion et pot final

 

Programme et résumés à télécharger

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

Nouvelle parution : Rila Mukherjee (ed.), Networks in the First Global Age: 1400–1800

Indian Council of Historical Research, 2011, 410 p.  ISBN: 978-93-80607-09-2

The book

The dynamics of the maritime world has held the fascination of researchers and scholars of history for long. Viewing the waterscapes as conduits of much economic and cultural sharing between peoples and lands, the focus of Networks in the First Global Age: 1400–1800 is on the oceans and seas––the Indian, the Atlantic and the Pacific Oceans and the Mediterranean Sea––and economic, military and cultural transmissions within and across them.

The book shows how conventional arguments in history writing about the rise of the West, the hegemon of the State and the might of overseas colonial empires can be overturned by emphasizing on dynamic, collaborative, nonlinear networks as opposed to formal networks based on hierarchy. Such networks signal a completely different picture about global interactions in the period 1400–1800, emphasizing the centrality of peoples and commodities at different times in different parts of the world. More importantly, the book challenges chronological readings and urges us to think spatially instead.

With contributions from Indian, American, French and Iberian scholars, Networks in the

First Global Age: 1400–1800 tells us what happens when the sea of history meets the sea of network analysis.

The editor

Rila Mukherjee is Professor and Head, Department of History, School of Social Sciences, University of Hyderabad, Hyderabad, India. Her specialization is on the silk trade and traders in pre-colonial Bengal. She is the author of Strange Riches: Bengal in the Mercantile Map of South Asia (2006) and Merchants and Companies in Bengal: Kasimbazar and Jugdia in the Eighteenth Century (2006).

The contributors

Amândio Jorge Morais Barros * Ernestine Carreira * David Alonso García * Rattan Lal

Hangloo * Srijan Sandip Mandal * Rila Mukherjee * Antoni Picazo Muntaner * J.B. Owens * Amélia Polónia * Ana Crespo Solana * Alex M. Thomas * Timothy D. Walker

 

 

List of Contents

Rila Mukherjee, Introduction- “The Many Faces of the First Global Age, c. 1400-1800”

I Situating the Agenda: The Many Systems of the First Global Age

01 J.B. Owens, ‘What kind of system is it? The DynCoopNet Project as a Tribute to Andre Gunder Frank (1929-2005)’.

02 Ana Crespo Solana, ‘Geostrategy of a System? Merchant Societies and Exchange Networks as connection centres in the Spanish Atlantic trade in the First Global Age’.

II Oceans, Routes and Ports: Systems and Networks

03 Antoni Picazo Muntaner, ‘Ports and Commercial Networks in the Indian and Pacific Ocean: Models and Flows of Capitalism’.

04 Amândio Jorge Morais Barros, “Linking the Atlantic and Asian Worlds: Porto and the Indian Trade Dynamics in the Sixteenth Century”

III Other Networks: Military, Scientific and Terrestrial

05 Ernestine Carreira, ‘The French Military Network in the service of the Portuguese in India’

06 Timothy D. Walker, ‘Stocking Colonial Pharmacies: Commerce in South Asian Indigenous Medicines from their Native Sources in the Portuguese Estado da Índia’.

07 Rattan Lal Hangloo, “Between South and Central Asia: Networks in the Himalayan Region of Ladakh”

IV Dynamic Cooperative Commercial, Financial and Cultural Networks in Europe and Asia

08 J. B. Owens, ‘Social Networks of Milanese Merchants in Sixteenth-Century Castile’.

09 David Alonso García, ‘Between Three Continents. The Fornari Networks and their Businesses at the Beginning of the First Global Age’.

10 Rila Mukherjee, “The ‘Small World’ of the Silk Merchant at Kasimbazar, India”

11 Amélia Polónia, ‘Global interactions: Representations of the East and the Far East in Portugal in the Sixteenth Century)’.

V. Systemic Theories and the Pitfalls of Comparative History Writing

12 Srijan Sandip Mandal, “A ‘World System’ Stretched? The Case of the ‘Eurasian and African World Systems’

13. Alex M. Thomas, “Networks of Production and Circulation in South Asia, 1500-1700: An Indian Ocean Perspective”

Bibliography

Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts

Séminaire : Emmanuelle Vagnon. Cartographie de l’Océan Indien de l’Antiquité au XVIe siècle. Constitution d’un atlas historique.

Séminaire Les Mondes de l’océan Indien. Résumé de la séance du 28 avril 2011. Emmanuelle Vagnon, spécialiste de la cartographie médiévale occidentale, est en post-doctorat, chargée de recherches auprès du CNRS et du département des Cartes et Plans de la BnF, dans le cadre du programme Median. Contact : emmanuelle.vagnon@bnf.fr.

Le programme Median, en partenariat avec le Département des Cartes et Plans de la Bibliothèque nationale de France, comporte un projet de recherche sur les représentations cartographique de l’océan Indien de l’Antiquité au XVIe siècle. Cette séance a permis de présenter aux membres de l’équipe du laboratoire islam médiéval l’avancée du projet et ses enjeux méthodologiques. Après un rapide panorama de la recherche bibliographique et des ressources en ligne pour sélectionner un corpus de cartes significatives, on s’interroge sur la forme envisagée pour ce livre. La méthode utilisée pour l’Atlas historique du golfe Persique (Couto, Bacqué-Grammont, Taleghani, Biedermann 2006) ne peut pas s’appliquer entièrement au projet Median. Celui-ci a pour objectif de comparer les regards et les savoirs sur l’ensemble de l’océan Indien et sur une période très longue. L’Atlas du golfe persique au contraire est une étude détaillée d’un espace relativement modeste et dont le corpus est centré sur la cartographie européenne de l’époque moderne, du début du XVIe au XVIIIe s. , en privilégiant les sources portugaises.

L’atlas Median doit au contraire souligner l’importance du contexte de production des cartes, les différents modèles utilisés à travers les siècles (mappemondes, cartographie arabe, cartographie nautique, cartographie ptoléméenne…) et le croisement des sources. Il est nécessaire d’insister sur les intentions des auteurs des cartes, les choix qu’ils ont opérés entre plusieurs hypothèses divergentes, et le public qu’ils visaient, tout en prêtant attention à la généalogie des cartes, issues de copies et de compilations qui ont elles-mêmes leur histoire. Un autre problème abordé est celui de l’étude toponymique d’un si vaste espace : la solution proposée est de concentrer les efforts de l’équipe de chercheurs sur un espace limité (par exemple, la côte occidentale de l’Inde, abordée à l’occasion du colloque de Kolkata en février, ou la mer Rouge). La dernière partie de la séance expose enfin les grandes lignes de l’évolution de la cartographie occidentale de l’océan Indien. Celui-ci est d’abord imaginé à partir des sources latines jusqu’au début du XIVe siècle ; puis des informations nouvelles et l’utilisation des cartes marines, et de la Géographie de Ptolémée conduisent à l’élaboration de cartes hybrides explorant des hypothèses divergentes sur la forme et l’étendue de l’océan Indien, et dont l’apogée est la mappemonde de Fra Mauro de Venise (1459) ; enfin au XVIe siècle, les cartes issues des navigations européennes fournissent de nouveaux renseignements et de nouveaux toponymes, tout en utilisant à la fois le canevas ptoléméen et le modèle des cartes-portulans. La séance se conclut par une discussion sur le projet d’étudier aussi, dans cette anthologie de cartes de l’océan Indien, les cartes arabes et les sources orientales, et de construire une étude comparative, telle qu’elle est déjà menée à travers les différents aspects du programme Median.

Commenter Denys d’Alexandrie à la Renaissance: un témoin nouveau

A l’époque d’Hadrien, Denys d’Alexandrie, appelé aussi le Périégète, a composé une description de la Terre habitée qui a été le manuel de géographie de l’Antiquité tardive et des écoles byzantines. Durant le moyen âge latin, on le lisait dans la traduction qu’en a donnée Priscien au VIe siècle; à la Renaissance, quand on redécouvrait Ptolémée et Strabon, le tableau du monde de Denys a continué de fournir un modèle d’exposition géographique aux humanistes de toute l’Europe ; dans son texte grec comme au travers de la traduction de Priscien, il a été aussi objet d’enseignement et de commentaire, à la fin du XVe siècle, au Studio de Rome comme à l’université de Vienne. Le premier des commentaires connus a été entrepris vers 1490 par le fondateur de l’Accademia Romana, Pomponio Leto, élève de Laurent Valla, mais il était considéré comme perdu; Didier Marcotte en a retrouvé le manuscrit récemment. Il présentera ce témoin nouveau de Denys au cours d’une intervention à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (23, quai Conti, Paris 6, Grande salle des séances) le 8 avril prochain à 15 h 30: La géographie grecque à l’Accademia Romana. Un manuscrit de Pomponio Leto retrouvé.